Accueil / Www.alofatuvalu.tv / FACEBOOK / You Tube / Flickr / Twitter / Me Contacter / Login
[en]
Gilliane, what you said to Seinati about being lucky with the plane was absolutely right. Since you left we have not had any planes into here. None. Zero!

Fortunately Government sent “Nivaga II” to Suva on Tuesday and we put ten seafarers on board; the Government is sending “Manu Folau” to Suva on Saturday and we are going to put fourteen seafarers on board. We lose money on airfares because Air Pacific will not refund the full amount and we lose again by having to accommodate so many seafarers in Fiji (and they are getting there too soon for their ships). It’s a lose/lose situation – APNL loses money and Tuvalu
(perhaps) loses jobs. It’s probably a lose/lose/lose situation when you take into account Air Pacific’s losses.

What a mess! Never mind, today is Australia Day and the Australians have decided to award themselves a half day off for a barbecue to celebrate their “island” day. On the other hand it’s 1800hrs already and I still haven’t got out of the office. Ah well, such is life.

John

03 / 02 / 12 - 15 : 58

[en]
Our friend and owner Seinati, also PM’s wife writes: “Willy (PM) is stuck in Suva since Sunday for the plane's mechanical problem. They tried twice with no success and they for the third time also unsuccessful today.”


03 / 02 / 12 - 15 : 58

Nous avons quitté Tuvalu il y a maintenant 5 jours, à en gagner un (jour) et en le reperdant aujourd’hui..

Transit rapide à Suva assez tranquille puisque qu’en plus de 24h, nous n’avons vu « que » Anare et Sarah… Court, 2 nuits aussi le séjour à L.A. et très agréable. merci à Chris et mon amie Dee pour leur disponibilité… repaquetage… délestées des bouteilles plastiques et quelques déchets rapportés de Tuvalu mais alourdies des cadeaux achetés à Fiji et des paquets laissés à l’aller (pile de dvd, et vêtements d’hiver pour affronter le climat parisien). Mon sac accusait 27 kgs à la pesée, il a fallu délester encore. Beaucoup plus simple cependant et moins stressante cette dernière étape de retour… Il y a toujours l’option de laisser des choses à L.A. que Linda pourra rapporter lors d’un de ses voyages. Elle propose toujours d’emporter ou de rapporter ce qui peut nous arranger.

Vol bien plus confortable sur Air France que sur le précédent tronçon avec Air Pacific. : nous avions pu réserver nos sièges avant de partir en novembre et la stratégie de prendre un hublot et un couloir a fonctionné : personne dans le siège du milieu.. Un peu plus d’espace… Pas assez pour s’allonger et dormir mais la sélection de films et le mode de diffusion plus sophistiqué que sur Air Pacific où les maigres films démarrent dès qu’ils mettent en route leur système- m’ont permis de m’enfiler 4 films dont « l’artiste » et « Avatar »…

Débarquées sur la colline vers 16h30…. Fanny, courageuse après une nuit blanche, est rentrée à Chatou. Ca nous fait du bien d’être seule après 2 mois de vie commune presque 24h sur 24.

L.A a été un bon sas certes mais la fraicheur parisienne et les cieux gris comme si le soleil ne réapparaitrait plus jamais sont quand même un sérieux choc thermique… Enfilé 3 couches, et après quelques heures à me réapproprier les lieux, je me sens presque posée… … J’ai identifié les passages dans la maison : clairement Evye, à qui j’avais offert de rester quelques jours en mon absence a accepté mon invitation. Pas un mot mais un peu de bordel dans mes verres à vin et à champagne… Sam aussi a dû passer, vue la manière dont étaient posés mes oreillers.. Et bien sûr Eli qui relevait le courrier et nous informait des choses urgentes. C’est la seule personne que j’ai appelée ce soir, elle a confirmé mes sentiments des visites.

Vidés les sacs composés de matos (cameras, 4 disques durs d’1 et 2 To, les bandes de 2010 qu’il m’avait fallu emporter pour finir de monter quelques séquences), de papiers qui représentent une bonne pile, vêtements, cadeaux divers, quelques coquillages et une bonne douzaine des bouquins que j’avais accumulés dans la maison de Tuvalu. Les sacs vidés sont hors de vue, et leurs contenus déposés ici ou là pour consolidation, le courrier est passé en revue et classé, « a payer », « à voir », « à classer »… Tout reste à dispatcher et à traiter, mais j’ai à peu à peu retrouvé mes marques.

Un début de liste pour demain et pour le mois. A commencer par appeler les entreprises qui doivent changer la véranda du bureau et les baies de la cuisine.. Ces travaux devraient perturber pas mal notre fonctionnement mais peut être aussi nous donner la possibilité d’archiver et de mieux nous organiser encore.

Et puis Farrah… son savon au lait d’ânesse…, sa photo sur mon bureau posée là après son anniversaire… En cherchant le soleil, je me dis que Paris la pleure et je le comprends..

29 / 01 / 12 - 08 : 51



Ce samedi on passera une paire d’heures chaleureuses avec Sarah installée pour plusieurs mois à Suva avant le voyage en bus qui traverse Fiji la verdoyante de Suva à Nadi. Le chauffeur était un peu nerveux mais nous a néanmoins conduits à bon port et forcément avec un peu d’avance à l’aéroport..

29 / 01 / 12 - 08 : 47

Appel enthousiaste de Sarah pour fixer un rendez-vous samedi avant notre départ. Set ! Quelques emails, une connexion plus rapide que celle de Tuvalu est appréciable. Un mot aux garçons à Nanumea. Kaio doit encore nous envoyer quelques infos pour qu’on envoie un CP sur les avancés du biogaz, aux médias tuvaluens. Un email au conseiller culturel de l’Ambassade pour lui dire que nous serons à Nadi le lendemain, puisqu’il avait proposé de nous y retrouver pour un verre. La journée file sans qu’on s’en aperçoive, sans doute qu’on décompresse.

29 / 01 / 12 - 08 : 47

L’arrivée à Suva, après deux heures et demi d’avion seulement est le début d’un autre monde. Définitivement plus bruyant, plus speed, plus enfumé - même si Fiji a réduit notablement la part de soufre dans son essence -, plus tartiné de pubs – même si à Tuvalu ça commence -, plus fourni en fruits de toutes sortes et c’est là qu’on a couru en arrivant : au marché !

A l’aéroport, Gilliane est allée payer le billet retour de Sikeli. Pendant que je discutais avec Ron, le taxi driver qui nous accompagnerait à l’hôtel… Un mail pour seule réservation, Gilliane y est autant chez elle qu’à Tuvalu, « bien sûr qu’on t’a préparé une chambre. »

Ron, courageux indien comme tant d’autres qui n’ont pas eu le choix, a perdu son père à 5 ans. Enfants, il faisait des rotis avec sa sœur avant de partir à l’école pour apporter un peu d’argent au foyer. Ses enfants apprennent la musique. Ce sont les enfants de Ron qui profiteront des cordes que Sarah avait laissées pour notre copain Kalisi que nous n’avons pas croisé avant de partir.

Après un plein de fruits, mail à Sarah pour la prévenir de notre arrivée : elle répond qu’elle est en retraite d’équipe avec ses collègues de l’USP, à une paire d’heures de Suva, rentre samedi.. C’est malin, si on n’avait su…, Sarah était la raison numéro un de notre stop fidjien. Mail à Sholto (Undp) qu’on n’avait pas réussi à voir à l’aller, elle était malade. On aimerait bien la mettre à jour sur les dernières et positives avancées sur le projet de biogaz à Nanumea, mais cette fois, elle boucle un cycle de réunions et n’aura pas le temps de nous voir. Ok..

Le téléphone sonne. C’est Anare. Aujourd’hui Uicn, Anare est un soutien fidèle ami, c’est grâce à lui lorsqu’il était à la SOPAC qu’avec le soutien de l’ADEME également, on a lancé les mises en place et formations au biogaz à Amatuku et sorti la première mouture de la tradution tuvaluenne d’ « A l’eau, la Terre ». « C’est toi que j’ai vu entrer dans un resto hier soir ? » dit-il à Gilliane, qui confirme. « Vous faites quoi ? » Elle explique Sarah et Sholto. « On est libres ». « Ok je passe vous chercher pour boire un verre. » Il cherche toujours à faire connaître à Gilliane des lieux nouveaux, cette fois c’est le yacht club d’où espère-t’il, nous apercevrons le coucher du soleil. On tombe en pleine cérémonie d’adieu à un défunt, adjointe d’une tombola pour les membres du club, quant au soleil, il a décidé de se planquer derrière les nuages. Par chance, il fait bon, la cérémonie est tranquille et le gagnant de la tombola est appelé dès le second tirage, c’est donc vite remballé. Anare a dit qu’il attendait avec impatience le blog en anglais. Pendant que Gilliane lui racontait la mission, il commentait chacune des nouvelles en se réjouissant entre autres de la confirmation de la nomination d’ambassadrice – « c’est le moins que Tuvalu puisse faire en reconnaissance de tout ce que tu investis pour eux » - de temps à autre il disait « ah c’est donc ça cette photo sur le blog » ou bien « ah oui la donation à l’école, j’ai lu dans la newsletter ». Très mignon sa manière de montrer combien il suit et s’intéresse à ce qu’on fait. Pour le projet scooter, il n’a pas vraiment de deadline, même s’il ne s’attendait pas à ce que Gilliane lui dise qu’elle ne revenait que dans 10 mois, difficile de savoir si c’est l’ami ou le funder qui a fait une petite tête, mais sans doute un peu des deux, on va essayer d’avancer sur le projet entre temps.

29 / 01 / 12 - 08 : 45

Dès 6h30, les gamins étaient tassés devant la porte à nous appeler. Ils avaient proposé la veille de venir nous aider dès 5h ☺. Heu… La plupart portaient leur tshirt Alofa Tuvalu ou Jour de la Terre. Ils voulaient aider à finir les bagages, ranger la maison.. Vraiment trop mignons. Ils ont été notre rayon de soleil quotidien même les jours de pluie, de 1an1/2 à 13 ans. On a été pendant 7 semaines leurs vacances, leur spectacle, leurs amies…. Une affection que les plus grands Malei et Elega traduisent par « amour ». Extrêmement touchant et source de fous rires entre nous quelquefois. Ils ont eu accès libre à notre jardin et y construisaient puis détruisaient puis remontaient leur fale fait de bric et de broc devant notre terrasse… leur présence autour de la maison de 8h à 20 était rafraichissante, leurs appels incessants au début dès qu’ils nous voyaient, puis pour nous montrer quelques choses, se faire remarquer, attirer notre attention, quelquefois un peu trop, mais nos échanges quotidiens en anglo-tuvaluen ou par gestes, par l’exemple. à tout sujet ont consolidé une affection qui s’était construite depuis 2006 quand nous avons investi la maison de la péninsule. Ces derniers jours ils semblaient ne plus bouger du jardin, de sous nos balcons, comme s’ils nous voulaient le plus possible, le plus longtemps possible… Les plus petits ont crié nos noms avant ceux de leur frères et sœurs… Nous faisons partie de leur famille, sans même connaître leurs parents, nous faisons partie de la nation de Tuvalu, même si comme dans tout ensemble, certains s’égarent sur des routes qui ne sont pas les nôtres…

On leur a distribué les restes du frigo, la plupart quand ils ont un frigo n’ont pas de lait, fruits, gâteaux, chocolat, glace… Ils se sont installés dans le jardin sur la dalle de béton pour un pique-nique. On leur expliqué qu’on allait enregistrer les bagages et qu’on revenait faire le ménage et leur dire au revoir.

Willy, le fidjien qui gère l’énorme magasin de Susie, notre ancienne Présidente locale, avait proposé de nous accompagner à l’aéroport en pick-up. C’était bienvenu. Après nous avoir bloqué le chemin tous les jours avec leurs camions, ça nous semblait un remerciement sympathique pour notre patience. C’est Tenene qui nous conduit. La veille il avait dit à Gilliane qu’il avait vu un scooter électrique, comme le notre mais blanc, il doit nous donner le nom du propriétaire. Halte chez Alpha pour stocker les cartons de bouffe et alcools pour le prochain voyage, baisers à Sina, la femme d’Eti que nous n’étions pas sures de revoir et direction l’aéroport où nous avons demandé à pouvoir laisser en évidence le sac transparent des déchets que nous remportions dans nos valises : objets cassés, piles et batteries, aérosols, bouteilles plastiques etc.

Après l’enregistrement, au revoir à Nala tout en émotions et direction Grace pour régler la note de la moto. Le vieux qui a fait la note s’est un peu lâché, 450 dollars, à ce prix là on aurait pu l’acheter… Après négo, c’est descendu à 360. Pour la petite histoire, nous comptions sur notre mob électrique que Leota, le mari de Grace avait emportée à Amatuku et qui y est restée pendant tout notre séjour. Il était pour nous hors de question de payer le prix fort alors que nous aurions pu rouler pendant deux mois gratuitement… à condition bien sûr que la batterie ne lâche pas ☺

Retour à la maison pour une séance de ménage assistée des plus grands de nos petits voisins… Toluafe et Stella aux balais, Elega a la vaisselle, moi au frigo, Fanny à la salle de bain…

Après un train de hug devant la maison, quatre d’entre eux se sont mis en route pour l’aéroport, parmi lesquels évidemment Maeli et Elega, Lesley et Alicia. Ils nous ont accompagnées jusqu’à la dernière seconde, Elega tirant ma valise... On sentait la tristesse les gagner depuis quelques jours. Elega n’arrêtait pas de dire « I’m not happy ». L’aboutissement de leur peine grandissante a explosé ce matin à notre départ : au dernier hug, Elega et Maeli se sont effondrés dans les bras l’un de l’autre, en sanglots.

A l’aéroport, parmi ceux qui avaient bravé la pluie pour venir dire au revoir, Tataua (RedCross) qui nous confirme le remplacement de Pula par Pepetua à la tête de TuCan – une excellente nouvelle que nous avait rapporté Melton la veille -, Tafue (EKT), le gentil fou Lasalo, Katalina (éducation), Siuila (prof), le gentil vieux Teveia, Risasi la grande copine de Gilliane et notre trésorière qui vient rarement à l’aéroport surtout quand elle est en plein bilan comptable, la femme de Josh (media) etc., on a failli partir avec le fromage promis à Lee qui le voyait déjà en haut de la pizza, c’est Eti qui lui donnera, lui qui est peu démonstratif a attrapé Gilliane comme un grand frère en lui massant les omoplates. Et puis on a eu le temps de glisser à Penni le tensiomètre. C’est à peu près tout ce dont nous nous souvenons. Le sentiment global est que c’était vraiment bon. Et nous avons remercié la pluie battante d’avoir limité les effusions et raccourci les adieux… car bien sûr une grande partie de nos amis n’a pas pu venir..

29 / 01 / 12 - 08 : 44

Email de Kaio à Nanumea
“We have been excited to experience the first family to use Bio-Gas in Tuvalu...Our workshop will be on next week thursday the 26th of this month at night when everyone is not busy...”


Aux aurores, on entend du bruit derrière la porte. C’est le jeune Elega, assis sur le pallier, devant un parterre de coquillages, il prépare le collier qu’il veut donner à Gilliane pour son départ. La veille du bas de notre balcon, il lui proposait gestes à l’appui d’échanger des bagues avec elle…

Encore un jour de pluie, on se demande comment on va parvenir à bruler nos déchets avant de partir. Gilliane m’en veut d’avoir laissé filé l’opportunité de le faire la veille avant l’arrivée de Fong et Melton. On croise les doigts que ça se calme d’ici le soir.

On est passées à l’hôpital donner les médocs de notre stock qui ne seraient plus bons d’ici notre prochain voyage dans une dizaine de mois : aspirines, antibios, traitements pour la grippe et du liquide physio que nous avons en quantité importante. Si la porte du pharmacien a fini par s’ouvrir, en revanche celle de l’agence de voyage était close. Lani, la femme de notre copain Soma, qui termine deux ans d’étude en diplomatie au Japon, a décidé d’attendre que la pluie se calme avant d’aller bosser. On passe chez elle, elle vient de partir, ha ! Du coup, on croise Suzan, la responsable de la gestion des déchets au service de l’environnement. Gilliane en profite pour parler du besoin d’assistance d’Ampelamo, le ferrailleur. Suzan pense que de l’équipement est prévu pour lui dans la dernière demande faite à l’Union Européenne. Quand Gilliane lui demande des nouvelles du broyeur de plastique envoyé par Taiwan il y a deux ans, Suzan répond qu’il a marché 6 mois avant de collapser, triphasé quand Tuvalu est en deux phases, même problème qu’avec le compacteur de canettes expédié par l’UE, tellement gros qu’il ne rentrait pas dans l’espace qui lui était destiné et qui rouille désormais sans avoir jamais ni fonctionné ni servi… Quelle tristesse. Et puis le kaupule a un autre compacteur et un autre broyeur pour le plastique, plus petit qui irait très bien à Ampelamo… Triphasé … et HS lui aussi … Arggggg

On repasse à l’agence, Lani est arrivée. On change le billet de Sikeli qui avait pris son retour un peu au pif, qui le faisait rentrer à Fiji avant que le bateau de Nanumea ne l’ait ramené sur l’île capitale. Billet réservé, faudra payer à Fiji. Et puis on a changé nos billets pour LA, histoire d’assurer quelques heures de transit pour croiser Sarah, notre spécialiste biomasse désormais basée à l’USP Suva pour la mettre à jour; pour croiser aussi éventuellement l’Ambassade de France. Tout ceci étant suspendu aux bons vouloirs d’Air Pacific qui depuis notre arrivée annule 2 vols sur 3 au départ de Tuvalu… Nous ne pourrons donc prévenir les uns et les autres qu’une fois arrivées à Suva.



La commande d’éventails aux noms de mon petit fils et des filles de l’amie de mon fils est prête. Je crois pouvoir dire que la vieille dame qui les a réalisés avec l’aide de son mari est une résistante, car, cette année, nous n’avons vu aucune autre femme de l’artisanat fabriquer de nouveaux éventails. J’espère que ceci ne présage pas d’un glissement aux oubliettes de ce pan de savoir traditionnel.
Lorsque nous passons les chercher seul le mari est là, la vieille dame souffre d’insuffisance respiratoire, elle est à l’hôpital. Espérons que ça ne dure pas.

Enième tentative chez Grace pour payer la moto, elle est toujours à Amatuku. Retour à la maison pour passer un peu de temps avec les enfants. Gilliane avait promis de montrer aux plus grands comment elle monte les vidéos. C’était aujourd’hui et je peux vous dire qu’ils n’avaient pas oublié.



Une fois la démonstration faite, on avait décidé de remercier tous les enfants d’avoir illuminé ces deux mois de leurs rires, sourires et attentions. Les grands ont reçu un tshirt Alofa Tuvalu, avec le Coseway, la partie la plus étroite de l’ile, pour les deux garçons qui avaient flashé dessus, un grand Alofa en coton bio pour Toluafe, la plus grande et un rose pour Stella. Toluafe et Stella ont choisi des vernis à ongles pour toutes les petites filles qui attendaient en bas et on est descendus distribuer des sthirts Jour de la Terre à tous les enfants. On a fait des heureux c’est le moins que l’on puisse dire.



Accalmie dans le ciel, on décide de tenter un feu. Tous les gamins étaient là. Pas mal de magazines à brûler, ici il n’y en a pas, alors ils se précipitaient dessus pour regarder les images, avant d’en faire des avions qu’ils jetaient dans le feu. Stella a demandé à en emporter un paquet. Les enfants dansaient, chantaient, demandaient à monter alternativement sur nos dos, demandaient encore et encore quand nous reviendrions. « Tu peux dire à ma mère que tu m’emmènes en France » me dit Maeli. Et Elega à Gilliane : « Quand tu arriveras à Paris, je serai dans ta poche ».

Au milieu de cette euphorie d’amitié, est arrivé Lee (membre et spécialiste du biogaz, il s’occupe aujourd’hui de l’audit sur le trust fund)… avec une pizza. On avait bien gouté celles que fait sa femme pour le bar des femmes (toujours froides), mais on n’avait pas eu le temps d’en commander en directe comme on l’avait promis. Lee qui ne voulait pas qu’on parte sans une dégustation en bonne et due forme, est venu en personne livrer une pizza toute chaude absolument divine qu’il avait faite lui-même. Il a donné des consignes à Elega et aux autres enfants pour surveiller le feu, et nous sommes montés partager la pizza et boire un verre sur la terrasse, point de vue qui permettait de garder un œil vigilent sur les enfants autour du feu.. Il a de belles et bonnes idées pour faire avancer son pays, un tempérament de manager qui ne gâche rien. On l’a assuré du soutien d’Alofa et de notre participation s’il lance quelque chose, sur les déchets ou sur l’hydroponie qui le passionne. Un cerveau pour Tuvalu, un pilier pour Alofa et un vrai fidèle ami.

Au départ de Lee, Elega et Maeli sont repassés, avec du boudin de sang de cochon tout chaud, pour demander si le verre c’était bien passé. Elega est repassé un peu plus tard pour offrir son collier à Gilliane..

29 / 01 / 12 - 08 : 42

On allait partir au port pour remettre le paquet avec les graines et le tuyau de gaz au « writer » du Nivaga pour Kaio et Sikeli à Nanumea, quand Kaio appelle. Ils sont surexcités. Sikeli d’ordinaire peu démonstratif saute sur le combiné : « Gilliane !! on a pris le petit déjeuner avec les digesteurs !! on a fait du thé et frit plein de poissons !!! ». C’est effectivement une excellente nouvelle qui confirme celle d’hier : 2 digesteurs sur 4 ont été correctement utilisés et entretenus par les volontaires. Nous attendons les noms des bons élèves pour les « dénoncer » à la radio. Les garçons ont encore besoin d’un régulateur pour leur gazinière. On fait demi tour pour l’acheter et on repart au port. Point de « writer » à bord, mais son second promet de lui remettre le paquet.

Ce mardi est le jour du retour de John, notre relais local et patron d’Alpha, l’une des deux compagnies qui emploie les marins tuvaluens. Il était rentré chez lui en Australie pour les fêtes de fin d’année. Nos voyages n’auront que peu coïncidé malheureusement, mais l’avantage avec lui est qu’à l’exception des deux mois que nous lui résumerons le temps d’un dîner, il est très au fait d’à peu près tout, puisqu’on s’écrit règulièrement. John était bien content d’entendre que la motivation était de retour. Ravi aussi que le projet d’importation de scooters électriques sur lequel il s’est beaucoup investi avec Chris à LA ait été de nouveau discuté. John avait proposé une réunion il y a quelques mois pour sonder l’intérêt des uns et des autres à s’investir dans un tel projet et sans doute parce que les Tuvaluens ne sont pas habitués à lui voir organiser des événements, personne n’est venu. Pour cette idée, comme pour d’autres, il fallait sans doute aussi laisser du temps, le temps que l’idée vienne d’eux..

D’habitude c’est John qui fait la cuisine, il est sans conteste la meilleure table de Tuvalu. Ce soir on avait décidé qu’il ne toucherait pas une poêle. On lui a mijoté les derniers filets du thon frais du freezer, revenus en lamelles fines dans du lait de coco, avec oignons, ail et citron vert, le tout accompagné d’une purée de pommes de terre. Je crois qu’on a réussi à épater le cuistot.

Sans parler du dessert : des raisins trouvés par hasard à l’épicerie du coin qui venait d’être livrée par le cargo mensuel.

Avant le dîner, Fong et Melton étaient passés avec l’une des filles de Fong pour choisir quelques tubes de maquillages. Melton était de mauvaise humeur, mais il s’est quand même déridé en essayant les chapeaux que nous avions décrochés pour les mettre en caisse. Ces derniers jours, on a entrepris de mettre la maison en boîte pour tout rassembler dans une chambre du bas pour faire quelques économies. Ce soir-là, pendant qu’on paquetait, Elega qui n’a toujours que 12 ans chantait « Gilliane my baby » sous nos fenêtres. Elle avait un peu de mal à se concentrer ☺ et moi aussi qui trouvait ça très drôle.

29 / 01 / 12 - 08 : 41

Kaio écrit : “worked with the bio-Gas promoters today...good news is that the digestors are producing gas.... go Nanumea go... be the first island in Tuvalu to use Bio-Gas...”

J-4, forcément ça va speeder. Récupération des notes manquantes pour notre compta enfin…. Essayer… Il a fallu repasser plusieurs fois pour certains, puis attendre des plombes que pour 25 $ la préposée à l’essence nous rédige une note détaillée en poussant le détail jusqu’à recomposer dates et montants…

En fin de matinée, déjeuner-pique nique au Nord de l’île, avant la décharge, avec Melton, Fong, et les filles, chez la femme qui nous avait aidées au bingo et qui nous demandait de passer chez elle un de ces jours. “No worries, je frapperais à ta porte. “ elle avait répondu “je n’ai pas de porte”… Sa maison est un cube en parpaings… et la porte vient d’être installée…. Ce fut très agréable, très modeste. Elle n’a pas de water tank chez elle et elle nourrit le voisin qui en échange lui donne de l’eau, c’est dire la simplicité et les valeurs du lieu.

On avait apporté des trucs de palagis, des rôtis, des crèpes roulées au thon, de la pizza faite par Lagi la femme de Lee etc. Elle, avait préparé un festin de mets locaux. Très bon… petits poissons du lagon, sauce curry et lait de coco, et autre lait de coco, sucré celui là, avec des boules de farine… J’ai passé la tête chez Luni (ex prof à TMTI) dont la femme, elle aussi, m’avait demandé de passer un de ces 4. Elle n’était pas là, lui dormait sans doute, mais les parents, très hospitaliers m’ont proposé de partager leur déjeuner. C’est aussi ça les tuvaluens… le partage.. Personne d’autre dans la maison, mais je rencontrerai la femme de Luni par hasard devant le stand de vente de poissons un peu plus tard…

Avant le déjeuner, on a déposé un communiqué de presse au media pour la suite du projet Biogaz à Nanumea.. Surprise là aussi… alors que nous suggérions à la journaliste de service que ce serait bien de faire une annonce pour rappeler que les photos peuvent être retirées de l’hôtel aujourd’hui, elle nous a appris qu’elles avait fait ce rappel déjà hier… Et quand on est passées à l’hôtel, des gens sortaient avec des petits paquets de photos en main.

Après plusieurs tentatives infructueuses, on a trouvé Ampelamo, l’unique ferrailleur de l’île, chez lui. J’ai le sang qui boue tellement cette histoire est triste… Il va chaque jour avec sa mobylette et son petit chariot récupérer à la main tout le métal qu’il trouve de la décharge, aux abords des routes. Aucun soutien de personne, ni en équipement, ni en facilité de transport des containers pour recyclage en Nouvelle Zélande, Fiji ou Australie, ni même et encore moins pour son temps et celui des quelques gars qu’il paie 2 dollars de l’heure pour l’aider. Tout le monde pense que ça lui rapporte de l’argent…



Nous lui avons déposé une copie du petit film que les jeunes danois qui étaient restés dans la maison d'Alofa et qu'on a aidés, ont fait sur son travail. Fanny a réussi à craquer le master pour en faire 2 autres puisque Ampelamo nous avait demandé de déposer sa copie à PDL, la ligne maritime, qui repart, containers à vide.. Depuis des années je pousse pour que des recyclables puissent être transportés de cette manière à Fiji ou New Zealand. On a promis à Ampelamo de faire tout ce qui est en notre petit pouvoir pour débloquer la situation d’enlisement dans laquelle il est, lui le seul mec vraiment motivé par, non pas l’appât du gain, mais la propreté de son île.

On est passées ensuite chez Panapasi pour lui déposer des dvd des démonstrations de biofuels pour lesquelles il n’était pas là, puisqu’à Bruxelles… Je lui ai demandé s’il pensait que je pouvais faire une lettre à tous les concernés sur le sujet Ampelamo… Why not a t’il répondu…

On n’a pas ras réussi à confirmer le retour des garçons de Nanumea mais appris que le prochain bateau, sur lequel doivent partir quelques graines, et un tuyau de gaz, levait l’ancre mercredi…, alors ce soir Fanny plie des cocottes en papier pour les sachets de graines.. tandis que je précise comment ont été dépensées les sommes retirées en cash… boring…

21h30, une voix d’enfant appelle en bas… …. Du balcon “Qui est là”… Je pensais aux filles de Fong, qu’elle devait déposer pour prendre quelques vernis à ongles… “Please come down”…. C’était un des petits garçons du gang Alofa Tuvalu junior… dont je disais à Fanny cet après midi, tu as ton petit amoureux, Malei, je crois bien que j’ai le mien, Elega.. C’était lui, avec un fo fait de fleurs qu’il m’a posé sur la tête… Un peu plus tôt alors que nous préparions les boites pour vider le plus possible la maison, il calculait avec les autres, comment me donner un collier d’au revoir, fait de coquillages, jeudi, à l’aéroport quand nous partions… “je serais très contente de vous dire au revoir à l’aéroport mais je ne veux pas que dépensiez votre argent”… “Mais ce n’est pas de l’argent c’est des coquillages…” Quand Fanny m’a vue remonter avec le Fo sur la tête, on a eu l’un des plus grands fous rires du séjour. Ces gamins sont incroyables. Quand je pense que nous appréhendions l’accueil que nous réserveraient les Tuvaluens…

29 / 01 / 12 - 08 : 38

La journée avait commencé comme une journée normale. Enfin, normale, tout est relatif : sur le sol, devant la porte : « I love Fanny, by Maeli ». Un peu déconcertant venant d’un gamin de 10 ans, mais le geste est mignon.

Nala, elle, avait mis les petits plats dans les grands, comme toujours, avec trois ou quatre plats différents pour un déjeuner de copines. Beaucoup de choses échangées, sur Tuvalu, Alofa, le séjour qui se termine, les actions, les motivations, les perspectives et puis des tas de trucs qui n’ont rien à faire dans un blog.

On aurait pu parler des heures encore, mais on avait rendez-vous avec Tafue, chez lui, au nord de l’île, pour une interview sur son ressenti après Durban. C’était sympathique de voir Tafue dans son home et de découvrir sa cohérence entre ses prêches et ses actes.



Il s’est porté volontaire quand un donneur a proposé d’équiper quelques foyers de toilettes à compost. Au début sa famille était réticente, alors il avait coupé l’arrivée d’eau des autres toilettes pour les inciter. Mais quand il revenait de déplacement, le robinet était de nouveau ouvert. Il a insisté, expliqué et aujourd’hui il a viré les toilettes « traditionnelles » pour en faire une laverie et, tous utilisent les toilettes à compost. Les poules sont élevées en liberté. Les cochons sont dans un enclos lavé tous les jours de sorte que contrairement à la plupart des porcheries, ça ne sent pas. Un joli petit havre et un homme bon et chaleureux qui a profité de la caméra pour nous assurer de son soutien et a glissé quelques conseils, en tout cas ses recettes pour ne pas perdre la foi dans le bien fondé d’entreprendre.

On allait repartir, ou plus exactement Gilliane filmait la cime d’un cocotier quand Teu, responsable locale du projet de reproduction de biogaz pendant la première année, est passée. On aura raté tous nos rendez-vous, mais à force de se croiser par hasard on aura eu le temps de tout se dire ☺ A Tuvalu, y a pas de hasard.

Retour à la maison, Fong (médias) et Melton (notre secrétaire général) doivent passer avec les enfants de Fong pour boire un verre et récupérer les petits cadeaux que Gilliane porte tous les ans. Une triste nouvelle nous attend : un passage sur facebook que nous surveillons depuis notre arrivée y postant autant de soleils que possible sur le groupe fermé de FarraH, notre webmastrice qui se bat depuis plus d’un an contre un cancer des poumons. La vague d’amour qui l’a accompagnée dans cette épreuve s’est transformée en océan de larmes mêlées d’une admiration fascinée et unanime : vivante jusqu’à son dernier souffle, elle a trouvé la clé pour s’envoler... On a reporté la visite de Fong et Melton au lendemain et on a bu un verre de vin blanc pétillant en regardant notre Vénus briller… et c’est pas le mauvais vin qui faisait mal au ventre…



27 / 01 / 12 - 17 : 40

Le soleil brille, le ciel est bleu, pas un nuage. Lee passe d’un coup de moto s’assurer qu’on a remarqué et que bien entendu, la sortie sur l’îlot est confirmée. On a crû à une sortie groupée avec des japonais. En fait, deux départs de bateaux de la petite jetée d’Alpha, l’un pour Tepuka, l’autre pour un îlot que nous ne connaissions pas encore. Lee nous embarque.



Semese conduit une troisième barque avec à bord Simon des pêcheries, un yachteur australien féru de pêche sous-marine et un autre gars. Evidemment puisque la pêche sera sous-marine, oublions l’idée de les filmer. La caméra est restée à la maison. On a laissé l’appareil photo avec Kaio et Sikeli pour qu’ils rapportent des images de la reproduction de biogaz. Notre équipement est donc réduit au strict minimum : la petite caméra avec son heure de batterie et pas une seconde de rabe et nos yeux grands ouverts. Lee nous pose sur un îlot, près d’un des passages entre le lagon et l’océan, le dernier avant Funafala. Deux barques de pêche sont amarrées à l’autre bout. Lee et la barque de Sem repartent pour pêcher. L’îlot est magnifique : le décor de carte postale. Sable blanc, gris ou roches volcaniques selon où on se place, une végétation très dense et d’un vert rassurant, des noix, des fruits d’arbre à pain et des pandanus qui forment des grappes que les enfants du quartier suçotent, des myriades d’oiseaux qui tournoient, pêchent. Bref, un délice qui sonne comme une récompense en cette fin de mission réussie.





Nous n’avons pas l’heure, mais nos estomacs commencent à grogner, et le soleil nous confirme qu’il est bien plus de midi. La première barque s’en va. Toujours personne… on partage une bière et quelques chips, sacrilège sur une île si mirifiquement déserte. La seconde barque s’en va. Seconde bière et un tour de l’île pour voir si on ne voit pas nos amis pêcheurs. La luminosité commence à baisser, au loin des nuages se forment. Gilliane se dit qu’ils ont peut-être fait halte à Tepuka avec les japonais, qu’ils y déjeunent. J’écris un SOS sur le sable. Et on commence à envisager l’environnement autour pour le cas où nous devrions y passer la nuit, en plaisantant tout en espérant que ça n’allait pas arriver. Finalement les deux barques sont de retour, pleines de poissons. Semese s’excuse de nous avoir fait attendre si longtemps. Lee s’active autour du feu. En deux temps trois mouvements, le barbecue de « grands voyageurs » est prêt: un tapis de feuilles et branches sèches posées sur la roche, les poissons, recouche de feuilles sèches et merci Gilliane de n’avoir pas arrêté complètement de fumer, il fallait quand même un briquet pour que le feu fut. Lee, d’une lame de branche, fait une spatule. Un autre ouvre un poisson à manger cru. Une fois cuits, les « voyageurs » sont lavés-salés dans l’eau de mer. Un jet de citron vert, un bout de pain. Lee attrape une noix de coco, la première et la seule qu’on mangera sur ce voyage, la sécheresse des neuf derniers mois a fait des dégâts sur les arbres. On croit tomber parterre tellement c’est délicieux. On repart assez vite car le temps va tourner et la lumière tomber. Pour équilibrer les bateaux, Simon des pêcheries saute dans la barque de Lee. Il est tout fier de dire quelques mots en français. Il a grandi en Calédonie et parle sans accent.

Lee nous dépose à la maison, pour attraper caméra et téléphone (dernier outil disponible pour prendre des photos) et retour à la petite jetée d’Alpha pour immortaliser l’une des plus belles prises des garçons : un énorme « traveli ». Dans le fond du bateau il y avait aussi un requin de belle taille. Semese a dit qu’ils en avaient croisé de très gros côté océan. Quand je lui ai demandé ce qu’ils faisaient dans ces cas là, il a répondu en riant, « on leur dit bonjour ». Les mots étaient bien faibles pour remercier Lee et Sem pour cette journée.

On a récupéré la mob laissée chez Alpha et avant de rentrer, sommes passées, toujours trempées, voir Nala, notre Présidente d’honneur, une des grandes amies de Gilliane arrivée l’avant veille de Nouvelle Zélande. Nous savions que nos voyages n’allaient que peu se chevaucher, et Gilliane se sentait mal de n’avoir eu que le temps de la saluer à sa descente d’avion. Elle était sereine et savait qu’on passerait. Rendez-vous fut pris pour déjeuner le lendemain.

27 / 01 / 12 - 17 : 39

La bonne nouvelle du jour, c’est qu’en dépit d’une pluie battante, Sikeli, Kaio et le jeune planner du Kaupule sont partis vers Nanumea sur le Manu Folau avec les équipements.





Nous qui filmions depuis leur arrivée au port et le chargement des équipements, étions bien entendu trempées jusqu’aux os, lorsque l’assistant de Kausea (Ministre de l’Energie) qui devait nous rappeler depuis 3 jours, a appelé pour annoncer que le Ministre nous recevait « tout de suite ». On voulait lui faire une mise à jour sur toutes nos actions puisque la plupart sont sous son ministère et que nous n’avions pas eu le temps de lui en parler encore.

On enfourche la mob’, direction l’immeuble du gouvernement sans prendre le temps d’enfiler des vêtements secs, de toute façon il pleut moins, mais toujours. Dans le bureau de Kausea, la clim nous fait claquer des dents, mais on a aussi envie de claquer des mains quand il nous dit que le travail qu’on fait depuis 10 ans a porté, et qu’il énumère les projets qui doivent conduire 3 des îles à l’indépendance énergétique. Il reconfirme son intérêt pour les biofuels d’huile de coprah produits localement. Il a assisté à toutes les démonstrations publiques faites avec Gilles en 2008 et 2009. Gilliane lui parle du projet de scooter électrique sur lequel Anare (UICN) voudrait donner un coup de main. L’idée lui plait, il oriente vers l’assistant du secrétariat. Et puis il est content de l’initiative de Nielu, son officier, de vouloir faire des formations biofuel sur les iles lointaines avec le fuelpod importé en 2009… Bref ça valait le coup de claquer des dents.

On est parties se changer pour ne pas attraper la crève, avant de revenir déjeuner à l’hôtel où il était convenu, depuis notre arrivée, avec Semese et Lee que nous organiserions, avant notre départ, une sortie sur un îlot si la météo le permettait. Nous l’avons déjà écrit, l’eau trouble du lagon dissuade de s’y baigner au point que Gilliane n’a pas mis les pieds dans l’eau depuis 4 ans ! Semese manque à l’appel. Il n’a pas prévenu Lee du rendez-vous, mais Lee nous rejoint quand même et rendez vous est pris pour le lendemain à 9h, pour équiper le bateau d’Eti, avec le moteur de Lee, et prendre le fuel. Nous apporterons nous citrons verts et pain et, à quelques boissons et poissons près, le tour était joué.

On a profité de l’après-midi à la maison pour commencer à organiser la fermeture de la maison et nos bagages. Et le soir, Panapasi (Numéro 2 du gouvernement, exceptionnellement en vacances) et Laima (acting pour son mari et secrétaire permanent à l’éducation) nous invitaient à diner. La première fois qu’on arrivait à se poser avec eux. Gilliane était déjà très amie avec Panapasi avant qu’il ne soit nommé Ambassadeur de Tuvalu à Bruxelles. Ils ont un grand respect l’un pour l’autre, de la confiance et de l’estime. Ils partagent il me semble le sens du bien commun qui fait d’eux de bons visionnaires. L’assistance qu’on a apportée pendant deux ans à cette nouvelle Ambassade et les fréquentes visites des uns aux autres et vice versa ont renforcé les liens. « Quand tu déprimes faut m’en parler, faut pas rester avec ça » a-t’il réagi quand elle a parlé de son malaise pendant les guerres intestines, pour ne pas dire fratricides, de la campagne électorale, guerres qui ont duré bien au-delà des élections et durent encore à renfort de tribunaux pour savoir qui a volé quoi, quand et si c’était vrai, alors que le pays aurait besoin du pouvoir d’avancer… ; à entendre ses amies se déboulonner les unes les autres dans son oreille ; à voir le staff de l’institut maritime partir en guerre contre le capitaine et le comptable, gelant toute activité pendant des mois ; à croire que nous avions fait beaucoup de choses pour trop peu d’effet. La prise de distance a fait du bien, le voyage aussi, nous en reparlerons probablement plus tard, mais il est évident qu’il est déterminant pour Alofa Tuvalu. Nous avons terminé le diner, comme nous terminons la mission, en parlant d’avenir…

Avant de se coucher, un mail de Semese qui s’excuse de son absence au déjeuner et confirme qu’il sera là pour la sortie sur l’îlot. Super.

27 / 01 / 12 - 17 : 31

Jour arrosé (encore) et jour d’arrivée de Sikeli, notre spécialiste biogaz. L’avion tournoiera un moment en l’air avant d’atterrir, deux approches infructueuses, la pluie était si dense que le pilote ne voyait rien.

Le voyage du vaisseau tuvaluen, le Manu Folau, reporté de jour en jour est annoncé au départ demain/vendredi matin nous dit Kaio qui nous a rejointes à l’aéroport. Il nous prend de concrétiser l’idée un peu folle qu’au lieu de prendre le bateau pour Nanumea le 17, ils pourraient bien prendre celui-ci. Gilliane ou moi aurions détesté devoir se préparer à un départ si rapide. Mais pour eux, un départ précipité ne semblait pas les stresser une seconde. Kaio avait déjà commencé à laver son linge et faire son sac avant. Après un déjeuner briefing avec Sikeli, le changement des billets a été rapide. Le seul hic c’est que Sikeli perd sa cabine et doit voyager lui aussi sur le pont… Ils partent ensuite acheter ce qu’il restait à prendre (gouttières, tuyaux et un stock de bouffe, avec la bouteille de gaz qui manque dans l’île lointaine), tandis que Gilliane s’est mise la tête dans le budget, sorties de liquide et préparation de chèques pour assurer qu’ils aient ce qu’il fallait pour se loger, manger et vivre, mais aussi organiser des ateliers de sensibilisation. Sikeli est parti dans une bonne sieste, pendant qu’on corrigeait le mémo biogaz qu’il avait amendé avec les digesteurs plastiques de Nanumea, la nouveauté de ce projet de reproduction– à Amatuku, le digesteur est en brique. Sikeli a remis une patte dessus et ils sont partis avec une quinzaine de copies du document repris en langage simple et une paire de tapis sous le bras.

Le soir, dîner avec l’équipe de TMTI, l’Institut Maritime, Iefata le nouveau capitaine, Leota, le chef ingénieur et Sailoto, l’un des ingénieurs formés par Gilles, notre spécialiste biofuels. Pas la voie du capitaine, ils ont confirmé leur souhait de relancer les formations à la biomasse et de les intégrer au cursus des étudiants marins. Le capitaine a dit qu’il allait prendre soin du gazogène au point d’envisager dormir avec. Sailoto qui avait animé lui-même la démonstration publique du gazogène en 2009, lui a à peine laissé finir sa phrase « tu ne peux pas, il est à moi ». Ils ont confirmé aussi que l’école allait acheter des cochons pour réanimer la porcherie et on a proposé avec son accord que Sikeli vienne les aider à remettre le digesteur en route quand ils seraient prêts.



Il est évident que le nouveau staff de l’école est pro-actif, un vrai plaisir de voir que les graines semées depuis 2006 commencent à pousser. Après le mauvais climat qui régnait sur l’école en 2010, c’est une vraie bonne surprise.

27 / 01 / 12 - 16 : 58

Il pleut comme vache… Manu Folau et Nivaga, les deux bateaux inter-îles sont dans le lagon, temps trop mauvais pour qu’ils restent arrimés au port, dans l’attente de la levée de l’alerte météo. Sikeli, qui arrive demain, et Kaio qui l’accompagne à Nanumea vont finir par pouvoir monter sur le bateau sans attendre celui du 17, ce qui serait une bonne nouvelle pour nous qui avons à ranger un paquet de trucs avant de décoller… dans une semaine…

Fin de l’installation de l’expo avec Kaio et Gilliane. Avant de partir de l’hôtel, on a pris soin de coller les panneaux qui prient de bien vouloir patienter jusqu’à lundi avant que chacun ne vienne décrocher ses photos puisque, c’est le principe.



Passage ou plutôt détour à IWRM, la branche « eau » du programme d’adaptation, un fond australien, installée aux Travaux Publics, pour demander des nouvelles de la jambe de Sakaio le chef plombier… Il est rentré chez lui nous dit son collègue, clairement surpris de notre empathie. Le reste des locaux est désert… Confirmation quelques minutes plus tard : tous les représentants de IWRM sont overseas depuis notre arrivée, en vacances… La dernière, représentante de l’organisation, Ivy, également coordinatrice de la compétition de jardins de 2010, que Gilliane monte toutes les nuits depuis deux semaines, est partie elle aussi hier, pour de bon, nous dit Oyda. Ivy a juste oublié de nous prévenir… tout comme sa mère que Gilliane a croisé hier. Quand elle lui a parlé du petit film qu’au moins, elle verrait puisqu’on le remettrait à sa fille, la vieille dame était ravie mais n’a rien dit non plus du départ de sa fille.

Oyda qui a oublié de venir confirmer l’autre jour, espère toujours qu’on se fasse un diner : « vous êtes ma priorité jusqu’à votre départ ».. Une bise à Penni : « j’ai une citrouille pour vous ». Là non plus, on ne pourra pas la prendre : nous devons vider le frigo et on n’aura plus le temps de confectionner une courge.

27 / 01 / 12 - 16 : 52

Suite et fin du feuilleton de la lettre officielle. Apisai n’est pas dans son bureau quand nous passons. Direction celui de Pasuna : du fond de son fauteuil il nous indique le ministre n’a pas encore signé et qu’il est en réunion.

En sortant, on passe directement en face au bureau du Ministre : « tu as eu la lettre, je l’ai signée ce matin ». heu… Gilliane reste discuter avec Apisai, je repars chez Pasuna. Son bureau est fermé. J’insiste auprès de son assistante « c’est le ministre qui m’envoie ». Elle finit par l’appeler … dans son bureau. Le verrou s’ouvre, il sort avec la lettre. Apisai jette un dernier œil avant de la donner à Gilliane : elle n’est pas tamponnée. Retour chez Pasuna. Son assistante sort l’encrier et tamponne. Tapugao, le numéro 2 des Affaires étrangères qui passait par là, et qui lui aussi cherchait Pasuna désespérément, attrape la lettre et me la tend avec toutes ses félicitations pour la nomination de Gilliane. Apisai a suggéré qu’on prenne la photo sous la tête du père noël « Merry Christmas » !



Avec les Ministres, puisque la plupart repartait en meeting à l’étranger ce mardi, Julie (USP) a enfin pu partir.., après une semaine et non deux jours sur place et quelques idées pour remplacer le maillon défaillant.

Et nous avons pu retourner à nos moutons et accrocher à l’hôtel une partie de l’exposition des photos de la mission précédente. Un nouveau moment sympathique avec nos gamins du quartier, qui sont venus prêter mains fortes. Kaio, le fidèle actif, était là aussi. Josh (media), fidèle lui aussi est venu donner un coup de main. L’un coupait des bouts de scotch, l’autre les fixait en rond, le troisième les collait au dos des photos, le quatrième les portait au mur. Deux équipes, 600 photos collées. Le reste fut renvoyé au lendemain. Mais plusieurs centaines seront mises de côté, faute de place aux murs.



Balai des fidèles suite, Oyda, une adhérente de longue date, aimerait nous inviter à diner, elle amènerait la bouffe, nous le vin. « je passerai ce soir pour confirmer que je viendrai » ☺… On va essayer, mais les jours commencent à être comptés sur ce séjour plus court que d’habitude qui surprend un peu tout le monde. D’ailleurs quand Gilliane a prévenu Tafue (Président d’EKT et feu Président de TuCan remplacé par Pula) qu’elle voulait faire une interview de lui avant notre départ. Il a répondu : « Vous partez, eh pourquoi ça ? »

27 / 01 / 12 - 16 : 31

Pasuna, le chef du protocole, nous a baladées toute la journée, comme il nous balade depuis une semaine, et depuis des mois du reste.., au sujet de la lettre qu’il doit émettre et qui confirme officiellement ma nomination en juin 2009 en tant qu’Ambassadeur de l’Environnement. Le titre est honorifique bien sûr ; il exprime avant tout la reconnaissance du pays pour mon investissement. La confirmation en soi n’est pas nécessaire, puisque le Premier Ministre d’alors, Apisai, m’avait informée par email de cette décision à l’unanimité du cabinet des Ministres. Un vote suffisamment unanime pour ne pas nécessiter de courrier. Apisai (aujourd’hui Ministre des Affaires Etrangères et de l’environnement) y tient en tout cas et c’est vrai que ça peut être utile à l’extérieur. Pasuna lui tient à tout faire pour ne pas nous la remettre avant son départ overseas le lendemain matin. Il nous promène donc d’heure en heure avec toujours une bonne excuse pour ne pas l’avoir encore tapée. « Reviens dans une heure », « dans deux heures, c’est fait », « reviens demain », « la semaine prochaine sans faute », « il me manque le titre exact » (qu’on lui transmet) etc. Aujourd’hui encore, et en dépit de la pression que lui met le Ministre pour s’exécuter, il veut nous faire croire qu’il a remis la lettre à l’assistante personnelle dudit Ministre. Mensonge again : après enquête, l’assistante est absente pour la journée.. Retour vers lui : « comment tu peux donner une lettre à quelqu’un qui n’est pas là ? » heu…, « je l’ai là » (sans montrer le supposé courrier). « OK, Pasuna, tu est protocolaire, je suis tout l’inverse… donne moi la lettre j’irai la faire signer par Apisai chez lui »…. Sacrilège… « non, non, je m’en occupe. Reviens demain matin avant l’avion ».

Tout n’est pas perdu, sortant du bureau de Pasuna, on trouve Paulson, le responsable de l’équipe de foot de Tuvalu. On avait demandé à une équipe télé néerlandaise qu’on avait aidée à faire un sujet sur l’entraineur de l’équipe de foot, des copies de leur reportage à distribuer aux intéressés. Ellen, la journaliste nous a fait parvenir les copies avant de partir, les voilà transmises à qui de droit.

Dans notre série des voyages au port, nous sommes allé payer pour le transport sur le Manu Folau (l’un des deux bateaux inter-île) des petits water tanks et des 3 cartons d’équipement pour le biogaz à Nanumea. Par la même occasion, nous apprenons que le départ du bateau, prévu pour le lendemain, est reporté de 24h à cause du mauvais temps. Décidément…

On passe déposer le chèque du loyer mensuel à notre propriétaire, Seinati, aujourd’hui première dame. Les ministres sont en réunion à la résidence, l’internet de l’immeuble du gouvernement étant en rade. Willy (PM) demande des nouvelles de la lettre officielle. « Pasuna continue de nous mener en bateau ». Apisai qui s’activait sur l’ordinateur lève la tête : « Viens à mon bureau demain avant 10h, j’en fais mon affaire », avant d’attraper l’avion pour NewYork.

Nous sommes la 9e visite du jour pour Seinati, réputée pour son franc parler, qui aimerait bien pouvoir faire ses valises, elle qui décolle le lendemain aussi avec son PM de mari pour Abou Dabi. On ne s’éternisera pas. Juste le temps de l’entendre nous raconter une histoire à dormir assise (pour amortir le coût) d’une coiffure à 500 dollars. Elle a promis de ne plus se laisser prendre par les bons mots des coiffeurs d’hôtels lorsqu’elle suit son mari pour tel ou tel meeting.

27 / 01 / 12 - 16 : 29

De piètre humeur toute la matinée à la perspective de devoir sortir de la maison pour aller “interviewer” les enfants…. Je m’impose trop souvent des choses et comme je ne suis pas tuvaluenne, je n’annule jamais…

En sortant, les enfants de notre jardin avaient démantelé le fale, il y avait des tôles, des cloisons, des cartons sur toute la péninsule. Coup de bol, les garcons étaient dans un pick up quand nous sommes sorties du chemin. Je leur ai demandé de bien vouloir soit refaire un falé soit tout ranger… sans être sure qu’ils avaient compris ou bien sûr, s’ils en avaient envie. “I count on you”.

Arrivées chez Sina, elle a réveille Walter. Il faudra aussi sortir Kaio (qui s’était proposé de venir aussi) des bras de Morphée. Christopher était au lieu dit mais David, celui qui m’intéresse le plus parce qu’élevé dans une ile lointaine et qui repart demain par le bateau à Vaitupu, avait disparu. Angoissé à l’idée qu’il se fait d’une interview, il est parti se planquer au bout de l’île….



J’ai donc posé quelques questions aux 2 présents, mais 1-je n’ai pas pu faire mon plan d’intro à 3, comme prévu et 2-il faudra peut être tout refaire car nous étions convenus de faire ça devant la “plage”, et le bruit des vagues était un peu rough… J’ai entendu tout le long du chemin la voix de Chris “tu vois, t’aurais dû prendre un casque”…. Le soleil était couvert, j’ai donc opté, contrairement à mon idée de la veille de filmer en fonction du soleil dans la direction de la “ville”, aujoud’hui, j’ai privilégié le fond ’ocean’… j’en avais profité hier pour expliquer le role du soleil pour filmer des visages… et bien… je me suis fait avoir la aussi. Après avoir interrogé Walter, j’ai dû demander à Christopher de changer de place car le soleil avait montré son nez. Kaio était là pour traduire, mais Christopher tenait à répondre avec les quelques mots d’anglais qu’il connaît, du coup forcément, les réponses étaient moins étoffées et comme son frère lui soufflait la plupart des réponses, on risque de devoir trier au montage. Walter a ressorti le truc de l’église sur Dieu qui a promis qu’il n’y aurait pas de nouveau déluge, et décrit avec force son attachement à son île. « Si Tuvalu disparaît, je disparais avec elle ». Tous les deux sont très attachés à la mer avec laquelle ils ont grandi. Walter espère un métier en lien avec la mer. Christopher lui, comme tous les enfants du monde à son âge, voudrait être policier…



Au retour, merveilleuse vision de tous les mômes, filles comprises, affairés à balayer le jardin, à consolider leur toiture de pierres… Tout était nickel (enfin relativement). Je les ai chaudement félicités et applaudis en remettant à plus tard une discussion sur l’inutilité de balayer le jardin. C’est tellement ancré dans la culture tuvaluenne qu’il m’avait fallu 2 séjours pleins à entendre Elega balayer sous mes fenêtres pour parvenir à lui expliquer qu’on pouvait juste ramasser les déchets non organiques, que les feuilles, le sable, le peu de terre, pouvaient rester sur place, en fait on avait fait un tas puis un containeur de compost… Ce fut plus facile à comprendre.

Et puis un violent vent d’ouest a frappé l’ile… Leur toiture allait elle tenir ? Juste donné le conseil de pousser un peu plus l’auvent qu’ils venaient d’installer et qui faisait sérieusement prise au vent…

Le vent violent, comme un ouragan bruyant m’a interrompue dans le montage de ce foutu concours de jardin qui me bouffe un temps fou. 2h de rushes de visites de plus d’une trentaine de jardins, le tout en tuvaluen, avec peu de plans de coupes… Monter ce genre de truc exige une concentration et une oreille que je n’avais plus... J’ai décidé d’aller déterrer les casques son des cartons du rez de chaussée.

Des coups à la porte… J’attends un peu, je sais que ce sont les enfants qui pourtant s’aventurent rarement jusqu’à la porte et n’y ont jamais frappé… J’ouvre rapidement pour les surprendre. C’est un des plus grands, Elega, celui à qui j’avais confié la mission du nettoyage et une des petites qui dès qu’on entre ou sort essaie de rentrer… Elle passe la tête dans l’embrasure… J’explique au grand que j’ai besoin de travailler, qu’ils doivent rentrer chez eux… “travail ?”… Comment leur faire comprendre, je sais que même les adultes ne saisissent pas ce que signifie “monter” même avec des gestes des doigts montrant l’action de couper. J’essaie : “computer” “tu tapes des lettres” “je coupe des video”. L’œil exprime toujours l’incompréhension… Le front plissé pourtant il essaie. “je te promets qu’avant de partir je te montrerai” “Taeaio ?” “Non demain, on va se croiser, c’est sûr, mais je te montrerai ce que je fais avant de partir”…. Il a compris je pense, peut être aurais je dû dire “prendre l’avion”… La porte est à peine fermée qu’on y frappe à nouveau. Je l’entrouvre “stop”, le plus grand engueule la petite “tapu… interdit” et l’emmène avec un grand sourire.

Depuis : montage avec casque, diner de sashimi, et de deux soupes chinoises à 50 centimes.. Scrabble à deux pour remplacer le repose-tête que constitue d’habitude un bon livre… comme je l’ai déjà écrit, ici pour des raisons de poids je n’ai emporté que les numéros spéciaux de l’année et 1 seul roman avalé depuis longtemps… Merci le scrabble et la demi douzaine de films qui ont permis de faire le vide une bonne heure, en moyenne par jour depuis notre arrivée.

Ce dimanche, on a aussi trié une partie du gros millier de photos des activités de la mission précédente pour l’exposition traditionnelle à l’hôtel. Et on a fini le dernier kiwi et la dernière tomate du frigo. Ils auront tenu un mois, et les tomates auront rougi dans le frigo. Tuvalu est l’un des rares endroits où on s’incline devant les OGM et autres légumes pesticidés…

24 / 01 / 12 - 00 : 48

Enfin une accalmie dans une météo très très humide. Nous sautons dessus pour faire feu de tous nos déchets brulables : cartons, papiers, paquets de chips.
L’activité dans le jardin attire notre club des jeunes du quartier. Pendant que les déchets brûlent, on discute de tout, de rien, et beaucoup des déchets. Pour illustrer ce qu’on dit, rien de mieux que la BD en tuvaluen. On descend deux exemplaires. Depuis la lecture de passages à voix haute, la rédaction de promesses et les dessins, les enfants, entre ceux qui regardaient (nombreux) et ceux qui faisaient (les plus grands, Maeli, Stella, Toluafe et Elega, le neveu de notre gardienne du foyer décédée l’an dernier), auront bien passé 4 heures dessus. On a évidemment mitraillé de photos et filmé en longueur.





A 15h, on file pour le rendez-vous pris avec Walter, David et Christopher pour les interviewer sur leur perception des changements climatiques. Si les deux derniers sont là, Walter qui a terminé sa nuit à l’unique night club de l’archipel, dort encore… Qu’à cela ne tienne… on reporte… Enfin, sur le moment, je veux dire…, parce qu’une interview le dimanche matin, je sais d’avance que ça va me gonfler. Kaio m’a dit plus tard qu’il était arrivé en avance et repassé…

Nous avons acheté un thon frais à Diana. Eti qui la veille avait proposé de le découper n’est pas dans le coin, Kaio qui nous a dit pouvoir le faire, n’est pas non plus dans les parages, nous passons, poisson à la main chez Eti. Anita sa fille, coupe l’animal méthodiquement, rince les filets dans l’eau (« non bouillie », pesterons nos intestins) et nous les donne pour mise au congélateur rapide après qu’ils auront séché un peu. Un coup de désinfectant et pansement sur une petite plaie pour Christopher et nous repartons.

Entre deux allers et retours avec le poisson nous croisons Julie, une fille d’USP Fidji venu évaluer la composante tuvaluenne d’un projet d’inventaire et d’analyse des projets d’adaptation dans le Pacifique mené sur 3 ans et financé par l’Union Européenne. En 10 mois, ils n’ont reçu aucun rapport. Julie qui cherche à voir Gilliane depuis qu’elle est arrivée (mardi) et qu’on n’a croisée qu’en coup de vent, propose un verre à l’hôtel. Set. On pose le poisson au freezer et on la rejoint.

Leur point focal, d’ordinaire efficace, semble fatiguer, il faut le remplacer ou l’épauler. Julie ne devait rester que deux jours. Chance pour elle, son avion de retour a été annulé à plusieurs reprises, elle ne partira que le lundi, durée plus cohérente pour avoir une vision plus claire de la situation et discuter des possibilités de remplacement avec Gilliane dont elle sollicite le conseil, et avec Sarah qu’USP vient d’embaucher à Fiji pour chapeauter le projet. Gilliane avait rencontrée Julie en 2005 quand elle travaillait pour l’Union européenne. Une femme drôle et chaleureuse. Le verre s’est prolongé en diner de sashimis, et la discussion est partie un peu dans tous les sens, incluant une mise à jour sur nos actions, sympathique.

24 / 01 / 12 - 00 : 47

- La meilleure : la localisation des cartons d’équipements pour le biogaz, dans une pièce des entrailles du Nivaga… Nito, le chef de cabine s’est souvenu de quelques caisses qui traînaient là où il avait repéré le gazogène quelques jours auparavant. Banco ! Un peu destroy lesdits cartons, surtout un bien mouillé qu’il a fallu refaire, occasionnant un nouvel aller et retour port-maison. Mais ouf !

On passe une tête au département de l’énergie, Nielu, l’officier, qui assurait un atelier sur les énergies solaires et éoliennes au chapiteau « A l’eau, la terre » en 2010 nous accueille d’un grand sourire. Après une mise à jour sur les projets énergie, ie livraison d’un gazogène, des pièces de rechange pour le biodiesel et la belle motivation de l’école maritime pour relancer les formations, il nous fait lui l’immense plaisir de vouloir utiliser l’unité de production de biodiesel importée en 2009, pour des démonstrations dans les îles lointaines. Sure ! Les graines commencent à sortir de terre.
On lui remet un DVD de la compétition de Fatele entre Vaitupu et Nanumanga pendant le festival des grandes marées et on repassera plus tard dans la semaine avec une copie du chapiteau.

On cherchait Marica depuis notre arrivée pour lui remettre sa carte de presse, elle ne travaille plus au bureau philatélique,.. Retraitée à 50 ans… On la croise dans l’immeuble du gouvernement avec sa fille. Ca aussi c’est fait.

Et puis 17h30… Internet est coupé alors qu’on a payé le renouvèlement deux jours plus tôt… Le bureau des télécom est déjà fermé… « Qui est le Ministre ? » dit Gilliane qui se dit que si on veut une chance d’avoir internet ce weekend il faut agir au sommet. Quid de l’autre bureau que je dis ? Bureau d’internet en question… fermé aussi, mais les gars boivent un verre dehors. Internet ON again. Ca s’appelle de la chance.

Autre très bonne surprise, retrouver Semese, à la soirée qu’Eti (VicePdt d’Alofa et numéro 2 d’Alpha) organise/improvise chez Alpha. Sem a fait une dépression de plusieurs mois, pas mal d’alcool, il refait surface. Gilliane a retrouvé le regard doux qu’elle lui connaît et que nous avions perdu depuis 3 ans…
Petit groupe de musique (un peu country sympathique). Parmi les invités palagis, la marine australienne et des yachters. Côté locaux, les fils d’Eti, Lee, Levi un gars qu’on a croisé souvent dans le bureau de Loia (gestion de l’eau) et pour cause il rédige le rapport sur le PACC (Pacific Adaptation to Climate Change) sans y connaître trop grand chose qu’il dit et Loia encore moins qu’il dit aussi.
Apparition de Sina, la femme d’Eti, qui ne se montre jamais à une partie. Elle se réjouissait de cette fête pour Eti. L’onde de gaité qui l’anime perdure, c’est super. Lorsqu’elle est partie, Gilliane a discuté climat et environnement avec ses fils et planifié une interview pour le lendemain. Semese lui, prévenu du dépôt du rapport sur la biodiversité marine à son intention au kaupule, a promis de le lire.

On avait promis nous, à l’hilarante Diana (media) de venir au bingo… nourrissant le secret espoir de retomber sur la voleuse des tongs havaiana silver de Gilliane!! En second mobile : parfaire notre apprentissage des chiffres en Tuvaluen et en 3 bien sûr, l’envie de plonger dans l’ambiance insolite de cette activité récréato-addictive qui « scotche » une majorité des femmes et quelques hommes tous les soirs qu’il pleuve, vente ou … pas. C’est vite vu : l’espoir d’empocher 300 dollars avec un « bloc » complet et plus... Pour Diana qui ne pratique aucun sport, c’est une activité qui lui permet de retrouver ses copines, ses deux heures de liberté. Comme quelques-uns de nos amis, elle cumule plusieurs activités : lorsqu’elle quitte le bureau des médias, elle va vendre le poisson pêché par son mari. Le salaire local des journalistes est loin des salaires de ceux qui sont payés par les institutions pour piloter la mise en place de projets, pour une bonne partie d’entre lesquels, on a toujours du mal à voir la concrétisation au-delà de quelques panneaux sponsors.



Pas de Diana en vue. On observe de l’extérieur. A l’annonce des chiffres on s’exerce... Et alors qu’on espionne par dessus l’épaule d’une joueuse pour voir si « on a bon », elle nous invite à entrer « je vous aiderai ». Et elle nous a effectivement aidées tout du long, bienvenu quand le débit de « l’annonceuse » allait trop vite, le reste du temps on s’accrochait plutôt. A part de repartir la tête résonnante de tolu sefulu lua, faa tasi, fitu te napa.., on n’a rien gagné, mais on s’est bien marrées et on s’est fait une nouvelle amie.

24 / 01 / 12 - 00 : 46


Précédent Suivant

powered by pppBLOG v 0.3.6