Accueil / Www.alofatuvalu.tv / FACEBOOK / You Tube / Flickr / Twitter / Me Contacter / Login
Jeudi 7 juin

Seule… Enfin, Emmanuel termine sa sieste en haut mais pour le moment, vue sa faible participation à la vie de la maisonnée, si ce n’est pour induire des visites dont je me passerais, compte pour du beurre..

Mon premier « Coup de Soleil » du voyage… Sarah est partie tout à l’heure… pas de pleurs… mais très humides quand même vue la chaleur au zénith après une averse tropicale au moment où l’avion se posait…. Sans Semese.

Après midi avec, comme d’habitude à Tuvalu, ce qu’on appelle en Occident, du temps perdu… particulièrement en allers et retours à la radio pour tenter de monter les programmes de demain et d’après demain… « ah j’ai oublié qu’on avait un enregistrement à 13h ». même chose à 15…. « Ok, demain matin alors » en même temps que le réenregistrement de Nala (car la radio avait effacé l’original)…. Nala est quand même la première dame du pays…. Toute la radio serait probablement virée si un tel outrage était infligé à Cécilia ! C’est peut être d’ailleurs ce que concocte le gouvernement.

Ce matin quand j’y suis arrivée, une des filles de la production qui assure l’enregistrement et la diffusion des programmes m’accueille avec un « je ne me souviens pas du tout des programmes a diffuser aujourd’hui… » « Hmmm, vous n’avez pas de conducteur quotidien » « non »… Ah ben, faut pas s’étonner…

Sarah elle a enregistré ses 3 conclusions dare dare avant l’avion. Elle n’a besoin de personne et a compris comment fonctionne leur logiciel d’enregistrement et de montage. Terminé à 11h45 pour un avion à 12h45… Après on a eu le temps de déjeuner (rapide quand même) à l’hôtel et de souhaiter un manuia birthday à Eti. Only in Tuvalu !

Entre deux virées à la radio :
copié des photos pour Utala, l’ingénieur de l’institut maritime formé au biogaz par Sikeli et responsable de la bonne mise en route du système. Discuté aussi avec lui de la meilleure méthode d’apprentissage pour les résidents et autres personnels de l’école et des réservoirs à eau (nous avons pris 2 containeurs sur la quinzaine livrée pour la rénovation…. que personne n’utilise puisqu’ils en ont déjà pas mal et que les nouveaux batiments ne seront pas terminés avant des mois puisqu’il faut attendre que le Nivaga soit de retour, réparé, de Taiwan…. Après ça il y a au moins 6 voyages Suva/Tuvalu..

Un saut chez le fournisseur de quincaillerie pour récupérer le devis des matériaux pour le prochain digesteur et lui donner le OK pour que Utala et Ruru (l’entrepreneur) puissent sortir les petits accessoires qui leur manquent pour mettre en route les réservoirs d’eau…. Un stop au garage de mob pour discuter avec Grace, la proprio, d’un programme radio sur les scooters électriques que Chris lui a conseillés et qu’elle a l’intention d’acheter… Faire aussi nettoyer la bougie de la mob (sarah maîtrise l’instrument avec brio, moi pas… quand ça ne démarre pas au ¼ de tour, pour moi c’est terminé malgré mon quart d’heure de tentative… elle.. en 3 mn, elle réussit à faire tourner l’engin.). Et comme d’habitude ici, dès que je sors, je m’arrête toutes les minutes pour discuter avec l’un et l’autre. Aujourd’hui, un ancien membre du parlement que je ne connaissais pas m’a interpellée quand j’allais acheter du pain :« vous êtes ici depuis longtemps il me semble.. » Blabla historique de mes voyages et de son passé politique, de l’érosion sur son île, Nanumea, de son projet de partir rejoindre son fils en Australie. « pour un séjour ou pour toujours ? »… La manière dont il avait amené la chose, indiquait qu’il allait prendre sa retraite la bas… je l’ai sans doute fait culpabiliser un peu avec mes « Tuvalu va vous manquer…. Et vous allez manquer à Tuvalu »… A la fin de la conversation, il n’y allait plus que pour un séjour… car oui, bien sur, Tuvalu lui manque déjà… Sur le chemin aussi, discussion avec : Tito, Helani, Fong, Uili et Seinati, la vendeuse du dépôt de pain et une cliente. « Ou on peut acheter une copie du film « paradise », pour la bibliothèque du campus USP (une trentaine d’étudiants) ? »… « et la BD, vous l’avez vue, ça s’est gratuit ? »…. «ah bon, c’est quoi, qui l’a faite ? ». Et puis on fait aussi le biogaz… » Bref, Alofa a impressionnée les boulangères… comme elle interpelle les politiques… Hier, à l’AG, quelques forfaits parmi ceux qui avaient été les premiers à répondre présent, dont un ex ministres… L’ex Premier Ministre que nous étions allés salué et prévenir samedi s’est excusé aujourd’hui à l’aéroport de n’avoir pas pu venir… En revanche Saufatu, lui, était bien là même s’il est arrivé en retard (et il ne fut pas le seul)… Toutes nos amies les femmes des ministres actuels étaient là à l’heure… tout comme Susi, notre présidente… Tout juste à l’heure tapante…

C’est dire combien on a pu préparer… et ca s’est suffisamment senti pour que Penni me dise tout à l’heure « tu devrais demander à Susi si elle a le temps nécessaire à consacrer à la présidence d’Alofa ». En plus comme une idiote, alors que j’avais préparé un ordre du jour en franco-anglais amélioré et pour moi j’avais une copie quasiment juste en français que je n’ai retrouvé que le soir dans le sac à graines, qui lui même était dans une caisse en carton…

C’est vrai que Susi est très enthousiasmée par Alofa Tuvalu et le projet en lui même mais elle n’a pas beaucoup de temps, nous l’avons sérieusement ressenti ces derniers jours. Entre les cours qu’elle donne (littéralement, tous les jours de 16 à 22h à des écoliers, des étudiants en besoin de rattrapage), sa famille, le business de son mari, son jardin qu’elle n’a pas le temps de voir pousser, ses troubles de santé de la semaine dernière… Et pour confirmer que tout était propice à travailler ensemble : le décès de son oncle, la veille de l’enregistrement des spots radio, l’avant veille de l’AG. Sans compter la télé hollandaise qui nous avait contactés l’an dernier.. Bien sur elle est ravie mais ça pèse sur le planning 1/2j de télé… Heureusement qu’on avait réussi à discuter toutes les trois il y a un mois autour d’un verre à la maison. Quelques heures autour du global et quelques détails autour de rien, ça a suffi.

Les spots radios… enfin, quand je dis spots, il s’agit de programmes courts… Je les voulais de 5 mn (1m+2mn+1m30), le premier fait 10 mn !! 4m30 d’intro de Susi pour le premier alors que la lecture en anglais donnait 1m30… OK, 2mn parce que tout est plus long à Tuvalu, 2m3, mais 4m30, qu’est ce qu’elle a pu raconter… Arrivée… 3’30 du witness qui n’a rien trouvé de mieux que d’ajouter dans son texte l’histoire que Risasi raconte just’après lui… Je n’avais pas pu être là au moment de l’enregistrement de Nielu… Il m’avait lu son « pré texte » qui ne mentionnait pas cette histoire. Pour coller ce prétexte au format de ces émissions, il fallait y ajouter le geste personnel du mec qui lisait le texte du département de l’énergie…. J’imagine que pour lui expliquer on lui a raconté l’histoire de Risasi et de ses économies d’énergie grâce aux ampoules compactes depuis 10 ans… Il l’a donc intégrée dans son texte et Sarah le jour de l’enregistrement ne lui as sans doute pas demandé de lui retraduire le texte écrit en tuvaluen… Ce détail et des dizaines d’autres font que j’ai totalement honte, en tant que producteur, de ces émissions mais je suis fière que les tuvaluens puissent parler « aux tuvaluens » de leurs économies d’énergie et de leurs solutions à quelques problèmes de déchets.
Bien sûr à part Risasi, Nala et quelques autres, tout est soufflé à l’oreille et des pré textes sont fournis pour la plupart… Demain, je n’en suis pas si sûre que l’enregistrement sera aussi bien préparé que les 5 premières émissions… Alors que je voulais mélanger les thèmes dans une semaine, comme les tuvaluens mesurent leurs économies d’énergie principalement via la Compagnie d’Electricité, les premiers enregistrements étaient plutôt sur l’efficacité domestique… On y a glissé un compost/déchet car diplomatiquement, il me fallait placer Siuila en première semaine puisqu’elle n’avait pas participé aux spots (la aussi… spots ? euh…) d’annonce d’Environment Day… Ce que nous enregistrons demain porte principalement, pour ne pas dire totalement, sur le transport et c’est un peu différent des gestes de la première semaine.. Nala connaît son histoire, Penni connaît son thème : la bicyclette, même si elle n’en a pas… Quant à Eti, l’ancien frimeur en bagnole rouge de sport, à qui je ne voulais pas parler tellement il était showoff en 2003 et qui aujourd’hui est notre adhérent/partenaire le plus actif. Il va nous dire/lire un texte qu’il faut que je pose genre : « once upon a time, je roulais en bagnole m’as tu vu qui consommait beaucoup d’essence… XXX par mois… L’essence à doublé en un an… XXX dollars pour rouler à 20 à l’heure à cause des ralentisseurs et des enfants qui marchent le long des routes, c’est idiot… Idem pour les 4/4, des véhicules qui utilisent beaucoup d’essence, les plus polluantes… faits pour rouler en montagne alors que le problème de Tuvalu c’est qu’on est trop plat… »

L’AG.. En gros : 40 participants dont 18 nouveaux membres, plus les membres appartenant au personnel de l’hôtel (une dizaine qui ont tous voulu confirmer leur adhésion) 12 qui avaient répondu présents par mails ne sont pas venus mais confirmaient leur adhésion tout comme les tuvaluens à l’étranger dont la chaleur des messages m’a bien sûr émue et Sarah too… (Semese, Hilia, Vaieli, Paama etc). Excusés car non vraiment informés, tous ceux sur Funafuti qui n’ont pas de mail et n’ont pas entendu les annonces radio… Excusés aussi les Tuvaluens des îles lointaines ou en voyage…. L’urgence de la nuit dernière c’était d’envoyer comme je m’y étais engagée, les status de l’association, ainsi que la liste des membres du comité à nommer aux membres avec email pour que nous puissions en reparler la semaine prochaine…. Tito et d’autres ont demandé à ce que ce soit le plus rapide possible. J’ai tenté « on ne peut pas attendre Risasi qui rentre le 18 ? » puis j’ai lâché l’affaire… OK, next week… à nouveau des convocations, des annonces radio gnagnagna….Et puis donc en préalable l’expédition des status…

Bon je change de page pour me mettre sur tout ça avec en priorité, parce que c’est demain matin et que ça me fait un peu plaisir : les textes radio.

Manuia Tepo

13 / 06 / 07 - 09 : 29
295 commentaires 295 commentaires ( ( 6840 vues ) )

Malgré la fatigue qui commence à peser et qui sans doute était à l’origine de mon blues pas rose, ou plutot la conscience de la charge de travail qui m’attendait ces prochains jours, jusqu’au départ de Sarah… y’a bien fallu retrousser les manches et y aller…

Ce qui me fait rager (enfin bon, pas quand ça me repasse par la tête) c’est le temps que sur la paire que nous formons avec Sarah je passe sur ce Environment Day qu’elle voulait célébrer (elle n’était pas là pour Earth Day dommage). J’étais tellement pas chaude quand il y a une dizaine de jours elle avait évoqué l’idée que j’en fus même négative. Bien sûr tout est utile ici. Mais que je voyais mal comment ça pouvait fonctionner en si peu de temps… Et puis, coincidence, le lendemain la Croix Rouge nous dit qu’ils pensent faire quelque chose et en deux temps trois mouvements, Tataua et Eseta (membres d’Alofa) mettent en place une réunion où comme par enchantement, prévenus la veille, quasiment tous les organes du gouvernement (agriculture, déchets, énergie etc), l’école, la mairie et les rares assoc non religieuses, (en fait on était 4 à la première réunion : Tango, l’ombrelle théoriquement des assocs, Island Care, Red Cross et nous…)

Nous on proposait d’aider sur leurs idées, de démarrer ce jour là notre émission de radio et de faire notre première AG ce soir là. Manque de bol, l’absence de Susi a remis l’AG au lendemain… Le thème proposé par le second du bureau de l’environnement, le show off non existant Kilifi, et retenu par le sprep : les mangroves et les coraux… Tout le monde a dit « pourquoi pas ? « tout en indiquant qu’ils n’ont pas de mangroves ici… Nous, on a plongé le nez sur le bureau, en se disant toute les deux qu’on n’allait pas s’en mêler mais qu’on était un peu en dehors du coup… Kilifi jouait parfaitement les MC (Maitre de Cérémonie) de la réunion. Comme personne ne proposait d’actions particulières pour répondre à la question « qu’est ce qu’on fait ? », j’ai posé la mienne « on plante comment des mangroves ? »…. Pour faire court, En l’absence de mangroves, on plantera du pandanus et autres Fetau… Super, tout le monde s’y mettait…. Temu, la directrice de l’école proposait des « chutes ». Où ? « pourquoi pas à l’endroit ou y’a eu la grande vague en 2002 et cette année…. » Super… Red Cross et Ecole proposent des nettoyages (de plage pour l’un, de rues pour l’autre). A la fin, Sarah explique nos actions : programmes radio, et AG avec distribution de graines et je dis que je peux essayer d’aider sur un communiqué à l’international (dont je réalise en relisant ce blog que je ne l’ai envoyé nulle part)….. j’ai aussi proposé de passer à TMC (le bureau de la radio) leur faire un compte rendu… Fong étant à Niukelaelae, j’ai pas pu convaincre Yvette de participer, qui n’était pas invitée à la réunion du comité de ce mercredi 30, les mêmes moins Tango et Tataua (Red cross).

Et la Alofa mouette déjà moite devant la longueur de ses listes qui se retrouve chargée de faire des spots radios pour annoncer et attirer du monde au Tuvalu Environment day … Voilà qui risquait de transformer en annonces de ce foutu jour qui n’est pas Earth Day en plus, nos programmes radios en cours d’élaboration et tout ce qu’il y a de plus sérieux : une première série de 10 d’émissions, 1 geste quotidien, 5 mn avec intro susi, puis intervention d’un témoin comme risasi qui a fait 3000 dollars d’économies en un mois en investissant dans des ampoules compactes il y a presque 10 ans.. Puis conclusion de Sarah sur les autres bénéfices (long terme pour l’hôtel = 300 000 dollars en 10 ans mais aussi bien sur, les économies de CO2 dans l’atmosphère et les économies sur l’import du fuel du pays. L’ambassade de Taiwan nous subventionne 1000 dollars pour notre première série de 10 émissions… J’ai proposé qu’ils fassent des annonces sur la journée avant le 5 Juin, général et par activités (soit 4 dont la nôtre….)… Et puis j’ai du partir enregistrer justement Risasi qui s’envolait pour une quinzaine de jours le lendemain matin… Ils avaient aussi prévu de chacun faire leur papier et de le remettre à la fille de la radio. 1 mn par personne, chacun devait donc faire 1 petite page….. Jeudi, j’étais par hasard à TMC quand Nielu allait enregistrer son sujet. Dans son texte, écrit en tuvaluen, bien sûr et qu’il m’a lu en anglais, je n’ai pas entendu une fois le mot « oil » ou « energies fossiles », ni la relation avec Environment Day. Il en est convenu et est reparti reprendre le texte.

Cette nuit j’ai fait un document récap, ordre des spots et mots clés ou proposition de textes pour certains et ce matin, j’ai fait ma tournée des bureaux pour laisser ce document aux intervenants principaux et les aider à structurer leur texte. Nielu dont l’intervention aura maintenant lieu pour le lancement de notre série de programmes sur les économies d’énergie, va aussi intégrer au début, le fait que les importations de pétrole représentent 50% des importations de Tuvalu…

Sarah est moins pointilleuse que moi sur la qualité des textes qui sont lus et pense, sans doute à juste titre, que les auditeurs en tireront bien quelque chose même . Possible mais je préfère m’en assurer.. Alors bien sûr ça m’a occupée pas mal ces derniers jours. Enregistré aujourd’hui, Kilifi. Il est arrivé en dilletante, avec un texte sur les coraux qu’il a remballé puisque l’idée était d’annoncer les activités… … 7mn !!! pour ne rien dire. Il n’avait rien lu des documents que Sarah lui avait déposés, dont un programme des festivités qu’il m’avait envoyé la veille et que j’ai repris avec plaisir une partie de la nuit dernière… ça valait la peine à commencer par la date : 1999… J’ai aussi modifié des formulations comme « les déchets seront déposés à la décharge »… en ajoutant collecte, canette chez Cancare, la seule petite entreprise dans le domaine de la collecte et bouteilles (verre et plastique) déposée oui mais pas dans la décharge ! dans des containers demandés à TCS pour lesquels ne reste qu’à trouver où les entreposer…, Suzan du waste management, Autea de l’agriculture et Temu de l’école. Suzan a repris tout son texte pour intégrer les mes mots clés et couper un peu.. 2 minutes. Le gars de l’agriculture avait presque tout bon, rappel de l’événement au début et bougez votre cul à la fin… pas tout à fait 2 mn… Temu a lu et ai reparti en laissant 5mn sur la bande….

Le lendemain samedi/dimanche du 2 au 3 juin, 1h du matin

Je ne sais pas pourquoi j’ai fait si long sur ce qui précède… Tout ce dont je voulais parler c’était les trucs qui relancent ma motivation, qui m’émeuvent encore et toujours à Tuvalu malgré les moments de découragement. Ce samedi matin, au cours de mes déplacements « en ville » le simple regard chaud des gens m’a mise de bonne humeur.. Après y’en a eu tellement ces derniers jours, des manifestations d’affection, d’attention, d’intérêt pour ce que nous faisons que je suis remontée à bloc….

Ca a commencé par les réponses au mail d’info sur l’assemblée générale. Une bonne proportion de réponses très chaleureuses, de membres absents comme Semese « j’arrive le lendemain, utilise mon nom pour tout ce qui te semble bon pour notre association », ou des « go, go Alofa ». Comme l’avait fait le premier ministre d’il y a deux ans et que nous sommes allées briefer cet aprem sur la politique énergétique… nous n’avions pas son mail perso, nous sommes reparties avec et il sera à l’Assemblée… tout comme Saufatu ex Premier Ministre lui aussi et ex ministre de l’énergie etc.. Et puis une guirlande de non membres que je ne connais pas, genre « j’y serai avec grand plaisir.. et je veux ajouter que je tiens à devenir membre ». Taukelina, le ministre actuel de l’énergie n’y sera pas mais il est membre depuis endredi quand nous l’avons briefé avant son voyage lundi. Et puis y’en a une poignée qui ont cru que c’était mercredi dernier et s’excusaient de n’avoir pas pu venir… Et puis tous ceux qui, soit n’ont pas d’accès internet ou qui comme nous, ont du mal à se connecter depuis des mois…

La nouvelle que Semese rentrait jeudi, diminue un peu l’appréhension que je peux avoir de me retrouver « seule » au départ de Sarah le même jour. Le dernier coloc de la maison d’alofa, Emmanuel doit théoriquement rassurer mes paranoia aux bruits ambiants, mais malheureusement ces derniers jours, il n’attire pas les meilleurs specimens autour de la maison… L’autre soir, après la soirée Fiafia, vers minuit, alors que nous tentions de terminer d’expédier nos lettres d’info, on frappe à la porte… Un type qui cherchait Emmanuel pour lui donner du todi fermenté… On a clairement indiqué qu’il n’était plus l’heure. Le gars a un peu insisté puis est reparti… 10 mn plus tard, une nana.. qui elle a beaucoup insisté… Nous l’avons envoyé gentiment péter. Le lendemain, alors que je retrouvais Gaby et sa famille au chinois, Emmanuel s’y trouvait avec Brian et Michael Graff de l’UE arrivé le jour même. Gaby m’a raconté qu’il y avait eu une scène assez violente avec un mec venu interpeller Emmanuel. Ca c’est terminé dans la rue et d’après Gaby la police est intervenue… Pas eu l’occasion d’éclaircir cet épisode. En revanche, il n’avait pas demandé de venir aux visiteurs du soir et plaidait donc ni responsable, ni coupable.
On ne peut donc pas dire que la relation avec Emmanuel soit des plus chaleureuses sans compter qu’il est un des rares à ne pas s’intéresser à ce qu’on fait…

Risasi, ma vraie meilleure amie ici, est partie elle aussi pour une paire de semaines… On parle le meme language sur beaucoup de sujets, y compris les modes de vie et la religion, ce qui n’est pas le cas avec Susi, même si je l’aime beaucoup.. Avec Semese, même type de complicité en un peu plus spirituelle encore qu’avec Risasi même si elle croit aux phénomènes paranormaux…. Semese lui, croît en l’environnement…

A propos de croire en, de foi, de religion, d’après Taukelina, Alofa Tuvalu aurait plus de membres que n’importe quelle organisation à Tuvalu (sauf l’église principale bien sur qui reçoit chaque année au moins 10% des revenus des Tuvaluens. L’adhésion à Alofa Tuvalu est à Funafuti pour le moins symbolique puisque nous revendiquons davantage l’action quotidienne en faveur de l’environnement de Tuvalu qu’un quelconque don monétaire.

Ce soir au Mataginali, le night club de Funafuti, Gaby a fait très fort et très joli.. Elle a remercié le public et a conclu sur un « Alofa Tuvalu ». Fong, elle, semble en avoir beaucoup parlé puisque ce soir, tous les partenaires de son époux du Fundraising, l’association sportive, m’ont remerciée, y compris un homme que j’ai honteusement pris pour quelqu’un d’autre… Lui m’a dit « vous savez qui je suis », moi fanfaronne « oui bien sur »… « oui ? » « Oui, vous avez travaillé près de chez nous à la réfection des rives et puis je suis passée un jour devant chez vous et vous sortiez de la maison ».. Bref j’ai terriblement confondu ça ne l’a pas empêché de conclure : « si vous avez besoin de n’importe quoi, je le ferai ». Renseignement pris auprès du chauffeur qui me déposait avant de raccompagner Gaby, john et le matos… il s’agit du secrétaire permanent aux affaires étrangères… qui m’avait envoyé un email il y a quelques semaines et auquel je n’ai pas « encore » répondu. Il est sur une de mes listes…. Comme il a aussi indiqué qu’il avait vu le sign up sheet pour l’AG. J’aurais l’occasion de m’excuser mercredi…

Gaby embarquera son matériel de sono cette semaine mais conserve micros et petit matos électroniques pour que nous organisions, quelques jours avant son départ un dernier concert d’adieu, pour Alofa Tuvalu.

So… tout comptes faits, alors que je m’attendais à passer une journée un peu stressante étant donné le nombre de choses à faire et de gens à voir, ce jour s’est déroulé smoothly… A commencer par la radio ou j’allais m’assurer que Fong avait bien donné le texte en tuvaluen… Non…. Pas grave… j’suis allée la réimprimer chez Alpha ou par bonheur Steve se trouvait (car on était samedi quand même) et Afa, l’annonceuse l’a lu trois fois…. Consignes données pour l’annonce du lendemain après le spot de Suzan sur les déchets.. Sous la giboulée qui démarrait, j’ai traversé la rue pour un rapide passage au mini concert de Gaby rapatriée dans la salle de l’hôtel après ¼ d’heure de pluie battante interdisant toute représentation à l’extérieur… Dès l’arrivée j’ai posé mon sac pour danser avec Lasalo…. Personne d’autre sur la piste. C’était l’heure du déj.. Ce soir idem, tout le monde a attendu la musique du DJay pour se trémousser sur la piste, mais Lasalo et moi on a twisté sur Tina Turner revue par Gaby… Et puis encore une petite avant de partir avec Fong, un mec bourré de l’agriculture et Gaby. Ce soir, en prime : les danseurs du club de rugby, très drôles et plutôt sexy et une danse polynésienne par une étudiante tuvaluenne en tenue inhabituelle ici puisqu’elle était en sulu noir plutôt haut sur les cuisses et un soutien gorge fait de coques de noix de coco à la hawaienne… très sexy elle aussi… Innovant pour Tuvalu ! Première petite boulette de fin de soirée : Villi un des rugbymen, le meilleur danseur du coin avec Lasalo, est venu vers nous, m’a parlé et j’ai mis mes mains en conques autour des oreilles pour lui signifier que je n’entendais pas, il est reparti et a invité ma voisine à danser… C’est ballot !

Collé les dernières affiches, dont une dans la petite boutique de Kelesoma, l’assistant du premier Ministre qui voulait m’inviter à partager son déjeuner de poisson… Expédié quelques mails chez Alpha et de retour a la maison, nous avons attendu que Susi se pointe au rendez vous…. 1h plus tard elle n’était toujours pas là… Un saut chez elle…. Migraine… Demain…. (j’espère que cette fois elle tiendra sinon, je ne vois pas quand elle pourra traduire/réécrire les textes pour les intro de l’émission de radio… à enregistrer lundi matin….) Ca nous a permis de payer notre visite à l’ancien premier ministre, puis de passer à un mariage qui se terminait, et à un anniversaire des un an de la petite fille d’Yvette, qui lui commençait… et dont le buffet, comme d’had, débordant de victuailles a fait office de dîner… Rentrées à 7h…. une heure de boulot… et nous voilà reparties au concert de Gaby…

Tout n’est pas si gris mais la porcherie n’est toujours pas terminée ! Et dimanche a remplacé samedi et j’aurais passé la journée à l’ordi à prendre et reprendre les 10 premiers programmes radio… dont au moins 5 sont enregistrables demain… et ce matin, notre présidente qui doit faire les intros (et l’annonce diffusable elle mardi matin) a une nouvelle fois déclaré forfait pour la réunion de préparation. Hier migraine, aujourd’hui otite. J’en suis donc réduite à écrire des textes qu’ils traduiront. Dommage… Réfléchi bien sur aussi à la meilleure option de remplacement si demain encore Susi ne se sent pas bien…. Je croise les doigts pour qu’elle soit d’aplomb.
G.

13 / 06 / 07 - 09 : 12
1 commentaire 1 commentaire ( ( 2424 vues ) )

++++++++++++++++ CHAPITEAU A L’EAU, LA TERRE St DENIS +++++++++++++++++++++++++++++

Du 21 au 26 mai, à St Denis, c’était la 3e édition du Chapiteau « A l’eau, la Terre », proposée par Alofa Tuvalu à la ville de St Denis, grâce au soutien de l’Ademe et du Conseil régional d’Ile de France. Sans aucun doute la plus grosse opération depuis qu'elle existe.

Plus de 1500 enfants inscrits et reçus du lundi au vendredi : 5 ateliers (Petits débrouillards, Planète sciences et Idemu) de front, 3 fois par jour et 2 à 3 projections-débat quotidiennes, sans compter les ateliers improvisés par Eva des Petits débrouillards avec des jeunes adultes en réinsertion qui passaient devant la salle de la légion d’honneur, siège et QG de l’opération dyonisienne, sans compter non plus le samedi d’ouverture au public où les ateliers proposés ne désemplissaient pas.

22 quotidiens régionaux auront publié le dossier central du numéro spécial du Journal des Enfants dans leur édition du mercredi. Ce dossier réalisé pour et sur l’opé, offrait une large place à Alofa et aux actions que nous menons sur l’archipel, en particulier la mise en place du centre de formation d’Amatuku et sa première étape le biogaz. L’obtention inespérée en raison des difficultés de communication avec l’archipel d’une interview exclusive de Susi notre présidente locale a grignoté un chouille sur la place consacrée à la politique environnementale de St Denis, qui fait définitivement partie des villes investies dans la préservation de l‘environnement avec un véritable souci de cohérence. L’encart sur la ville maintenu néanmoins pour les 22 quotidiens régionaux assure à St Denis un rayonnement certain, ouf !

Pour reprendre dans l’ordre, le récit de la semaine : ça a commencé par trois jours d’installation. St Denis est une ville vraiment charmante où la grande basilique qui abrite les coeurs des rois de France semble "bienveiller" sur son monde..., cosmopolite et vivante. Pour l’opération la ville était aussi franchement en chantier, c’était même Tchernobyl autour de la salle.., les livreurs ont maudit les travaux, mais ce que nous avons vu poindre de premiers édifices et place carrelée valait bien « quelques » coups de marteaux piqueurs dans les oreilles des animateurs…

La salle de la légion d’honneur : superbe ! Au coeur, face à un balcon suspendu est inscrit "Condordia" : le peintre qu'on avait vu s'installer avec Robin, l’ancien stagiaire alofa, et qui libérait les lieux nous a appris que c'est là où les idées et les hommes concordent. Tout un programme !

Avec Emmanuelle, notre nouvelle stagiaire, parachutée du Canada, alternativement sur l'échelle dans des contorsions improbables, piquant un rivet là pour le cheviller ici, virant des dizaines de tables et pano pour dégager un mur et installer l’exposition Argos, de retour après un an de stockage dans un entrepot de la banlieue « kentoise » et la très belle série de posters de Yann Arthus-Bertrand sur la biodiv..Tout ça avec des allers et retour de Mai et Yannick du service environnement de la mairie avec qui nous montions l’opé. Quand elles ne venaient pas, on avait le balai des services techniques qu'elles expédiaient porter une graaaaaaaande échelle que j'peux pas monter dessus ça fout les pétoches ou les menuisiers qui se sont mis à construire en direct sur le perron une rampe pour les handicapés. Et puis elles ont porté les tissus (rouge et jaune, pas trouvé le bleu..) "on aura pas le temps d'les accrocher sur la façade" dit Yannick qui avait déjà l'intention de les réutiliser en nappes pour les tables qui étaient il est vrai un peu crado sans passage d'éponge récent. "Tu veux rire?" que j'dis. Angie et Emmanuelle vont faire un truc super j'suis sure.. Et elles ont fait !

Au retour, on a fait un crochet par Picto Bastille chercher la première bache d’expo alofa qui a trôné toute la semaine dans le hall circulaire de la légion.

J-2 :
La salle climat sous "Concordia" trône comme un soleil face à l'entrée. Dominique de Planète sciences a déployé ses ateliers avec ces deux aides en un temps record et ses conseils nivo praticité (tout planète sciences ensemble..) nous ont conduit à réviser une grande partie de la dispo à 17h, ce qui a fait grincer quelques dents, mais j'étais ravie parce que pas satisfaite jusque là souhaitant tout fluide et pratique pour les bambins et pour nous.. Quand on a quitté la salle à 20h, l'avis de tous était que ça valait le coup de défaire pour arriver à ça. Angeline est venue avec son nico et comme attendu elle a fait des miracles en façade, sauf que la première envie qu'on avait nous mêmes étant de tirer sur les pans, on a planqué les « drapures » de l’entrée pour redéployer le décor lundi matin, un exercice auquel nous avons recouru tous les soirs.
Constant et son pote cyril, dont emmanuelle not’ stagiaire du Canada a dit qui "s'fatziguaient vitze" ont joué les acrobates pour accrocher les éventails et suspendre ensuite notre bâche dans le sas en cirque où trônait un dragon en matériaux de récup fait par des enfants. Ledit dragon a rapidement été rejoint par Mme Papier et Mr Plastique, la voiture tri et une dizaine d’autres créations des centres aérés qui allaient être récompensés le mercredi, avec une remise de prix et bonne et due forme..

Emmanuelle et Marianne ont pris des photos tout du long.. A midi, j'ai eu une montée d'émotion à voir cette quinzaine de personnes venues donner un coup de main pour que ça existe. Le nouvel ami de monica d’Ekwo est passé porter des best off. L'ami de Constant en a acheté un en partant.

J-1 : dimanche
Au final une salle superbe, fonctionnelle.. Ce dimanche aura servi aussi à sécuriser l'organisation de la salle de la légion compte-tenu du nombre d’enfants, d'ateliers menés de front + les proj/débats qui avaient lieu dans une salle de concert un peu petite, un peu surchauffée et pas vraiment aérée...
Du côté des projections, il allait falloir faire avec l’absence de Laure bloquée par un tournage le mardi, des projections à 130, et même 150 enfants de niveaux différents, y inclus des CE1 et 2 qu'on avait écartés jusque dans le contrat... car le film leur passe à 10000 kms au dessus de la tête.
Lundi / Chaparti :
300 enfants, à quelques ratés de classes près qui ont rendu la salle plus confortable aux anim à part un rushgouter/distrib de docs épongé dans la douleur par Marianne..

A la proj, qui a pu avoir lieu tout comme il faut, j’ai eu droit aux effectifs
annoncés : 120, puis 140 gamins dont des CE, sportif comme attendu ! Pour la
seconde, Emmanuelle était venue en soutien, le régisseur avait une demi heure de retard, fallait donc inventer quelque chose. On est allé dans la cour et j’ai tenté une explication grandeur nature de l’effet de serre (inventée dans le metro en
venant au cas où pas de diff du tout) : “il me faut allez 8 d’entre vous pour faire la terre, en ronde dos à dos bien serrés” “mais y a que des filles dans la terre” dit un pt gars “ouai bein c’est pas mal non ?” que je dis en lui souriant. “Bon maintenant je voudrais des rayons de soleil, plein”, super, .. “je voudrais aussi des voitures et des usines, autour de la terre accroupies vous êtes garés et ne polluez pas encore”. “ok maintenant il me faut des gaz à effet de serre, alors faites une grande ronde autour de la terre et des voitures/usines” là ça a pris une plombe. Ok, c’est là que ça se gate.. même plongée dans le bariton, ma voix ne portait pas et le numéro était plus qu’en rodage. A part un super, les profs étaient attentistes ça n’a pas aidé, mais on a bien ri.. En passant, la moitié des encadrants à peu près considèrent que des opé comme la nôtre sont des récrés pour eux, bien que nous n’ayons pas vocation à maintenir l’ordre, une mention à ajouter à la note aux écoles qui participeront aux prochaines éditions…
Fin de la parenthèse.. “Alors voilà, un rayon va rentrer dans l’atmosphère”. Un petit gars s’avance. Il va aller toucher la terre et rebondir pour ressortir” Sans pollution ça va, vous, les “gaz à effet de serre” vous allez en arrêter quelques-uns et d’autres arriveront à sortir, ceux que vous attrapez vont permettre d’avoir une température normale sur la Terre”. “Maintenant les usines se lèvent et les voitures roulent”, là j’ai tenté de leur faire comprendre une transformation des voitures en gaz à effet de serre pour qu’ils rejoignent la ronde, très bof, alors j’ai dit “vous formez une ronde devant les gaz qui sont là en temps normal”,
mieux.. mais pas assez clairement amené. “Maintenant les rayons vont rentrer”. Ce qu’ils font, “et vous les gaz vous êtes suffisamment nombreux pour les choper”. “ et voilà c’est malin, maintenant y a trop de rayons et la Terre crève de chaud”, pas passé terrible rapport aux conditions sonores, au nombre et rodage.. La salle venait d’être ouverte, j’ai repris la def version plus traditionnelle, avec un micro, là c’est passé.

Parmi les nouvelletés dans la salle de la légion, Eva des Petits déb a improvisé un atelier avec des jeunes adultes en réinsertion et ça a tellement plu à l’encadrante qu’elle a demandé à revenir (et est revenue) le lendemain avec un nouveau groupe. Dans la salle règne une franche bonne ambiance. Chaque asso proposait deux ateliers différents Energie / Climat. Y avait aussi des animations art récup et fabrication d’onguents à base de plantes dans la mairie..

J2
148 enfants à la proj sous les caméras de RFO/France O : calme olympien pendant la diffusion de Nuages au Paradis, toujours des rires sur les passages d’enfants nus ou de Lasalo, l’attachant fou du village de Funafuti, qui bat la mesure à la chorale et des « beurk » aussi immanquablement devant les déchets (génial pour rebondir dans leurs poubelles..), pleins de questions, deux micros se baladaient dans la salle et les profs faisaient des grands gestes pour que j'identifie le doigt levé prioritaire. A la fin itw d'enfants racontant la bd pour RFO et réagissant à la question de "la pertinence pédagogique" de notre opé..., ils ont été super avec des regards droits dans les yeux de la journaliste "parce qu'il faut sauver la planète" "parce que c'est pas normal" "il faut arrêter de polluer"... Ils sont restés longtemps dans la salle et l'émotion c'était pas mal.. Itw d'une instit, super nana genre mamablack. Ensuite on est allés à la salle, pour l'itw alofa. Ils allaient partir sans filmer les ateliers, pause dej, pas d’enfants.. J'ai demandé à Virginie des Petits deb’ si elle était ok pour faire la demo sur les îles en pâte-à-modeler. « Pas de souci ». Et suis sortie alpaguer deux gamines qui passaient. "On rentre déjeuner on a école après" "ça prendra cinq minutes et c’est vraiment super" elles m'ont indiqué leur mère, blablah à la mère et la petite famille a suivi dans la salle. Un verre de mangue pour maman, démo, super !
L'après-m': 130 (College, CM1/2 et CE2) +des accompagnateurs attentistes, c’était non plus sportif mais carrément kamikaze de mener cette proj-ci..
Au milieu des excités qui voulaient tenir un micro comme à la télé, des enfants géniaux ont préféré attendre la sortie des autres pour venir poser leurs questions dans le calme.. A la légion, ce fut aussi panique à bord à l’arrivée du wagon qui m'y suivait. Mais une fois les enfants répartis sur les cinq ateliers, tout le monde a repris ses esprits..

Départ des enfants avec goûter et documents, lessivage, un verre de vin collectif et déjà sonnait l’heure de l’inauguration en salle du Conseil. Pas grand monde, quelques ratés dans les expéditions d’invitations, mais réunion très sympathique. Le Maire et Maud l’élue chargée de l’environnement ont lancé le film, 3e diffusion de la journée pour moi… Eldrich qui intervenait à nos côtés sur le climat s'était levé à trois heures pour venir de Bretagne et rentrait de deux débats au RAC, très bon comme d’hab.. Puis buffet Bio : une bise à Zulira avec qui ont avait monté l’opération meulanaise en mai dernier et qui tenait à témoigner son soutien à Alofa et aux tuvaluens « c’est le même film ? » m’a-t-elle demandé avant qu’il ne démarre.., on a papoté discrètement pendant la diffusion du coup. Rencontré une fille super de l'ASTS croisée à l'Unesco qui voudrait que leur asso participent aux prochains chap, Laurent Leguyader, un soutien de la première heure (Jour de la Terre etc) et une fille des Amis de la Terre, Cyrielle, qui nous passait le bonjour de Guen.

J3, collèges et centres de loisirs

Une journée bien sympathique là encore avec parmi les moments remarquables, outre la mise en arrêt de Mai côté mairie pour cause de hernie, la remise des prix d'un concours organisé par le service environnement de la mairie avec les centres de loisirs : des oeuvres réalisées à partir de matériaux de récup. Une vraie cérémonie au coeur de la salle de la légion aménagée pour l'événement une demi-heure avant l'arrivée de l'élue. Des cadeaux pour tout le monde et des best off Ekwo ajoutés aux cadeaux des animateurs responsables des groupes ayant participé. Voir les enfants serrer les poings en laissant sortir des petits "ouai !!", c'était trop mignon. Dégagée de la proj de l'après-midi grâce à Angeline qui avait réceptionné le micro le matin, tandis que j'échangeais des coups de fil avec la banque pour que Gilliane puisse enfin payer les ouvriers d’Amatuku, j'ai pu aider Pamela à coordonner les enfants qui assistaient aux ateliers onguents naturels et créations de figurines en mairie et mettre en place la remise des prix. Découvert aussi avec plaisir une animation proposée par Idemu (Point Info Energie Ademe pour St Denis) qui consiste à construire des maisons adaptées aux matériaux et sources d'énergie alternative à disposition selon qu’on se trouve au canada, au burkina etc, retenu pour l'opé du 19e.

L’équipe que nous formons tous est super, une vraie petite vie à part avec des repas animés et souvent une bonne bière en partage le soir avant de rentrer.

J4
Pour ne raconter que les nouvelletés du jour plein par ailleurs de sourires radieux d’enfants, de mercis en pagaille, de profs qui en redemandent : le départ précipité de Marianne après le déjeuner, suite à un coup de fil de sa mère, une complication bénigne de son opération du coeur qui l'inquiétait. Quand Marianne est arrivée sa mère riait avec des potes... Nous on a bouché le trou, grâce à Angeline qui a assuré seule les trois débats du jour, me permettant d'aider alternativement Pamela, héroïque, avec Mai en arrêt et Yannick en formation, elle se retrouvait parachutée intendante pour la mairie’s team. L’élue a loué à juste titre son énergie et le travail qu'elle abattait en l'absence des deux autres. Emmanuelle à qui je peux remettre a médaille de l’intégration à Alofa en un temps record, car arriver 15 jours à peine avant le démarrage de l’opé, c’était pas simple. Elle repérait en outre comme personne qui étaient les classes, qui était allé où et qui avait goûté, ce qu'aucun des autres ne parvenions à faire.
Marianne sera de retour à J5 et tant mieux : partie avec les clés de la salle, le double dégoté in extremis avant la fermeture des bureaux n'est pas censé rester entre nos mains longtemps.. J5 c aussi Thalassa !!

J5
Dernière journée des scolaires intense pour le moins.. Marianne a fait irruption dans la salle de proj du matin, après s'être assurée qu'Emmanuelle assurait à la légion, pour faire le boulot des encadrants en passant de groupe en groupe calmer les excités, un soulagement énorme pour moi qui peinait à gérer les 120 momes assis les uns sur les autres parterre dans une salle trop petite pour le nombre, sans fenetres et basse de plafond...

Mai, qu'on met pas en arrêt comme ça et qui s’est échappée de chez elle pour nous rejoindre, nous a sauvé d’un mauvais pas lorsque manquait encore des câbles et un lecteur dvd à l'arrivée des bambins pour la projection en maison de retraite, le service de la vie asso qui devait installer avait allongé le we en cumulant des RTT... Pamela et moi avions installé la salle en amont, et elle et son boyfriend recruté à la dernière minute avaient transporté le gouter Altereco, pas de budget mairie pour le buffet bio.

Joli moment que cette projection à la maison de retraite : à part les trois pépés qui jouaient au billard, je pense que tous les résidents étaient dans la salle, ils attendaient depuis une heure quand on a ouvert.. 40 enfants et autant d’anciens réunis autour d’un Nuage au Paradis… Les uns sur des chaises, les autres sur des matelas de gym plus confortables que le sol de la salle de concert qui avait servi toute la semaine. Pamela a failli verser une larme et m'y entraîner quand à la fin les enfants ont défilé pour proposer de l'aide, transportant les tables, les chaises, trop, souvent ou pas les bonnes, mais une envie et un plaisir à faire dingue, ils avaient aussi accompagné les papy mamy au goûter certains les prenant par le bras et se sont assis à leurs tables.. Ils ont l’habitude faut dire : leur cantine étant trop petite, les enfants viennent régulièrement manger avec les anciens à midi. C’est aussi ça St Denis.. Une mamy a même eu droit à un « vous voulez vous asseoir mademoiselle » qui l’a laissée sans voix avec un sourire de jeune fille.

Eva des Petits deb’ a géré le goûter avec les cuisinières comme une cheffe. Elle s’était aperçue que ces dames préféraient garder nos bouteilles pour leur bal du mardi et terminer leurs restes de jus pour cet événement-ci. Sauf que nous c’était bio et équitable assorti d’un discours pédagogique… Marianne, elle, prenait des photos et blablatait avec les attablés, avec un évident plaisir. J'ai fait RP, l'élue environnement de plus en plus intéressée par et investie dans l'opé, l'adjointe au maire pour les personnes âgées et la directrice du 3e age ou un truc comme ça...
Emmanuelle, qui affichait comme les autres de belles cernes, est restée coincée à la légion à cause d'une arrivée de classe hors planning (le gros raté de la semaine, la gestion du planning écoles, toutes sont venues mais dans le désordre le plus absolu) reçue par deux planète sciences qui avaient tardé à rejoindre ce qui sur le programme s'appelait la projection de clôture..

La salle remise à l’état initial, Nico de Planète sciences est venu nous prêter mains fortes pour plier les expo/ateliers en mairie que les occupants (partis ceux-là) avaient laissé en l'état et qui devaient rejoindre la salle de la légion pour le samedi portes-ouvertes...

Deux mots sur l’émission Thalassa, que vous n’auriez manqué pour rien au monde.. Merci pour vos témoignages du reste aussi nombreux que chaleureux, ça fait du bien de s’entendre dire ou lire que tout ça a du sens.. Un spécial climat qui sillonne le monde jusqu’à la Camargue, histoire de confirmer à ceux qui en doutent encore que les désordres climatiques sont à nos portes à tous.. Très belle fenêtre pour Tuvalu, qui même à nous a donné la chair de poule. Passée l’intro de Pernoud qui dit qu'une asso française oeuvre à faire de Tuvalu un laboratoire, expression que nous réfutons au plus au point, puisque notre idée est précisément l’inverse..., on découvre un sujet fidèle à l’énergie et au cœur qui prévalent à nos actions.. Sarah manque indiscutablement, mais dans le cœur elle y est c’est certain. On voit Eli discuter avec Gilliane de la bâche qui tronaît sous le chapiteau/salle dyonisien, le biogas est bien posé, Sophie la journaliste a confectionné un harmonieux mélange de photos des ateliers sur Amatuku sélectionnées par Gilliane à Tuvalu un weekend où elle pensait pouvoir faire PAUSE, d’images F3 et alofiennes.. Pas exhaustif forcément mais le message est complet.. François intervient derrière disant qu'au lieu de se battre pour l'obtension d'un statut de réfugié climatique il est stratégiquement / temporellement plus efficace de faire pression au sein des mécanismes du protocole de Kyoto.. good good même s’il est difficile d’admettre que protéger d’un statut une nation dont l’environnement se dégrade soit si compliqué pour des instances internationales.. Linda a appelé le siège à la fin du reportage pour dire "super! y a tout" Et à la fin de l'émission pour proposer son aide le lendemain pour replier le chapiteau..

J6
Rien à dire, ça s'est bien terminé notre affaire. On a pu accueillir tous les enfants visiteurs sur les différents ateliers et leurs parents qui eux visionnaient tantôt le Thalassa spécial réchauffement, gravé par Michel, tantôt NAP. On a aussi perdu quelques minutes une gamine de 4 ans, mais il a suffi d'ameuter tt le quartier pour qu’un grand frère la retrouve.. Le passage Linda qui a loué la beauté de l’endroit et de notre petit décor a dessiné un large sourire sur le visage de Marianne.
Et c'est pendant la dernière proj NAP, qui a réuni une vingtaine de personnes qu'on a fait tomber le décor. Au générique, la table du buffet final avait été dressée, vin blanc, jus et paté avec les quelques restés, photos forcément inoubliables et quelques derniers rires et promesses de se revoir vite pour débriefer autour d'un bon repas..

Pour finir une anecdote : l'orage de vendredi soir a vallu une inondation sérieuse du bureau de Mai, ordi HS, moquette détrempée et dossier coupe du monde sous les eaux..

fetaui
Fanny

04 / 06 / 07 - 18 : 00

Samedi 26 Mai 2007

Sentiment de découragement ce soir. J’entreposais quelque part dans mon presque conscient, sans les digérer, les divers désappointements du séjour. Pour la première fois, l’idée d’avancer mon retour m’a traversé la tête... Certainement les effets combinés du départ de Sarah qui approche à grands pas et les travaux de la porcherie qui eux semblent faire du sur place, et dont l’achèvement est reporté de semaine en semaine. Mais il est clair qu’il a été triggered, ce soir, par la pensée que Semese, un de nos plus vibrants supporters pourrait avoir vraiment quitté Tuvalu pour toujours.

La porcherie : Nième visite à Amatuku, 2e réunion avec une partie du personnel vivant sur place et vérif d’avancée des travaux de la porcherie. Bien sûr depuis deux semaines j’espère pouvoir faire un atelier pratique avec les habitants qui vont s’occuper et profiter de la porcherie et du gas produit… L’idéal aurait été de le faire avec Sikeli… J’en ai fait mon deuil mais je rêvais encore qu’on aurait pu le faire samedi prochain, ou aujourd’hui.. Un vrai apprentissage dans des lieux terminés avec au moins l’eau qui servira à laver le caca des cochons même si les bestioles ne s’y trouvaient pas encore… Aujourd’hui je suis bien obligée de me dire qu’il y a un risque que ceci ne puisse se faire avant le départ de Sarah. Je lui ai dit dans le bateau qu’il me faudrait sans doute suspendre l’installation des cochons car nous savons tous que le système ne fonctionnera pas s’il y a la moindre erreur de tuyauterie, de structure, de mode d’utilisation. Quelqu’un, Sarah, Sikeli ou Chris, doit vérifier l’ensemble avant que ce soit mis en service. Chris devrait venir mi juillet un peu après mon départ avec Sikeli pour la mise en gaz et le démarrage du 2e digesteur… Peut être que ce voyage là ne sera que pour vérifier et démarrer la défécation, le voyage du lisier dans le digesteur… Alors Sikeli pourrait venir avec sa confiture de goyave (quelques bactéries extraites d’un digesteur fidjien) pour accélérer le processus. Ils pourraient alors commencer la construction du 2e digesteur tout en attendant la production de gaz de l’autre… Bon ça peut le faire, la dessus, ce soir je peux dormir tranquille. Tout étant relatif et nous trouvant à Tuvalu, ca ne ferait pas trop de temps perdu.

Les autres trucs qui ont eu tendance à me faire perdre mon sourire et ont aidé à rendre agréable la pensée de partir plus tôt :

- Les déchets : je me rends compte que changer les habitudes des Tuvaluens risquent de prendre autant de temps, sinon plus, que dans les pays très consommateurs et habitués depuis longtemps à jeter tout ce qui y est acheté. Dans SiB j’écrivais que ça prendrait moins de temps. Ce peut être encore vrai, mais je ne peux m’empêcher de me sentir découragée quand je vois mes voisins agir. Longue réflexion, discussion avec Sarah depuis quelques jours. Depuis que je n’ai pu m’empêcher d’interpeller ma voisine que j’observais du haut du balcon, balayer devant sa porte les boites de conserves et autres déchets qu’ils jettent devant leur marche et les pousser sur le tas qu’ils accumulent sur les pierres qui mènent au lagon 3 m plus bas/loin a marée basse, à peine 1 m à marée haute…. Un tas, bien sûr, fait aussi de déchets organiques… Je n’ai pas pu retenir le « non, ne faites pas ça…. », j’ai bien senti que c’était un peu dur de la part d’une palagi d’imposer de cette manière « It’s not good for your children, for the lagoon »… J’ai fait un peu plus long mais clairement la femme n’entendait pas l’anglais. Elle a dû tout de même comprendre quelque chose car je l’ai vue, du tas, sortir quelques trucs et les mettre dans un sac…. Pas loin, à deux maisons, toujours le long du lagon, sur le chemin qui nous mène de la maison à la petite jetée où nous prend notre bateau pour Amatuku… même chose entre deux petits arbres. Le problème structurel spécifique ici, comme dirait notre correspondant du Sprep, c’est que le waste management unit n’a jamais eu assez de bennes pour tout le monde et, nous a dit Suzan, certaines familles qui en ont eu, utilisent le container pour recueillir l’eau de pluie. Comment apprendre à la population à ne pas jeter leurs déchets ailleurs que dans la poubelle quand ils n’en ont pas. Ne parlons pas du ramassage… Mais la difficulté réside vraiment dans la culture et les traditions…. Les femmes qui balaient vigoureusement apprennent à leurs enfants à le faire.. depuis sans doute une menace de malaria dans les années 50 ou avant…

- Autre sujet de petite appréhension parmi tout ce qui nous reste à faire : l’AG… Rien n’a encore été mis en œuvre. Susi a été retenue hier soir alors que nous devions en parler… Demain soir peut être…. Alors que c’est le 5 Juin… C’est du boulot.. En plus y’a un enjeu… A paris une AG est simple. Ici, c’est la première, nous n’avons aucune idée de qui aura envie/pourra venir. En d’autres situations, un petit nombre est plus agréable, ici aussi ce le serait sauf qu’il nous faut redresser une idée qu’a fait courir Annie, à savoir que parmi nos membres, certains (enfin une personne) aurait dit qu’il/elle ne savait pas qu’elle était membre… « ca pose une question de crédibilité » a dit Annie. Bien sur quand nous avons déposé nos statuts à Tango pour être enregistrés chez eux, seul moyen à ce jour d’avoir une existence presque officielle, notre liste ds 200 membres était tapée. J’aurais dû y joindre aussi les manuscrits signés. J’ai voulu faire propre. J’ai fait faux. L’idée de cette assemblée est donc de réunir les membres signataires et ceux qui veulent le devenir (puisque nos listes n’ont pas circulé depuis le printemps 2006 et que la plupart des participants aux workshops le souhaiteraient). La difficulté comme l’an dernier quand je l’avais aussi envisage : où ? Ca dépend du nombre et nous ne pourrons le connaître qu’après avoir expédié mails à tous ceux qui en ont un, coller des petits posters aux endroits habituels, recueillir des listes de participants inscrits et choisir le lieu. Le restaurant de l’hotel, ou plutot la terrasse sur le lagon, serait bien le plus pratique Bon je vois avec Risasi lundi.

La liste des choses qui me chagrinent n’est pas terminée mais le fait d’en avoir posé quelques unes me rassérène et m’a permis d’y voir plus clair. Et puis, là tout de suite j’ai plus envie de penser négatif. D’autant que si je reprends la liste, je peux aussi dire que la réunion du jour avec le personnel de TMTI s’est très bien passée. (J’ai demandé à Utala, l’ingénieur de TMTI qui a été formé avec Sikeli, d’expliquer aux résidents ce qu’était le digesteur et à Luni un prof qui avait été particulièrement attentif, notant tout, posant les bonnes questions, de parler de la porcherie et des conditions d’utilisation. Sarah a elle parlé des règles d’utilisation qu’il leur faudra mettre en place entre eux et nouveau rendez vous pris pour la semaine suivante.)

Dans le domaine des déchets, euh, c’est quoi le positif ? Ah oui, le fait quand même que la direction des déchets est compétente et consciente. Je suis allée déposer aujourd’hui des anti douleurs à Suzan et rendez vous est pris lundi pour voir où ils en sont et avoir son point de vue sur l’intervention du Sprep. Et puis le fait que les Tuvaluens réutilisent beaucoup les bouteilles plastiques, principalement les petites (qu’eux mêemes utilisent rarement, plutôt une consommation de palagis). Ainsi, demain, plutôt que de les écraser pour les mettre dans mes valises de retour, j’en remets un sac à Temu, la directrice de l’école. Toujours dans ce même domaine spécifique, chez Su qui tient aujourd’hui un (mini) supermarché, ils vendent des bouteilles plastiques vides, de 10 centimes à 50 centimes la grande !

L’Ag, ça va demander pas mal de visites ici ou là pour prévenir de visu les piliers et beaucoup de mails à expédier, une organisation béton vue les délais mais ça devrait le faire.

Positif par ricochet : je vis ici dans la totale ignorance de ce qui se passe en France. Si j’ai eu bien sûr les résultats des élections, aucun autre écho ne me pollue. Je préfère ne pas savoir et, par la force des choses aussi, je vis dans le passé. Pour preuve : ma lecture du soir depuis que j’ai terminé mes romans : des magazines datant d’un mois et demi et pour certains même d’un an… que je n’avais pas eu le temps de parcourir encore… Harmless… Pas de danger d’être bombardée d’annonces auto-suffisantes, ni de sentir la frustration monter, comme chez beaucoup d’entre vous, à l’écoute des apologies sarkoziennes.

fetaui

04 / 06 / 07 - 12 : 05
1 commentaire 1 commentaire ( ( 2993 vues ) )

Funafuti, mardi 22 mai Minuit,

Le chapiteau a commencé depuis hier. Fanny prend le temps chaque soir de relater les journées à Saint Denis… Voir le chapoblog ci-avant ou après.. posté

Ce qu’on fait ici à côté ça semble tout petit avec l’impression en fin de journée de n’avoir rien fait de ce qui était prévu.. Hier lundi les 3 trucs dont je me souvienne : banque/airport pour accueillir le consultant néo-zélandais payé par la Sopac pour préconiser des tarifs à la compagnie d’électricité et qui nous avait contactées par mail…. Puis séance avec la fille de Susi sur les correc au premier draft de la traduction de la BD faite par des institutrices de l’école. Le soir, diner avec les consultants, car en fait ils sont trois…. Si tout allait bien au début de notre conversation, je me suis un peu échauffée quand nous avons réalisé que bien que néo-zélandais ils nous la jouaient un brin à l’américaine : arrogants… Tout juste s’ils ne nient pas le réchauffement climatique et bien sûr ils savent tout à fait ce qui convient à Tuvalu sans jamais y avoir mis les pieds. Ils en ont eu pour leur grade sur notre vision des institutions, par nous d’abord, par Brian ensuite quand il est venu s’installer et puis par une nurse américaine mariée à un fijien… Le consultant avait été impressionné quand je lui ai présenté Saufatu, l’ancien ministre de l’énergie, à son arrivée à l’aéroport. Le soir, alors Sarah venait de partir et que je rentrais à pied, Risasi, notre trésorière et Taukelina son mari et actuel ministre de l’énergie ont proposé de me déposer en 4x4, enfin 3/3… japonais obligent ! Tu vas où « a ton hotel » « on t’emmene » « mais vous allez dans la direction opposée.. » « pas grave on a 5 mn avant notre diner ».. J’ai expliqué à Tau avec qui nous dinions, lui ai annoncé qu’il les verrait demain matin et qu’ensuite on travaillait avec eux et le bureau de l’énergie avec TEC.. « A demain » « ah ben non, on te laisse les voir seul d’abord…. On travaille avec eux ensuite… » Ca m’a fait hurlé de rire à l’idée de pouvoir raconter l’épisode aux arrogants.

Nous avons ce matin passé une bonne partie de la matinée avec eux, Vete et le département de l’énergie. J’ai plus filmé que parlé mais j’ai remis une couche, en jouant les naives « quand je vais voir mon expert comptable pour le bilan financier d’entreprises, il me demande toujours combien je veux payer et se débrouille pour y parvenir… on calcule quotidiennement au centime et annuellement au million en gros… Pouvez vous faire la même chose, vous demander d’abord combien les tuvaluens peuvent payer et ensuite trouver la solution pour que les tarifs puissent s’approcher de ça ? « … Et, après leur avoir demandé sur combien de temps portaient les prévisions qu’ils comptaient faire (20 ans)…. J’ai un peu insisté sur leur mode de prévisions du coût du pétrole… et ont il prévu d’inclure un scénario prenant en compte de possibles obligations d’augmentations imposées par un nouvel accord genre kyoto…. Après déjeuner rapide à l’hôtel rejointes par Eti qui nous a appris que le kaupule devait désormais remettre une autorisation à tous les bateaux qui veulent aller sur les ilots…. Je me demande si Helani n’a pas mal interprété ce que nous lui avons dit sur la nécessité de faire payer les films de fiction… comme le soap japonais d’il y a un mois.
Vu Risasi quelques secondes pour m’assurer qu’on pouvait poser l’expo et préparer le fiafia de la semaine prochaine avec Gaby en concert, just’avant qu’elle ne plie bagages et sono.

Séance internet chez Alpha pour retirer mes mails AOL. Rentrée à la maison j’ai reporté les corrections sur le texte tuvaluen et scellé les dernières pages non encore traduites qui demandaient une adaptation pour un lectorat tuvaluen et il était déjà l’heure de diner avant notre deuxième leçon de tuvaluen avec Père camille. Il est arrivé armé aujourd’hui d’une pendule en plastique et d’une cinquantaine de gravures bibliques derrière lesquelles il a inscrit un trexte entuvaluen et anglais… Parce que Steve lui avait demandé comment on demandait l’heure et que je posais des questions sur les pronoms, les adjectifs possessifs et que ça lui semblait clair dans ses textes religieux. C’est allé dans tous les sens avec un premier quart d’heure où il nous paumait encore plus que la première fois ; En fait il est tellement habitué à parler tuvaluen qu’il nous parle comme si on l’entendait… Il nous a donné des feuilles avec quelques phrases en tuvaluen… Et quand je lui demandais ce que voulait dire ceci ou cela, il me répondait « c’est pas la peine de traduire », jugeant d’après ce qu’on a compris qu’il suffisait d’apprendre par cœur. Et quand je lui demande « la semaine dernière on a appris les jours de la semaine, les mois, mais comment on dit semaine, mois, année ?, il nous a gratifié d’un voyage dans l’espace, la distance de la terre à la lune, la rapidité de la rotation. Là, encore une fois, ici, j’ai cru vivre une comédie. D’autant plus drôle que nous tous sommes redevenus des petits élèves, par la force des choses, et que comme des garnemens on ne pouvait s’empêcher de pouffer…. Il est fantasque, fantastique et adorable et même si ce n’est guère académique, nous en retenons toujours quelque chose tout en nous marrant bien.

Ce qui me fait moins rire c’est que le transfert qui me permet de payer les ouvriers de la porcherie n’est toujours pas arrivé après 10 jours. C’est très embarrassant, d’autant plus que si l’argent est bloqué quelque part on ne peut pas prédire quand il atterrira sur notre compte.

Autre sensation inhabituelle : je me suis réveillée ce matin en ayant froid. Il pleuvait dru, il faisait gris depuis le lever du jour et un sweater aurait été bienvenu.

Fetaui

04 / 06 / 07 - 12 : 03

Samedi 19 mai 13h30

Ce matin, il s’est mis à pleuvoir sous le soleil… doucement… juste un petit nuage à peine gris just’au dessus de nos têtes… et puis un autre…. Ca a bien duré ¼ d’heure de quoi remplir un peu plus les réservoirs à eau mais nous avons cherché en vain l’arc en ciel.

Hier soir, attirée par les clameurs du chœurs du Fagogo qui entonnaient une de mes chansons préférées, et autres bruits m’environnant, j’ai sorti la caméra pour enregistrer ces sons. Ma chanson préférée était terminée mais j’espère avoir sur bande une reproduction assez fidèle de ce que mes oreilles entendent.

Ce matin, j’ai décidé d’essayer scrub et huile pour le corps que Léonie avait glissés dans mon sac. Seule petite ombre au tableau, le concours de décibels dans le voisinage, c’est à celui qui poussera le plus à fond son système sonore. Des sons reggae a un mix polynésien/mélanésien, en passant par Madonna et les cris des bébés des voisins… Le temps que je sorte de la salle de bain, le mélange des genres avaient laissé la place au background le plus puissant qui pourrait provenir de la nouvelle fête de la Croix Rouge… où nous sommes invités cet après midi.. Sarah n’a pas demandé où ça se passait mais suivant la musique ce matin sur la terrasse, j’ai situé l’origine au falekaupule de Funafuti… Mais j’ai regretté de n’avoir pas attrapé dans mon micro les vrais sons du matin… qui donnaient une bonne idée de notre mode de vie ici et de notre voisinage.

Sarah est partie déjeuner à l’hôtel… avec la petite caméra, représentant seule Alofa à ce 3e ou 4e rassemblement de la Croix Rouge. Elle avait pour mission de s’amuser, de discuter des journées de l’environnement et de passer l’info sur le site Earth Day & denis Hayes.

La nuit dernière j’ai avancé par mal sur les spots radio et réalisé en allant chercher quelques idées dans la BD que la version anglaise ne pouvait pas se traduire littéralement en tuvaluen… Certains conseils sont stupides pour ici comme « je promets de baisser le chauffage ».. Bien sur ça se transforme en baisser sa climat mais y’avait pas mal de petits trucs sur lesquels j’ai du repasser et je suis bien contente de l’avoir fait avant que ce ne soit trop compliqué ou trop tard.

Hier soir aussi, Lasela la fille de Susi (12 ans, presque 13), qui s’essaie à mettre en mots plus jeunes, la traduction des profs, est passée hier comme elle le fait souvent. Elle est adorable mais très très très bavarde et impossible à déloger avant une heure quand elle vient apporter des bananes ou déposer ma clé USB… Elle me confie ses petits secrets d’hier, du jour, de demain… et me pose des questions incessantes… Programmée pour ne pas laisser un seul blanc dans la conversation. Une des questions d’hier « c’est vrai que Jésus a épousé Marie Madeleine… ». Tu fais référence au Da vinci Code ? » « Oui quelque chose comme ça… c’est vrai, mon père dit que non, que la bible a été écrite par 40 personnes, le livre par une seule mais ma sœur dit que c’est fondé sur des recherches scientifiques… » « Euh, il y a un peu de vrai dans ce livre, et un peu de faux dans la Bible… D’ailleurs si toi et moi on devait décrire la même réalité, ce serait empreint de sentiments, d’opinions, d’émotions personnels et ce ne serait pas la même histoire…. »

Tiens il repleut… J’allais dire tant mieux pour les réservoirs de la porcherie (qui doivent être en partie remplis d’eaux pour installer les cochons dans leur new home) sauf qu’ils ne sont pas encore debout de toute façon… Encore 15 jours de retard sur la porcherie… Un truc qui était estimé à 1 semaine de travail par Vete ou un mois en ne travaillant que le week end, se transforme en un mois 5 demi journées par semaine plus le samedi pour une dizaine de personnes… Longue discussion hier avec Ruru… avant de nous rendre compte que nous étions incapables de payer les 15 jours car le transfert n’était pas arrivé sur le compte.. Ni Sarah ni moi ne pouvons jauger les temps de travail des ouvriers mais nous savons qu’il ne nous semble pas normal de payer au même tarif les heures de transport et celles effectivement travaillées… Des détails de ce genre nous font dire qu’on est quand même un peu, même si c’est moindre qu’avec d’autres organisations, pris pour des pompes à …. eau…

Au planning du week end également : réponses aux représentants de l’AFD (UPS et Sprep) négligés depuis plusieurs semaines, base pour le guide pratique Biogaz et mails divers : mon fils Sam à New York, la mère de ses enfants Arielle à Paris, Chris à LA, John et Léonie à Fiji et Semo, pour un point sur 2 affaires immobilières. Un droit de passage sur la petite maison de ma mère à laquelle nous opposons plaidable est en cassation en juin, l’autre, en juillet, moins importante d’un locataire indélicat pour le moins qui nous pourrit la vie depuis plus d’un an.

Au programme aussi : faire la liste des choses à faire absolument avant le départ de Sarah. Et, penser à déposer un cadeau à Susi dont c’était l’anniversaire mercredi ou jeudi d’après ce que m’a dit sa fille. Je culpabilise beaucoup de n’avoir pas noté sur mes nouveaux cahiers cette date car je m’étais un peu engagée à lui faire une lecture astrologique de son thème… Pas fait… Pas bien…

Waouh.. la musique s’est arrêtée… Silence ou presque si ce n’est ce son sourd comme celui d’un moteur de bateau au loin qui n’avancerait pas… toujours la même intensité… C’est quoi ? Une machine à laver dans une maison pas loin ? Hier soir, le roulement des vagues de l’océan pourtant de l’autre coté de l’île et nous sommes à un endroit où elle est le plus large, portait comme le bruit d’une autoroute… à côté le clapotis du lagon sonne tellement inoffensif !

Sarah est revenue bredouille de participation à la party de la red cross. Quand elle est passée la première fois devant le fale de Funafuti, près de l’église, d’ou venaient effectivement les basses de la sono, y’avait 4 ou 5 femmes assises dans un coin du falé… Au retour de l’hôtel, cette fois, des plus jeunes dormaient, accablés par le walkathon qui en fait était organisé le matin.. On n’avait pas eu toute l’information. Ca m’a remontée contre l’absence de politique de communication ici. La communauté devrait être tenue informée par TMC de ce qui se passe chez eux. C’est une info. Tout comme les dates et horaires de nos workshops auraient du être considérés comme des infos. Certes TMC a besoin d’argent et ce ne sont pas les 100 dollars qu’aura couté la quinzaine d’annonces pour les workshops qui pèsent mais, même s’ils ont couvert l’ouverture et la première workshop, la première annonce informant les gens de la tenue de l’atelier, devrait être gratuite et recherchée par le média pour conserver le lien communautaire en prévenant des évènements petits ou grands qui se passent sur les îles.


22h30

Ce soir, après un diner soupe (3e jour pour moi, Sarah a renoncé après le premier essai. Elle déteste le poisson, le supporte en filet quand ça ne sent pas le poisson et qu’elle est assurée qu’il n’y a pas d’arête. En fait, la soupe « libérée » de son bouillon trop puissant est meilleure chaque soir. Un peu de poivre et de curry aide). Ce soir Emmanuel puis Kalisi, prévenu au moment où la soupe réchauffait, se sont joints à moi et nous n’avons pas vidé la marmite. Demain peut être… Emmanuel n’a pas attendu que je rentre de chez Susi (à qui j’apportais quelques petits cadeaux pour son anniversaire) et terminait son bol quand je suis montée. Il a bu un verre avec nous puis s’est dirigé, comme tous les soirs, vers l’hotel ou le filamona. Il apprécie Kalisi sans le voir jamais quand je suis en Europe. Mais bon, il est parti en disant qu’il ne rentrerait pas tard. Kalisi, lui, avait répèt de chorale à l’église pour la cérémonie de ce nouveau dimanche pour remercier des dons faits par le peuple à l’église dimanche dernier. En Aout, ils donneront à chacun des révérends en exercice… un autre bon paquet de blé…

Ce soir aussi le Fagogo vient de terminer sa chanson pour laisser la place, un peu plus loin, à un air plus actuel venant sous doute du night club… On est samedi… Mais non, ça aussi s’arrête et le fagogo reprend… puis s’arrête….

Et ca c’est quoi ce gros bruit ? Comme si quelqu’un essayait de forcer la porte just’en dessous de ma chambre… « Sarah ? C’est toi ? »… « Non quoi, tu veux qu’on descende vérifier ? »… Rien de suspect au rez de chaussée. Tout est bien fermé… Remontées au premier, je vais jeter un oeil sur le balcon qui ceinture la maison. Sarah me suit et le fagogo redémarre « c’est quand même très mélodieux » lui dis je ? Quand tout à coup du coté du lagon, nous parvient un bruit qui m’a paru venir d’un humain qui imitait le loup ou en tout en cas un bruit s’il venait d’un humain qui se voulait faire peur, un son de fond de gorge très rauque. Au 3e hoquetement, Sarah avait compris « nous voilà fixées » « euh ?? » Elle n’a pas eu besoin d’aller plus loin, le bruit qui a suivi était suffisamment précis pour que je puisse imaginer, même dans le noir, un mec ivre mort gerber dans le lagon…. C’était y’a près d’une heure. Et il est toujours à l’ouvrage… Je viens de l’entendre encore derrière notre mur, devant la maison des voisins. Coup d’œil de concierge pour entrer chez eux du coin de fenetre de ma chambre : ils mangent… enfin, le père mange avec un mec plus jeune, un fils ? la femme sert. A 23h30, bizarre… mais en tout cas, ce’st vrai que d’observer un environnement familial sans télé, c’est une image que j’ai peu vécu, peu vu… Et j’ai préféré rester sur cet instantané que sur le précédent…

Dimanche 19 mai 2007
La très bonne nouvelle de ce week end : l’imprimante sortie de sa boîte et installée hier, a immédiatement imprimer sa première page : l’horoscope de Susi pour son anniversaire…
J’espère qu’aujourd’hui elle sera toujours aussi bien lunée.
..

28 / 05 / 07 - 14 : 07

Jeudi 17 mai
Sikeli est parti ce midi sur un sentiment « d’achievement ». Après notre réunion avec le personnel de l’école vivant sur place, le bouchon de béton a été posé sur la cheminée du digesteur à la tombée de la nuit hier. Pour la première fois sans doute un bateau a quitté Amatuku à la nuit.. Nous étions nous rentrées plus tôt et nous sommes un peu inquiétées de ne pas voir Sikeli à l’heure habituelle. Il revient dans 6 à 8 semaines si tout roule comme prévu. Et si Sopac maintient le cap pour le 2e digesteur comme annoncé. Le mail d’Anare du jour est dithyrambique (genre je laisserai une marque indélébile sur le peuple tuvaluen) alors j’espère qu’on finisse le 2e et qu’ils iront plus loin encore avec nous comme le laissait entendre aussi Paul, son boss dans un ce ses messages plus anciens.

L’adaptation à l’absence d’un co-locataire.va demander quelques jours. Sarah s’est mise à la lessive aujourd’hui, y compris les draps de Sikeli, tandis que je démarrais une soupe avec les restes du Traveli au congel depuis le diner improvisé avec Kalisi et son poisson… C’est aussi grace à lui qu’après 3 semaines de vie dans la maison on ose enfin utiliser la cuisinière à gaz. Il a vérifié l’installation et nous a assez rassurées pour que Sarah ait, ce soir là, osé l’allumette…. Donc, soupe sur la gazinière mais cuisine colo alofienne : tout dans l’eau bouillante ou presque… On a quand même passé le bouillon de la carcasse et de la tête de poisson bouillie… et jeté dedans les ingrédients disponibles c’est à dire patates, carottes, oignons, ail et vermicelle chinois….. Ce fut le diner le plus drole du séjour… on a bien rigolé même si on ne peut pas dire qu’a part le fromage de Léonie nous ayons festoyé…. Plutôt fishy notre soupe. Et comme on en avait fait des litres, on va tenter d’améliorer les épices (on n’a même pas de poivre, va falloir en demander à l’hotel) pour la rendre plus mangeable et inviter Emmanuel et Kalisi a la partager…

Ce soir, donc soirée seule avec Sarah, parlé de tout, de religion, de genes, de morale/d’ordre, de soupes, des choses importantes à réaliser avant son départ parmi la liste trop longue emportée dans mes bagages qui ne tient compte ni des imprévus locaux ni de mon adaptation plus difficile que d’habitude à jongler entre les affaires d’overseas et les courantes ici. Sans doute parce que nous sommes passés de projet à mise en place avec tout ce que ça signifie pour le chef des travaux.

Comment tu vas, toi ? me demande Fanny…. Bien je crois, je ne me pose pas la question et la plupart de ce que je vis me remplit de satisfaction,. Bien sur tout n’est pas totalement rose, ce qui m’interpelle le plus, toujours, c’est certaines attitudes humaines ou tuvaluennes que j’ai du mal à appréhender. Comme le frère de Taukelina, Sam… Toutes ces années si on s’était croisé on ne s’était jamais parlé, jamais présenté. Je l’ai donc abordé un soir au resto chinois…. En me présentant, quelques jours plus tard, à l’hôtel, c’était à nouveau comme si j’étais transparente. Je l’ai resalué et cette fois ci on a parlé de ce qu’il faisait (fishery). J’en ai profité pour lui demander combien de personnes pouvaient contenir les deux bateaux coréens…. Faute de pouvoir sortir pêcher, ces cadeaux empoisonnés peuvent peut être servir d’abri à un certain nombre en cas d’alerte tsunami… Discuté aussi bien sur de l’alerte et des réelles menaces. Puis de la traduction de la BD. Il s’est proposé à faire une relecture… A midi, je l’ai croisé à l’aéroport. A nouveau j’étais transparente et de toute évidence il partait pour 1 ou 2 semaines… Bizarre, non ? Quant à Taukelina, son frère, Ministre de l’Energie, et mari de notre trésorière, il est particulièrement friendly mais jamais ne nous interroge sur l’avancement de nos travaux. Alors que tout le pays le fait… enfin tout ceux que nous croisons.

Et puis ce soir, j’ai entendu un oiseau siffler une ou deux fois derrière mes fenêtres. Il y a peu d’oiseaux diurnes à Tuvalu et aucun nocturne à l’exception des coqs qui perdent un peu la crête, chamboulés par un jetlag étrange. Les coqs tuvaluens croient que le soleil va se lever à peu près tout au long de la nuit. (et du jour). Cet oiseau du soir était il un coq d’une autre espèce. Quand je suis installée au rez de chaussée dans la ligne de mire de tous ceux qui passent devant les fenêtres, malgré les rideaux trop légers, j’entends souvent des sons bizarres, sorte de bruits de bouche ou de nez, faits, me semblent ils souvent faits pour tenter d’attirer mon attention. Sans succès… enfin si, bien sûr, je remarque, mais la plupart du temps comme les opossums, j’ai tendance à geler tout mouvement pour éviter de montrer la moindre émotion. Ce soir rassurée dans ma chambre du 1er étage, je préfère n’y plus penser.

Dans la rubrique Genes, je porte souvent la jupe mauve laissée par Laure en 2004. L’idée c’était que je la donne mais je l’ai gardée et je dois dire qu’avec les sandales mauves et roses laissées par Fanny, ça le fait. Les deux me vont comme des gants, je me sens bien dedans et bien entendu, à chaque fois je pense à elles.

Dans la rubrique « trouille ». Sarah a installé tout à l’heure un cadenas sur chaque porte sans clé de la maison après que nous ayons reçu la visite pas très agréable du niais voleur de l’ile. Pas Lasalo, non, lui il est fou illuminé, celui la dont j’oublie le nom à chaque fois a sévi longtemps autour et dans la maison de la marine australienne où vivent à demeure 2 ou 3 mecs. Je l’ai envoyé péter quand il a ouvert la porte le bras tendu pour serrer la main « you’re not welcome here… Go back »… et il a fait demi tour… Contrairement à la plupart de ceux qui se baladent devant nos fênetres, lui n’allait pas au lagon. L’objectif de son déplacement c’était l’ouverture de notre porte.

28 / 05 / 07 - 13 : 54
1 commentaire 1 commentaire ( ( 2721 vues ) )

Mardi 15, 11h

Réveillée ce matin vers 8h par Sarah, en plein psychodrame. Elle tenait par la main la petite Ima qui s’était à nouveau introduite dans la maison et s’essayait à passer du vernis sur ses ongles, dans son petit sac : une pièce de 20 cts, un bonbon, du vernis… Tentative de discussion, de leçon de morale puis nous l’avons laissée dehors avec l’intention de la traîner à l’école. Quelques minutes plus tard, j’ai réalisé que la moustiquaire devant une des portes du bureau était grandement éventrée… « Ima, c’est toi qui as fait ça ? » « non »… Je l’ai crue, mais 2 mn plus tard j’ai pu vérifier en la voyant passer par ce nouveau trou, qu’il lui allait comme un gant. Elle voulait récupérer son « bag », avec dedans, une de mes trousses pleine de pinces à cheveux à distribuer et quelques vernis. Dans le sac aussi, 2 petits cahiers d’école, à peine utilisés, la page de garde et une seule page de devoirs... Sur la première page, son nom : en fait « Ima ». Blabla de quelques minutes et Sarah a saisi un poignet, moi l’autre et nous l’avons tirée, jusqu’à l’école. C’était l’heure du break… Temu la directrice s’est envolée pour une semaine hier mais Tuitupe nous a aidée à localiser la classe d’Ima. Elle nous a expliqué que l’an dernier, la petite avait participé à 1 classe sur 5, qu’elle refusait de parler, qu’elle volait tout à tout le monde et que ça avait été le cas de toute la famille avant elle. J’ai demandé à Tuitupe de dire à la petite que nous sommes ses amies et qu’elle peut revenir, mais qu’elle doit frapper à la porte…. Tuitupe s’est proposée d’aller voir les parents à la fin des cours. Je suis allée lui acheter un « roti » pour le déjeuner. En revenant, une des tantes d’Ima, était assise là avec une floppée d’enfants et lui parlait. Elle l’a giflée aussi… Bien sûr ça m’a déplu car parmi les raisons de l’attitude de la petite y’a le désintérêt des parents, y’a aussi le fait que piquant à ses petites camarades régulièrement, elle s’est mise en dehors de son groupe mais évidemment on ne peut pas s’empêcher de penser qu’elle peut être une enfant battue même si les cas sont rarissimes à Tuvalu. Je crains l’effet de spirale pour la môme. La tentation est grande de l’adopter pour essayer de la remettre sur le droit chemin mais sans parler le language, ce n’est pas faisable dans le temps qu’il nous reste à passer ici cette fois. Meme si ce soir nous allons prendre notre premier cours de Tuvaluen avec Père Camillo chez Steve & Monica (dans notre ex-maison)


28 / 05 / 07 - 13 : 47

Lundi 14 mai

Ouf… lundi chomé aujourd’hui : on fête à Tuvalu l’arrivée des Missionnaires. Je ne sais pas de quelle manière sauf que personne ne travaille et que j’ai bien l’intention de profiter de cette journée de vacances nationale pour lever un peu le pied. Je pensais avoir le temps de me poser hier jour du seigneur pour tous ici et bien non…. Une urgence parisienne, expédier à Fanny des photos récentes du chantier et des ateliers pour Thalassa. Chris a envoyé ce qu’il avait jusqu’au premier atelier, là ou on ne voit qu’un trou et du monde autour, depuis Gabriel puis Sikeli ont assuré l’instantané de l’avancement des travaux, Anare et Sarah les 2 ateliers derniers. Comme je ne voyais dans aucune de ces photos, les plans qui me semblaient vraiment parlants, j’ai visionné les 3 heures tournées aux workshops et digitalisé quelques plans courts (car je n’ai pas de disque dur cette fois). Puis regardé image par image ou presque pour ressortir les quelques photos. Ca m’a pris la journée et une partie de la soirée précédente a été consacrée à sélectionner une dizaine de photos des centaines prises par l’appareil alofa.

Une bonne nouvelle du matin : la connection internet ne fonctionne pas. Après plusieurs tentatives je renonce. Après tout c’est férié. Par bonheur ça a fonctionné hier et toutes les photos ont pu être expédiées.

Malgré la fete nationale, l’avion du lundi est attendu aujourd’hui comme toutes les semaines. Dedans sans doute, notre tuyau de gaz de rechange et autres accessoires, première étagère de notre quincaillerie.

Aujourd’hui aussi, je dépose à Pua et Susi la première traduction de "A l'eau la Terre" en tuvaluen réalisée par l’école et je confirme le vol de Sikeli pour jeudi. Son petit mot du matin est affirmatif. Il est sûr de lui. Jeudi le biodigesteur sera donc terminé, il attendra que la porcherie soit elle aussi prête à recevoir les cochons d’Amatuku, ce que Ruru nous a promis pour samedi prochain. Nous étions invitées, Sarah et moi, à partager le barbeuk des ouvriers après l’atelier, mais avons préféré repartir avec les participants en proposant le même agenda samedi prochain.

Parmi les infos ou saynettes que j’ai oublié de noter ces 2 dernières semaines :

- Un matin nous avons trouvé une petite fille accroupie la tête dans les bras. En uniforme de l’école d’à côté elle faisait clairement l’école buisonnière et ne comprenait pas un mot d’anglais. Elle fut aussi muette avec notre voisin qui lui a posé les mêmes questions que nous en Tuvaluen. Après que nous nous soyons présentées « sarah… gilliane » nous avons compris qu’elle s’appelait Ema. Nous avons fermé la maison et l’avons laissée là, le voisin aussi s’en est allé vaquer à ses occupations. Quand j’ai raconté la scène à Sina, la femme d’Eti, elle m’a raconté qu’une fillette qui a l’air d’avoir 7 ans mais en a bien plus, s’est introduit dans une quarantaine de maison et pris ce qu’elle pouvait prendre. Sans doute des sous en priorité. Serait ce la même petite ? Hier encore, Emmanuel nous a raconté que son compatriote, Martin, qui vit chez Iakopo, est rentré un jour et toutes ses affaires avaient été passées en revue, par une jeune fille d’une douzaine d’années, prise en flag par le frère de Iakopo. Ici, comme nous n’avons que deux clefs pour 4, si nous fermons la porte principale, nous laissons une des portes d’en bas ouverte pour que Sikeli puisse rentrer sans encombre après ses grogs de Kava. Hier soir, l’autre porte était aussi ouverte, mais a priori rien ne semblait avoir disparu. Difficile de juger ce qui parmi nos affaires, à part le cash, peut les intéresser. Un T shirt ? les parfums c’est sur… En tout cas, je ne crois pas que mes outils professionnels, caméra, ordinateur etc puissent présenter un intérêt pour quiconque ici… Enfin, j’espère…

- Patrick, le représentant de l’UNDP de passage la semaine dernière nous a confirmé une dépêche que Chris nous avait forwardée l’an dernier : L’UN veut un bureau dans chaque pays du monde, y inclus Tuvalu… Un bureau/bureaucratie de plus, s’indigne Sarah…

- Lessive : notre machine à laver, lave (à l’eau froide) mais, antiquité, elle n’essore plus. Pourtant, à ma grande surprise (il m’en faut peu), à peine étendu au soleil, ça a séché à vue d’œil.

Enfin, parmi les infos plus fraîches, et parmi les arrivées de la semaine :

- Jens, un danois, représentant une entreprise américaine, venu, enfin, installer l’anémometre… Bizarre quand meme… Les danois sont parmi les rares producteurs d’appareils éoliens et un danois installe du matériel américain. Après un accueil abrupte à la Gilliane, « c’est stupide d’ériger un mat de 30 metres quand il y a une tour de 35 m juste à coté »… la relation est devenue tout à faire agréable.. OK son pylone n’est pas une tour et ne sera debout qu’un an….. mais quid de l’engin une fois les mesures opérées ? Il suggère que Sopac les utilise dans une autre ile du pacifique…. Il estime aussi que pour les iles lointaines, plutot que d’installer un anémomètre, il vaudrait mieux faire l’acquisition directe d’une petite éolienne, on voit, pour le meme prix, comment ça marche (fréquence et vitesse) et il y aura toujours un peu d’énergie produite… Pas idiot. Nous nous sommes faits un diner d’Européens, samedi soir : 2 autrichiens, un danois, un écossais, une anglaise et une française.

- David lui, un américain du Nord, du Canada, a voulu, dès son arrivée, bluffer son monde en expliquant qu’il était la pour installer un « media center », mais il ignorait jusqu’à l’existence de Tuvalu Media Corporation. En fait, il installe, dans le bureau de l’éducation, une camera et un ordinateur de montage, un ensemble comme il y en a déjà un chez Teu au service social et où 2 bouts de video ont été réalisés en 2 ans.

Et puis il y a aussi Bruce, un ingénieur médical, un australien plutot ouvert et Matt, le consultant pour le GEF donc, arrivé jeudi et reparti aujourd’hui.

Bruce, Jens et David sont venus à la workshop, Matt lui est allé visiter le digesteur la veille, avec l’équipe de l’environnement et Eti. Enfin, deux américains, de l’Université de Hawai, des Mormons, qui ont demandé à la famille de Tami s’ils pouvaient venir aussi. Why not. Eux ne nous ont dit ni bonjour, ni au revoir, ni merci, ni sorry alors que le 2e bateau a dû les attendre ¼ d’heure. David lui a dit « bonjour », « au revoir » et « c’était intéressant »
Bruce et Jens ont remercié à profusion et voulait participer au côut du transport.

Il faut de tout pour faire un monde !

Lundi soir, fin de trêve fériée

What a nice day ! Tout en amitié, en petits et grands imprévus venus de notre voisinage. Passé un peu de temps avec Susi et ses enfants en train de refaire le jardin. Ils étaient tous là quand je suis partie sur la mob pour ne pas rater l’arrivée de l’avion et vérifier si John avait envoyé le matériel qui avait fait défaut quelques jours à Sikeli. J’ai prévenu que je reviendrais filmer. Quand je suis rentrée, ils partaient chercher plus de terreau dans le bush… J’ai travaillé un peu en attendant le bruit du moteur du camion.. Quand j’ai sorti le nez dehors, ils étaient revenus depuis un moment. Tous les « beds » ont été faits à neuf, avec tronçon de cocotier, bourre et coque de noix de coco, sable au fond pour empêcher les racines des arbres alentour de profiter du compost avant les plantes, terre et terreau tamisé.. C’était joli à voir. Nous avons passé en revue la douzaine de variétés de radis que Kokopelli nous a gentiment envoyés. J’ai filmé un peu. Entre deux voyage entre la maison et celle de la voisine, on a démarré un feu déchets et Sarah, grande prêtresse de cette cérémonie, surveillait quand Kalisi, qui habite aussi à deux pas est venu nous faire la conversation et nous conseiller sur le feu une petite heure.

Pendant ce temps toute la petite famille de Susi goûtait de poisson cru. Susi ne veut pas manger dans l’eau comme ses enfants, alors, ils se sont installés sur les blocs de béton, une petite jetée cassée depuis la 2e guerre mondiales… Jolis scènes là aussi. Kalisi lui est allé vérifier ses filets, il en est revenu avec un beau poisson qu’il a tendu à Sarah « pour le barbecue » « Euh mais on ne sait pas faire »… Il est reparti en promettant de revenir nous le faire cuire.. Un peu plus tard, repartant sur ma mob à la recherche de je ne sais plus quoi, je l’ai revu passer avec ses filets… avec son fils… au retour de ma course, j’ai repris la caméra mais pas assez longtemps pour les voir sortir de l’eau avec le filet plein de poissons frétillant, comme il me l’a décrit plus tard, déçu que je n’ai pas vu et filmé ça….

Il est revenu avec des bourres et cosses de noix de coco et a démarré le feu. Le poisson, un traveli, (de travel parce qu’il n’est pas « sédentaire »), sans écaille ou en tout cas tellement lisse qu’on ne les sent pas. Délicieux. (depuis on a appris qu’il y a des époques de l’année ou ce poisson est poison). Nous avons fait une purée rapide aux fines herbes envoyée par Léonie et partagé des gin tonic. Il est parti vers 9h, moi aussi pour aller au café internet vérifier s’il n’y avait rien d’urgent venant de Fanny qui entamait, elle, son lundi à Paris. Un tas de pièces attachées que j’ai pas pu télécharger ou plutot que ça ne servait à rien de télécharger puisque l’ordi ne reconnaissait pas ma clé et la moitié des touches ne fonctionnaient pas, m’interdisant toute expédition de messages.

Voulant rester dans l’esprit de la journée, en rentrant, discuté un coup avec Sarah et Emmanuel. Demain, on arrête de fumer. J’allais écrire théoriquement tellement j’y crois pas mais comme l’écrire c’est déjà influencer, je voulais au moins donner l’impression d’y croire. J’y crois.
...

28 / 05 / 07 - 13 : 46
1 commentaire 1 commentaire ( ( 2483 vues ) )

Samedi Midi

6 nouvelles inscriptions en retard débarquent à la maison ce matin. Je me retrouve dans le meme état d’incertitude qu’il y a 10 jours. Nous sommes quasiment au nombre limite pour le bateau de 35 personnes surtout si on compte les 2 marins… Tablant sur les abstentions de dernière minute mais aussi sur quelques imprévus comme la dernière fois, je coince un peu. Heureusement aujourd’hui, le problème sera plus facilement réglable puisqu’hier soir Sina, la femme d’Eti, en me donnant la liste déposée à Alpha d’une dizaine de noms m’a mise à l’aise : si tu as trop de monde, Eti en emmène. Je viens de l’appeler pour m’assurer que c’était toujours bien le cas et aussi pour lui souffler de parler de notre centre à la réunion qui s’ouvre maintenant des femmes de Vaitupu, présidée par une dame qui ne semble pas du tout nous apprécier. Sina, elle, est la trésorière.

Décidé d’utiliser l’heure de voyage a une pré-workshop pour briefer les nouveaux arrivants, principalement des jeunes de l’USP, sur le why and how et où nous en sommes, et ce qu’ils vont voir.

Samedi Minuit

Joué les madame Loyale, improvisant au fil de l’après midi, d’abord, dans le bateau nous avons un peu fait l’historique de l’affaire et replacé le biogaz dans la globalité du projet et de l’enjeu. Arrivés à Amatuku j’ai d’abord voulu faire entendre, en tuvaluen, ce qu’une des femmes qui avaient assisté à l’ensemble des ateliers avait à dire. Kapuafe du département de l’énergie m’ayant dit qu’il y avait peu à rajouter que ça semblait bien compris, mais qu’il fallait parler de la porcherie. Sikeli s’en est occupé et a expliqué, schéma sur tableau à l’appui, comment fonctionnait l’ensemble dont la cuve principale enfouie sous la terre et le sable. Vavao, le responsable de la gestion des déchets à Funafuti, m'a expliqué pourquoi la porcherie modèle et le biodigesteur installés par l’Australie en 2002 n'ont jamais fonctionné : il fonctionne à l’eau salée qui bien sur détruit les bactéries, ce qui empêche toute production de biogas... La discussion s’est ensuite enclenchée, avec une conclusion de Sarah, une autre de Kapuafe en tuvaluen et en final j’ai raconté l’anecdote du tuyau introuvable à Tuvalu, et la coincidence de trouver le même dans l’atelier de notre malade, leur rappelant qu’il leur faudra bien vérifier la liste de matériaux et accessoires nécessaires qu’on leur fournira le moment venu avec le guide/mode d’emploi, avant d’entamer leurs chantiers.

TMTI avait mis d’office 2 bateaux et ça nous a permis d’embarquer les premières arrivées sur le plus petit bateau, le plus rapide…

28 / 05 / 07 - 13 : 41

Vendredi 11 Mai, 22h30

Après un diner à l’hotel avec le technicien danois venu installer l’anémomètre, un consultant indépendant du GEF qui vient trouver quoi financer, Enate et Kilifi de l’environnement, Bruce, un ingénieur médical, Emmanuel et Lasalo qui est venu nous rejoindre et que les gros bras de l’hotel voulait mettre dehors.

Après aussi avoir déchargé les photos du jour prises par Sikeli sur l’évolution de la construction. Vidé un peu de la mémoire pour lui permettre d’en prendre quelques unes demain matin avant de le passer à Sarah pour assurer qq photos sur la workshop. Demain un bateau plein de jeunes. Un atelier-récap.à préparer un peu plus que les deux précédents. Cette fois aussi théoriquement Molipi du Département de l’Energie traduira Sikeli que peu comprennent, moi la première.

Un petit coup de blues entendant au twist de l’hotel, Sacrifice d’Elton John. Eu envie de l’écouter home. Je l’ai dans ITunes. Et me voilà installée sur mon lit à écouter mes tunes nostalgiques, tear-jorkers. Right now « stand by me ».

Ces derniers jours furent… je ne trouve pas l’adjectif idoine… comiques… de plus en plus l’impression de vivre un film burlesque, une drôle d’équipe, une situation peu banale, et des spécificités tellement particulières qu’à moins de vivre à Tuvalu ou d’en être imprégnés comme nous le sommes Sarah et moi, personne ne peut faire quoi que ce soit qui fonctionne.

Depuis le début, Sikeli est assuré qu’il peut trouver à peu près tout à Tuvalu… et n’entend pas nos explications. Ce n’est pas qu’il n’y a rien à Tuvalu mais il y a peu et si on trouve des joints et des T et des tuyaux en PVC, des tuyauteries de gaz dans un pays qui fonctionne aux bouteilles de propane et au kerozène, c’est impossible…

Jusqu’à présent ça n’a pas eu de conséquences car les longues listes de matériel avaient été élaborées avec précision. Les choses ont commencé à se gâter il y a une dizaine de jours quand Sikeli s’est aperçu qu’il lui manquait la boite d’accessoires. Restée à Fidji ou là quelque part... Le Hic c’est que l’apprenti qui pouvait savoir était hospitalisé….

J’étais prête depuis 10 jours à dégainer un bon de commande pour remplacer ce qui risquait de manquer et qui ne coutait pas la peau des…, mais Sikeli me demandait d’attendre la sortie de l'hopital d'Utala… Une semaine plus tard, il était sorti mais Sikeli ne lui avait toujours pas posé la question et le problème n'est devenu une urgence que ce soir... Ils ne pouvaient plus avancer…

Pendant que Sikeli appelait les fournisseurs à Fidji pour vérifier que le matériel commandé était bien parti, j'ai.enfourché la mob pour aller rendre visite à Utala qui m’a sans aucun problème expliqué ou se trouvait la boite d'accessoires…

A partir du lendemain, l'achat à Fidji d'un autre ustensile manquant, un tuyau!, a pris des allures de production internationale : une soixantaine d’heures cumulées pour tenter de trouver un substitut à un tuyau galva effilé qui n'était pas aux normes. Un mail SOS a John a Fidji le mercredi soir pour qu’il nous trouve le bon tuyau galvanisé et quelques autres tubes, comme celui qui alimente un bruleur/réchaud. Ici on trouve surtout des trucs genre tuyau d’arrosage que des éléments destiné au transport du gaz… John a répondu par deux pages de questions auxquelles nous avons répondu à six mains pour être le plus clair possible j'ai commencé avant de passer le clavier à Sarah et Sikeli… Pendant ce temps, je parcourais la ville, tout comme ETI a la recherche d’un endroit qui pouvait effiler le bout de tuyau que nous avions.. Sans succès..

Sarah a ensuite échangé plusieurs coups de fil avec John en direct live d'une quincaillerie à Fidji… toujours pour être certains….

Et ce soir, quand j’ai demandé à Sikeli » did you have a good day », il m’a répondu « oui, parfait, Utala est passé aujourd’hui et, dans son atelier, on a trouvé exactement le tuyau qu'on cherchait »… Le seul de l’ile se trouvait à portée de mains pendant tout ce temps… On aura juste perdu 3 jours d’avancée des travaux et 60 heures cumulées pour nous autres. C’est ça Tuvalu !

Difficile pour Sikeli donc de croire aujourd’hui encore qu’on ne trouve pas tout à Tuvalu… Il a bien failli aussi se retrouver un peu short en clips et autres traits d'unions… Tout ca arrive en double par l’avion de lundi… qu'il ne pourra pas prendre. Son départ est reporté au moins jusqu'au 16.. Il est arrivé le 9, il avait dès l’origbine du projet annoncé un mois de boulot…Certes Soopac avait essayé de resserrer les délais mais finalement si l’on tient compte des petits retard accumulés (la pluie, la marée, les bateaux en retard, les ateliers, les visites diverses et la quasi immobilisation de ces derniers jours autour d’un tuyau de gaz), il est dans les temps…

La très bonne nouvelle de la journée, alors que Sarah s’apprêtait à appeler John, 2 jeunes institutrices sont venues nous déposer la traduction de la bande dessinée. J’ai été bleuffée par la mise en page. Quand je leur avais expliqué qu’il fallait découper par page pour que nous puissions nous y retrouver. Et bien, elles ont redessiné les pages avec les emplacements des bulles… Ces prochains jours, je donnerai ce draft à un traducteur plus professionnel et à la famille de Susi composée de jeunes.
fetaui

28 / 05 / 07 - 13 : 38

Lundi 7 mai

La femme de ménage avait besoin de quelques conseils en matière d’environnement… Elle balayait, comme toutes les femmes, à Tuvalu pour faire un tas de feuilles qu’elles jètent sur un tas d’ordures, au lieu de les déposer aux pieds des arbres parce que c’est bon pour le sol… J’ai eu du mal à lui faire comprendre je crois.. qu’il suffit de ramasser ce qui n’est pas organique. Elle parlait peu anglais.. et moi pas encore tuvaluen, ça a dû jouer..

Ressorti et préparé des graines pour le bateau en partance de Tuvalu à déposer au ministère de l’éducation… fait un saut à Tuvalu Media pour booker rapide une interview de Sarah, annonçant notre intention de faire la prochaine workshop, exceptionnellement, un samedi pour permettre à tous ceux qui travaillent la semaine d’y participer. 2 autres annonces suivront mercredi et jeudi. Déposé un des 2 dvd pour la communauté de Vaitupu. L’autre, je suis obligée d’en faire faire des copies comme une poignée d’autres de nos montages, pour lesquels j’avais mal estimé le nombre à donner. Gaby elle a gravé 3 copies du master « anniversaire glg-Gaby Tuvalu Tour ». Sarah aura le sien, comme elle a maintenant l’entière collection ou presque de nos mini films.

Quoi d’autre ? récupéré ma centaine de mails sur AOL et photocopié la feuille d’heures/reçu salaires des ouvriers d’Amatuku chez Alpha. Une occasion pour la bise quotidienne à Sina à dont j’ai promis sur le chemin du retour d’embrasser la fille, Dinah, partie accoucher de jumeaux à Fidji.

Ce soir, visite inattendue à 22h, alors que nous discutions au 1er étage… La porte d’entrée était laissé ouverte pour permettre à Sikeli, le premier levé, le dernier rentré, d’avoir accès. Nous n’avons que deux jeux de clés pour 4. Et à Tuvalu, impossible de faire des copies.. Bref, Emmanuel avait fermé la porte qui mène à l’étage et quelqu’un y frappait… Un des jeunes de la Croix Rouge pour nous déposer 3 invitations pour la soirée de demain…. C’est la deuxième fois qu’on nous livre une invitation à domicile depuis 10 jours qu’on a emménagé. La première c’était pour les remises des Prix à TMTI, le lendemain de notre installation dans la maison…

Demain, rendez vous avec l’école pour avancer la traduction tuvaluenne, puis déjeuner avec Annie de Tango, je dois aussi finaliser le deal pour la mob, voir le Kaupule pour comprendre un peu mieux le ramassage des déchets et signaler le tas d’ordures qui s’accumule près du lagon, à coté de la maison. Je compte aussi voir Susi pour lui parler du même problème, à nous deux on va bien réussir à faire quelque chose.. A 18h, c’est soirée Croix Rouge. J’espère avoir le temps de travailler un peu à la maison l’après midi..

Mardi 8 Mai 17h

Bonne journée qui a démarré (faut pas que je m’y habitue) comme les précédentes sur une bonne nouvelle. Alors que je pensais que l’école n’avait pas démarré la traduction, attendant le paiement envisagé de 200 dollars pour les 5 profs impliqués. Non seulement le travail est commencé mais ce soir, il sera transcrit sur word et demain je pourrai le remettre à Pue et Susi et ses enfants pour test et relectures.

L’excellente 2e nouvelle, c’est le mail d’Anare de la Sopac qui a trouvé un moyen pour me rembourser d’une partie du voyage impromptu de Sikeli l’an dernier.

Le 8 mai s’annonce prometteur !

28 / 05 / 07 - 13 : 34

Dimanche 6 mai

Elections en France où je regrette de ne pas participer autrement que mon bulletin glissé dans l’urne par Linda…. Heureusement, y’a des compensations, ici, à ce manque…..

Dimanche matin enfin…. Un vrai petit déjeuner sur la terrasse abritée du soleil déjà brulant dans le petit coin d’ombre qui ne sera plus dans quelques minutes…

Comme dimanche dernier, j’ai un peu l’impression de « Peeping out » dans la grande salle d’ablution de mes voisins. Je vois aussi ainsi, normal, ceux qui ne vont pas à la messe.

Les bruits familiers de la maison : En semaine : les bateaux qui partent et qui rentrent, ceux qui passent, les enfants dans le lagon, particulièrement au coucher du soleil, quelquefois les video d’a coté et le soir, la musique toujours, celle du fagogo aux tunes plus actuels de la boite de nuit pourtant éloignée, en passant par les répétitions de fatele ici ou la… Les cloches annonçant les prières du matin (celles la je ne les entends même plus) et du soir, plusieurs dizaines de coups… Ce dimanche matin, posée sur la terrasse de notre maison de la péninsule entourée du lagon pour mon premier vrai dimanche où j’ai bien l’intention de faire en sorte que l’heure n’ait pas d’importance, j’ai arrêté de compter à 200 coups… Pour sûr, Sikeli à qui j’avais dit avoir entendu 122 coups la semaine dernière, n’aura pas été en retard à la messe … Après, les chorales harmonieuses ont cédé la place à une sérénité bien dominicale.

Discussions quotidiennes avec Sikeli depuis qu’il partage notre espace. Le chantier bien sûr mais aussi sur ces ressentis de la vie tuvaluenne, sur sa vie a Fidji. Il a été horrifié hier en voyant, pour la première fois, un petit garçon attraper un poisson et le manger cru en commençant par la tête. A Fidji, pas de poisson cru. Ca l’a vraiment écoeuré… Ils nous a aussi parlé de la tradition qui veut que dans certains villages, les fidjiens adultes perdent leur nom à la naissance de leur premier enfant pour devenir « pères ou mère de ». Ils en changent à nouveau à la naissance de leur premier petit enfant.

Nous avons un peu discuté des médecines traditionnelles. Il s’est mis au Nonu ici après avoir vu des pubs, gélules, huiles et autre ointments se multiplier à Fiji. J’ai expliqué les effets de modes, de marketing, les grands laboratoires. La nécessité de préserver les connaissances des médecins Traditionels. Le nonu n’est pas une plante fidjienne mais leur végétation est 1000 fois plus importante qu’a Tuvalu et donc sans doute de nombreuses utilisations médicinales artisanales à conserver. Le nonu de Tuvalu, Vase du Filamona lui a appris comment en tirer les meilleurs bénéfices. Sa recette : laisser fermenter le jus du fruit.. Depuis il a convaincu Sarah que c’était bon pour le diabète et Sarah s’en fait fermenter dans la cuisine.

claire-voyance : Je ne sais pas si je dois y voir des signes mais les instruments de vue semblent avoir pris ce dernier mois une importance inhabituelle…. déjà avant mon départ, la recherche d’une paire de lunettes de soleil pour remplacer ma paire préférée, à la branche cassée, m’avait demandé pas mal de temps… Les vieilles recollées par l’opticien et les nouvelles dans leur étui, j’étais partie confiante. A Suva, le premier jour, mes lunettes de vue se sont vu amputer d’une branche, réparée illico par Léonie et son tube de colle…. Peu après mon arrivée à Suva, les soleils se sont à nouveau décrochées « pas de problème » a dit Sarah avant de les reposer… Le même jour, trouvé dans un placard, parmi quelques petites affaires des derniers occupants, une paire de jumelles qui a nous permis hier de voir beaucoup plus d’étoiles que nous ne les entrevoyions à l’œil nu…. Et puis, l’autre jour, comme des centaines de fois depuis que je fais le voyage, j’ai perdu la capuche de l’objectif de la caméra, dans les gravats du chantier d’Amatuku… Ca ne m’a pas préoccupée outre mesure (même si l’objectif a déjà un petit pet des années précédentes.)… J’ai pensé qu’on allait me la rapporter comme à l’accoutumée… Là non…mais je savais que j’allais bien trouver une capuche de fortune… J’étais même prête à faire fondre un couvercle plastique quelconque pour lui donner la forme nécessaire… Même pas la peine… le couvercle transparent de la boite de cacahuètes, fait parfaitement l’affaire… Et comme j’avais un cordon de rechange, avec attache sur le capuchon, problème résolu ! Je ne suis pas peu fière…

Nous avons trouvé un usage à presque tous les trucs qui auraient du terminer à la poubelle comme les espèces de boites à œufs trouvées, dans une caisse ayant servi à transporter du matériel électronique, qui me servent de plumiers. Et bien sur tout ce qui se recycle, canettes, bouteilles plastique, bouteille de verre attendra dans des containers d’être soit transporté à Cancare, soit écrasé, remporté dans nos bagages, soit, pour le verre, déposé dans le containeur que j’espère obtenir de l’importateur principal…. Nos déchets organiques (rares pour le moment, principalement pastèques) sont déposés au pied des arbres… Quant aux papiers et cartons qui ne peuvent plus servir autrement, et tous les petits trucs inclassables, nous brûlons. Aujourd’hui, nous avons programmé de souffler notre première poubelle. Nous ne pouvons pas attendre la fin du séjour comme nous l’avions fait dans la maison de l’année dernière. Pas de feu de la St Jean possible dans notre petit jardin, alors nous en ferons un petit from time to time.

Plus de beurre depuis l’arrivée de Sarah (15 jours). On a vécu avec du beurre de cacahuète. Le riz commence à manquer aussi nous dit on. Pour le moment, on en trouve encore dans les restaurants. D’ailleurs, l’autre jour, au menu de l’hôtel, très fourni puisqu’il offrait au moins 5 plats nous a bien fait rire : Stir fried fish hand rice, deep fried fish hand rice, pan fried fish hand rice, sashimi and rice, battered fish hand rice.. C’est la première fois qu’il y avait autant de lignes au menu et la première aussi où il n’y avait que du fish… et que du rice. On a quelquefois le choix d’un légume, genre patate ou taro ou kasava, ou frite d’arbre à pain… Pas ce jour la. Ces derniers jours, disons à partir de jeudi, jour de la paie et de la première beuverie nationale, nous avons préféré la soupe rapide à la maison aux sorties resto. Hier j’ai même eu une envie furieuse de sardines à l’huile. Ce soir Emmanuel m’a déposée chez Halai Vai pour y prendre mon plat préféré là bas : deep fried fish avec beaucoup d’ail… et on s’est fait ça avec Sarah. Puis Emmanuel est rentrée pour la soirée cinéma. En fait télé puisque nous avons commencé par Father Ted. Et meme que j’ai tenu deux épisodes, alors que je suis en général incapable de ne faire qu’une chose à la fois comme regarder la télé.

Les rencontres du jour alors que je suis restée la plus grande partie du temps à la maison : Oisa, la plus vieille fille de Susi. J’étais descendue à l’ombre des 5 grands arbres de notre jardinet pour y déjeuner de céréales au lait avec le bouquin de Cavada « une marche dans le siècle » que Fanny m’a offert avant de partir. « What are you doing » « je lis » « je te dérange » « bah, je continuerai à lire plus tard »…. Je me suis retrouvé à expliquer pourquoi mon fils n’était pas marié, pourquoi je ne l’étais pas non plus, pourquoi je n’allais pas à la messe. Des concepts encore très éloignés de la société tuvaluenne, où l’on épouse encore souvent celui ou celle que la famille a choisi (avec quelques grands épisodes romanesque, genre Roméo et Juliette mais qui se terminent bien)… Ou a part quelques palagis comme nous ou quelques rebelles tuvaluens, tout le monde va à l’église et qu’au fond, je pense que les églises et les religions sont un support important de toutes les sociétés, par la morale/l’ordre « juste » ? qu’elles enseignent. De athée je suis devenue déiste et crois en une entité suprême, dieu ou spoon, quelque chose qui nous dépasse et qui agite à son gré le sucre au fond de la tasse. Bon je ne suis pas allée jusque là mais j’ai raconté que les représentants des églises étaient des humains et pas toujours aussi bien que leurs ouailles, que les religions provoquaient les guerres… Que les mariages unis c’est la plus belle chose et que sa famille en était un exemple remarquable. Que quelquefois aussi on a des attentes, un certain idéal de l’homme ou de la femme avec qui construire sa vie et que si on s’aperçoit que ce n’est pas ce qu’on vit, il vaut mieux se séparer…. On a aussi parlé du nettoyage du quartier et de la possibilité d’installer 3 containers de recyclage. Je crois bien, la pauvre, lui avoir truffé la tête de principes qui ne lui évoquaient pas toujours grand chose… Le vent s’est levé et la pluie est tombée, comme d’habitude, vite drue, trop fort pour poursuivre la conversation.

Ce soir en allant faire quelques courses (particulièrement du pain.. que je n’ai pas trouvé) rencontré Lasalo qui a tenu à me présenter un des profs de Vaitupu. Discussion sur le jardin de l’école. Le prof m’a dit manquer de tomates ; demain je lui prépare quelques paquets que je remettrai à une fille du ministère de l’éducation, qui faisait elle la queue dans le magasin de Susi et qui les lui fera parvenir par le bateau du lendemain. Lui part aux aurores ce lundi.

Rencontré aussi Risasi à la recherche de couches pour sa petite fille. Me suis arrêtée chez Susi pour lui remettre la clé sur laquelle elle mettra je l’espère les réponses aux 5 questions du Journal des Enfants pour le numéro spécial qui sera distribué aux enfants de St Denis dans 15 jours au Chapiteau que préparent les alofiens parisiens. JdE qui à chaque nouveau chapiteau « A l’eau, la Terre » rend compte de l’avancement de nos actions à Tuvalu à l’occasion d’un spécial.. Dans celui-ci le biogas est à l’honneur !

Ma deuxième sortie de la journée eut lieu le soir, à la nuit tombée. Voir plus haut, take out food. Devant le resto, la voiture de l’ambassade de Taiwan. Sarah nous avait représentés à leur marche. Pensé qu’ils seraient dans le salon privé, pas du tout, il était installé avec William dans la salle, les seuls clients. J’ai passé ma commande et ils m’ont invités à m’asseoir. Le WHO Taiwan et on a survolé la situation Taiwan/Mainland China. Et puis Eti est arrivé… la bouffe aussi et nous sommes sortis ensemble… « Tu rentres à pied ».. « Oui, oui, merci ». J’ai allumé une cigarette que j’avais oublié avoir emportée.. Il s’est arrêté de pleuvoir… Et le destin de la France, en ce dimanche 6 mai, est en train de basculer…..
fetaui

28 / 05 / 07 - 13 : 31

Mercredi 2 mai midi

Dans moins de 2 heures, embarquement pour Amatuku, où va se tenir la 2e workshop sur site, pour voir le digesteur terminé ou presque, avec canalisations etc. et le début de la construction de la porcherie.

Sans doute moins de participants qu’à la première si je m’en tiens aux reconfirmations signées mais on ne sait jamais. La rumeur dit que beaucoup des premiers participants pensent qu’il n’est pas utile d’émarger de nouveau.

Pour moi, c’est pourtant le seul moyen de m’assurer, avec TMTI, qu’il y aura assez de place sur le ou les bateaux. J’ai compté un peu large.. 30/35 ça devrait le faire.

Les nouvelles de la matinée : 2 Bonnes au lever :

D’abord, notre propriétaire a finalement accepté que la maison soit occupée par plus de 3 personnes. (nous avons 5 chambres dont une vraiment hors d’usage). Elle faisait une petite fixation parce qu’elle a peur que nous ne sous-louions et s’était mis ça dans la tete en apprenant qu’Emmanuel occupait une chambre. Sarah lui a expliqué qu’Emmanuel appartenait à Alofa et suivrait les affaires en notre absences. Quant à moi, j’ai joué sur ma trouille d’être seule dans la maison le jour ou Sarah partira.

Et puis, grande première : l’un des chauffeurs du gouvernement m’a prise en stop alors que je n’en faisais pas ! Sarah, elle, enfourchait la mob pour la 3e session sur la politique énergétique du pays. Une des deux raisons qui ont amené Anare, de la Sopac, sur Funafuti. La 2e étant bien sûr l’atelier biogaz.

Hier soir après plus de la moitié du temps imparti passé sur ce dossier, ils en étaient au 1/5e… Ceci dit, après une session de quelques heures sans sarah le premier jour, ils étaient en train de refaire ce qui avait déjà été fait en Février dernier.. Comme Sarah avait tout dans son ordi, ça a bien sûr un peu speedé les choses mais pas suffisamment pour éviter la retombée du fardeau sur ses épaules une fois Anare parti. En tout cas, les « garcons » de la direction de l’énergie y comptent bien. Sarah a répondu : « I’ll help but I wont do »…..

Annie, Présidente de Tango, l’association des Associations ne nous voit pas du meilleur oeil depuis 3 ans. Alors qu’elle freinait des 4 fers, la ferveur locale pour les actions d’Alofa l’a un peu contrainte de nous enregistrer parmi les associations auxquelles elle sert d’ombrelle. Les coups de main à Chris de Semese dont le poste depend de Tango lui ont donné encore plus de boutons et Chris a ressenti la froideur m’enjoignant de régler le problème. Pas eu beaucoup de temps jusqu’à la semaine dernière mais nous nous sommes croisées à l’aéroport et j’ai propose un déjeuner pour qu’elle me dise tout ce que j’avais pu faire de travers. « I know I make many mistakes »… Rendez vous pris donc pour Mardi prochain.

Réalisé tout à l’heure que ce qu’il manque à mon bonheur, pour pouvoir travailler à mes aises c’est une imprimante fiable. Je n’ose même pas rebrancher celle achetée l’an dernier à L.A. et qui me jouait sérieusement des tours après à peine une semaine de fonctionnement.

Bon, je vois un bateau de TMTI arriver, je vais voir si je peux le coincer au cas où nous serions plus que prévu.

Mercredi 2 Mai, minuit

Retroactivement :

Soirée fiafia (on s’amuse) à l’hotel. Une cinquantaine de personnes dont l’ensemble du gouvernement présent sur l’ile mais dont la plupart part demain. Enfin, Taukelina est de retour et, quand je le taquinais sur le fait qu’il allait être le seul ministre restant, il a plaisanté « oui, si tu veux faire passer un truc rapide, je suis le premier ministre intérim.. ». Lui ai présenté Anare et Sikeli. Soirée très sympathique. Comme j’avais filmé tout l’après midi, ce soir c’était vacance… J’ai regretté évidemment, car le spectacle valait un coup de 3e oeil... Regretté aussi de n’avoir pas pensé aux parfums pour asperger les danseuses comme elles aiment.

Atelier pratique sur Amatuku très agréable aussi : j’ai été un peu mal en arrivant quand sur les 10 qui attendaient, une demi heure avant l’heure du bateau, 5 ne s’étaient pas inscrits, pensant que c’était effectivement automatique… Mon estimation incluant 20% de participants en plus, pas 50%...

Mais comme notre moussaillon surprise Kaio, notre ami gay, même si le terme ne s’emploie pas vraiment à Tuvalu, qui venait d’intégrer l’école pour la 2e fois en 2 ans), cheveux rases et uniforme, a lancé le depart à 14h tapantes, alors que tous les inscrits n’étaient pas arrivés, nous nous sommes retrouvés au nombre prévu. Livi un habitué, arrivé quelques minutes trop tard, nous a rejoint avec son bateau perso !

Sikeli ayant tendance à penser que le biogas n’a plus de secret pour Tuvalu, j’ai joué les naives pour lancer la séance de questions et mettre tout le monde à l’aise. Les tuvaluens sont très réservés et peu osent peu prendre la parole pendant ce genre d’atelier. Aujourd’hui, ils ont été très nombreux à poser des questions… Celles des groupes de femmes qui n’osaient pas s’exprimer me demandaient de le faire pour elles. D’autres allaient les poser directement à Sarah.

J’ai été un petit peu déçue de voir que les travaux n’était pas terminés, mais sans doute pas autant qu’Anare… La très bonne nouvelle c’est qu’en repartant, il nous a dit qu’il pensait pouvoir faire passer une semaine de supplément. Quand j’ai dit qu’on pouvait leur faire faire l’économie d’une chambre d’hotel, il s’est dit tout à fait certain que c’était un excellent argument et que ça passerait auprès de son directeur financier. Ce soir, il ne faisait aucun doute que Sikeli restait et que lui meme ne se posait aucune question sur la prolongation de son contrat. Ceci dit j’aimerais bien pouvoir cerner un peu mieux la fin des travaux… et de la mise en gaz… Notre ami reste un peu nébuleux quand on parle délais.

Parmi les invités « officiels » en dehors d’Anare : notre hote, Punga, le acting chief officer qui a remplacé Leota, en mission sur le Nivaga pour le faire réparer à Taiwan, et Molipi, notre pote de la direction de l’énergie, attiré sans doute par la présence d’Anare… Ce matin, alors que je passais le nez dans le bureau où ils travaillaient avec Sarah à la politique énergétique, Kapuafe son second me demandait pourquoi je n’avais pas loué un bateau prive. « Parce qu’on n’a pas les moyens et que ce n’est pas nécessaire nous avons un accord avec TMTI»… Et dans le bateau, pour les titiller, j’ai demandé à la volée à Sarah « Combien de fuel en plus on aurait brûlé avec un autre bateau » « le double »… Au retour Molipi était plus enthousiaste que jamais… et plein d’idées. Il a installé des lampes basses consommations chez lui, parle d’économie d’énergie…. Pour l’immeuble du gouvernement, je lui ai reparlé de l’ouverture des fenetres du grand hall… toujours fermés et le 2e étage est un étouffoir… Il veut bien sûr aussi participer à l’émission de radio à priori programmée à partir de début juin pour les journées de l’environnement de l’ONU.

En fait, le groupe qui constitue l’atelier forme un ensemble hétérogène certes mais extrêmement sympathique… Pour Poni, le seul problème c’est l’inégalité de gent.. 14 femmes pour 13 garcons !

Jeudi 3 mai

Depuis que nous avons l’internet at home, dial up telephone certes toujours aléatoire (comme partout ailleurs à Tuvalu) mais bien pratique quand même, je parviens à regarder ma boite alofa au moins une fois par jour. Le compteur s’affiche dans un coin pour indiquer le temps passé, heureusement, car sinon, entre la carte téléphone et l’abonnement de 20h auprès du département informatique du gouvernement, on risquerait d’être souvent en rade.

Journée avion aujourd’hui : acheté quelques colliers pour enfiler au cou d’Anare, Nala, Seinati, Apisai, fait l’impasse sur les autres partants, comme ce jeune homme de l’UNDP qui a hérité de Tuvalu comme territoire et venu voir principalement les Home Affairs. David Abbott me l’avait présenté et nous avons eu l’occasion de discuter déchets et d’échanger des documents mardi soir. Sarah a eu l’occasion de lui dire au revoir pour nous deux. Je suis allée trouver le Maori non identifié qui intriguait un peu la bande de palagis depuis lundi. Un néo zélandais venu pour parler du tabac et autres health related topics. Shane. « Tout ça ne peut fonctionner que si le contact demeure, le lien se tisse, la confiance s’installe ». « Pour que les Tuvaluens croient en votre investissement, il faut que vous reveniez ».

Parmi les autres arrivés lundi, partis jeudi, un astronome italien, 3 jeunes japonaises, 2 japonais venus disperser les cendres de leur père, qui a eu une histoire avec Tuvalu. Avant, je suis passée à la banque pour sortir du liquide et payer les ouvriers du chantier digesteur (et maintenant porcherie puisque les travaux ont démarré un peu tard mais c’est parti). Aujourd’hui, la moitié des étudiants de l’école maritime ont prêté main forte pour remplir le socle de la porcherie qui doit être surélevé par rapport au digesteur.
Beaucoup avaient aidé au transport des matériaux du port à l’ilot, également à approfondir le trou de 1m40 pré creusé par Vete. Ils ont également aidé à remblayer de sable le vide autour du digesteur pour empêcher les racines des arbres alentours de venir se loger trop près des briques. Et enfin, comme aujourd’hui ils ont aussi pas mal joué les passe pierres avec des brouettes. Une vraie chaine humaine d’après les descriptions de Sikeli..

Dans la maison, grace à l’aide de Sarah, sa chambre est prête, au rez de chaussée. La plus en état des deux et avec climat'. J’avais sorti le matelas en mousse ce matin et quelques oreillers. Acheté quelques taies et cet aprèm je suis revenue avec un matelas neuf sur la tête… En mousse et recouvert d’un tissu à fleurs. L’autre était vraiment limite. J’adore aller faire les courses. J’y croise bien sûr tout le quartier. Au island supermarket, rencontré Laima, l’épouse de Panapassi, qui est lui de retour d’Italie en transit à Fiji pour retrouver Apisai et repartir avec lui au Japon. Elle m’a parlé du “Rally and walk” Be Who-Taiwan, une manif de soutien à Taiwan qui souhaite faire partie du WHO (World Health Organization)…. Y’avait des flyers sur la caisse. Tout y était parfaitement décrit à la minute près puisque la marche démarrait à 9h12.. Ils avaient juste oublié la date ! La fille la rajouté “samedi 5 mai” à la main me demandant où l’inscrire .

Passée d’un coup de mob voir si Eseta de la Croix Rouge qui organise, le même jour, samedi, une journée nettoyage qu’on inclura aux actions Earth Day. Elle est radieuse depuis qu’elle a quitté les Affaires Etrangères où elle était cheffe du protocole pour manager la croix rouge. Je l’ai croisée hier soir à 22h, elle venait de quitter son bureau. Depuis que je suis arrivée, elle a organisé une semaine d’ateliers, des visites aux nécessiteux et a cousu elle-même les chasubles pour les 50 volontaires… La différence avec Island Care est criante.. D’ailleurs il n’y a pas de participation « officielle » de l’association que Siuila doit relancer depuis plus d’un an. Villi, le secrétaire général d’Island care participe bénévolement et pour lui-même aux actions d’Eseta.. Dommage…

Avec Sarah, on ira avec nos TShirt Alofa et quelques jeunes porteront ceux « Jour de la terre ». Et bien sûr, mon 3e œil enregistrera. J’suis passée aussi voir Grace reparler de l’achat d’une mob et maintenance gratuite contre location possible en notre absence Grace est la femme de Leota, l’acting chief officer ces 3 derniers mois, parti acompagné le Nivaga à Taiwan.

Je n’avais pas croisé Molipi depuis mon arrivée, mais depuis hier nous nous voyons partout. Même au magasin de Susie ou je regardais sur les maigres rayons ce qu’il pouvait y avoir de différent, de plus attirant pour les papilles ou la maison. Molipi y achetait des couches. 5 couches, 5,5 dollars. Logique que je lui parle de la laverie couche cotons. « Tu trouves une femme pour s’en occuper, on trouve les sous ». Enthousiaste et dans le même temps un brin overwhelmed… « Y’en a des choses à faire » « petit à petit l’oiseau fait son nid ». Il m’a aussi demandé pour qui était le matelas que je portais sur la tête « Sikeli » « Il peut dormir par terre » « tu crois ? Tu dors par terre toi ? « Je connaissais la réponse… Sikeli lui a semblé apprécier la mousse.. mais deux jours plus tard, il choisissait de dormir dans la grande pièce qui me/nous sert de bureau, sur la natte un peu défraichie que j’avais mis au soleil et à l’air.

Des dizaines d’autres saynettes et scènes aujourd’hui. Les journées sont trop riches pour les relater dans leur intégralité. Les touches que je jette c’est ce qu’il m’en reste sans pousser la réflexion pour se souvenir.

fetaui

10 / 05 / 07 - 11 : 30

Le voisinage : Nous accédons à la maison par un petit chemin de terre (enfin ce qui sert de terre à Funafuti) creusé la plupart du temps de grosses flaques remplies des dernières pluies. (n’ayant pas encore vécu de marées hautes sur la péninsule Alofa, je ne sais si le terrain dégorge l’eau salée par bulles)… Il part du « carrefour » du grand Fusi, en direction du lagon. On longe sur sa droite, le magazin de Susi, puis une petite maison en bois sur pilotis à l’arrière de la maison de Kalisi, puis la maison et le jardin de Susi… A la croisée du chemin, sur la gauche, d’abord, donnant sur la rue un nouveau magasin chinois – où les exploitants, comme l’ont fait les chinois des sea cucumbers, à l’extrémité sud de l’ile, n’ont pas hésité à couper quelques arbres… pour en faire un grand espace plat devant… puis, toujours sur la droite, 3 autres maisons. Une des familles possède une colonie de canards bien sympathiques. J’ai regretté ma caméra un matin où, sous la pluie drue, un canard blanc sale s’ébrouait dans une des flaques du chemin devenu leur domaine.

Parmi les autres animaux de notre basse-cour côté lagon : 2 coqs, quelques poules et des poussins, venus de je ne sais quelle maison. Quelques chats passent et s’égosillent quelquefois à la nuit. Nous en avons repéré un, d’un beau gris uni, sur lequel nos « teut teut teut » n'ont eu aucun effet, il a passé son chemin avec fierté. Nous n’abandonnons pas l’idée de nous procurer un félin pour chasser les rats qui oseraient s’approcher du nid. Aperçu sans pouvoir y croire, un genre de perdrix ou de caille voleter d’un arbre à fleurs orange à un palmier… et inversement… et depuis j’entends son vol, enfin il me semble, le son d’une envolée qui ressemble à celui des tourterelles du jardin de L.A.

Le jardinet de la péninsule, dernière terre avant les restes d’une jetée sur le lagon, est un lieu apprécié du voisinnage... Faut dire que la vue est imprenable au point que même les tuvaluens ne s’en lassent pas. Le petit chemin qui longe la maison est un accès facile au lagon. Au fil de la journée, nous voyons passer des enfants, des plus grands, des voisins proches et plus éloignés. Certains, comme Kalisi, vont poser leurs filets ou prendre un bain, pour d’autres c’est un lieu tranquille où se poser avec des amis, (de préférence sur le caisson en béton, source de fraicheur que constitue notre fosse sceptique posée sur les 20 m2 du jardin)… On y discute, on y boit, on y attend l’heure d’un rendez vous, on y boit encore… d’autres sont juste curieux, intrigués par notre présence et notre intérieur…

On a décidé d'installer un panonceau, histoire de fixer quelques règles de bon voisinnage :
A l'intention des ado et jeunes adultes, comme ces deux garcons qui s’abreuvaient de scotch and coca à 4h de l’après-midi… ou ce groupe de jeunes filles qui s'est s’installé dans le jardin un peu plus tard sans penser à demander si elles pouvaient mais en nous suggérant de les prévenir quand sonnerait l’heure de leur rendez vous, 22h… , ou encore à l'intention des hommes pour lesquels, comme ce samedi soir, c’est principalement un lieu où s’enivrer tranquille à plusieurs..
.
« Pas d’alcool ni bière et aucun déchet laissé derrière… » c’est en gros ce que dira notre pannonceau. Et les enfants vont nous aider à nettoyer les déchets qu’ils ont tous (avec leur parents) accumulés autour de la maison (et donc du lagon qui l’entoure). Nous en ferons un concours avec cadeaux à l’appui…

Ce soir en rentrant du seul resto correct de Funafuti, plébiscité par Chris, avec celui de l’hotel, Hala Vai, seafood restaurant, tenu par un couple de chinois, j'ai discuté un peu avec Susi de l'impression pas toujours agréable que suscitent ces squats incessants autour de la maison, surtout quand la VB coule à flot. Elle aussi a craint ces dernières années pour sa sécurité et celle de ses enfants quand son mari était en mer sur un cargo. Depuis elle a deux chiens et a mis une palissade, bien que son père lui ait demandé de ne pas le faire car c’est contre les traditions. Elle a eu quelques difficultés un jour avec un ivrogne que son chien avait mordu. Sarah et elle disent que les chiens aiment mordre les ivrognes..

Ces arbres qui nous entourent : une douzaine d’arbres à fleurs orange parsemées et planquées dans le feuillage et qui donnent des graines qui pourraient être celles que les femmes utilisent pour les colliers, avant d’être atteint par le processus compost/composition/imbibées d’eau. Pourraient seulement car ce n'en sont pas, une demi douzaine de petits nonos, une demi douzaine de pandanus, une main de cocotiers et 2 feuillus à feuilles vert foncé-mauve et un genre cactus aloé. Ceux là ne me semblent pas du crû, ils ont du être importés/plantés par les premiers japonais ou taiwanais qui ont occupé la maison.


« Fale Alofa » ou « Alofa House » donne l’impression d’appartenir au 70’s tant par son style passe partout que par l’état dans lequel elle se trouve… pourtant Seinati la proprio m’a indiqué qu’elle avait été construite en 1999.

Au rez de chaussée, la première porte accessible par l'extérieur et celle qui ferme le mieux à clé, donne dans un genre de buanderie, au fond une salle d’eau, douche, robinet à 50 cm du sol, toilettes. A droite une porte qui donne sur une grande pièce depuis laquelle une porte s'ouvre doublée d'une ouverture de type passe-plats.. sur la cuisine d'un genre limite insalubre et un escalier mène au premier. Au fond deux pièces plus petites : des chambres. Une qu'il va falloir débarrasser des moisissures pour accueillir Sikeli jeudi prochain si SOPAC ne prend plus en charge son salaire. Elle est d'apect assez agréable équipée d'une penderie. L’autre, que nous utilisons comme « storage », a une fenêtre condamnée et un lit trop grand pour la pièce…Pour la vue : deux portes-fenêtres (sans carreaux mais équipés de filets anti-moustiques, ce qui est déjà un bon point..) ouvrent sur les chemins qui longent la maison et mènent à la péninsule…. Le tout bien sûr est traversant s'ouvrant de part et d'autre sur le lagon.. Au sud, on découvre « la » plage de Funafuti et les deux îlots les plus proches. Entre les deux, on aperçoit Funafala…

La première décoration, posée dès le soir de notre déménagement : le poster réalisé par Fanny et Elizabeth pour mon anniversaire l’an dernier. Toute ma famille parisienne et alofienne… Je l’ai retrouvé parterre le lendemain matin, mais depuis hier, il tient, bien scotché en évidence devant mon bureau.

Parmi les jolies saynettes de ces jours ci.. D’abord pour la première fois cette semaine, on a pu passer plus d’une heure à la maison… Toujours pas rangée… Et puis un matin, j’allais partir quand j’ai entendu des enfants chanter dans le jardin… Ils étaient en fait comme des oiseaux dans un de nos arbres et sur les 3, de loin j'ai reconnu Mamaua, la fille de Kalisi, que j’avais eu l’occasion de croiser la semaine dernière à hotel. Elle était venue avec son pere pour le rv/drink avec les garcons… Je lui avais montré les traductions affichées au mur. Elle ne me dit jamais un mot, juste des grands yeux pleins de complicité. Sur l’arbre… Ils étaient trop mignons. Le rythme de leur jacassement s’accélérait à la fin pour vraiment ressembler à des oiseaux… Bien sur je suis allée chercher la camera et ils ont performé de plus belle….Plus je m’approchais plus ils chantaient…

Mamaua est passée ce matin encore. Comme elle est très timide mais aime avoir mon attention, elle a fait un petit sifflement pour que je lève la tête et nous avons échangé un joli sourire.

Au programme de ce samedi déjà bien entamé : Je me suis laissée porter par ce que me suggérais mon inconscient d’après ce qui se présentait dans mon champ de vision. Une des tâches accomplies ainsi : nettoyage de printemps de ma chambre. Le sol n’a plus de mystères, j'ai repéré chacune des taches de moisi sur le lino, chacune des planques des termites aussi..., car oui il y a des termites.. dans notre maison et sans doute dans beaucoup d’autres à Tuvalu. Dehors, sur un périmètre d’un mètre autour du bloc de béton, j’ai ramassé tout les petits déchets (ouvertures métalliques de canette, papiers de bonbon, bout de tout). We will see demain les nouveautés.

Il est 16h, nous venons de nous asseoir, Sarah et moi, en nous congratulant de pouvoir enfin nous poser pour nous installer sans avoir à mettre le nez dehors, même si, ce samedi matin, elle a déjà fait plusieurs ballades dont une pour expédier un article destiné à un bouquin sur le réchauffement où Alofa est en bonne place bien sur et sur lequel nous venions de faire une dernière relecture…. 12 pages au lieu des 8 demandées.… Maintenant, elle tente une lessive. La première tentative en début de semaine s’est avérée désastreuse : la lessive pendue a senti affreusement mauvais toute la semaine.

Toute la difficulté pour moi est de décider si nous pouvons prendre cette maison à l’année ou pas. Avec un prochain séjour de six mois et pas mal d'allers et venues, ça va finir par devenir très économique par rapport à l'hotel. Il faut aussi peser les travaux d'assainissement bien sûr.. Alors pour le moment on fait comme si, en prenant petit à petit possession des lieux.

Sarah m’a aussi fait hurler de rire tout à l’heure. Comme Fanny, son sens de l’orientation est tellement screwy, qu’elle ne sais pas ou se trouve le fusi par rapport à la maison alors qu’il est juste en face de notre chemin, à 30m ! Elle s’y rend par des rues détournées, car bien sur, connaissant la supérette Fusi depuis quelques années, elle finit par s’y retrouver … mais je ne suis pas certaine qu’elle ne parvienne pas à se perdre dans les 3 allées…

Sarah est aussi (et bien sur ça me fait plaisir mais ça m’amuse aussi beaucoup) concernée par ma santé. Alors qu’il est clair que depuis mon grand coup de fatigue de lundi j’ai retrouvé mon énergie et les quintes s’espacent tous les jours un peu plus… Aujourd’hui 3 ou 4, c’est quasi normal… Pourtant, jusqu’à ce matin, à chaque quinte, elle m’a demandé : are you sure it’s getting better ?… Of course it if.

Je me rends compte que j’ai moins utilisé la caméra ces derniers jours et que la conséquence, sans doute, c’est que j’écris plus, je décris davantage… Meme si filmer le voisinage de faletuvalu est sur la liste des à faire. Et meme si j’ai aussi quelquefois déjà filmé certaines saynettes, quelques plans, avant de les décrire.

Au programme de dimanche : Les mails en retard bien sur… principalement Fanny, Chris, John, Leonie et autres oubliés, la récré, comme hier ce sera encore un peu de nettoyage : bureau suite, salles de bain ou les éléments des 3 pharmacies (anciennes, nouvellement apportée et celle laissée par Hervé) sont à consolider… et surtout le jardinet.

Fetaui...


04 / 05 / 07 - 14 : 11
1 commentaire 1 commentaire ( ( 3243 vues ) )

Mardi 24 avril 2007, faut que je cherche un peu…

En gros la journée s’est passée en balades pour organiser un peu la soirée de femmes chez Nala, prévue à 14h, reportée à 18. La nouvelle du jour, que m’a apprise Susi en sortant de la maison le matin, c’est qu’un de ses cousins était mort le matin même…. jour de funérailles quasi nationales puisqu’il était le trésorier de l’église principale… Sans parler du fait qu’a Tuvalu presque tout le monde appartient à la famille… Les liens de sang, jusqu’aux 3e cousins sont très forts… Toute la journée, à chaque rencontre, discussion autour de l’hépathite, puisque cet homme de 53 ans, comme le jeune Lomi il y a 2 semaines, est mort de ça… j’y vais de mon prêche sur cette épidémie invisible et sur la nécessité de faire des tests, particulièrement dans les familles de victimes. Hier soir encore ça a été l’objet d’un appel à l’action et à l’information auprès de la dizaine de femmes finalement présentes…

Bref, en ces circonstances de deuil national, le nombre de participantes ne justifiait pas que les garcons restent toute une soirée pour enregistrer la distribution de graines. Entre nous, ce fut bien sympathique : Diner, rires, ébauche d’une série d’émissions de radio, la révélation par Nala de ses rêves prémonitoires, et le souhait de Siuila de voir tout ce que je suggérais (accompagnée de toutes ces femmes du bureau d’Alofa) devenir aussi un projet de son assoc en péril « island care »… Of course !

Mercredi 25

Un peu perdu pied ces derniers jours. Je ne sais plus depuis quand je suis là ni quel jour on est, enfin… si.. je sais qu’on est mercredi ou dimanche selon la vie environnante et les rendez vous notés mais plus quelle date… Effort… calcul pour y parvenir à partir des dates dont je me souviens, comme vendredi 13, ouverture de la série d’ateliers, ou mercredi 18, premier atelier sur site, Jeudi 19 départ de Chris, lundi 23, bomb day-arrivée sarah… Ce lundi- là j’étais moi assommée par une bronchite comme j’ai rarement eu à subir alors que je suis abonnée... Terrassée par la fièvre, je ne pouvais plus me lever de la chaise, une fois le déménagement de l’hotel effectué (une bonne douzaine de paquets et de sacs à refaire en vitesse) et Sarah déposée dans nos nouveaux lieux. Me suis sentie peu bete de l’accueillir avec si peu d’énergie. La chaleur, l’humidité, le mildiou de la maison ont aidé à l’état, c’est sûr et les oreillers qui transpiraient le moisi m’ont fait me demander, la première nuit, si ce n’allait pas être ma dernière tellement respirer devenait un effort… ok, ok un peu mélo dramatique… d’ailleurs… j’ai survécu !

Sarah, elle était fraîche après quelques jours à Suva où John l’a chouchoutée. Léonie n’était pas rentrée de Nouvelle Zélande et Sarah a donc séjourné au Suva Motor Inn, l’hotel ou nous nous posions avant que Léonie ne propose de nous héberger et où vit John depuis l’année dernière.

Agréable surprise en la voyant sortir de l’avion, en forme, et une paire de kilos en moins. Une biopsie négative après l’ablation de la bosse qu’elle se trimballait sur le front depuis sa prime jeunesse… La mauvaise surprise, ce fut d’apercevoir, dans son sac plastique transparent duty free une dizaine de paquets de cigarettes, alors qu’elle avait arrêté depuis le soir de mon anniversaire, en octobre dernier. J’ai espéré un instant que c’était pour donner alentour. Non : 15 jours avant la départ, elle a pris une cigarette puis une autre et le jour de son arrivée, elle fumait comme un pompier en jurant d’arrêter le lendemain. Ma consommation, aux alentours de 4 par jour à Paris, programmée à un peu moins encore à Tuvalu, avait aussi pris ses aises pendant le voyage et je comptais sur l’arrivée de Sarah pour me déprogrammer. D’autant que Emmanuel qui partage la maison avec nous a lui aussi arrêté de fumer et la maison pourrait être totalement smoke free. Par bonheur le lendemain Sarah a tenu bon, moi je susi redescendue à 3 ou 4, un peu forcée aussi faut le dire par la bronchite. Les antibiotiques aidant, la bronchite va un peu mieux et aujourd’hui j’ai un peu forcé… obligée peut être par les circonstances festives et conviviales de cette soirée du mercredi ou, à l’hotel organise une table plutot tuvaluenne et le personnel un petit spectacle sympathique…

Nous en avons profité pour diner, pour la première fois avec Sikeli et Gabriel, son « assistant » des iles Salomon. Nous avions collé 2 tables pour nous rapprocher de Steve et Monica, Emmanuel et un Fidjien qui s’occupe d’export… Je n’ai pas pu m’empêcher de lui demander si nous pourrions parler aussi de réimport des déchets…. Mon état de santé va bien mieux, c’est clair… En fin de soirée, le représentant de l’ambassade d’Allemagne à Canberra, Chris, qui fait un tour du pacifique pour y découvrir les secrets qui pourraient servir à ses services… - A Tuvalu, il a réalisé dès le premier jour qu’il allait passer 3 jours de vacances- très sympathique, a posé des questions sur les énergies etc. « bien sur vous n’avez rien à voir avec les services culturels, mais on a besoin d’aide sur nos BD en allemand.. peut être que… » « Oui, j’ai vu vos documents, j’ai meme dit aux filles de la réception que je pouvais vous le traduire. Je connais 2 filles au service culturel »…. « C’est très gentil, nous avons déjà une base de traduction, mais l’impression peut être… » « Mais ça je peux vous le faire chez moi ».. Il pensait qu’il s’agissait de reproduire le petit poster… Il s’est enquis de distribution… Un peu précisé les choses… Alors que Sarah repartait sur notre mobylette, je sautais sur celle de Chris pour qu’il vienne prendre à la maison une poignée de BD… Si l’ambassadeur d’Autriche n’a pas tilté, la coincidence de rencontrer en 1 semaine, 2 germanophones, est je l’espère annonciatrice d’une version allemande imminente.

Ce mercredi a commencé par le brief d’Apisai, le premier ministre, avant qu’il ne rencontre Hervé et Thierry pour l’interview finalement accordée après l’intervention de Nala. Quelques data, suggestions sur une page et un « be yourself, forget the camera, let your emotion speak ». Après l'interview, les garçons étaient visiblement contents.

Avant, surprise : long appel très cordial d’Anare de la Sopac, qui la veille exigeait que Sikeli lui envoie un rapport qui motive la nécessité du financement d'une semaine qui devenait supplémentaire. La veille au soir, j’avais sillonné les rues à la recherche de Sikeli, en virée pour un grog (consommation de Kava en groupe). J’étais un peu surprise, mais bien entendu, assez soulagée et assez contente de devoir interrompre la conversation sur un « Le premier Ministre m’appelle ». Apisai venait en effet de terminer l’introduction d’un séminaire qui se tenait à l’hotel et me faisait signe de le suivre.. Sarah était déjà avec lui.

Perdu pas mal de temps, ensuite, en attendant que Susi n'arrive pour le plan que voulaient faire les garcons sur la remise de graines. Elle a finalement envoyé sa fille nous dire qu’elle n’était pas bien… Du coup j'ai accepté la bière que me proposait Eti, moi qui en boit rarement, encore moins dans la journée… Déjeuner rapide avec les garcons et Sarah, discuté avec Fong de l’annonce prochaine à la radio et accrochages un peu partout dans la ville de la feuille à signer par les candidats au nouvel atelier sur Amatuku, mercredi prochain... sous une pluie même pas battante, mais en quelques minutes j’étais à tordre…

Pas le temps de se changer.. entre la visite au quincaillier pour m’assurer que le matos arrivé dans le dernier cargo pourra être pris par Eti, apercevoir l’arrivée du bateau d’Amatuku et récupérer Sikeli pour l'informer des nouveaux développements Sopac et d’un rendez vous avec Sarah le soir… Discuté aussi avec Ruru, le second de Vete, qui fait un peu traîner le début de la construction de la porcherie qui va finir par être en retard… après seulement j’ai pu sécher mes cheveux et me changer… Ce dont je rêvais c’était d’un bain chaud…
Fetaui


04 / 05 / 07 - 14 : 09
1 commentaire 1 commentaire ( ( 2589 vues ) )

Vendredi 20 avril

Tuvalu avait déjà its share of rich institutions whose well paid and over perdiemed representants coming over to so called help Tuvalu… Well there’s another generation : since yesterday 3 major events made me wonder one more time if people like us, promoting tuvalu, to help raise awareness in order to help the tiny nation survive, did not play apprentice sorcerer.

De l’avion d’hier, jeudi, sont descendus une douzaine de japonais, dont 3 minettes qui n’arrêtaient pas de se pomponner dans l’aéroport en attendant leurs valoches. Rien ne semblait les intéresser autour d’elles/d’eux à part eux mêmes… Quelques heures plus tard, la troupe déambulait dans les rues puis dans l’hotel accompagnée d’un mec déguisé en policier ou en marin suivis d’une grosse équipe de télé. Ils tournent un soap opera, genre une fille et un garçon se rencontrent à Tuvalu (les deux sont japonais bien sur) et tombent amoureux… Je ne connais pas la fin mais sans doute vont ils se marier et avoir deux enfants…. Ils investissent tout sans demander la moindre autorisation, sans payer la moindre redevance de tournage et sans adresser la parole au moindre tuvaluen…

J’ai expliqué à Risasi que partout ailleurs dans le monde, filmer une fiction coûte… que ce soit dans la rue ou dans les lieux publics ou privés… Ce qui leur sert de décor doit être indemnisé. J’ai aussi profité de ma note briefant rapidement Panapasi et Apisai sur les derniers rapports du Giec, en ajoutant 3 paragraphes sur ce que je pensais du fait qu’il n’y avait plus de taxe pour entrer à Tuvalu pour ceux qui y font du business… que ces 50 dollars que nous avions à verser auparavant pouvaient servir à régler la note déchets de ces visiteurs… et aussi bien sur j’ai insisté sur le fait que si Tuvalu sert de décor, ce doit être monnayé.

L’arrivée de l’avion affrété spécialement pour un mec d’une télé privée italienne venu embarquer Panapasi fut un autre choc… Le mec que Panapasi nous a présenté plus tard alors qu’il prenait un verre avec lui a l’air plutôt sympa…. Mais quand même..

Idem pour l’équipe de chercheurs/plongeurs financée par New Zealand Aid. Très sympathique au demeurant, en tout cas, l’une des filles, Annie. Mais ils partent cette nuit sur le patrouilleur pour faire un saut à Nukufetau et rentrer dimanche. Je sais par David Abbott qui a fait le même voyage (peut être un peu plus long quand même) l’an dernier sur le compte du trust fund supervising committee que ça avait couté 20000 dollars ! J’espère avoir eu un impact un peu plus positif pour la population en représentant ce soir Semese à Annie. Nous avons pu discuter un peu avant qu’elle n’embarque, principalement du fait qu’il vaut mieux partir des besoins de la communauté que de leur asséner des projets…. Le leur c’est vrai est loin des préoccupations des tuvaluens : étudier les baleines, requins et dauphins dans les eaux tuvaluennes. Mais alors pourquoi « Nez Zealand Aid »… Une étude de plus qui aura coûté la peau des fesses qui finira sur les étagères de James qui pourra en mesurer le poids avec des visiteurs plus fondamentalement généreux… Nous avons brièvement parlé du fish documentation, le projet qu’on essaie de développer pour Total avec Tango. Et j’espère que Semese et nous aurons l’occasion d’en parler plus avant.

Quoi d’autre chez les riches ? Ah oui l’usine à concombres de mer, une entreprise chinoise encore, dont j’ai peut être parlée, qui s’est installée au sud de l’île en dégageant drastiquement les arbres autour. Ont ils demandé l’autorisation à d’autres qu’au propriétaire du terrain, un mec de l’opposition ? Paient il des taxes ? Y a t’il un contrôle quelconque ?

Et là, derrière nos fenêtres un chien qui s’est fait, m’a t’il semblé quand je l’ai reperé près de l’immeuble du gouvernement, rouler dessus par un camion, agonise seul dans son coin. Et mes amis tuvaluens, faute de soins dentaires appropriés, perdent de plus en plus leurs dents. Il doit en rester une à Lasalo et 2 à Sina.

Demain les garçons m’ont prévenue un peu tardivement ce soir qu’ils auraient besoin de moi pour l’interview principale sur un petit ilot du lagon. Ils essaient en fait de trouver un sens au voyage autour du lagon qu’ils ont booké et dont ils ne savent plus que faire, d’autant qu’ils n’avaient pas compris que les 25 dollars qui leur avaient été demandés n’étaient valables que si le bateau avait au moins 10 clients, sinon le voyage coute de 120 à 180 dollars… Ils ont donc réduit à ½ journée en m’incluant à la croisière. Je n’avais vraiment pas prévu de passer 5 heures au soleil pour les beaux yeux de leur caméra mais c’est nécessaire pour assurer une cohérence au film et à l’histoire d’Alofa. Reporter à après leur départ tout ce que j’ai à faire n’est guère plaisant non plus. D’autant que dimanche est busy et lundi encore plus puisque Sarah arrive et que nous emménageons dans la maison… Et mardi réunion de femmes…
fetaui..

04 / 05 / 07 - 14 : 00
270 commentaires 270 commentaires ( ( 6666 vues ) )

jeudi 19 avril

Il se passe tellement de choses petites et grandes dans une journée… je ne sais pas trop par quoi commencer..
Je rentre d’un mariage… Je n’imaginais pas passer une partie de l’après midi avec les femmes puis les hommes, puis les mariés (en double, deux couples) et enfin Toaripi… Tout ça parce que j’avais dit à Thierry et Hervé que je leur montrerais où habitaient Susi (qu’ils tournent tout à l’heure) et Kalisi (samedi). Sur le chemin je leur ai montré où se dérouleraient les répéts du fatele de lundi, pour célébrer Bombing day sur Funafuti.

Et puis aussi tant que j’y étais, je voulais demander à Falagi le président de l’église quand l’équipe pouvait l’interviewer…. Tout près de chez lui, des femmes chantaient en préparant des paniers… Parmi elles luisa et Meelali. Thierry « tu peux leur demander si je peux revenir avec la caméra »… « Oui a condition que tu reviennes aussi . » Bien sur.. Le temps d’aller chercher nos appareils, elles étaient parties au Kaupule…

Une première pour moi qui ai pourtant filmé une demi douzaine de mariages depuis 4 ans, je ne savais pas qu’ils avaient une cérémonie civile. Nous avons attendu dehors puis quelques femmes m’ont conseillé de monter…. Qu’a cela ne tienne, nous voilà tous les deux dans les escaliers.. Arrivés la haut, un peu intimidés par l’intimité de la cérémonie, je restais à la porte quand celui qui officiait m’a dit
d’entrer… puis de me mettre en face près des « elders » de la communauté pour pouvoir mieux filmer les deux couples de mariés… Thierry n’a pu me suivre…

Parmi la douzaine de personnes : Toaripi, le premier Premier Ministre, à l’indépendance de Tuvalu… Je suis ressortie après quelques plans, filmé aussi les mariés sortants et nous nous sommes retrouvés près de l’église chez un pasteur qui lui célébrait l’office religieux…
Toaripi sortait de sa voiture. J’ai expliqué à Thierry qu’il pouvait remplacer avantageusement Apisai qui a déclaré forfait pour l’interview prévue demain matin. A la place, il a prévu Panapasi. Pas mal non plus mais notre équipe de choc
trépignait « on veut le premier ministre »… J’ai salué Toaripi qui lui m’a embrassé (une première) et a accepté quasi immédiatement d’accorder l’interview… Date et horaire à préciser. Un peu avant, à l’heure du déjeuner, j’avais croisé Nala et Penni…Hervé et Thierry s’étaient installés pour croquer un morceau…. J’ai expliqué à Nala que je ne lui présentait pas l’équipe pour éviter qu’ils fassent son siège pour obtenir l’interview du mari, qu’elle va tout de meme essayer de convaincre…

Juste avant, Chris s’envolait après plus d’un mois sur place…. Toujours un crève cœur de voir un alofien cher quitter l’ile avant moi. C’est la vie… Et c’est quand meme moins triste que de perdre son enfant, comme le frère de l’ancien ministre des finances, rencontré un peu plus tard. Je savais qu’un jeune homme de 26 ans était mort peu avant mon arrivée mais j’ignorais que c’était son fils… Hépatite… Ca m’a vraiment attristée que les services sanitaires n’aient toujours pas prévu un dépistage… L’an dernier alors que l’épidémie de conjonctivite se répandait aussi vite qu’une trainée de poudre j’avais expliqué à qui voulait m’entendre que la conjonctivite se repérait facilement, alors que l’hépatite était invisible mais plus grave… que ce serait bien d’agir de manière préventive… Rien n’a été fait… J’ai répété mon message au père et à la mère affligés, leur conseillant de faire tester
toute la famille. Je crois que le message est passé… Ceci dit, une infirmière neé-zélandaise m’a dit plus tard que le dépistage était très onéreux…. Ceci explique dans doute cela.

Avant le départ de Chris, Emmanuel et moi sommes allés revisiter la maison qu’on nous propose… J’avais fait la meme visite hier soir avec Chris en rentrant d’Amatuku… Tous les deux pensent que c’est jouable..

Hier première grande journée à Amatuku : une quarantaine de personnes, une dizaine a déclaré forfait comme Panapasi occupé avec des officiels japonais, et quelques autres qui pourtant m’avaient confirmé verbalement… M’enfin, c’était déjà pas mal (toujours un record de participation, Chris dans un de ces mails avant mon arrivée me demandait si nous devions prévoir un nombre limite à 20 ou 30 !). Quel plaisir de voir des femmes volontaires s’essayer au ciment et aux briques ! Le retour sous la pluie battante n’a pas entamé la bonne humeur et c’est donc trempés que nous avons débarqué à Funafuti avec plus d’une heure de retard.

Parmi les autres bonnes nouvelles de la journée d’hier : Mika, le responsable de BP local croisé dans l’immeuble du gouvernement m’a interpelée « Gilliane, you’re back, you’ve to give me your email, 6 months ago, BP Fiji asked me how they could get in touch with you… ».. Je ne sais pas exactement pourquoi mais ça ne peut pas être négatif.

Dans le meme ordre d’idée, mon affichage BD à l’hotel a porté ses fruits dans les 24 heures. Au mur, les affichettes des 5 versions de la BD et une 6e affichette « Next : the tuvaluan version is on its way… what about Japonese, Chinese, German ? » Si l’ambassadeur d’Autriche n’a pas tilté malgré les rasades de mon pernod qu’il s’est enfilé d’abord à l’eau puis sec, le numéro 2 de l’ambassade deTaiwan est venu me voir « tu as besoin d’aide sur la traduction en chinois ? » « Oui, mais aussi pour l’impression »… « comment on peut faire ? Quid des copyrights ? » « Ils sont libres à condition de laisser les logos d’alofa et de l’Ademe et le nom des auteurs. Nous pouvons vous fournir la base dessins.. » Il m’a dans la foulée présenté le nouvel ambassadeur, Daniel, qui est reparti avec une BD… Quand l’ambassadeur a compris que l’atelier Biogas dont Chris lui avait parlé un mois plus tot et nos BD étaient des projets de la meme assoc il était un peu soufflé… A suivre donc mais ca démarre bien…

Reste à voir si des japonais de passage (l’ambassadeur et le ministre des affaires etrangères doivent faire le voyage en mai) accrocheront au même hameçon.

Bon encore beaucoup à dire mais on m’attend au mariage dans une demi heure…
Gilliane

21 / 04 / 07 - 19 : 15
1 commentaire 1 commentaire ( ( 2993 vues ) )

Réveillée ce matin à 5 heures par un groupe qui tambourinait à ma porte.. « Qui est là »… La réponse étant du chinois pour moi, je n’ai pas ouvert.. Déposé mon sac le plus lourd devant la porte – car je suis une grande trouillarde la nuit- et je me suis rendormie après avoir vu Sikeli et Gabriel embarquer pour Amatuku dans un bateau bien matinal… Pouvait ce être eux ? Gabriel à qui j’ai confié mon appareil photo aurait il eu un problème pour remettre la batterie que nous avions mise à charger ? Mais comme l’un est fidjien et l’autre des iles Salomon, ils n’auraient pas pu tenir une conversation autrement qu’en Anglais… Alors que devant ou plutot derrière ma porte, j’entendais du tuvaluen… Qui cela pouvait-il être…

J’ai eu ma réponse quelques heures plus tard. D’abord alors que je rendais visite à Nala et Penni pour un Kaleve frais (du todi frais bouilli et mélangé à de l’eau, ma première expérience…. Délicieux, bien meilleur que le todi frais) j’ai appris qu’une grande vague avait nécessité un déménagement, puis Eti m’a expliqué qu’il avait dû prêter son camion pour aider au transport et enfin alors que je rentrais à l’hotel, le gardien de nuit m’a dit qu’un policier était venu frapper à ma porte pour me prévenir de la grande vague. Pas que j’étais plus menacée que les autres clients de l’hotel, non, pour me prévenir afin que j’aille filmer. Bien sur mes frayeurs nocturnes m’ont alors semblé tout à fait stupides et, encore une fois, les larmes me sont montées aux yeux : leur confiance croissante m’émeut..

Une autre preuve de confiance : le Premier Ministre à qui je suis allée demander s’il acceptait d’être interviewé par Hervé et Thierry, m’a dit « what do you think ? »… « Could you brief me on what they want to ask me ? » Alors bien sur j’irai un peu avant l’heure prévue pour l’interview. Réflexion faite, je préfèrerais attendre que Sarah soit là.
Hervé et Thierry semblent oublier de temps en temps la facilité d’accès que nous leur offrons et il leur arrive de jouer les enfants gâtés avec des « Il faut que… ou je veux que le premier ministre mette un drapeau sur l’immeuble… » Mais globalement ce sont des mecs bien.

Les femmes de Ministres, elles, ont initié une réunion mardi une fois Sarah sur le sol tuvaluen pour discuter des solutions possibles a mettre en place à Tuvalu pour lutter contre l’effet de serre et montrer l’exemple. Le Premier Ministre lui a accepté de faire une réunion avec tous les gens concernés pour mettre en place un plan d’action en cas d’exil forcé.
Autre merci aux ministres : Uili qui nous a entendu dire que nous recherchions une maison en a immédiatement parlé à sa femme et tout à l’heure je vais visiter sa maison située devant le lagon. Meilleur emplacement, plus central, que la maison que Père Camille m’offrait gracieusement. Sa maison est immense mais dans un état de décomposition avancée et à 5 kms du centre. Celle de Senate, qu’il me faut voir avant de me réjouir trop vite est près du grand fusi, tout à coté de la maison de Susi. Presque downtown donc.

Rendez vous pris avec Senate et Pennie à 13h et visite dans la foulée. Coincidence, c’est la maison que Kaio, en 2003 nous avait montrée comme étant celle de sa grand mère, dans le coin ou nous avions filmé les magnifiques éclairs de Nuages au Paradis. On ne peut plus près du lagon, un peu run down, la maison. Elle mériterait d’être retapée.
Grande, très grande, deux appartements en fait sur 2 étages. En tout, 5 chambres, deux grands salons, deux cuisines, deux douches et toilettes… une grande terrasse où il ne faut pas s’appuyer sur la balustrade si on ne veut pas descendre d’un étage mais avec une vue imprenable jusqu'à Funafala. Bref, à peu près dans le même état que la maison de Père Camille en beaucoup plus visuellement accessible…. Très centrale et la porte d’à côté du Fusi, avec un peu de peinture et quelques aménagements, ça peut devenir un bureau fantastique. Infiniment plus économique que l’hotel compte tenu de la longueur de nos séjours et du nombre d’intervenants qu’il y faut loger.. D’autres institutions privilégieraient le confort relatif de l’Hotel ou du Filamona au prix fort, perso, je préfère utiliser les financements dont nous sommes assurés à des dépenses concrètes, même s’il m’en coûte un peu bien sur de rogner sur le peu de confort qu’offre Funafuti. Ces deux dernières (et premières) années d’Alofa m’ont appris que la plupart des financements, pour ce genre d’entreprises sont plus long à se transformer en cash que pour une production télé. Peut être aussi suis je plus expérimentée dans le deuxième domaine…. Dans l’un comme dans l’autre, la partie financière et administrative est bien sur la plus pesante sur notre petite structure et la moins agréable de cette production particulière. Palme de la parenthèse…

Demain nous organisons notre premier atelier sur site, devant les débuts du digesteur. Plus de 50 personnes sont attendues, 2 bateaux les attendent près de l’église.

Hier, je ne me souviens plus de ce que nous avons tous fait (ah bah si, premier voyage à Amatuku, ou tout TMTI est tellement coopératif, à commencer par Leota, the acting Chief officer, que là aussi c’est émouvant ! Ca avance un peu moins vite que prévu par Sikeli, principalement du fait de la porosité du sol et des précautions à prendre pour éviter bien sur que l’eau salée ne pénètre dans la structure. Le fond a été scellé ce matin et malgré les marées très hautes de ces deux derniers jours (3m18 ce matin, 3m06 cet aprem) le fond était sec ce soir quand Sikeli est rentré. Tout prend plus de temps et coute plus cher depuis le début. De 1000 dollars, première estimation de Sikeli pour le biodigesteur à 5000 pour les matériaux, la durée, le nombre de personnes avec Sikeli (2 prévus, 3 sur site). Le killer bien sur ce fut le transport, le cout sur le bateau tuvaluen était prévu aux alentours de 6000 dollars fidjiens s’est transformés en 21000 sans compter la manutention du port de funafuti à l’ilot d’Amatuku ou plus d’une dizaine de personnes ont du décharger les containeurs et charrier le matériel sur les barques etc etc…

Je pense que Sarah sera d’accord pour sacrifier un peu de nos aises. Chris lui repart après demain après un mois d’hotel qui revient à plus de 2 mois de maison..

Quoi d’autre aujourd’hui ?

Glissé quelques photos à Risasi en lui suggérant aussi de mettre un mot dans toutes les chambres concernant l’eau.. Ca évitera des frustrations aux clients quand l’eau manque (à peu près tous les jours) en leur apprenant la frugalité.

14h : 2e annonce radio (la première a été diffusée hier uniquement en tuvaluen) pour confirmer le lieu et l’heure de rendez vous demain… Pour celle d’aujourd’hui, en anglais pour réparer ma faute à l’ouverture officielle de n’avoir pas remercier Chris et aussi pour la caméra de Hervé. C’est passé après les infos nationales et la version tuvaluenne a suivi 10 mn plus tard….
J’ai été un peu surprise quand, alors que nous nous apprêtions à nous asseoir pour diner, Michael du trust fund committee, s’est précipité sur moi « I see you in flesh and bones when I just heard your voice on radio » « Great can you tell Chris what I said… » Et il l’a fait, presque mot pour mot… Son enthousiasme était vraiment drôle. C’est un palagi quand meme, une annonce radio ne devrait pas l’impressionner autant que ça…

Ensuite distribution de quelques dvd aux Ministres, Apisai et Panapasi avaient déjà recu les leurs, Taukelina absent aura le montage de la fête en son honneur remis à Risasi, ce matin, j’ai donné à Penni, celui de Loto et cet après-midi le ministre de l’éducation a recu le sien….

Visite rapide au poste de police pour faire acte de mea culpa public…. J’ai fait appeler l’officier qui était venu frapper à ma porte au petit matin pour lui dire devant tout le monde combien j’avais été stupide et combien son initiative était appréciée. « J’espère qu’il n’y aura pas d’autre situation de ce genre, mais au cas où, merci de me réveiller à nouveau… »

Et puis balade dans l’eau salée sur le terrain d’atterrissage à l’heure de la marée haute du mois avec Chris, Hervé et Thierry… jusqu’au bout de l’ile ou les vagues battaient fort puis retour à l’aéroport après une pause gros orage sous l’auvent du Sunset bar, qu’avait ouvert Emmanuel en son temps. La jeune femme des lieux ne voulait pas que nous payions nos 3 fantas : « I can pay » disait elle. Bien entendu, nous avons payé et comme elle me disait de laisser les cannettes en précisant qu’elle les jetait dans le lagon, elle a eu droit à une petite explication du système de récupération/vente à Cancare. Elle m’a promis de le faire sur une poignée de main. J’y repasserai un jour pour voir.

Diner à l’hotel avec Chris rejoints par Hervé et Thierry puis par un Américain qui vit au Japon et travaille pour Dinapond, l’entreprise nippone qui a installé les générateurs et qui refait un bout du port. « Et les lumières ? » « c’est pas mon rayon » et blablabli et blablabla, je lui explique le terme « sustainability » et il finit par nous dire en se retournant pour être sure qu’il ne serait pas entendu par la table de japonais derrière : « quand le Japon donne aux petits pays comme tuvalu, ce n’est jamais par compassion ou dans un souci d’apporter ce qui serait le mieux pour…. Au japon, comme ailleurs, ce système fait vivre des entreprises qui fourguent leurs fond de tiroirs… » Tout à fait ce qu’il nous était apparu depuis que nous avons assisté à la construction de l’immeuble du gouvernement en 2003 et depuis… Nous ne rêvons donc pas.

L’hotel est plein de japonais cette semaine. Y’a aussi l’ambassadeur d’Autriche, le nouveau haut commissaire australien et quelques autres notables de la région, dont 3 ou 4 femmes, ce qui est assez rare. Sur l’ile, le plus grand nombre d’Américains jamais vu : Chris, Brian, un fort en gueule venu pour dire aux tuvaluens comment s’y prendre, sans y avoir jamais mis les pieds et le dinapond dont j’ai oublié le nom. Sans oublier James, qui d’habitude est le seul à pouvoir se revendiquer des US. Ancrés dans le lagon, 4 ou 5 yachteurs de Seattle très sympas.

Des milliers d’autres détails de cette journée me reviennent en mémoire mais tapoter 4 pages pour une journée c’est déjà un peu abuser et demain est un autre jour.
Gilliane

21 / 04 / 07 - 19 : 13
1 commentaire 1 commentaire ( ( 2398 vues ) )

Vendredi 13 avril Funafuti/Tuvalu

Ca y est, l’ouverture de l’atelier vient de se terminer… Pas loin de 100 personnes, du jamais vu ! surtout un vendredi après-midi… Autant de femmes que d’hommes et près de la moitié s’est déjà inscrite pour l’atelier de mercredi prochain sur Amatuku…. Tout ça grâce à Chris, John, Susi, Eti, Semese et les autres (voir plus bas) qui ont fait en sorte que cette inauguration non seulement ait lieu, mais puisse se dérouler dans des conditions inespérées.

Le pasteur prévu pour la traditionnelle prière d’ouverture n’est pas venu mais il y en avait un autre dans la salle qui fit l’office… avant que Panapasi Nelesone, le secrétaire général et numéro 2 du Gouvernement ne prenne la parole pour ouvrir officiellement la séance (en lisant le papier de chris), puis Uili, le ministre des affaires intérieures qui a davantage improvisé puisque je ne l’ai briefé que ce matin en quelques mots. Il fait partie des nouveaux ministres, je n’avais jamais eu l’occasion encore de lui parler de quoi que ce soit.. En 3 minutes : le film, Small is Beautiful, Amatuku,. Dans la salle, un autre ministre, Tavau, des ressources naturelles et de l’environnement qui avait été briefé l’an dernier, celui qui avait demandé comment on devenait membre d’Alofa, un ancien Premier ministre et ancien ministre de l’énergie, Saufatu le premier du précédent gouvernement à avoir soutenu le projet et bien sur Nala Ielemia, la femme du Premier Ministre et Présidente d’honneur d’Alofa à Tuvalu, peni, la Vice-Présidente, risasi, la trésorière et directrice de l’hotel du gouvernement, Laima de la direction de l’énergie et autres femmes de ministres qui ont toutes mis la main à la pate pour confectionner de quoi gouter.. Risasi, elle, avec des volontaires de l’hotel (membres d’alofa tuvalu elles aussi) s’est occupée des boissons. Canettes et bouteilles plastiques interdites (bien sûr j’ai expliqué pourquoi à deux reprises), donc kaleve en pichets et thé pour tout le monde … Au lieu de faire un long discours après le ministre, j’ai remercié, remercié et remercié encore avant de passer la parole à Susi, Présidente d’Alofa à Tuvalu, ex-Présidente des Droits de l’homme et de la femme, et juriste… qui s’en est sortie comme une cheffe… en présentant Sikeli, le spécialiste des biodigesteurs qui appartient au ministère de l’agriculture fidjien et intervient pour nous via la SOPAC grâce à un fond européen (PIEPSAP). Elle a fait le lien entre le centre de formation et la lutte contre les changements climatiques au sens large. Tout ça en tuvaluen.. Eti l’un de nos coordinateurs locaux a apporté aussi son plat et quelques canettes de coca pour les vrais réfractaires au Kaleve… Semese, membre actif d’Alofa et responsable du parc marin de Funafuti, qui avait ces derniers quinze jours comme Susi bien aidé Chris à préparer tout ca, a également aidé la mise en place de la salle et du projecteur pour le power point de Sikeli qui lui aussi a été super n’hésitant pas à glisser quelques touches d’humour dans sa présentation. C’était agréable d’entendre les rires s’échapper de la pièce.

Beaucoup ont souri devant l’émotion de mes micro-discours d’enchainement ou mes réponses aux questions (sur le coût par exemple, lorsque j’ai placé que ça coutait plus cher de faire venir du gravier et du sable de Suva mais que je ne voulais pas participer au grignotage de leur terre et qu’ils ne devraient pas non plus…)

Lundi nous saurons comment organiser le transport pour l’atelier d’Amatuku, puisque selon toutes vraisemblance un bateau ne suffira pas. Une annonce sera diffusée par radio Tuvalu mardi pour préciser l’heure du rendez-vous et le lieu aux 40 volontaires.

Je n’ai pas encore eu le temps d’aller à Amatuku depuis mon arrivée mais les images prises par Gabriel, l’assistant de Sikeli venu des Iles Salomon, avec ma caméra sont impressionnantes. Et l’engagement des apprentis marins du TMTI qui se sont portés volontaires pour aider est aussi très émouvant.

Au nom de tous les membres d’Alofa de Paris à Tuvalu, et de tous ceux qui s’investissent avec cœur dans ce plan Small is Beautiful, FAKAFEATI LASI à Dominique, Michel, Yves, Noémie de l’Ademe, FAKAFETAI LASI aussi à Anare, Paul et les autres membres de la SOPAC, Leota et les apprentis marins de TMTI, de nous permettre de concrétiser ce rêve au bénéfice des Tuvaluens et de tous, comme nous l’espérons à terme, de participer à cet ensemble

Une demi journée plus tard….

Parmi les surprises de l’après midi : le nombre de gens que je ne connais pas et qui m’appellent par mon prénom est en croissance exponentielle et dans le lobby de l’hotel du gouvernement, une femme que vraiment je n’ai pas l’impression d’avoir rencontrée avant s’est précipitée pour me prendre dans ses bras et me parler comme si on venait de se quitter.

Il est maintenant près de minuit alors que je comptais me coucher, comme la nuit dernière, de bonne heure pour être debout avant tout le monde, comme ce matin. En plus demain matin, y a bateau à 8 heures pour Amatuku. Mais la fête bat son plein à l’hotel et je n’ai pas encore sorti mes boule quies des boites laissées au Philatélic Bureau…

Après un diner chez John & Eti (Alpha quoi) avec 5 fois plus de blancs que de locaux et 4 fois plus de blancs que de gens du pacifique (il y avait Sikeli de Fidji et un Kiribatien de la FAO venu étudier le problème des rats. D’après lui ce sont les médias qui ont déformé l’info donnée par la FAO l’an dernier pour en faire une dépeche absurde de rats quasi écureuils capables de sauts de 3 mètres d’arbre en arbre. Y’avait aussi le couple qui a loué « notre » maison pour 2 ans. Ils sont tous les deux trop charmants pour que je leur en veuille longtemps. Nous allons d’ailleurs diner « chez nous tous » dimanche soir.

Sur le chemin du retour, une scène comico-émouvante de la soirée : un des ingénieurs de TMTI, et Temita, son frère et soupirant de Sarah, bien éméchés après quelques bières, nous ont tenu Chris et moi un bon moment, mimant la nouvelle taille du trou (pour éviter que la porcherie ne soit trop haut perchée, un des premiers travaux qu’ils ont fait ces derniers jours c’est de piocher plus profond le trou du biodigesteur, ils sont parvenu à obtenir 40 cm de plus dans la roche…), mimant aussi le décapitage qu’ils se feraient s’ils ne parviennent pas à faire le biodigesteur le plus performant, en mimant enfin que ce projet était le leur… Que demander de plus ? Une entreprise qui fait tellement partie de ce qu’ils veulent faire qu’ils en font le sujet de leur beuverie du vendredi soir !

Après aussi un bond en arrière de 6 mois plein de nostalgie en prenant le temps, pour la première fois, de regarder le bout à bout du « film » de mon anniversaire et du Tuvalu Tour de Gaby pour l’occasion.

Journées pleines de pas mal d’émotions donc, toutes en condensées car pas le temps de s’y étendre, l’heure étant à furieusement à l’action. Heureusement que j’avais fait ma nuit la semaine dernière entre Los Angeles et Nadi ca m’a permis d’éviter tout jetlag, enfin juste assez pour m’avoir mise au lit, ces derniers jours, plus tot que d’habitude… pour le mieux puisque je préfère, ici, respecter un timing/planning plus « normal » que ceux de Paris ou se coucher au petit matin ne permet pas de se lever aux aurores !

Je tombe de sommeil et avec un peu de coton dans les oreilles ca devrait le faire…
Gilliane

21 / 04 / 07 - 19 : 10


Précédent Suivant

powered by pppBLOG v 0.3.6