Accueil / Www.alofatuvalu.tv / FACEBOOK / You Tube / Flickr / Twitter / Me Contacter / Login
Mardi 13 Septembre 2005
Sarah est partie hier, en larmes après que les filles du women handcraft center lui ont passé de multiples colliers au cou... Sa jambe n’est toujours pas au top mais elle a reporté de jour en jour une visite à l’hôpital et la prise d’une nouvelle série d’antibiotiques. Ca allait un peu mieux tout de même le dernier jour d’après ce qu’elle m’en a dit et ce que j’en ai vu.
Plus qu’une semaine donc...
Que s’est il passé ces 4 derniers jours que je n’aurais pas encore raconté ? Dimanche, est arrivée une journaliste du New Zealand Herald. Quelques heures après son atterrissage, elle nous accompagnait à la dernière réunion, reportée du samedi ou dimanche (et dont on se serait bien passées, pas d’elle ! mais de la réunion du dimanche : Sarah était loin d’avoir fini son rapport préliminaire, de 70 pages quand même)... et moi j’ai toujours à faire.
Lundi avant et après le départ de Sarah, 3 visites à la banque pour changer des travellers, payer l’hotel et divers frais de Sarah, 5 voyages au bureau de Seluka pour lui remettre les graines qu’il avait demandées..... (moi qui m’étais dit que je n’irais pas !). Je l’ai finalement coincé chez lui le soir (2 visites en taxi et deux coups de fil pour être sûre de l’y trouver).... Il fut le numéro 1 de la distrib “perso” de graines-farewell... avec, toujours, l’élaboration laborieuse des dernières cocottes. Ce soir, c’est fini ou presque : restent les paquets pour la “ferme” montée par Taiwan qui pour le moment n’a aucune graine organique. Là aussi, fais le voyage pour rien cet aprem... Le responsable croisé y a quelques semaines n’était pas là... Enfin... voyage.... 800 mètres franchis, pour la première fois du séjour, en mob.... J’ai décidé de garder celle de Sarah faute d’avoir eu le temps de la rendre.... Et j’ai profité de la liberté que donne ce genre d’engin... Ce soir, par exemple, ça m’a permis d’aller, les cheveux au vent, prévenir Emmanuel que la projo du film (que voulait voir Angela, la fille du New Zealand Herald, démunie d’ordi) se passait chez John, le patron de la compagnie maritime avec l’architecte responsable des travaux de rénovation d’Amatuku, Ray Paris.
Avancé depuis dix jours sur le dossier Prix Rolex (100 000 euros octroyés à un individu investi dans une action de ce type)... Pas certaine qu’il faille attacher un dossier spécifique au projet global Small is Beautiful. M’en est passé un par la tête l’autre soir, une évidence : pour ambitionner de faire de l’ensemble de Tuvalu un exemple, il faut d’abord leur montrer, leur apprendre à “fabriquer” et à utiliser les énergies nouvelles particulièrement la biomasse (biodiesel et biogaz). Leur donner un modèle en commençant par une des plus petites îles, un genre de micro show room, “hands on” equipment pour les tuvaluens (et les autres)... Pourquoi pas Amatuku, l’îlot de l’école maritime, appartenant à l’atoll “capitale”, Funafuti ou Nukufetau, la première île habitée à 6 heures de bateau, bien moins pratique ..... lieu facile d’apprentissage pour les équipes de maintenance qui ont fait faillir des projets préalables... et pour la population. Le lendemain, le capitaine, Jonathan, que nous rencontrons une fois par semaine lorsqu’il vient sur la capitale, nous a demandé si on pensait qu’il pouvait faire du biofuel sur sa micro île... On a vite élargi aux énergies renouvelables.... OK pour un modèle.... et un centre de formation.... Bien plus fastoche que de passer par le gouvernement en travaillant dans un lieu quasi militairement « discipliné » ... Dès le lendemain Jonathan me faisait passer un premier draft pour officiellement sceller ça... Avec un peu de chance on pourra l’envoyer avant la date butoir du 30 Septembre. Déjeuner demain avec Ray.
Saufatu, le ministre énergie/transport, n’est pas rentré comme prévu de son île natale où la campagne électorale a commencé. Loto et sa femme Penni, candidat contre Saufatu ont prévu de longue date de passer plusieurs semaines sur Nukufetau... Du coup le ministre y reste plus longtemps que prévu... Le jour de leur départ, j’ai attendu une heure avec mon pote Kalisi qui partait lui pour une autre île, et comme la centaine de passagers déjà sur le bateau, que le ministre veuille bien arriver pour l’embarquement.... Tout ça pour dire que s’il ne rentre pas ce week-end, je repartirai sans la lettre officielle. Flute.
Je m’envole lundi prochain (et je croise les doigts, il y aura bien un avion.... il semble avoir été au rendez vous depuis une paire de semaines).C’est pas que je ne resterais pas davantage.... mais ce ne serait pas raisonnable : beaucoup à faire aussi à Paris (dont le chapiteau mis en place par Fanny pour les enfants du 9-3.... Ma famille à retrouver, ma mère qui ne m’entend plus sauf quand je dis que je rentre... Mon fils qui est super et, sans que nous échangions un mot, à assuré à Paris pour AlofaTuvalu. Je le vois d’ici grommeler que c’est pas “pour...”.... Et recevoir une photo, via Chris, ex partenaire mais toujours co auteur du film et sans qui je n’aurais jamais connu Tuvalu sans doute, de Sam’s family visitant ma mère m’a fait réaliser que je savais pourquoi je rentrais.
3 nuits à Fidji et départ le 22 pour L.A. puis le 23 pour Paris. Une dizaine de rendez vous en 2 jours et demi (3 déjà le 20 : Sopac, UNDP, Ambassadeur, 2 le 21 dont Julie de l’Union européenne). J’attends réponse à mon mail expédié aujourd’hui (après 24 heures de coupure internet) à quelques autres filles des aides diverses. Suggéré un déjeuner ou un diner toutes ensemble. Sirpa de la Banque Asiatique a immédiatement répondu présente et proposait même d’organiser le diner mais le 26, quand elle rentre de Manille.... moi je serai repartie...... Dommage. Leonie rentre le 19 et est sur mail automatique.... Stéphanie n’a pas encore répondu, elle doit être sur une autre ile, elle aussi. C’est mal barré pour le déjeuner “filles”.
Jeudi 15 nuit. J -3,5
Sarah est bien arrivée à Auckland, elle est hébergée par Jocelyn Carlin, photographe et a déjà rencontré Tony Kortegast, responsable des déchets rencontrés tous les deux l’an dernier et tous les deux “alofa tuvalu”.
Hier soir, projo du film pour Angela. On s’est retrouvé à une douzaine chez John. Tout le monde était content, Tuvaluens et Palagis. Je vais être un peu triste de voir la version raccourcie de 20 mn en rentrant à Paris même si c’était utile pour une meilleure distribution commerciale (et pour les enfants français).
Malgré la promesse, en début de séjour, de ne pas contribuer aux émissions de gaz, hier et aujourd’hui, tout ce que je faisais à pieds, proche de l’hôtel, je l’ai donc parcouru sur mon cheval qui pollue mais qui me fait gagner du temps et me donne la liberté de m’aventurer plus loin sans avoir à dépendre d’un bus aléatoire ou d’un taxi en retard. J’ai donc sillonné rues et bureaux pour poser mes derniers rendez-vous et déposer mes derniers paquets de graines ... Enfin bon encore quelques jours à plier papier...
Distribué aussi quelques exemplaires du 1er draft de l’étude de Sarah sur la biomasse à la direction de l’énergie et des transports. J’espère vraiment que le Ministre va rentrer ce week end pour pouvoir lui remettre lundi matin. Le premier Ministre et une partie de son gouvernement ne rentrent de NY que jeudi. Demain je vois les ministres des affaires sociales et des ressources naturelles que je n’avais jamais eu besoin de rencontrer... Le secrétaire Général des ressources naturelles croisé à plusieurs reprises m’avait assez mal impressionnée et pas eu envie d’aller plus loin dans ses services somme toute pas prioritaires jusqu’à présent... Maintenant il est temps de leur parler à eux aussi des déchets et des énergies.
Confectionné et déposé le paquet des souvenirs que Sarah n’avait pas besoin d’emporter avec elle en Nouvelle Zelande et en Australie. Il arrivera avant elle en Grande Bretagne.
Pour la première fois, j’ai pensé à parler de l’éventualité d’un poste de consul, à Tito, conseiller du Premier Ministre, il m’a suggéré d’en parler à Eseta, des Affaires Etrangères, la fille de Toaripi avec laquelle, au troisième voyage, les relations un peu fraîche l’an dernier, sont plus que cordiales, quasi amicales. Demain (update, l’idée les séduit, il suffit que je fasse une lettre leur proposant mes services et quand j’aborde le sujet du possible conflit d’intéret avec l’assoc, ils n’y voient eux aucun problème). Demain aussi adieux/récap avec Panapassi, le Secrétaire Général du Gouvernement, James Conway et quelques autres. Le soir réunion Fagogo-musiciens, en l’absence des principaux, de mes préfèrés, mais faut que je leur explique ce qui a été décidé lors de notre réunion à 3 sur l’édition parisienne et leur compte en banque commun tuvaluen. Et puis samedi : fêtes de Niutao avec fatele et concours de chorale, pendaison de la crémaillère chez Brian et fund raising de Siula. J’espère que sera respectée la trêve dominicale et que je pourrais faire mes valises, comme j’aime, en prenant mon temps... pour organiser ce qui part, ce qui reste, ce qui est déposé à L.A….
Mais quoi fait d’autre aujourd’hui ? Ah oui... Les derniers colliers sur mesure commandés aux femmes du handicraft center seront prêts demain... et Ian Fry, le conseiller environnemental fantôme dont nous avions entendu parler l’an dernier et que Laure avait tenté de joindre par email sans réponse a débarqué aujourd’hui. Il m’avait été annoncé depuis une dizaine de jours. Fidèle au poste à l’atterrissage des 3 avions hebdo quand les rendez vous le permettent, je vois toujours (enfin je filme toujours) qui en descend. 4 palagis ce matin dont Ian (contre 4 partants). Nous nous sommes croisés dans le bureau de la gestion des déchets, il discutait avec Poni, du plan national d’adaptabilité. Celui que je cherchais était en atelier mais le palagi en face de moi c’était bien Ian.. Nous nous sommes retrouvés pour le diner. Un ancien de Greenpeace, installé en Australie, payé au mois par le gouvernement comme consultant. Il est là 2 semaines pour faire avancer le dossier “2e communication nationale pour Kyoto” et travaille beaucoup avec Enele... Il nous a fallu 5 semaines pour localiser un exemplaire de la 1ère communication, ce sera plus facile de se procurer la deuxième quand elle paraitra... dans 18 mois ! Une vraie réunion, autrement qu’autour d’un diner « palagis » au Kai serait sans doute nécessaire mais je ne vois pas comment c’est possible. Cette dernière semaine nous avons diné Emmanuel, John qui a fait le déplacement tous les soirs alors qu’il maîtrise parfaitement une cuisine dont beaucoup d’américains lui envieraient..... et autour de nous selon les arrivages des avions, des palagis ici pour quelques jours, certains quelquefois pour la 3e ou 4e fois, mais comme c’est en général sur de très courtes périodes, la plupart ne se rencontrent quelquefois pas avant 2 ans... Anyway pourquoi je dis ça ?
Dimanche ou plutot lundi matin 19 septembre... A Paris, il est 15h, ici il est 1 am. Les bagages sont quasiment fermés. Restent à scotcher les paquets qui restent ici : livres, fringues, casques de travaux et appareillage de mesures de Sarah, matos technique, comme le Monopod, bandes etc
J`suis aussi contente car outre le dejeuner dominical de 4 heures quand meme chez Panapassi j`ai pu filmer à nouveau en fin d`aprem les inondations à marée haute : bulles et lac... et cette fois avec des humains en fond... Plus personne ne pourra dire que c`est juste pendant les grandes marées de printemps !
Le week end se termine sur des chapeaux de roue. Mon avion décolle demain matin à 12h30. Une quinzaine de personnes à voir en vitesse avant, et rendez vous à 9h avec le Ministre de retour de Nukufetau.
Lundi 19 septembre : ça y est me voici à Fidji ou nous avons atterri sans encombre... malgré le surpoids de mes colliers enfilés par mes amis/es tuvaluens en guise d’adieux...
Les quelques heures précédant le vol ont été un peu chaudes et j’ai eu bien peur de faire attendre l’avion.... Le Ministre a été plus que coopératif. Il a voulu reprendre un peu le projet de lettre que je lui avais remis. Ce n’est pas une fléche de l’informatique mais il a tenu à tout faire seul : frappe, mise en page, impression.... J’ai bien cru que nous ne nous en sortirions pas mais je dois avouer que j’ai été très touchée par sa bonne volonté. Idem avec L`equipe Jonathan, John et Eti sont second qui se sont tous les 3 mis en quatre pour que je puisse partir avec un document signé de l`école maritime....
Le rush fut tel que malgré l’émotion de voir tous ces gens venir me faire leurs adieux, (du président de l’église à la chef du protocole en passant par Elaigna (la shamane) ou un mec que je n’avais pas l’impression de connaître mais qui m’a enfilé un collier en me remerciant les larmes aux yeux) : MEME PAS PLEURÉ !
Quant à Lasalo, le “fou” brillant du village.... après m’avoir offert une des 2 cigarettes qu’il venait d’acheter, il a glissé deux bouteilles plastiques dans mon sac... celle qu’il terminait et celle de son voisin direct en lui expliquant que je les emportais pour les recycler.
Sur cette image de Lasalo-écolo se clot ce semblant de blog TuvaluAdventures 2005 (encore que j’aurais peut être envie de relater l’étape fidjienne.. Ca ne coûte rien de dire quand même “Tofa tout le monde... et fakafetai de nous avoir suivies”.
Next trip Alofa Tuvalu: Février 2006
Glg

14 / 02 / 06 - 10 : 44
297 commentaires 297 commentaires ( ( 6245 vues ) )

Mardi 6 Septembre
Près de deux semaines après la présentation de la pré étude, le 15 Août, où on s’est quand même plantés sur le vent, même si ça n’a pas eu d’incidence sur la volonté du Ministre des transports et de l’énergie, de nous soutenir, j’ai enfin osé remettre les pieds dans l’immeuble du gouvernement... pour tomber, justement, sur Safautu ledit ministre qui rentrait de voyage. Il m’a demandé si j’avais le projet de lettre confirmant la volonté de son Ministère de nous voir poursuivre... Il m’a laissée seule dans son bureau pour que je copie le document sur son portable pendant qu’il terminait une réunion du cabinet ! Bien sûr même dans un micro pays, on se sent un peu privilégié ! Dans le même genre, nous avons dû renouveler notre visa. Dans celui de Sarah, quand elle l’a récupéré, il y avait un petit mot à l’attention du signataire “merci de tout faire pour renouveler au plus vite car Sarah aide Gilliane a terminer son étude!”.. Elle a trouvé ça très mignon ! Moi aussi !
Mercredi 7 Septembre :
Voyage à Amatuku tout à l’heure et ce soir 4e réunion de femmes... Bien sûr j’en suis toujours à faire mes cocottes en papier ! La bonne nouvelle c’est que ce travail manuel, qui s’apparente au tricot, permet de penser à autre chose en même temps.
Avant petit voyage à nouveau dans l’hôtel du gouvernement pour prendre les derniers rendez vous et surtout obtenir de Tito du papier à recycler pour les cocottes
2 bonnes nouvelles lors de ma première visite du matin : les graines de Kokopelli sont arrivées et j`ai vu le premier minister avant son départ a NY. Il semble ravi et nous faire grande confiance ! Il a lui aussi un petit jardin et je lui déposerai des graines avant son avion demain matin… (la mauvaise nouvelle liée à cette réception : y’a plusieurs disaines d’espèces et de variétés différentes... ça multiplie aussi les cocottes et les prises de têtes.
Jeudi 8
3 bonnes nouvelles du 8 : ce matin RV avec Pusinelli, l’orang outang de la réunion ministérielle, retourné comme une crêpe. Il nous soutient, particulièrement sur la biomasse, attend notre pré étude pour l’inclure dans leur energy policy... Je lui ai demandé d’indiquer que ces infos venaient de l’étude d’Alofa et il a dit qu’il le ferait.
Le groupe de femmes de Nanumanga a voté à mains levées hier et à l’unanimité l’adoption du biogas... Et elles nous avaient préparé plein de bonnes choses à bouffer... Moi touchée en plein coeur par leur enthousiasme post-speech sur leur rôle vital pour l’avenir du pays... La présidente a fait un speech en tuvaluen a la fin, expliquant combien elles seront fières de nous montrer leurs jardins lors de notre prochain voyage pour être à la hauteur de nos investissements ! J’en aurais pleuré... Mais bon, tout le monde le sait, je suis une fontaine.
Vendredi 9 Sept
Plus qu’une semaine maintenant. Il est 22 h et depuis bientot 6 heures (moins une assiette de poisson rapide au resto de l’hôtel avec Emmanuel, prof d’histoire depuis deux semaines au collège religieux de funafuti... Depuis bientot 6 heures donc, je papillone du papier, après avoir fait quelques bureaux du gouvernement dont celui du premier ministre, des travaux et de l’énergie pour récupérer du papier utilisé sur une face.. 280 cocottes pour demain !... Par bonheur quelques-uns d’entre eux ont déjà pris le pli de la réutilisation et je suis repartie avec mon paquet sous le bras.
Avant ça la journée a commencé sur un petit déjeuner entourée d’un ballet de nettoyeurs des berges de l’hôtel.... Jeté un oeil à marée basse et aperçu un tas d’ordures... genre vêtements, bouteilles plastiques etc.... Risasi, la directrice, à qui j’ai signalé qu’il serait bien de ramasser tout ca : “quand Kitiona arrive je lui demande.... “ “et si la mer monte d’ici son arrivée.... Bon je le ferai... “ “’Non non non.... “ Du coup 5 personnes s’y sont mises, nettoyant jusqu’aux feuilles... bon c’était déjà pas mal j’allais pas continuer avec la lecon organique... “Tu ne nous filmes pas ?” “T’as raison, bonne idée... “ et c’en était une.. mais encore une fois j’avais à peine pris mon café... et pas encore fait tomber les lunettes de soleil de rigueur au petit déj !
Après j’ai passé la journée à courir, téléphoner ici et là pour vérifier une donnée sur le kérosène qui étonnait Sarah... Ministère des finances, Seve, le SG est parti hier à NY, Letasi…, des finances j’suis passée au statistiques où Semu n’a pas pu plus expliquer ce chiffre trouvé dans les tableaux de Pierre. BP a été très coopératif et Luke Paeniu, qui est passé des finances à la chambre de commerce, aussi. Garry de l’UNDP m’en avait parlé mille fois, mais nos chemins ne s’étaient jamais croisés. Sur les nouveaux conseils de Léonie, Canada Aid, une “amie” de courte date et qui aime Tuvalu, je suis allée à plusieurs reprises frapper à sa porte et on a fini par se voir.. Il soutient SiB, la BD lui a semblé un concept intéressant, et ce soir venant me rendre le dvd du film il m’a dit combien il avait aimé, il a seulement regretté que le secteur du business privé ne soit pas représenté et dit qu’il savait que nous pouvions sur Small is Beautiful, faire des choses ensemble.... Next trip nous étudierons une policy commerciale... déjà pas mal avancé avec Monise, patron de TCS le principal importateur, à ce sujet ces deux derniers voyages.
Avant j’étais passée déposer la 1ere Communication nationale de Tuvalu à Kyoto récupérée chez Poni (Napa) à Enate, Direction de l’environnement... parti la veille pour Samoa sans prévenir... Repassée aussi chez le mec qui rédige le projet piggerie vérifier sa version et m’assurer qu’il mentionnerait Sarah et Alofa Tuvalu. Et enfin, chez Seluka Seluka pour lui annoncer l’arrivée de nouvelles graines. C’est lui, responsable de l’agriculture durable, qui en avait demandé l’an dernier. Au début du séjour nous lui avions livré la moitié des graines de la Ferme Sainte Marthe (merci Philippe Desbrosses)... Or, depuis il m’accueille avec la gueule. A plusieurs reprises, je lui ai demandé si je le dérangeais, s’il voulait que je sorte... Cette 3e fois fut celle de trop et voyant sa tronche “Seluka, you look as if I was smelling bad...I’m here to tell you there was many more seeds.” His face very very slighty lit up... Then Sarah’s question: “are coconut and banana trees part of the same vegetal class in their previous study ?” “No, bananas are part of pulakas... But if Sarah wants to create another category, she can do it...” “No need”... Rendez-vous pris à 9h lundi pour lui déposer les graines kokopelli... Il part à nouveau dans les îles du nord mardi et n’a pas voulu faire l’effort de me recevoir l’après-midi.... Sarah part lundi à midi et demi.. Je crois que je n’irais pas.
Ah j’allais oublier : longue interview pour le 4 pages désormais trimestriel du pays. J’avais préparé un article récap à partir des papiers écrits pour les réunions de femmes. Heureusement car cet aprem au café internet Fong m’a dit que l’enregistrement avait fouaré ! Près de 2 heures de perdues, ou presque car je l’aime bien et on ne s’était pas parlé depuis un moment...
Demain beaucoup de rencontres, de discussions : 3 réunions de femmes de 10 à 17 h, Nuitao sans doute le matin, Vaitupu au déjeuner et Nui à 3h (finalement reportée au dimanche). Et le soir, la fête de Vaitupu à l’Hôtel où il y aura à peu près 500 personnes et où nous sommes invitées par John (qui a payé nos tickets d’entrée) et par tous les autres.
J’en suis à la moitié de cocottes nécessaires pour demain, la bonne nouvelle c’est que ce sont les dernières réunions prévues... Les derniers paquets seront pour les amis et dignitaires.. Ca ne devrait pas prendre trop de temps. En fait c’est toute une entreprise : trouver les papiers, découper, pré plier, remplir des cocottes de 3 tailles différentes, après avoir compté les graines, les fermer, décrire le contenu... sur chacun des petits paquets inclus dans le grand... Normal d’en avoir ma claque après plus d’un millier de cocottes...
Sarah part lundi quand Ray Paris l’architecte de la rénovation d’Amatuku arrive. Il est maintenant 23 h et j’ai une furieuse envie de me mettre sur le coût de la prochaine étude de faisabilité sur...après quelques cocottes bien sur !

Glg


14 / 02 / 06 - 10 : 43
1 commentaire 1 commentaire ( ( 3076 vues ) )

Tuvalu, le 5 Septembre,
OK, OK, je traine un peu et les blogs se font rares et de plus en plus longs depuis le départ de MiniBulldo/Funny.
Flashback 1er septembre :
La première réunion graines vient de se terminer.... avec les femmes de l’association “island care” de Siuila, la prof, plus une demi douzaine de femmes attirées, soit par ma voix cassée dans la rue, soit par celle de Siuila à la radio en tuvaluen... Servi d’intermédiaire entre TuvaluMediaCorporation et Siuila. Elle a compris ce soir la portée du média : alors que le jour de la visite de Léonie (Canada Aid), 0 femme de son groupe s’étaient déplacées because bingo, une semaine plus tard, même jour, même heure, nous étions plus de 20 plus quelques fillettes de sa classe que le sujet intéressait ! J’ai regretté de ne pouvoir être en même temps assise face aux femmes et en train de filmer... J’ai pris quand même quelques photos pas terribles ! 3 heures de blabla sur le jardinage, le compost puis le biogaz en fin de parcours...
2 autres réunion samedi avec les représentantes des femmes des îles de Nanumea et Nukulaelae. Funafuti mardi.... Et demain je bloque les 3 autres iles que Hilia n’a pas eu le temps de mettre en place because on l’a poussée dans un avion pour le Japon ce lundi matin... Elle a été fantastique... La veille de son départ, elle m’emmenait voi les responsables des comités... Finalement nous n’avons pas eu le temps de faire que son île et une autre et je lui ai dit d’aller faire ses valises et de ne pas s’inquieter, je m’en occuperais.
Bon entretien ce matin avec la fille d’AusAid atterrée que le gouvernement n’ait pas mentionné le problême des déchets (et donc pas le bulldozer) parmi leurs priorités “nous ne pouvons leur donner que ce qu’ils demandent”. Elle va peut-être prendre sur elle de s’occuper du Bull.... On doit déjeuner ensemble à Fidji... Le mec de Verisign a été impec lui aussi. Je crois que nous devrions les compter parmi nos adhérents… Il est parti avec le projet global SiB et la BD (pour éventuel financement de la trad en anglais).
Dernier entretien avant l’avion avec un japonais qui a à peu près le meme parcours que nous. Venu en 1999, il a essayé de faire un deal sur .TV en même temps que Verisign après qu’un premier mec les ait floués de 50 millions de dollars, promis mais jamais versés. Depuis, il n’a eu de cesse d’aider Tuvalu, en éditant un bouquin, en faisant des conférences, en accroissant la conscience de ses concitoyens. Cette année, il a monté une association (quelques mois après la nôtre). Il axe sur l’éco tourisme mais acte dans tous les sens puisqu’il vient de permettre la livraison d’un nouveau camion citerne pour l’eau (qui faisait, comme le bulldozer vraiment défaut). Même cheminement, même démarche. Fédérons les énergies. Ceci dit il parle un anglais approximatif et je sais à peine reconnaître les caractères japonais des chinois! La prochaine fois, j’ai décidé d’apprendre le tuvaluen et de retourner à l’école avec les petits. Aujourd’hui j’ai appris “comment ça va ?”: “ Ea koe e lei “ et “bien merci” Malosi fakafetai”
Pat me demande des infos fraîches pour le film de Jenny (notre jeune journaliste audiovisuelle/ réalisatrice, lauréate, entre autres, du prix Rotary). Le sujet: Small is Beautiful. Tournage : Février... Je ne sais pas du tout où on en sera en février. Je n’en sais pas beaucoup beaucoup plus en tout cas qu’il y a quelques mois étant donné l’éventail de nos activités, et que tout avance en même temps. Il est possible que Pierre et/ou le patron des éoliennes ait à faire le voyage pour démarrer des mesures plus précises à des hauteurs idoines... Le responsable de l’étude des déchets sera peut être sur place en février. Ou encore l’ambassade de France expédiera à ce moment là un module solaire commandé (par le gouvt) pour installation sur une île lointaine. Tuvalu, c’est de toute facon des milliards de visuels pour un film et si l’ “assistance” d’Alofa Tuvalu pour Small is Beautiful passe par des images moins colorées, comme des Interviews/entretiens dans des bureaux, elles démontrent le sérieux de la démarche et du niveau de contacts dans le Pacifique.. Un exemple d’aide concrète à moyen terme : la coordination, via l’organisation d’un réseau vraiment fédéré des donneurs (La France bien sûr, l’UE, le Canada, l’Australie, la Nouvelle Zelande, le Japon, ADB, UNDP etc) et autres institutions. Un buffet chez ambassabird avec tous nos contacts de Fiji, ça faisait déjà du monde en juillet, et la liste s’est sérieusement allongée en deux mois. Y seraient à peu près tous les représentants des organismes d’aide de la région. Beaucoup de femmes ! La plupart donnent au gouvernement qui dispatche d’où des situations baroques (voir plus haut) . Toutes les femmes rencontrées commencent à prendre conscience que la fédération des aides éviterait de faire n’importe quoi (comme financer deux fois la même demande) pour essayer d’aller à l’essentiel des problèmes. Sur place l’exemple est donné ici ou là, plusieurs fois par jour avec quelques scènes drôles. Lasalo, le fou du village, un peu rejeté par sa communauté mais que j’aime bien, est revenu il y a peu des îles lointaines. Installé à notre table il a pris un fanta dans une bouteille plastique... Il allait partir emportant sa bouteille pas terminée. Je lui ai fait promettre de me la rapporter pour que je la recycle à Paris. Il est revenu avec sa bouteille vide. Quelques jours après, le recroisant, il était tout fier de me dire qu’il avait gardé les bouteilles plastiques utilisées par sa famille ces derniers jours pour que je les emporte !
Dans le genre rv plus “sérieux”, nous avons passé 3 heures avec la responsable de “la ville”. Je croyais avoir rendez vous avec elle, elle a fait comme si c’était vrai alors que je me suis aperçue tout de suite que clairement ce n’était pas mon rencart. Celle que j’avais rencontrée en fait s’est avérée être chargée depuis peu de l’environnement sous mon pote le secrétaire général du gouvernement (pas toujours franc du collier mais qui a pris lui aussi 3 heures sur ses vacances pour venir boir un verre avec nous au début de notre séjour). Elle m’a attendue elle dans le building du gouvernement plus de deux heures.. Et ça s’est gentiment terminé......
Ce soir le moustiques, se sentant sans doute esseulés depuis le départ de Pierre et de Fanny, se sont rabattus sur ma chambre... Profitant de l’expérience de mes ex compagnons de voyage, je les ai rendu inoffensifs d’une main... Mieux que le petit tailleur.
Ce samedi 3 septembre au matin : longue et grande réunion avec les femmes de Nanumea. Après le premier essai avec 20 femmes, jardinières en herbe, avec Siuila, nous avons donc commencé le marathon des communautés féminines représentant les 8 îles (avec une petite trentaine cette fois). La trenatine de femmes que nous rencontrons désormais à chaque fois n’ont jamais jardiné de leur vie...
Je suis devenue la reine des cocottes en papier... des paquets de graines individuels. Et experte en raccourcis du « tous ensemble ralentir le phénomène pour que les tuvaluens restent sur leur terre ». J’ai même cité la Bible... et rappelé que tout est lié dans notre environnement: eaux qui montent, atmosphère, déchets, énergie etc... en insistant sur le fait qu’en plantant une graine dans leur jardin, et en utilisant du biogas dans leur cuisine ou dans leur électricité..., elles jouaient un rôle vital pour l’économie de leur pays, de son environnement et qu’elles-mêmes et leur famille profiteraient d’économie et des bienfaits d’un jardin potager... La bouffe aujourd’hui importée (2e poste des imports), coûte cher à leur porte-monnaie et à leur pays... 70% de déchets qui envahissent l’île sont organiques... utiliser le compost réduit le volume d’autant... Quant à l’énergie qui représente la première dépense en import, elle coûte de plus en plus cher alors que le méthane dégagé par les déchets organiques pourrait être récupéré ET à la sortie donner le meilleur compost possible... Elles ont applaudi. Et une fois la présentation de Sarah sur le biogaz faite, elles se sont aussi toutes, tout de suite, dites pour le biogas en promettant de planter les paquets de graines et en signant leur nom....! Donc belle matinée.. Par bonheur (!) la deuxième réunion avec Niutao qui devait avoir lieu 2 heures après le début de la première a été annulée du fait de 2 décès... J’vois pas comment on aurait pu en faire trois dans la journée... de 4h30 chacune.
Super intéressant d’entendre leurs réactions, leur motivation, leur enthousiasme... et très visuel ! Comme pour les jardinières, regretté de ne pouvoir filmer en même temps juste quelques photos en vitesse pendant que Sarah parlait ou montrait des photos sur son ordi.. Bien sûr, j’ai repensé au film de Jenny... des réunions comme ça, décentralisées, ou l’assemblée nationale des femmes qui se tiendra sans doute en février/mars, c’est très coloré et très sympathique... maintenant qu’on a compris comment ça marche et qu’on connait les organisatrices, on fera valider toute idée, toute action par ce biais... parallèlement aux politiques ou même avant.
Demain c’est au tour de Niukulaelae... alors je continue à faire des cocottes en papier... et comme la plupart du temps elles sont plus nombreuses que prévu, sur place, après mon speech, pendant la présentation de Sarah, je continue mes pliages ou remplissages...
Ce dimanche se termine. La journée fut longue mais pas éprouvante et y a pas à dire, c’est plutôt agréable... Ces derniers jours d’ailleurs ont été plutôt rafraîchissants. Après les politiciens plutôt sympathiques et quelques rares “hauts” fonctionnaires mal lunés, nos distributions de graines avec initiation au biogas sont bien agréables... 2e interview radio demain pour parler des prochaines réunions... Mon stock de graines de la Ferme de Ste Marthe se réduit comme une peau de chagrin. Passée d’une quinzaine de graines de courges par paquet à 4, demain j’en serai à 3... et peut-être plus de courges avant la fin des “représentations” si le paquet de kokopelli n’arrive pas demain. Je fouille les sacs postaux de Funafuti une fois par semaine... J’y ai vu des lettres et des paquets datant de toute l’année et de l’année dernière, même pour le Premier ministre et la croix rouge! Bref, je ne suis pas sûre qu’on ait besoin de radio : le tam tam, le bouche à oreille ont bien joué leur rôle pour les 2 premières réunions îliennes, mais comment refuser ?
Et ce soir, alors que se terminait la réunion avec un trio du groupe musical, le Fagogomalipolipo, (provoquée because un des musiciens inscrit par nous à la Sacem, un jour où il était un peu bourré avait dit un truc genre “you mislead us” sur lequel je voulais qu’il revienne)..., les responsables de Nanumanga, la dernière île, que je n’avais pas réussi à contacter, se présentaient à l’hôtel chaperonnée par ma copine de l’assoc de jardinage... : la présidente, qui ne parle que le tuvaluen et la vice Présidente qui servait de traductrice, pour décider d’une date... Bonne surprise de début de soirée dominicale...
Petit coup de frayeur la nuit quand même, à l’hôtel où nous ne sommes plus que 2 : il était onze heures et le gardien de nuit devait ronfler à l’autre bout du bâtiment quand quelqu’un a essayé d’ouvrir ma porte, sans frapper... Le mec d’en haut se serait-il trompé d’étage ? Difficile même bourré de ne pas se rendre compte qu’on a oublié de monter l’escalier ! Trouille bleue quelques secondes et puis opération “barrage”. (comme la seule autre fois où j’ai eu la trouille ici): un trépied d’alu et 2 bouteilles de scotch et de vodka, duty free de Fidji, posées devant la porte pour être réveillée avant d’être surprise par un individu devant mon lit.
Glg


14 / 02 / 06 - 10 : 42
1 commentaire 1 commentaire ( ( 3122 vues ) )

Blog ou débloque ?

Retour de la dernière soirée commémorant le décès de l'ancien gouverneur général. Cette fois Sarah m'a accompagnée pour goûter aux délicieuses saveurs des plats et chants tuvaluens. 3 heures en boite ce soir... une demie douzaine de bandes à copier ici puis à Paris, montage des familles? comme on dit : des images inédites, familiales et traditionnelles montées en longueur pour mes amis tuvaluens.

Bon vous allez peut être vous dire que nous tournons beaucoup pendant cette étude et penser comme Pierre en a fait la réflexion à Fanny : “en fait t’as fait un stage vidéoâ€?.... De l’extérieur on peut voir les choses comme ça, mais d’une part c’est largement réduire nos activités sur place, nombreuses même si toujours faites avec le sourire et dans la bonne humeur, d’autre part dans les faits le filmage rapporte non pas à notre plumage, mais bénéficie grandement à notre projet. Et puis les films de famille qui contribuent largement à notre intégration sur place c’est plutôt fastoche.
Grandes ambitions, petits moyens, mais on se débrouille et ça fonctionne ! Aujourd’hui si quelques grands médias ont encore les moyens de déplacer des montagnes de monde à l’autre bout de la planète, nous, pour essayer de remplir les trous d’un gruyère et construire juste une petite colline à Tuvalu, pour permettre à l’île du bout du monde de durer plus longtemps, on n’a pas les moyens de déplacer 1 personne de plus... Même pour le “vraiâ€? film y a 2 ans, nous n’avons pu nous payer ce qu’on appelle une équipe technique et qui est beaucoup plus que ça et nous avions dû limiter nos ambitions financières à nos propres moyens. Chris et moi nous étions donc transformés en homme orchestre et femme à tout faire... (Mais je ne remercierai jamais assez Marie Pierre Cabello de nous avoir permis de partir cette première fois, qui fait qu’aujourd’hui je me mêle ainsi à la vie tuvaluenne. Merci aussi à Pierre Lescure et Ana Glogowski victimes de la guerre assassine des Messiers & Co, qui étaient plutôt prêts à participer au film… avant)...
Inutile de dire qu’on avait encore moins les moyens pour un ingénieur l’hiver dernier (enfin... l’été à Tuvalu) quand on est parties pour Small is Beautiful, même pas un vrai film. (A la rubrique remerciements, pour ce voyage là : Christian Gerin et Kouka et Philipe Alfonsi). Comme je déteste la technique, j’avais préféré comprendre que Laure pouvait s’occuper du son. Nous avons été toutes les deux nulles sur ce coup. Ca m’a coûté des semaines de boulot pour monter la soirée où notre ambassa-bird, Eugène Berg, dansait un Fatele local... le son saturé à donf m’écorchait les oreilles et est inexploitable même pour un film de famille... . J’aurais dû laisser tomber le Fatele mais, entêtée, j’ai finalement pu remettre une copie à notre ambassadeur et ceux de Funafuti qui “sont dans le filmâ€? en me promettant de remplacer, dès que j’en aurai l’occasion, les Fatele par les sons enregistrés par Iacopo, le caméraman local, ce soir-là.
Cet été 2005 -enfin l’hiver à Tuvalu, mais été ou hiver it does not make any difference car à Tuvalu il fait toujours une trentaine de degrés, il pleut souvent mais pas sans arrêt et les journées sont belles- Fanny a bien assuré pour son son, (celui de sa dv a elle) je crois (Funny : j’espère, en tout cas je me suis appliquée et y a des choses utilisables, quand les têtes ne sont pas coupées). Quant à moi, j’utilise maintenant de préférence la “grosseâ€? en faisant confiance aux réglages genre automatiques de Chris. L’an dernier je n’ai appréhendé l’ampleur du désastre son qu’une fois à Paris, cette fois encore je ne vérifie pas trop, j’oublie de regarder les niveaux avant ou pendant... et pas le temps de dérusher les bandes, c’est dire... et, quand j’y pense, c’est plus le moment où j’en ai simplement pas envie. On peut donc dire “peut mieux faireâ€? mais 1-comme on tourne beaucoup, y’aura de toute façon de quoi faire nos films institutionnels ou de famille et 2- c’est moins dramatique que l’an dernier comme je viens de le vérifier sur les chants de cette dernière soirée funéraire. C’est même plutôt bon et le montage sera certainement moins laborieux que celui d’Ambassabird.

Tout ça pour dire que si mon 3e oeil enregistre beaucoup de choses qui n’ont rien à voir avec l’étude, avoir le privilège d’entrer dans l’intimité des familles (toujours très élargies et nombreuses) ouvrent inexorablement des portes au projet. Et si nous ne sommes pas encore invités officiellement à toutes les cérémonies gouvernementales, nous y sommes d’une manière ou d’une autre. Jeudi matin c’est par hasard que j’ai découvert dans l’objectif Steve de la Marine et la douzaine de flics Tuvaluens en costume d’apparat puis défiler tous les membres du gouvernement et des femmes en noir... Me voyant filmer la famille m’a demandé d’enregistrer les réunions et autres cérémonies sur 3 jours.
Ceci pour dire aussi que la communication, les relations publiques ou personnelles sont, pour moi, des éléments déterminants de la réussite d’un projet. Pierre, si tu lis ces lignes, sache que même si l’idée de la communication te donne des boutons plus gros que ceux des moustiques (ou de l’animal que tu préfères que je ne nomme pas) pour moi, les quelques discussions un peu chaudes que nous avons pu avoir autour de ce concept (et sauf à insister sur l’énergie solaire, je ne me souviens pas d’autres sujets de discorde dans la colo) ne m’ont pas convaincue du contraire. Ca n’a pas empêché Fanny de travailler sur l’étude et ses articles pour Science Frontières le jour, d’enregistrer les entretiens, plus fiable que de prendre des notes. La nuit elle digitalisait, me transférait les fichiers ou copiait sur dvd des images des années précédentes : Trouble in Paradise, Ambassabird, Soutiens à Small is Beatutiful en attendant de pouvoir graver ce qui effectivement nous a demandé plusieurs nuits de boulot : le montage des 10 chansons du Fagogo Malipolipo, le groupe local, promis à Tetele, un des musiciens qui rentre dans son ile natale... Certes, on s’est écroulées souvent aux aurores.... mais toujours debout à l’heure, prêtes pour une nouvelle journée.
Depuis le départ de Pierre et Fanny et la terminaison du montage musical, j’en ai tiré la leçon de ne plus faire de promesses de montage inconsidérées, reportant à Paris tout autre type de travaux video que le tournage. Je passe mes journées en rendez vous, à préparer les “community meetingsâ€? qui commencent ce jeudi pour se terminer après le départ de Sarah et mes nuits à laborieusement reprendre les traductions de la 2e pré pré étude en cours rédigée par Pierre avant de partir; tout en jetant un oeil sur le premier jet de Sarah-biomasse, et en essayant de comprendre les documents financiers de l’Ademe internationale ou le fonds Rolex.
Pour finir sur la communication (enfin... peut être), merci à Professeur Anatra du Canard pour son article très sympathique sur Tuvalu et Alofa Tuvalu et pour avoir envie de reprendre les quelques erreurs qui s’étaient glissées (alofa=aimer et pas bonjour mais on s’en tape un peu et quelques autres trucs) dans un prochain papier plus grand plus tard. Ce qui m’a le plus gênée c’est qu’il mentionne l’Ademe pour l’étude (prématuré) et pas le Fonds Pacifique alors que pour le moment, c’est notre seul vrai support financier et que Bruno Gain, le Secrétaire Général pour le Pacifique, a été particulièrement sympathique.

Ah... j’ai oublié de rassurer ceux que j’avais inquiétés : après avoir considéré faire mes valises et paniqué un peu à l’idée de devoir partir une semaine pour une histoire d’abcès buccal (sur les 2 semaines qui nous restaient, je voyais mal comment faire tenir tout en une)...L’autre option étant l’hosto de Tuvalu, au lieu de prier, j’ai examiné la situation et, à la guerre comme à la guerre, j’ai incisé moi-même. Ca ne pouvait pas être vraiment pire. Même pas mal, Même plus mal, mais toujours antibio.

Le début de cette semaine est donc de meilleur augure que la fin de la précédente.... Quant à la préparation des community meetings qui me paniquait un peu elle a, elle aussi, été aidée par les relations, les amitiés liées. Lundi matin : très bonne réunion avec la directrice de l’école. J’arrivais bien sûr avec le dvd Ambassabird qui avait fait une visite de l’école l’an dernier, une dizaine de T shirts et sur la clé USB la BD couleur qui l’a beaucoup impressionnée. Non seulement elle est pour l’opération, (elle en avait les larmes aux yeux) mais elle veut aussi avec nos graines re-démarrer un jardin dans l’école et va organiser une réunion de parents d’élèves pour que nous parlions de biomassse. Et bien sûr, les mômes n’ayant pas de email c’est par son intermédiaire que se fera la correspondance avec les petits Français.

Next stop : l’église où tous les pasteurs étaient réunis pour un thé. 2 dvd cette fois à Kitiona, le chef : le montage des soutiens à Smalll is Beautiful recueillis l’an dernier et toujours “ambassabirdâ€?... Du coup, dès les présentations de Sarah faites, c’est lui qui a lancé la discussion et proposé de faire une réunion parmi la communauté religieuse... On verra s’il donne suite mais ça le ferait grave de parler biomasse après les sermons et les prêches !

Just’à coté, passées voir Vaieli, la femme d’un des pasteurs, une femme super que j’aime beaucoup et qui a un petit jardin ou pousse le seul basilique des îles. Elle était donc déjà sur la liste pour les graines. Blablabla. On lui parle de réunion communautaire et il se trouve qu’elle est responsable de la réunion des femmes de Funafuti où nous ferons (ou plutôt Sarah fera) mardi prochain un discours sur la biomasse, les digesteurs etc. etc.

Puis Hilia (de la météo) l’après-midi que je n’avais pas revue depuis avant le 15 août et qui commençait à se demander si je n’étais pas repartie sans lui dire au revoir... Avec elle on est bookées pour la réunion des femmes de Nanumea samedi et elle a proposé de s’occuper des 4 autres îles... Depuis on lui a annoncé un voyage au Japon. Elle est donc partie mais pas sans m’avoir trimballée, la veille de son départ, de maison en maison, chez les femmes responsables des îles. Et je croise les doigts pour retrouver Hilia fin Septembre à Paris pour la conférence de Météo France.

Pas encore eu le temps de voir Penni pour Nukufetau ni Tia pour Vaitupu car Sarah prétextant qu’il fallait qu’elle se mette à écrire, m’a expédiée à un atelier sur les POPS (les polluants persistants)... qui a duré la matinée du mardi. J’avais d’abord refusé leur déjeuner puis me suis laissée embarquer par Monise, le patron manchot de la coopérative des Fusi, premier importateur, qui va importer les ampoules basses consommation à visse dont on m’avait dit, après mes prêches sur les économies d’énergie l’an dernier que ça manquait sur l’île. Il a aussi commandé des sachets papiers et des filets. Du coup je lui ai parlé des sacs papiers à poignée... réutilisables...

Opération zéro sac plastique qu’ils avaient dit ? une organisation germano-australienne a, en juillet, en effet prestement évacués tous les sacs plastiques de l’île, sans tambour ni trompette... donc sans communication locale mais pour communication internationale. Les gens se plaignaient de n’avoir plus de sacs plastiques (à Tuvalu, ils les recyclent jusqu’à plus soif pour conserver les chips d’arbre à pain, tenir le poisson à l’abri des mouches…). L’organisation avait distribué des cabas cotons… en quantité insuffisante et tellement grands que les gamins ne pouvaient les porter sans les traîner parterre. En plus, Monise m’a confié que la représentante de cette ONG aux méthodes expéditives n’avait jamais tenu sa promesse de racheter à la coopérative les 10 000 sacs plastiques qu’il venait tout juste de commander… Bref les plastiques réapparaissent, d’autant que la rafle semble avoir épargner les autres magasins, allez savoir pourquoi ?

D’ailleurs, dans la cour de l’école, nous avons réalisé avec stupeur que tous les mômes, pour leur lunch, achetaient maintenant des sandwichs enroulés dans du film plastique (non biodégradable après vérification toujours auprès de Monise)... Ici, un sac plastique se réutilise à l’infini mais un film... on l’utilise un coup et hop on le jette ! Et rien n’est toujours fait pour les bouteilles plastiques que les palagis (en dehors de nous) déposent sans état d’âme dans leur corbeille de chambre d’hôtel tout en faisant des réflexions (justifiées sur les déchets dans l’île. (Funny confirme que le premier wagon de bouteilles rapportées de Tuvalu a rejoint un centre de recyclage parisien, ce n’était curieusement pas le bagage dont Los Angeles avait décidé de différer l’envoi !)

Parmi les nouveaux arrivants de cette semaine : le Haut commissaire australien, flanquée (car c’est une femme) de deux militaires et marins ainsi que d’une jeune femme, Stephany, d’Aus Aid qui a décidé de reprendre quelques activités sur l’archipel. Atterrée par les ordures, Stephany, dès le premier soir au dîner australien où nous n’étions pas conviées, commençait à échafauder des plans sur la comète devant John, un de nos expats favoris... qui l’a interrompue en lui expliquant qu’il serait intelligent de ne pas réinventer la roue mais de savoir ce qui existait en lui indiquant que je pourrais sans doute l’aider. Ce mercredi matin, elle m’a contactée et nous prenons un petit déjeuner ensemble avant son départ jeudi.

Dans la foulée, autre prise de rendez vous pour une interview avec une équipe de japonais dont Laima la femme de Panapasi, le Secrétaire Général du Gouvernement m’avait confié qu’ils venaient de financer un nouveau camion citerne pour l’eau... Eux aussi ont été interpellés par les déchets (comment ne pas l’être). Laima m’a conseillé de leur parler pour aider au plan de financement du bulldozer pour lequel Tony, responsable de l’étude sur les déchets financée par ADB, avec qui nous correspondons depuis notre rencontre l’an dernier, m’avait envoyé un SOS. Une demande de fonds avait été déposée avant notre départ auprès du Fond Pacifique après en avoir touché un mot à Bruno Gain, le secrétaire Général.

Long rendez vous ensuite avec la nouvelle responsable du Kaupule, la mairie de Funafuti... dont les responsabilités sont souvent en parallèle avec celle du gouvernement, particulièrement en ce qui concerne les déchets. Un doublonnage qui a, ces dernières années, provoqué pas mal de ralentissement sur leur gestion sur l’île.... Beaucoup blablaté, beaucoup partagé et il nous a semblé que les choses pouvaient désormais aller dans le bon sens, hormis les lourdeurs administratives entre les deux structures. Par exemple, le Kaupule ne peut participer au relancement de la porcherie mise en place par AusAid il y a 3 ans qui fonctionne au 5e de ses capacités et dont le but : fabriquer du méthane n’a jamais été réalisé.... En revanche, kaupule et gouvernement peuvent s’entendre sur l’installation (s’ils trouvent les fonds) d’une autre porcherie plus grande ailleurs. Allez comprendre !

Et puis, oh surprise, interpellées tout à l’heure avec humour par un américain qui s’est installé à notre table : le représentant de Verisign, la boîte qui a conclu avec Tuvalu les accords sur .tv... Pour Laure : il nous a confirmé les chiffres et bien sûr ceux qui racontent que les tuvaluens ont reçu 50 M$ n’ont pas raison ! Je l’interviewe ce soir pour que tu l’entendes de tes propres oreilles.... Il semble qu’il pourrait financer la traduction de la BD en anglais si la Sopac ne s’y colle pas et devenir membre d’Alofa Tuvalu... Un chic type, ce Bart !

Jonathan, le capitaine, responsable de l’école maritime située sur un des îlots du lagon, l’a remplacé sur la chaise et nous a demandé si son île pouvait devenir l’île pilote pour la fabrication de bio diesel.... Comme c’était exactement ce à quoi je pensais la nuit dernière en réalisant qu’il fallait peut être commencer par un modèle encore plus petit que le tout Tuvalu, ça tombait bien. L’autre option est Niulakita, la plus petite des îles lointaines qui abrite à peine 35 personnes et est déjà équipée en solaire... Amatuku présente l’avantage d’être à une dizaine de kms de l’île capitale et possède des bateaux qui peuvent fonctionner au biodiesel, elle est déjà immaculée (gestion type armée) et ils ont besoin de reprendre leurs installations électriques et le bâtiment des étudiants. Ca pourrait se faire rapidement.

Demain, première réunion communautaire, avec distribution de graines avec l’association de Siuila, une instit, qui réunit une quarantaine de femmes devenues jardinières, avec l’aide de Canada Aid... Organisé pour elle une interview en tuvaluen avec mes potes de la radio pour annoncer “l’événementâ€? où bien sûr nous parlerons aussi compost et bio gaz... L’idée étant est d’avoir le plus de monde possible car la réunion prévue avec Canada Aid la semaine passée avait rameuté 0 jardinières. Ca vient de se terminer, elle s’en est très bien sortie et avec un peu de chance ça portera ses fruits !
Parmi les taches manuelles planifiées cette nuit donc : terminer les petits paquets de graines. Nous en avions déjà fait une bonne centaine, quand Funny/minibuldo était là (une de nos occupations nocturnes) mais Sarah m’a indiqué que nous avions mis bien trop de graines pour une seule famille.... Pas grave, comme on en distribuera aussi aux communautés des îles (ou elles sont plusieurs centaines) le travail effectué ne sera pas perdu.... Heureusement qu’on a donné la moitié de ce qu’on avait reçu à Seluka Seluka (le responsable de l’agriculture durable qui nous avait demandé de lui en apporter pour les îles lointaines), sinon, le jour de mon départ, prévu le 19 septembre, j’en serais encore à confectionner des paquets et à compter les graines !
Pardon des longueurs, des digressions, des parenthèses interminables et Tofa à tous

Glg


14 / 02 / 06 - 10 : 41
1 commentaire 1 commentaire ( ( 2707 vues ) )

Notre ami Pierrot et Fanny partis, un coup de soleil, notre chanson fétiche en boucle, j'ai pele grave (résultat de méchantes brûlures lors de notre sortie pédagogique du vendredi sur l'ilot paradisiaque décrit par Fanny où la réverbération du soleil sur le lagon n'a pas épargné le naturel que je cultive d'ordinaire sans l'entretien indispensable pour ce genre de situation et de climat à savoir le sunblock); puis je me suis laissée pleurer... Ca aide quand on tourne une page...

Après une tentative de classement de ce qui s'était empilé dans les tiroirs, sur le bureau du Mac, sur les étagères, de la tonne de documents recueillis dans les bureaux du gouvernement et d'ailleurs (sans parler de la documentation emportée de Paris par Pierre), j'ai joué de nouveau les fontaines en découvrant le blog invisible que Fanny avait laissé à mon intention....

Enfin, telle soeur Anne, j'ai attendu, la nuit tombée, l'apparition des lumières du bateau qui devait ramener Sarah, notre biomass lady, des iles lointaines... Comme on attendait depuis trois jours quelques heures de plus ou de moins ne faisaient pas grande différence... Dommage cependant que nos deux spécialistes n'aient pu se recroiser pour échanger leur données.... Vers Minuit, alleluia, telle une étoile, le Manao falo (ou quelque chose comme ça) a pointé son pont au loin. J'ai réveillé le gardien de nuit pour m'assurer qu'il ne s'agissait pas d'un mirage nocturne et, le téléphone de l'hotel ne fonctionnant pas, j'ai cavalé munie de ma carte téléphonique, indispensable pour téléphoner ici, même localement, jusqu'au bureau des télécom, juste avant qu'il ne ferme pour appeler un taxi et aller dare dare accueillir Sarah....

Au port, le bateau s'approchait du quai, sans passager semblait il... Enfin, si... un ou une palagi se trouvait à bord, un rapatriement sanitaire de Vaitupu me dit on.... Ce ne pouvait pas être Sarah puisque son retour était prévu depuis un bon moment... Et bien si.... L'ambulance qui devait l'accueillir, moins patiente que moi, était repartie et c'est seulement mardi matin qu'elle a été admise à l'hosto pour un traitement antibiotique par intra veineuse d'une petite semaine... Le diagnostic n'est guère précis : probablement un type d'empoisonnement alimentaire qui a reduit ses defenses imunitaires et a rendu ses mollets plus appetissants pour les moustiques de vaitupu... le résultat est impressionnant et, meme si d'après Sarah ça va mieux depuis deux jours, sa jambes purulente et gonflée ont fait craindre une scepticémie. Nous croisons les doigts pour que les resultats d`analyse de sang ne l'obligent pas à prendre l'avion jeudi pour l'hopital de Fiji..

Marathon pour l'installer le plus confortablement possible en mettant en place un bureau temporaire autour de son lit d'ou elle peut consulter les multiples rapports rapportés des iles lointaines tous estampillés "ne pas sortir des archives"...

2 bonnes nouvelles : 1-A l`arrivee elle m`a indiqué qu`il lui faudrait 5 jours pour faire son compte rendu, les 5 jours d'hosto tombent finalement bien.... 2-Elle a bon esprit et apres 4 jours sans manger because vomissements, elle s'est envoyé avec plaisir le dernier paquet de biscuits du grand fusi supermarché dont les rayons sont de plus en plus vides car la coopérative qui approvisionne n'a pas de quoi payer les droits de douanes... Tout reste dans l'entrepot !

5 ou 6 allers retours le mardi à l'hosto glissés entre les divers rendez vous et les tournages prevus (dont les nouveaux petits jardins qui ont fait leur apparition depuis l'an dernier sous l'impulsion d'une prof, Siuila, aidée par Canada Aids. La représentante, Leonie, en visite pour une paire de semaines, déteste jardiner mais détient une bonne connaissance pratique des méthodes à appliquer ou ce qu'il ne faut pas faire dans ce genre de climat doublé des spécificités de Tuvalu (eau stagnante saline à quelques centimètres du sol etc).... Tous les moyens de transport ont été bons : a pied d'abord, en camion, un coup de pouce (et non pas de coude!), dans la voiture d'un jeune homme qui sortait de la micro université, en bus et à nouveau pédibus faute d'oser arrêter les mobs.... L'an dernier, quelques bicyclettes avaient fait leur apparition dans les iles et quelques unes étaient à louer. Cette année, si le nombre de cycles a augmenté plus aucun n'est disponible à la location.... nous avions donc opté cette fois, pour la marche à pied et le bus.... Ceci dit les taxis ici coutent de 1 à 3 dollars australiens, de 0,6 centimes à 2 euros ; leur seul problème est surtout de ne pas être vraiment ponctuels. Ainsi, le matin de la sortie pédagogique sur l'ilot, où nous étions attendues à 7h du mat, sur les 3 taxis appelés (dont un la veille au soir), le premier est arrivé à 7h 40... Par chance, ce matin-là; une trombe d'eau d'une demi heure a retardé le départ des deux bateaux de pêche prévus pour les quelques 200 enfants.

Bien sûr nous aurions pu louer des mobs mais on est écolo ou on ne l'est pas et nous avons stoiquement refusé de participer meme à une échelle microscopique à l'effet de serre. Si bien que Fanny, (je ne parle pas de Pierre qui montrait plus de curiosité pour les data qu'il potassait dans sa chambre que pour l'environnement local) n'a pas trouvé, en plus de trois semaines, le temps de faire le tour de l'ile de 14 kms de long ! Next time.... (minibuldo dit 100 fois OUI)

Et, le soir diner de palagis avec prise de rendez pour des mini interviews demain avant le départ de quelques uns d'entre eux : deux représentants de l'Union Europeenne, Julie, une australienne rencontrée à Fidji, Jonathan un sud africain chargé du controle des subventions accordées ces dernières annéees et une jeune femme d'AusAid qui a repris quelques activités depuis qu'ils ont laché il y a deux ans le programme de gestion des déchets. Elle est chargée des trainings, programmes de formation dans tous les domaines y compris celui, justement, des déchets. Le probleme c'est que ces gens, souvent sympathiques par ailleurs, ne passent que 3 ou 4 jours sur place, consultent rarement plus que les représentants du gouvernement et n'ont aucun contact avec ceux qui avant eux ont avancé sur des projets ou des études communes. Tony Kortegast par exemple termine une étude de près de 2 ans sur la gestion des déchets, combien le savent ??? Alors quand on explique que le plus gros probleme c'est la communication locale, auprès des habitants, si elle comprend et accepte la thorie, elle ne peut pas faire grand chose d'autre qu'entendre les demandes du gouvernement à mille lieux, par méconnaissance plus que par perversité, des réalités pratiques. Bien entendu les coordonnées de Tony ont été communiquées à la dame d'Ausaid.

Sarah, à l'inverse, préfère consulter les diverses communautés et dès qu'elle sort de l'hosto nous organiserons plusieurs réunions. La première autour de la distribution des graines fournies par la Ferme Ste Marthe et Kokopelli nous permetrra d'entendre les femmes sur leur mode de cuisson et de leur expliquer le systeme des digesteurs qui permettent de créer à la fois du biogas (pour remplacer le kerosene ou le gaz liquide) et un meilleur compost.... A Nukufetau et Vaitupu, où elle était partie quasiment pour compter et mesurer les cocotiers pour établir des statistiques de mesure de l'ampleur de la production de biodiesel possible, elle a organisé 4 ou 5 réunions de ce type, dont une avec 200 femmes !

L'hotel est une mine pour rencontrer tout ceux qui se rendent à Tuvalu et connaitre les motifs de leur visite.... Le sondage exhaustif réalisé l'an dernier avec Laure au départ de chaque avion était clair, près de 90% des visiteurs font partie d'une institution d'aide. Ce qui est intriguant, voir plus haut, c'est le manque de coordination entre les différents programmes. Découvert ainsi que Tuvalu avait inclus dans sa demande à l'Union Européenne, (un programme de 7 ans), une demande pour le remplissage des borrow pits alors qu'ils ont fait la même demande à nos affaires étrangères l'an dernier... Quand notre Ambassadeur pour le Pacifique, Bruno Gain, s'est dit prêt à aider, il m'a semblé honnête de suggérer de signer un accord préalable avec la centaine de propriétaires concernés pour éviter de participer à un développement chaotique et dangereux pour l'environnement de l'ile déja surpeuplée. Une aire de jeu ou un centre culturel pour les adolescents semblant une meilleure utilisation d'un don de plusieurs millions d'euros... La conclusion est la même que l'an dernier quand Laure envisageait de faire un film sur les aides internationales dans le Pacifique et ailleurs : les donneurs paient pour se dédouaner de je ne sais quoi et souvent aussi pour des raisons politiques comme des voix à l'ONU, mais se foutent pas mal de savoir si c'est bien ou pas pour le pays.

Pour terminer ce mardi, giboulée drue vers 22 heures au moment, bien sûr où je sortais du café internet. Habituellement nous nous régalons sous ces bourrasques de pluie. En solitaire, j'ai préféré; raser les murs et éviter les gouttes, ça ne m'a pas empêchée de rentrer trempée à l'hotel à 100 m .

Mercredi matin, il pleuvait encore.... Il y avait de l'eau dans les tuyaux des douches, le lait était resté enfermé dans le placard d'une employée en retard... la clim de marchait plus...
Les visites me furent interdites à l'hosto sous le prétexte que les visites du matin n'ont lieu qu'entre 6 et 7 heures.... Aucun panneau pour l'indiquer... Après le nescafé noir, ça commençait mal et comble de frustrations/cercles vicieux, le directeur de l'hosto - qui ne nous a toujours pas communiqué les chiffres dont nous avons besoin pour l'étude- à ma question à qui dois je m'adresser pour régler l'hospitalisation de sarah, m'a renvoyée sèchement vers les HEO.... lesquels m'ont renvoyée sur le directeur qui était parti en prenant soin de boucler la porte d'accès au dortoir des femmes à clé...
Honnete, je tenterai à nouveau demain de savoir ce que nous devons régler. Après basta... C'est un comble de devoir se battre pour payer quand même !

Sarah va mieux, même si sa jambe n'est toujours pas très belle à voir. La pudeur locale a du bon, il n'y a que moi qui ait vu sa gambette, l'honneur est sauf. Elle a décidé de s'évader demain s'ils ne la libèrent pas...

Un épisode burlesquement dramatique: nous attendons le paquet de graines en provenance de Kokopelli... expédié il y a bientot un mois de Paris. Comme il n'y a pas de distribution du courrier à Tuvalu, quand on attend des nouvelles, il faut passer à la poste.... Comme la réponse au guichet est toujours "y a rien", sans demander même le nom, vaut mieux aller soi même fouiller dans les sacs... Ce qui ne pose aucun problème aux employés. Aujourd'hui on m'a même prêté; une paire de ciseaux pour ouvrir les sacs restés scellés depuis plusieurs jours.... Pas de graines mais la surprise de découvrir des dizaines et des dizaines de courriers et de paquets datés de juillet, juin, mai, avril, mars et jusqu'à l'an dernier, destinés au premier ministre, à la croix rouge ou à des clients de l'hotel ! Je fais déjà; pas mal de trucs ici, j'allais quand même pas faire postière.

Le jeudi matin nos palagis donateurs se sont levés à 5 heures et moi à 7 pour la dernière interview un peu langue de bois avant l'embarquement à 8. Ils ignoraient qu'une cérémonie mortuaire, celle de l'ancien gouverneur général, intervenait au même moment. Le cercueil était dans l'avion qui arrivait de Fidji. La bonne nouvelle ici, c'est que de toute façon une fois l'enregistrement effectué, chacun peut retourner, à l'hotel prendre un petit dej, faire les dernières emplettes comme les éventails à plume..., tant que ça ne sonne pas, rien ne presse!

Ce qu'on ne pouvait pas prédire c'est qu''après la cérémonie, l'avion tomberait en panne, juste sur la piste... Filmer des mecs en train de pousser un avion, j'ai eu du mal à retenir mon souffle et ne pas pouffer ! Bref, les palagis donateurs ont finalement passé une nuit supplémentaire à Funafuti profitant d'un dernier sunset et d'une dernière trempette. (Funy est jalouse)

Sarah est finalement sortie après sa deuxième injection de la journée. Elle m'attendait avec impatience alors que je m'étais faite embaucher par la famille du défunt gouverneur general pour filmer les cérémonies. Pas le temps de tout faire, mais quel honneur de filmer les pleureuses, je me suis moi même à nouveau transformee en fontaine derriere mon objectif. Après la cérémonie religieuse, nous sommes allées louer une mob (et oui, plus pratique quand même pour Sarah...) La cérémonie du soir fut plus festive et j'ai regretté que mes compagnons de voyage n'aient pu partager avec moi les délicieux repas traditionnels cuisinés par l'ensemble de la communauté pour ce type d'occasions.

C'est en rentrant à l'hotel qu'une dent a commencé à sérieusement me tirailler..... Après une nuit difficile malgré 2 Advil, au lever, beurk... un abcès de 2 cm de long et d'un centimètre d'épaisseur décorait l'intérieur de ma gencive... Antibios immédiats et à nouveau 2 advil pour tenir la journée et parvenir à tourner un peu, traduire un peu les docs de Pierre, lire un peu les premiers docs de Sarah, prendre un peu de rendez-vous pour la semaine prochaine, rencontrer quelques responsables de réseaux et assister ce soir à une soirée au cochon grillé; façon Tonga chez John, le manager de l'une des compagnies maritimes pour fêter avec une quizaine de Tuvaluens et quelques visiteurs de Tonga, le départ d'un jeune marin sorti tout frais de l'école maritime et engagé sur un cargo... J'ai regretté le peu de mélange des genres blancs à l'intérieur,... tuvaluens dehors. Je suis bien sortie, suivie de Sarah, discutant à droite et à gauche, et proposant de la peau grillée de porc ou des salades, félicitant le jeune marin, Sarah discutant compost avec le Tongain (?), mais quand nous sommes parties, les barrières n'étaient pas vraiment levées. Faut dire qu'à part les 3 filles, et Emmanuel, l'expat Autrichien, les 3 blancs étaient des capitaines plutôt militaires qu'au long cours.

Hum peut-être qu'exceptionnellement, cette nuit, je vais prier pour ne pas avoir à être rapatriée moi même à Suva... Ici, on ne traite que les abstractions (et toi t'es une concression c'est ça ;-) ? ) ou les carries... sans anesthésie... !

Allez, Manuaia Tepo quand même
Glg

13 / 02 / 06 - 19 : 05

Snif ou pas snif ?

Au menu de ce blog c'est pas poisson mongolien, poulet aux champignons ou porc à la sauce d'huitres, ni poulet mongolien, poisson à la sauce d'huitres ou porc aux champignons, pas non plus poisson aux champignons, poulet à la sauce d'huitres ou porc mongolien, tout ça avec du riz vu qu'y a plus de taro, non le menu de ce blog n'a rien à voir avec celui du resto du soir du club des expat'

Ce serait plutôt en entrée : comment rassembler en quelques heures les postes clés d'un gouvernement et les maintenir collés aux sièges pendant trois heures sans pause, pour échanger sur les potentialités des énergies renouvelables à Tuvalu. Réponse: s'acoquiner avec une femme influente, genre la femme du numéro deux du gouvernement, composer avec elle le meeting et faire les yeux doux au Premier Ministre, en lui proposant de recevoir lui aussi en avant-première le premier draft de l'étude, facilite grandement les choses. So far so good, le charme gillianesque a fonctionné et le meeting s'est plutôt bien passé. Y en a bien un qui nous a allumés à la fin en disant qu'on inventait le biofil à couper le biobeurre: les énergies renouvelables on connaît cela, on a des projets en cours etc. Bah ouai on sait vu que Sib est né à la suite d'une demande du gouvernement sur les ER! Le Premier Ministre s'est étonné de ne savoir rien des projets menés en interne et a réclamé une meilleure circulation des infos dans ses services. En fait de projet, y a effectivement une tentative de réunion des 2500 porcs de l'archipel dans une piggerie pour méthaniser leurs excréments, mais ledit projet n'a visiblement pas avancé des masses, un peu comme l'unité de désalinisation... Y en a bien un autre qui a dit qu'ils avaient déjà un incinérateur pour les déchets solides en plus de celui qui crame les serigues de l'hopital. Le Premier Ministre a demandé confirmation et Enate, Directeur du service de l'environnement, est allé vérifier: un seul incinérateur, celui de l'hopital, l'autre ne marche pas faute de ronds, les déchets dégueux s'accumulent bien dans la décharge, et à l'horizontale depuis que le buldozer a les roues pétées. Mais si vous voulez pas qu'on vous aide...
A la fin des trois heures, on avait le Premier Ministre dans la poche, dont le seul désir était que ses services se mettent à se coordonner un chouillat plus, et collaborent avec nous qui devons consolider l'étude en cours qui l'intéresse beaucoup. Pour faire basculer son soutien encore plus en notre faveur, la mère Gigi s'est mise à ramasser toutes les minibouteilles plastiques du buffet post-tchatche pour les mettre dans son sac, non qu'elle soit fétichiste ou cleptomane, son credo que Pierre a du mal à concevoir du reste, est fondé sur l'exemple, elle a ajouté; j'emmàne ça à Paris pour recyclage. Les Ministres ont fait des yeux tous ronds, ah bah dis donc elle fait pas les choses à moitiée celle-là qu'ils devaient penser et si on s'mettait à rassembler nos plastiques, elle espérait qu'ils pensent et que peut-être ils ont pensé.
Après ces trois heures d'entrée en matières gentiment chahuteuses, nous avions bien mérité un petit intermède;: trois interviews à la file pour radio Tuvalu ! Gibuldo, passée en preums, a mis le paquet. Elle est tellement rodée qu'elle se la joue "j'peux rajouter quelque chose ?" "alors on fait aussi une opération changement climatique pour les enfants en octobre pour la date anniversaire de l'indépendance de Tuvalu"... "J'peux rajouter encore quelque chose ?" " et puis on a fait une bande dessinée lancée pour cette opération avec l'ADEME, une agence de controle de l'énergie en France"... "J'peux rajouter encore encore quelque chose ?" " alors jeudi on fait une expo dans le hall de l'hotel, et chacun peut prendre les siennes, on a fait une annonce l'année dernière, les gens sont venus décrocher les photos pendant dix jours. et puis... "Ah tu veux pas rebrancher j'ai pas dit merci... merci à tous les tuvaluens pour leur confiance, leur accueil et leur gentillesse ; je suis pas raccord mais c'est un truc comme ça.
Pour Pierre je sais pas, je suis arrivée trop tard pour le filmer, mais il avait l'air content en sortant, la journaliste boitait mais c'était juste qu'elle n'était pas sortie du studio depuis plusieurs heures, c'est pas le Pierrot qui nous la coincée avec son haut débit. Pour moi, je sais vu que j'y étais à l'heure tuvaluenne avec un bon vingt minutes de retard, ce fut même pas peur, même pas mal, mais même pas dit merci, minibuldo doit encore manger des fruits d'arbres à pains avant d'oser un "tu rallumes c'te plait?"

Le plat des réjouissances était composé pour Gilliane et moi d'une sortie en bateau avec 200 gamins de 8 à 12 ans et professeurs, financée par le ministère de l'environnement et accompagnée à quai par le Ministre en short, dans le parc marin qui borde un petit ilot non loin de Funafuti, géré par Semese, l'un des beaux gosses de Tuvalu : une eau divine, un sable pas fin mais d'un blanc à faire bronzer la plante des pieds, bref un lieu idéal pour expliquer à la jeune génération adepte du lancer de papier gras et de bouteilles vides par-dessus bord, le changement climatique, la montée des eaux, la question des déchets, les catastrophes naturelles et la biodiversité. Après des ateliers roulant sur sable blanc pas fin qui grille les fesses et prises de notes assidues des élèves qui, bien qu'en vacances étaient tous venus, la marmaille a joué dans l'eau avec le même plaisir que des gamins qui verraient la mer pour la première fois, puis au volley en prenant gentiment pour cible la falagi (française) que je suis; mais zon pas réussi, becqueter des ailes de poulets comme tous les gamins du monde (sauf que c'était des vrais poulets, on a mangé assises dans l'eau en papotant avec des profs et la directrice de l'école, si c'est pas du bonheur je ne sais pas ce que c'est), et fait le tour de l'ilot avec des grands sacs en plastique armé. Sur le chemin du retour ils avaient tous tellement bien compris l'intérêt de nettoyer l'ilot pour récupérer le fruit de leurs "je laisse tomber le paquets de chips où je me trouve lorsqu'il est fini vu que y a pas de recyclage dans mon pays parce que c'est galère à organiser et puis aussi parce que l'incinérateur ne marche pas; que Gigi n'a guère réuussi à poser ses fesses plus de cinq minutes : tandis que ça chantait grave ou roupillait sévère, elle (qui dort jamais sinon ça se saurait) suivait du coin de l'oeil le moindre bambin armé d'un truc qui ne se recycle que chez nous, en tout cas pas à Tuvalu rapport à ce qui précède, histoire de choper le moment où une fois sur deux il allait s'en débarrasser. Elle a même poursuivi une gamine sur tout le parcours d'une distribution de chips (dans le ship! ha ha)) La bonne nouvelle c'est que les enseignants zieutaient aussi (quand ils ne chantaient pas grave ni roupillaient sévère), et la seconde bonne nouvelle est que devant l'exemple, encore une fois, de notre Siegel woman et de ma pomme qui s'y collait aussi, bah y en a quelques-uns qui se sont mis à ramasser aussi.

Après avoir pris du bleu pacifique plein les mirettes (à deux jours du départ c'était magique), on a retrouvé notre Pierrot dont la mine dépitée n'avait pas d'équivalent sur nos faces rougies par le soleil, enfin c'est venu vite quand même...

Pour lui, le plat fut lourd et indigeste. Après trois semaines de focalisation sur l'éolien, il s'aperçoit avec Hilia que depuis le début l'une s'exprimait en noeuds, l'autre en m/s. Résultat : l'hypothèse éolienne était à reconsidérer avec une diminution des potentialités d'Eole de moitié ! Depuis, le Pierrot a refait ses calculs, l'éolien c'est pas complètement perdu, mais il faudra sans doute refaire des mesures sur les dernières années il n'y a parfois qu'un relevé par jour alors que le vent à Tuvalu c'est comme le temps ça change tout le temps. Et puis du coup, faut considérer le solaire d'un peu plus près: les installations sont chères mais si on installe un système en réseau, ça fait moins de panneaux par habitation, d'ores et déjà ça couterait moins cher au kw/h que l'electricité aujourd'hui avec le pétrole et puis dans dix ans la technologie sera encore plus au point. Bref, la solution est sans doute dans un mariage savant de différentes énergies renouvelables (énergie électrique fournie : solaire 40%, vent 10%, une grosse partie du reste en biogaz). Verdict à la fin de l'étude lorsque Sarah, qui n'était toujours pas rentrée de Vaitupu à notre décollage en raison de l'annulation du bateau qui devait la ramener, aura apporté ses éléments.

On a de bons espoirs que les énergies renouvelables combinées finissent par contribuer sérieusement à diminuer la dépendance de Tuvalu vis-à-vis du pétrole.

Vous l'aurez compris je quitte le navire à fuel avant la fin des travaux, appelées par moultes autres taches telles que celle de pauffiner le numéro spécial du mensuel Science Frontières que je prépare sur l'expédition et que je vous invite à commander (Science Frontières 8bis rue du chemin de fer 94110 Arcueil), mettre en place l'opération chapiteau avec la Patoche qui gère ça toute seule depuis le départ de Raph pour Londres. A Tuvalu, le temps semble s'être arrêté et pourtant il file, allez comprendre pourquoi? Gilliane a tout en main pour le passage de relais blog, tout sauf du temps: il va lui falloir organiser des réunions de comunautés pour la partie de Sarah, des rendez-vous en pagaille avec les sieurs du gouvernement, des allers et retour avec Pierre etc. etc. etc.
Sous-entendu: si vous n'avez pas de nouvelles avant l'envoi du Compte-rendu du voyage d'étude ne vous inquietez pas.

Je quitte Tuvalu avec l'évident plaisir de retrouver ma petite famille, et avec le coeur gros aussi: un violent sea level r'eyes m'a saisie à l'aéroport. Kaio, Tetele, Resasi, Kalisi, Steve étaient venus nous dire au revoir colliers en main, après que John et Emmanuel soient galement venus nous souhaiter bon voyage à l'hotel où nous partagions une dernière bière. Pas facile de laisser la mouette non plus, même si je sais qu'elle va assurer comme une bête pour la suite. Un mois de 24/24h ça s'oublie pas.

Depuis, alors qu'une de mes valises est restée bloquée à LA avant d'être expédiée sur le vol suivant et soit-disant en route pour livraison chez moi, je suis rassérénée (sans faute Gilliane, je ne sais plus ce qu'on avait parié, mais j'ai gagné!), je sais pourquoi j'ai été touchée par Tuvalu il y a un an et demi et cette voix cassée qui m'en disait l'histoire, je sais pourquoi j'étais là; et combien ce mois m'est précieux, et je sais aussi pour qui nous nous battons.

Merci de m'avoir lue

Bons baisers de Paris

Funy


13 / 02 / 06 - 17 : 06

Eaux en coul’heures

Les choses s’accélèrent franchement pour la colonie. Notre amie Sarah est partie pour quelques jours à Vaitupu avec escale à Nukufetao, le carnet de notes rempli de questions sur la production de noix de coco, la qualité du sol, le nombre de cochons pour évaluer le volume de fiente exploitable, le vivier floral du coin, les consommations d’énergie par usage…, et une caméra puisque, même si elle a déjà tourné 300 000 heures sur Funafuti, Gigi n’a pas encore surmonté sa peur de l’eau, ni son mal de mer pour aller visiter l’ensemble des îles. M’enfin l’affaire est presque dans le sac (à vomis évidemment !), j’ai même crû que la Gigi en ciré orange allait me laisser tranquillement prendre l’eau, qui tombait à verse, sur le quai à filmer son baptème de « allez j’me lance, cette fois j’y vais ».

Steve de la marine australienne a donné avant de partir à Sarah le seul conseil valable pour combattre le mal de mer : vomir ! et le plus tôt possible, de préférence avant le départ… c’est encore mieux. Sarah dit ne pas être malade en bateau à la différence de notre mouette internationale donc, et de moi-même sans doute, au regard de l’effet du tangui-tangua ressenti par mon estomac en filmant depuis l’intérieur du bateau. Le temps du chargement des cochons, des bouteilles de gaz, des mobylettes, et que tout le monde monte à bord, ça fait vite deux heures à quai et largement le temps de doucher les futals ! Sarah est donc redescendue un moment fumer une cigarette, le visage un peu crispé : un passager venait de lui présenter un digestat de son repas de midi sans avoir pris le soin de s’éloigner d’elle. Gigi a réussi à lui degotter une cabine in extremis, pour la dizaine d’heures qu’elle passera à bord c’est quand même plus commode, mais… ça n’empêche rien, l’océan était pour le moins démonté lorsque nous l’avons quittée…

Pour les « ceusses » qui restent à Funafuti, une grosse mission, dont Sarah a largement fait sa part, pointe son nez : le gouvernement a accepté la proposition de Gilliane de recevoir de nos menottes (j’allais écrire de nos mains propres, mais vu le nombre de coupures d’eau à l’hôtel, depuis que les dadames en cuisine ont laissé les robinets ouverts pendant une plombe…, je ne puis assurer qu’elles l’étaient vraiment, propres) un premier jet des résultats préliminaires de l’étude lundi (aujourd’hui, enfin hier, enfin bref). Les heures de coucher se sont en conséquence sensiblement décalées vers le petit matin. Ca s’est mis à corriger dans tous les sens, entre deux ça montait et monte encore le film de la soirée de départ de Tetele promis au musicien-journaliste qui s’apprête à retrouver son île natale, ça derushait et derushe toujours les interviews pour glâner quelques infos supplémentaires, et ça zieutait et zieute encore du côté du lagon en se disant : demain peut-être que j’arriverai à piquer une tête. Nous devions remettre le document à 15h à Saufatu, Ministre de l’Energie, de la Communication et des Transports, que Gilliane a coutume d’imiter en tapant son torse de ses poings à la manière d’un gorille qui veut montrer que c’est lui le chef.

Et nous avons bien du l’admettre : Saufatu est désormais notre interlocuteur principal, c’est à lui que Gilliane a demandé quelles étaient les personnes qu’il était opportun de faire venir à la présentation orale de Sib jeudi. Pressés par le temps, speedés par la fatigue et l’envie que tout ça aille vite, nous avions un peu mis « les bœufs avant la charrue » (la déformation des expressions françaises par notre mouette se poursuit) en essayant de rallier tout le monde à notre cause quitte à dégonder les portes avec « un cheval de quatre », sans tenir compte suffisamment des hiérarchies et susceptibilités locales. Après deux jours de cafouillage où nous avons craint que Sib se noie, tout est rentré dans l’ordre : les données manquantes convergent vers les clés usb, les sourires illuminent les visages, les nôtres y compris !

Bref, nous devions remettre ledit résumé des résultats préliminaires à 15h sur le bureau du monsieur à l’ego aérien qui voit néanmoins en Gilliane le nouveau messie (ou « mais si » ?) et…, en dépit d’une grosse et collective poussée de sueur pour être dans les temps, enchainant relectures en rafale de l’ensemble des documents, trombonage des papiers qui sortaient péniblement de l’imprimante qui pour une raison que nous ignorons s’est mise au rythme de Tuvalu – pas trop vite jamais -, course folle d’une chambre à l’autre pour les derniers ajouts, nous avons finalement égoutté notre sueur dans un sprint infernal, dans les couloirs labyrinthiques de l’immeuble du gouvernement, qui se soldera par un dépôt de dossier en glissade de flipflaps à 16h30 dans un bureau vide !!!

C’était bien la peine ! Du coup, on s’est dit qu’on avait bien mérité une pause. Tandis que Gigi récupérait un rythme cardiaque plus adéquat et régulait sa sudation en s’aspergeant de talc – je croyais que ça n’était destiné qu’aux fesses de bébé -, je parfaisais la mienne (sudation) en disputant une partie de pingpong dans une salle surchauffée. La bête ruisselante a ensuite tenté de squater la salle de bain de Gigi pour une douche, mais pas de chance, toujours pas d’eau. Laissant derrière moi une odeur de vestiaire d’après match, je renfilais ma tenue qui n’en avait plus des masses et quittais la salle de bain pour plonger dans le lagon. Un tour pour écouter un nouveau groupe tuvaluen, suivi d’un quintuple scoth et une bonne grosse discut’ au bord de l’eau à la nuit tombée nous feront complètement oublier le surchauffage de turbine. Gigi et moi, nous sommes réveillées dans un silence total, cachets d’aspirine pour les deux et lunettes noires pour la mouette aux allures ce matin-là de star hollywoodienne après pincefesse trop appuyé !

Et c’est reparti pour du plus sérieux enfin, je vais essayer ! la bonne nouvelle promise dans le blog 9 la voilà. L’envoi du communiqué de presse du voyage en anglais nous a permis d’être informés par un gars du SPREP de la requête formulée par 10 pays du Pacifique, dont Tuvalu auprès du Global Environment Funding sur le changement climatique. Le projet PIGGAREP (Pacific Islands Greenhouse Gas Abatement through Renewable Energy Project) veut réduire les émissions cumulées des 10 nations d’au moins deux millions de tonnes de CO2 les émissions d’ici 2015. Le dossier que nous nous sommes procurés in extremis la veille de la remise du résumé dont les œuvres presque complètes s’achèvent sur des lunettes noires…, parle d’adaptabilité des énergies renouvelables, de reproductibilité, de développement économique viable, bref que des mots qu’on aime !
Validé par le GEF, son coût total est annoncé à 26 000 000 dollars US. Une bagatelle selon Gigi qui supute que, même étalonné sur 5 ans, le budget global permette tout juste de rémunérer les études préliminaires. Bref, le PIGGAREP doit démarrer en novembre prochain et il se trouve qu’en prenant la suite de l’étude pré-pré-pré-préliminaire du South Pacific Regional Environment Program, avec une analyse éminement plus profonde et concrete sur Tuvalu, Sib tape en plein dans le mille !

Merci à Solomone pour la référence et la proposition de ponter nos travaux. Merci aussi au café internet d’être resté ouvert un petit quart d’heure de plus malgré la formidable averse qui sévissait et de nous avoir reçues dégoulinantes à courtcircuiter les machines. Le ciel ayant dû s’apercevoir que les water tanks de l’hôtel étaient vides, nous avait en effet copieusement explosé la mise en plis. Et évidemment merci à Gigi la visionnaire qui n’a eu de cesse de mentionner, lors de la phase de consultation de la population l’an dernier et tout au long de l’étude en train de se faire, la possibilité de présenter le projet à ce même GEF.
Tout le monde a dû en effet penser que nous cherchions à nous y inscrire, raison pour laquelle les sondés du gouvernement ont toujours communément répondu « oui c’est une bonne idée », sans jamais développer. Désormais nous disposons de toutes les informations permettant d’y prétendre officiellement et, à défaut de nos nuits, le puzzle est complet et l’option figure en tête du document de synthèse remis en cata au gouvernement.

Ce matin notre petit dossier avait déjà fait l’objet d’une note de Saufatu, demandant à ce qu’il soit photocopié et distribué en interne pour la présentation du projet, devant le gouvernement jeudi, par notre Pierrot aux traits fort tirés ce matin « Après l’apotéose d’hier, je m’apprêtais à compter les moutons, finalement j’ai compté les moustiques ! » Le pauvre est déjà en prise au stress du spécialiste consciencieux auquel s’ajoutent les observations permanentes de deux communicantes idéalistes et donc fatalement chieuses, pour ne pas dire enculeuses de mouches pour paraphraser Gilliane s’auto-cassant. C’est vraiment trop injuste et encore vous ne savez pas tout : lorsqu’après avoir passé la moitié de la nuit à chasser les moustiques, il a entrepris de prendre une douche dans sa salle de réflexion préférée, Pierre s’est retrouvé tout savonné en rade d’eau de rinçage. Qu’à cela ne tienne, c’est toujours moins pénible que de rabattre le caquet à des gonzesses obsessionnelles, notre Cali-Pierrot a donc entrepris de compiler les restes de sa bouilloire, des verres qui trainaient, récupéré les trois gouttes qui coulaient encore pour remplir une bassine et se désavonner one shot !

La suite de nos aventures dans le blog 11
Fun

13 / 02 / 06 - 16 : 07
1 commentaire 1 commentaire ( ( 2586 vues ) )

Bon je dois vous avouer que je ne sais pas trop par où commencer, alors on va faire comme d’hab, j’vais vous dérouler des trucs et vous remettrez ça dans l’ordre.

Au début du séjour, à l’occasion de la fête des enfants qui célèbre la fin des cours et que nous avons filmée en longueur avec nos deux petites dv, nous sommes allées voir l’équipe enseignante pour lui présenter la BD que nous n’avions pas encore reçue en couleur, et l’opération Chapiteau. Les profs, que des madames, ont été ravies du projet et sont à fond avec nous pour lancer un échange entre les enfants tuvaluens et français. Quelqu’un nous a suggéré d’en faire non seulement une version anglaise, mais aussi une traduction en tuvaluen : les enfants n’apprennent l’anglais qu’à partir de 7 ou 8 ans. Pour la version anglaise on a suggéré à la SOPAC de financer, pour la version en tuvaluen, on verra ça plus tard. Les vacances scolaires ont écourté nos échanges, mais Gigi a promis d’y retourner après mon départ.

Pour ce qui est de l’avancée des travaux Sib, le côté biomasse commence sérieusement à s’étoffer : la relance des plantations de cocotiers sur Vaitupu à laquelle Gilliane avait pensé lors de la rédaction du projet est appuyée par le gouvernement et Seluka Seluka notre ami de l’agriculture durable. Ca c’est déjà un point conséquent, mais surtout elle permettrait : aux jeunes qui s’engagent dans la marine faute de trouver un emploi sur place de rester travailler dans les plantations ; en installant un système de séchage éventuellement solaire, puis un broyeur, directement sur Vaitupu, de produire du biofuel dont les bateaux pourraient remplir leurs cuves sans avoir à parcourir les 1100 kms qui les séparent de Suva pour le faire ; résultat : moins d’émissions de gaz à effet de serre, consolidation du sol, relance de l’emploi et économies substantielles pour le pays. Le sol de Nanumanga a l’air lui aussi bien disposé pour la production de noix de coco et d’huile. Bon après faut bien entendu faire entendre ça « aux gars de la marine » et au monopolistique BP. M’enfin sans jeu de mots, y a du potentiel : leur bois qui se consume très lentement permet aussi de fabiquer du charbon pour cuisiner, leur huile des cosmétiques et du biofuel, et leurs feuilles du méthane à condition de les mettre dans un digesteur et du compost, lequel est encore plus fertilisant après méthanisation ! Elle est pas belle la vie ?!

A propos de gars de la marine, on a été invités dans sans doute la maison la plus belle et la mieux équipée, occidentalement parlant, de l’île : chez Steve qui travaille pour la marine australienne depuis 4 ans et dont la mission prend fin en janvier prochain. Il vit littéralement dans un frigo tant la clim est poussée à fond, c’est bien la première fois qu’on a eu froid ici ! (note perso de la mouette a Laure : le diner de noel avait eu lieu dans le bungalow du cuisinier deja plutot confort mais le frigo de steve est en effet tres impressionnant et impregné de colonialisme) Un divorce difficile lui pompe l’entiereté de sa pension de marin, si bien qu’il n’aura bientôt plus aucun revenu, mais visiblement ça ne le stresse guère et il compte bien ne pas rempiler pour une nouvelle mission et vivre des jours tranquilles à Tuvalu en attendant de donner corps à sa reconversion. Et puis y a toujours moyen de trouver quelque chose à manger ici : à la fin des fêtes traditionnelles, les restes, en général très conséquents, sont mis à disposition. De plus la mer en dépit des pêches sauvages et massives des bateaux palagis sur les eaux territoriales, l’un des rares endroits du monde encore à peu près fourni en poiscaille et ce n’est visiblement un secret pour personne…, subvient encore suffisamment aux besoins de l’archipel et puis Emmanuel, le linguiste qui jusqu’à son embauche prochaine début août par l’école de Funafuti vivait des envois de mandats de son frère pour l’essentiel, nous a confié qu’on peut se procurer des bols de riz gratuitement dans les resto : comme le second bol est gratuit, en période de disette, lui demande juste le second ! ça me rappelle un film avec Aldo Maccione où il veut inviter une fille à diner, que la fille commande un homard et que lui dit en douce à la serveuse qu’il se contentera de la mayonnaise. M’enfin le riz ça nourrit plus que la mayo quand même !

Sans transition, en discutant avec Tito sur l’histoire de Tuvalu, sur le conseil d’Emmanuel, nous avons appris qu’au moment de l’indépendance, même si le oui au référendum l’a emporté à une très grande majorité, les tuvaluens étaient partagés, et en règle général revendiquaient plus la séparation d’avec Kiribati (îles Gilberts) compte-tenu du fossé culturel qui les opposaient aux micronésiens (à Kiribati, on utilise les armes, quand à Tuvalu on va au pire jusqu’aux poings, par exemple), que l’indépendance vis-à-vis du protectorat britannique : les anglais ont en effet permis à beaucoup de bénéficier d’un enseignement, d’un emploi etc. Après l’indépendance, les tuvaluens se sont trouvés du jour au lendemain livrés à eux-mêmes, contraints de s’organiser dans l’urgence un système de gouvernance, à peine préparé par les sousfifres d’Elisabeth avant qu’ils ne débarrassent le corail. Interrogeant Emmanuel sur le pourquoi d’un non balayage de la langue anglaise sur l’archipel après l’indépendance, j’ai appris que l’organisation gouvernementale anglaise avait été conservée et que les postes de gouvernance n’avaient pour beaucoup pas de correspondance en tuvaluen. Ils « tuvaluenisent » les mots anglais lorsque ceux-ci ont des consonances existantes en tuvaluen : par exemple telefone existe, mais ils ont conservé cell phone pour les portables lorsque ces monstres d’ingérence dans la vie privée ont débarqué l’an dernier. Le non abandon de l’anglais par Tuvalu contribue en outre et c’est heureux à lutter contre son isolation du reste du monde puisqu’ils peuvent dialoguer avec la moitié de la planète au moins, quand cette moitié s’intéresse à eux bien entendu. Tito nous a aussi raconté que l’indépendance d’avec Kiribati date du 1er octobre 1975 et que les anglais pour associer les deux séparations dans la mémoire collective, ce à quoi les tuvaluens se refusent pourtant fermement, ont choisi de proclamer l’indépendance le 1er octobre 1978. Un dernier coup de canif dans l’histoire de l’archipel, aux rares ressources pillées pour les besoins d’un commerce dont ils ne voyaient jamais la couleur et aux hommes vendus au kilo de chair humaine pour travailler dans les plantations, auxquels on promettait qu’ils reverraient leur famille un jour…, ou encore aux hommes déplacés, déracinés maintes fois, d’une île à l’autre au petit malheur pas de chance selon les besoins en main d’œuvre, sans qu’ils ne puissent jamais se sentir chez eux nullepart.

A voir le regard lourd et triste de Tito à l’évocation de cette période de l’histoire, ou l’amertume de Kalisi dont le père professeur a subi ce genre de déplacement aléatoire et inhumain, je peux vous dire qu’on a honte de cette part d’Europe que nos ancêtres nous ont léguée. Poe, l’ancien Secrétaire Général de l’église avec lequel j’ai eu une discussion fort intéressante au Fagogo malipolipo en buvant du kawa (boisson que je commence à trouver fort sympathique et qui ne m’a pas encore coupé les pattes : trois bols de kawa toujours pas de dégâts), lui, court après la mémoire de ses ancêtres avec philosophie et plaisir. Originaire de Nanumanga, il cherche aujourd’hui à reconstituer l’histoire de son île où quatre communautés différentes vivent en bonne intelligence. Les caves de nanumanga, il en a entendu parler, elles prouvent effectivement que des hommes se sont installés là il y a 12 000 ans mais de là à dire que ce sont ses ancêtres, il ne s’y risque pas ; à travers les siècles, les gens sont venus, repartis, morts de faim, de la guerre ou se sont perdus en mer : « l’arrivée de nos ancêtres à Tuvalu pour moi remonte à 500 ou 600 ans d’ici ». Le mystère des siècles engloutis est donc loin d’être résolu… Les récits concernant l’histoire tuvaluenne commencen au 13e siècle, trois siècles à peine avant que les premiers navigateurs européens ne débutent leur entreprise d’appropriation : du nom de îles, des ressources et des hommes ensuite. Quand il ne cherche pas à pallier le manque d’écrits historiques, Poe écrit des poèmes « to capture the mood » des moments remarquables ou juste simples de sa vie : sa rebellion contre l’autorité de sa mère qui donnera naissance à une chanson pour le groupe de musiciens, son agacement de sa fille lorsqu’elle ne l’écoute pas, mais aussi la disparition malheureuse de son frère en mer auquel il continue de penser très fort et qu’il espère voir sortir de l’océan un jour et bien vivant : pour lui si son frère a disparu c’est que Poe a dû commettre une erreur quelque part, mais laquelle ? Il a inscrit son frère pour l’éternité sur un petit carnet quelque part entre les flots et la lumière du soleil. Poe travaille aussi à l’étude de l’humour tuvaluen, il espère publier ses textes un jour : les tuvaluens rient tout le temps, c’est un fait. Ce qu’ils préfèrent ce sont les situations où quelqu’un se retrouve dans l’embarras, ça je l’avais remarqué notamment à mes dépends lorsqu’après une partie de pingpong acharnée je confondais un bureau avec la sortie…

Comment font-ils pour être si doux, comment font-ils pour tenir encore debouts, comment font-ils pour maintenir si fort les traditions ancestrales, ces chants joyeux et si plein d’amour et conserver cette mémoire dont tant de traces ont été gommées. Vous vivriez avec des siècles de mémoire effacée vous ? Comment font-ils ?

C’est pas très « funny » tout ça, mais n’empêche qu’il était important de l’écrire.

Le blog 10 va débouler dans très peu de temps avec une bonne série de bonnes nouvelles, tenez vous prêts !

Tofa
Fun

13 / 02 / 06 - 16 : 05
1 commentaire 1 commentaire ( ( 3007 vues ) )

8 août 2005

Salut les p’tits loups ! (bah dis la mouette, ça c’est l’expression lancée par mon pote Maneval fin des années 70, ça ne nous rajeunit pas...)

A Tuvalu, c’est séquence optimisation à donf’ : blogs groupés à fréquence approximative de par le fait, casquettes multiples dont la plus légère est de loin celle de gladiateur contre animaux volants-piqueurs, double-filmage touzazimuts, lessive sous la douche pour économiser l’eau, ou encore, voire surtout rendez-vous multipliés, voire démultipliés par spilttage de la colo et concentrés sur les mêmes aires pour éviter de perdre du temps dans les déplacements à pieds (bah oui 14 kms aller/retour/et en zigzag par jour, quand on a les deux pieds sur son sol, Tuvalu, c’est pas si petit) : on a bien lorgné plusieurs jours Gigi et moi sur la bicyclette disponible en prêt au Filamona en attendant que la chaine de la seconde soit réparée, mais… pas de bol, à peine fut-ce fait qu’une petite demoiselle a fait retomber à une le nombre de pédalettes disponibles. La demoiselle en question est une australienne qui trouve que c’est dégueu de se baigner dans le lagon « parce qu’ils s’y lavent » ! Pour la rassurer tout à fait, je lui ai répété, et au petite déjeuner s’il vous plait, ce que Laure (dont tout le monde se souvient et demande des nouvelles) m’avait répondu lorsque je m’inquiétais, avant de partir, de la présence de requins dans les eaux pacifiques : qu’il y avait plus d’étrons que de « sharks » ! J’ai ajouté tout de même que je n’en avais pas croisé un seul (d’étron je veux dire, de requin non plus d’ailleurs) et que pour me baigner presque tous les jours j’étais la preuve toujours vivante qu’il y avait plus de risques à boire l’eau du robinet qu’à trémousser son sulu dans les vaguelettes ! Pas convaincue, la demoiselle aux idées bien arrêtées s’est eclipsée sur le vélo convoité… J’ai adopté la technique de Gilliane l’an passé pour les demoiselles et petits messieurs rotors : sourire affiché, vanne en pensée, ça défoule ! Deux jours plus tard la demoiselle avait enfin trouvé le chemin du sourire que nous lui pensions ignorer, enfin décidée à se lancer dans une immersion véritable et non plus seulement en compagnie des étrangers en visite – elle est censée faire une étude sociologique sur les autochtones… - à commencer par un giga tuvaluan kiss selon toute vraissemblance.

Ce petit interlude pourrait sembler sans intérêt si ce n’était que la demoiselle illustre à l’extrême la manière dont les observateurs palagi (étrangers) travaillent sur place, fonctionnement classique de prendre les études disponibles sans investiguer par soi-même, pour repartir ensuite après avoir dispensé des leçons de bonne conduite, persuadé de connaître le pays mieux que les tuvaluens. Quand on prend le temps de mettre le nez dans les études, on s’aperçoit pourtant assez vite combien il est nécessaire de rencontrer les gens, toutes fonctions confondues, pour recouper et affiner les informations. L’autre problème de ce comportement des étrangers sur l’archipel est que les tuvaluens commencent à en avoir ras le bonbon de se faire avoir. Panapassi nous disait l’autre jour qu’ils hésitent maintenant à faire preuve de trop grande générosité tant il est fait mauvaise usage et interprétation fouareuse des données fournies. Nous fonctionnons donc en leur expliquant systématiquement notre démarche, insistant sur notre souhait de travailler avec eux et non à leur place, et en soulignant que notre objectif est de proposer un modèle d’optimisation de l’usage énergétique pour Tuvalu avec les ressources renouvelables qui puisse permettre de diminuer la dépendance de l’archipel vis-à-vis du pétrole et des donateurs, que les résultats préliminaires de l’étude seront exposés aux membres du gouvernement dont nous attendons suggestions, remarques et critiques.

Pour vous donner un exemple de la nécessité d’échanger avec les tuvaluens : Pierre continue de travailler sur le vent en collaboration active avec Hilia, la responsable de la station météorologique. Il a dans un premier temps récupéré les données brutes de relevés des vents depuis 1949 – six centaines de milliers de lignes comme je vous l’ai déjà écrit -, puis il a manuellement entré ces données dans un tableau excell pour obtenir des diagrammes exploitables visuellement. Il est ensuite retourné voir Hilia pour lui présenter la chose, cherchant avec elle la raison pour laquelle les données étaient si disparates. Une première explication est venue d’El Nino, phénomène cyclique lié au réchauffement climatique, qui part de l’équateur et est très influent dans le Pacifique, et qui joue sur la force des vents (augmentation du nombre de cyclones et tornades par exemple) et la montée des eaux à hauteur de 50 cm, dont la fréquence est passée de 6 à 7 ans à 2 à 3 ans, en quelques années. Pierre a donc corrigé les données avec ce nouvel élément puis, devant une nouvelle incohérence est retourné consulter Hilia pour qu’ils s’aperçoivent finalement ensemble que certains pics incohérents étaient dus au fait que sur les journées posant problèmes, une mesure avait été prise sur Nanumanga, la suivante sur Funafuti… Et quand on voit la vitesse avec laquelle le temps change ici, on imagine bien que d’un atoll à l’autre, le vent ne décoiffe pas les cocotiers de la même manière. Restaient encore quelques pics incohérents : un nouvel échange entre les deux spécialistes du climat leur a permis de comprendre que certaines heures étaient en horaire tuvaluenne, d’autres en GMT !!! Sur cet exemple, Pierre aurait pu tout simplement dire que les données étaient fausses et inexploitables, et rédiger son rapport en soulignant l’incompétence du personnel local. Au-lieu de ça, il adopte une démarche interactive qui bénéficie à tous et aux tuvaluens en premiers, puisqu’il remet systématiquement les tableaux, graphes et autres illustrations qui en sont le fruit aux intéressés. Et après dix jours de réflexion jusque dans sa salle de bain (il nous a confié y passer une heure par jour depuis des années et dans un calme olympien pour réfléchir et procéder à l’ensemble de ses prises de décision), il nous décroché le plus large des sourires : l’éolien est définitivement une excellente alternative pour Tuvalu !!!, ce qui contredit en tous points une étude existante, que nous essayons de nous procurer, et sur laquelle le gouvernement s’est fondé jusqu’à présent pour dire que toute alternative éolienne est inenvisageable. Lorsque nous avons annoncé la bonne nouvelle, arguments à l’appui à Enate, le responsable de l’environnement, le monsieur était ravi et nous a lui aussi assuré de son plus grand soutien.

De la même manière, Sarah, pour obtenir des informations sur la consommation énergétique des ménages par usage (électricité, cuisine…), a demandé à Gilliane d’organiser des réunions des communautés. Gilliane a préféré commencer par une réunion des femmes les plus actives pour recueillir leurs conseils. Cela permettant aussi d’expliquer aux pièces maitresses des foyers, de plus en plus actives et demandeuses d’intervenir dans les processus décisionnels de la vie communautaire (étude de la Banque Asiatique de Développement 2003) les potentialités énergétiques considérables de la récupération des déchets organiques, qui représentent 70% du total des déchets produits ici : méthanisation, charbon et biodiesel issu du bois de noix de coco pour cuisiner au-lieu du GPL, voire du diesel !, compost pour le jardin… L’idée était de voir avec elles la manière dont vivent les familles et de les conseiller en fonction des demandes et besoins exprimés. La première réunion organisée a réuni Risasi, propriétaire de l’hôtel, Hilia, responsable de la station météo, Annie, Présidente de l’association Tango qui regroupe toutes les assoc’ tuvaluennes (nous aurons d’ici peu une antenne Alofa Tuvalu en son sein !!!), Penni, la proprétaire du Filamona, Secrétaire générale du Conseil Général des Femmes, Secrétaire générale de Tango, siégeant aussi au Conseil d’administration de l’école maritime, je dois oublier des titres au passage qu’elle me pardonne, et Lita, Patronne du café internet et propriétaire d’un super - (mini en critères occidentaux) -marché. Au début ces dames étaient un peu sur leurs gardes, regardant plus le lagon qu’elles n’écoutaient la présentation ô combien pertinente et rigoureusement préparée en amont de Gilliane et Sarah mais, passée une bonne demi-heure elles ont commencé à s’intéresser à l’affaire, poser des questions pratiques et discuter entre elles. Risasi a reparlé des économies substantielles qu’elle réalise depuis qu’elle remplacé la moitié des ampoules de l’hôtel par des basses consommation et elle a fait de la pub, suite aux questions des autres sur le lieu où se procurer ces merveilles, pour un supermarché local qui en propose un certain nombre (y a pas encore d’ampoules à vis, mais c’est un bon début et si elles s’y mettent toutes y a moyen qu’elles finissent par débarquer sur les étals). S’agissant de l’électricité, le « EDF » local interdit aux habitants de Tuvalu d’utiliser d’autres électricité que la leur et n’autorise que l’installation de systèmes de secours, solaire par exemple. Mais mais mais, les usages non électriques ne sont évidemment pas concernés. Lita, hilare à l’idée d’aller récupérer les fientes de ses cochons, a proposé de les louer à ses amies pour qu’elles puissent elles aussi bénéficier d’une production de méthane (biogaz) pour alimenter les systèmes d’assainissement des eaux ou fabriquer du compost. Depuis cette discussion, elle dit ne plus craindre le nouveau choc pétrolier qui s’amorce, avec ses cochons elle sent qu’il y a du potentiel et elle rêve déjà que sa voiture roule au produit de la fiente qu’elle trouvait un peu dégeu de ramasser quelques heures plus tôt. Hilia a demandé comment, en tant que citoyenne lambda, il lui était possible d’installer un « digester » (digesteur, en français) pour digérer (évidemment !) les déchets organiques en biogaz. Bon là Sarah lui a répondu qu’il existait des systèmes individuels à 500 dollars australiens (300 euros à la louche) ! Pour Tuvalu faudrait peut-être penser à un digesteur collectif, le revenu moyen par habitant dépasse à peine les 1000 dollars australiens. Les employées de l’hôtel mettraient au moins trois mois à se payer leur digesteur individuel, en se privant absolument de tout le reste… Quoi qu’il en soit la réunion a fait mouche : ces dames sont reparties avec le sourire. Nous avons croisé Lita et Resasi plus tard dans l’après-midi parlant cochons et compost lors d’une pause cigarette. Bah oui quelques-unes d’entre elles ne sont pas parvenues à passer au travers du fléau tabacco ! Et sur ce point, à trois fumeuses sur quatre alofiens, nous ne pouvons pas nous vanter de montrer l’exemple…

Dans la série des bonnes nouvelles, Seluka Seluka nous a appris que les graines bio de Philippe Desbrosses avaient déjà été expédiées à Vaitupu pour les premiers essais de plantation. Il part à Nukufetao par le même bateau que Sarah, qui elle se rend à Vaitupu avec Hilia, soit sept heures de discussion optimisée entre les trois spécialistes, l’un responsable de l’agriculture durable après un passage aux changements climatiques (dans le mille pour nous), et les deux autres… vous savez ! Il a apprécié l’idée de Gilliane, à laquelle il avait lui-même pensé, de replanter les cocotiers à Vaitupu (plus de place et meilleure terre qu’à Funafuti) pour revitaliser la production, fournir du travail à la jeune population locale et restaurer un marché, celui de l’huile de coco, à l’abandon depuis la fin des années 90 : avec on peut faire des produits de beauté en direct et du biodiesel après traitement qui, pour Pierre, devrait permettre, si les intéressés se laissent convaincre, de faire carburer les bateaux, qui représentent la plus large part de consommation de pétrole de l’archipel, qu’ils remplissent leurs cuves à Fidji où c’est moins cher ou à BP Tuvalu. Y a encore du lobbying à faire quand même !!! BP, pour son responsable tuvaluen, c’est tantôt Beyond Petroleum (au-delà du pétrole), tantôt Bonne Pioche tu peux remplir ta cuve avec mon or noir (ça c’est pas de lui évidemment, mais pour le sens c’est l’idée !)

Bien entendu ce n’est pas parce que nous aodptons une démarche participative avec la population ou que l’affiche de Trouble in Paradise est collée sur toutes les vitres, qu’il ne faut pas prendre le temps à chaque fois que nous rencontrons quelqu’un de ré-expliquer la nature de notre engagement. Pour quelques rares, nous demeurons des étrangers de plus qui partiront sans laisser d’adresse et qui doivent avoir le porte-monnaie bien garni pour venir jusque là !

Pour ceux qui voient une sainte qui tient ses promesses et soulève des montagnes à la seule force de son cœur dans notre Gigi-mouette, comme nous le disait, à peu de choses près, Tito, conseiller du Premier Ministre et très érudit sur la période d’histoire tuvaluenne autour de la séparation d’avec Kiribati et de l’indépendance, c’est tout différent : Hilia guette les avions pour nous prévenir de leur arrivée ; Pati nous invite à la suivre à la cérémonie commémorant l’anniversaire du défunt mari de Lina où nous serons conviées à nous asseoir aux côtés de la famille et non des invités, nourries du cochon fraichement sacrifié et des dizaines de plats traditionnels concoctés pour l’occasion, aspergées de parfum et couronnées de fleurs et autorisées à filmer, sans la moindre réticence bien au contraire, cette cérémonie colorée et gaie où il est coutume de suspendre les objets ayant appartenu au défunt afin que chacun puisse emporter chez lui un fragment de sa mémoire ; invitées également à nous asseoir au milieu des hommes du fagogo malipolipo – mise à part l’une d’elles qui boit autant de kawa que ces messieurs, les femmes s’occupent des enfants en marge du cœur de chanteurs - pour le départ de Tetele vers son île natale et à filmer le concert du groupe de musiciens (sur pied, s’il vous plait, et pas assis comme d’hab) dont il fait partie pour leur permettre de garder une trace de ce moment unique qui fait, comme la plupart des événements sur l’archipel (couchers de soleil inclus) mentir la maxime selon laquelle « la réalité revient toujours ». La première leçon de stagiaire au cadre que je retiens est qu’il ne faut jamais quitter sa caméra, ici plus encore que n’importe où dans le monde… De toutes façons, croyez-moi, quand vous voyez c’qu’on voit, on ne pense qu’à une chose : ne pas en perdre une miette et… ne pas perdre la miette. Une miette de terre dans un océan pacifique, c’est joli non ? et de miette à mouette il n’y a qu’un bec, serait-ce le début d’une transformation ?!

Tofa, et la colo s’envole becqueter...... FUNny


13 / 02 / 06 - 16 : 03
1 commentaire 1 commentaire ( ( 3182 vues ) )

Talofa, Bonjour, et Hello !

La colo est au complet maintenant puisque Sarah (Hemstock), notre spécialiste de la biomasse et du biodiesel, consultante indépendante pour la SOPAC entre autres (on n’a pas encore eu bcp de temps pour discuter de son parcours aussi atypique et dense que celui de Pierre apparemment), est de retour à Tuvalu où elle n’était pas revenue depuis son voyage de trois jours il y a deux ans quand Gilliane et Chris l’avaient rencontrée ! A peine la demoiselle déposée sur la piste « made by » America, un lunch rapide mais conséquent (pie à l’agneau pour les uns, poisson pour les autres et arbre à pain arrosé de toddy rouge garanti sans alcool), nous a permis de faire connaissance. Puis Sarah a filé louer une moto, histoire de reprendre possession de lieux et de ne pas perdre une seconde de temps pour la partie d’étude qui la concerne ; Pierre, lui, est reparti dans sa chambre d’hôtel-bureau, où les moustiques et les gékos organisent des meetings réguliers, étudier les chiffres de la consommation et de la production d’électricité fournis très gentiment par « Dr » Mafalu, le directeur de la compagnie électrique, qui, au passage, nous a signalé que si nous trouvions quelque chose d’intéressant avec les énergies renouvelables, il serait ravi de nous soutenir !!! Nous ne attendions pas à une telle réaction de sa part. L’accueil que nous recevons d’ailleurs est assez bluffant !, mais il est bien entendu évident que le travail de lobbying triennal de notre cheffe-mouette facilite grandement les choses.
Nous sommes également passées, remettre les graines, réclamées et promises à Seluka Seluka, qui porte son nom et celui de son arrière-grand-père, le responsable de l’agriculture biologique au Ministère de l’Agriculture. Il était visiblement très ému. Bien qu’ayant mis quelques sachets de côtés pour les distribuer aux tuvaluens qui disposent d’un petit jardin, nous lui avons visiblement remis une grosse quantité de graines. Il a promis en nous quittant d’envoyer un mail de remerciement à Philippe Desbrosse et de nous tenir au courant de leur devenir. L’idée était d’apporter des semences qui n’existaient pas ou très peu sur l’archipel, mais qui étaient susceptibles de s’y plaire, qui puissent pousser en surface, puisque vous savez que le taro est devenu bien rare sur Funafuti compte-tenu de la salinisation des sols, pour leur permettre de diversifier les accompagnements des plats : les féculents et le riz à tous les repas, ça vous plâtre un estomac pour des siècles !
Dans la série « rencontres au sommet », nous avons partagé plus de deux heures très chaleureuses avec le Secrétaire Général du gouvernement, Panapassi ! Le numéro deux !, excusez-nous du peu, a en effet accepté, et proposé du reste, de nous rejoindre sur la terrasse de l’hôtel en prenant sur son temps de vacances, pour une discussion à bâtons rompus : Pierre a fait un brillant exposé sur l’avancée de ses observations et des possibilités d’équipement de l’archipel en éolien et solaire. L’éolien est définitivement une bonne option, bien moins coûteux que le pétrole, installations comprises ! Le solaire, Pierre est moyen pour à cause du coût, y compris du prix des batteries (les premières pièces à devoir être remplacées), et du problème de formation indispensable de personnes capables d’assurer la maintenance. Pour Sarah, c’est moins perdu d’avance si on inclut la maintenance au rapport et si on étudie des solutions au cas par cas comme celle d’installer un appareil de stérilisation solaire pour l’hôpital ou l’éclairage public. Pierre du reste, bien que répétant que l’éolien est LA solution immédiatement envisageable, - même si elle ne permettrait sûrement pas d’alimenter toute l’île, mais de prendre en charge une partie de l’électricité produite -, a fini par admettre qu’il existe des systèmes d’alimentation électrique solaires des habitations qui fonctionnent en réseau (par opposition aux équipements individuels) et s’affranchissent de batteries. Panapassi a écouté avec beaucoup d’attention, impressionné par le travail déjà réalisé par notre Pierrot. Faut dire que Gigi n’a pas fait de faute de casting : Mr Radanne était quand même le négociateur pour la France à Kyoto, celui qui a devancé, par la création d’une agence de conseil en environnement le débat sur le climat désormais très à la mode au café du commerce comme dans les cîmes étatiques, puis assuré la direction de l’ADEME de 1998 à 2003, et qui est aujourd’hui reconnu comme l’un des meilleurs spécialistes français en matière de changement climatique et d’énergies renouvelables. Panapassi a ensuite livré à Gilliane tous les contacts (noms, fonctions et téléphone, même celui de sa femme !) des interlocuteurs les mieux placés pour répondre aux interrogations de Pierre et Sarah. Ailleurs dans le monde, qu’on ait déjà traversé le périf ou non, ce ne sont tout de même pas des situations courantes ! Et les regards qui nous entouraient nous prouvaient qu’ici aussi c’est pas si courant.

Le lendemain, constatant que le responsable de BP, importateur monopolistique de pétrole sur l’archipel, nous posait un gentil lapin, ce qui est ici un sport national !, nous sommes allés voir l’arrivée d’un cargo, son déballage d’objets en tous genres et de victuailles, c’est aussi l’unique moyen pour les familles éclatées entre les îles de se réunir. Une dame âgée et malade, qui a dû l’attendre longtemps son cargo sur une autre île, a été évacuée vers l’hopital. A Tuvalu, le premier principe de survie est de ne pas tomber malade ! Et on peut dire qu’ils ne s’en sortent pas si mal. Sur le chemin du retour, à pieds au départ puisqu’aucun bus ne semblait aller jusque là, nous avons pu constater l’ampleur du « dégat borrow pits » : ces trous creusés par les américains pour construire la piste d’atterrissage en 1942 pour attaquer le Japon, sont désormais remplis d’eau et de détritus à toxicité variable, mais certaine : pots de peintures, d’entretien, ferraille, verre brisé… Si je vous dis que les gamins y jouent parfois, vous le croyez ?! Sur ce côté de Funafuti la mer est plus démontée que dans le paisible lagon sur lequel donnent les chambres de l’hôtel. Savoir que les grandes marées, dont la fréquence vous le savez aussi s’est considérablement accrue, vont déverser leurs vagues de 3 m par ce côté-là, bordé de nombreuses tombes, de carcasses de la guerre rongées par le sel et d’habitations « favelesques » baignant dans l’eau croupie des borrow pitts, fait plus que froid dans le dos, ça fait carrément mal au bide. Y en a du boulot !!! Et quand on croise les sourires des gamins sur la route, on se dit que pire serait de ne rien faire, et que nous devons faire avec eux. « Observer de loin n’a pas de sens, me disait Helène, professeur à l’université de Tasmanie en visite pour un début d’étude sociologique sanitaire et sociale sur l’archipel, il faut absolument agir tout de suite ». Pour qu’une sociologue dise ça, je peux vous dire que ça souligne l’urgence !

Nous rencontrons ensuite les japonais chargés d’installer le nouveau générateur à fuel sur Funafuti. Développement durable, connaissent pas. Et bien que Panapassi nous ait signalé que le gouvernement avait réclamé lors des négociations, courriers à l’appui, qu’ils intègrent dans le système, qui relèguera l’ancien générateur au statut de producteur d’électricité de secours pour l’île, la possibilité de switcher du fuel à une énergie renouvelable, il semble que l’idée continue de les faire doucement rire. On a les images ! Panapassi du reste nous a sans doute un peu édulcoré les doléances gouvernementales en matière de renouvelable, car il ne pouvait ignorer, avant notre entrevue, que le contrat préliminaire au lancement de l’appel d’offre (ouvert à des entreprises exclusivement nipponnes), pour la fourniture du nouveau générateur avait été signé le 20 juillet ! Doit-on en vouloir pour autant aux tuvaluens de céder à la fourniture d’un générateur clé en main quand l’électricité saute quinze fois par jour y compris pendant les opérations chirurgicales !
Bref, le contrat avec le Japon est signé et de 1000 kw, Funafuti passera à 1800, 100% non renouvelable et 40% de rendement : « 60% qui chauffent les petits oiseaux » comme dit Pierre ! M’enfin, on perd pas l’objectif de vue, d’autant que nos amis scientifiques nous ont confirmé qu’après quelques réglages il sera possible d’alimenter la turbine avec du biofuel (lorsque celui-ci sera disponible sur le marché…) et dans un futur plus proche, si « Dr » Mafalu reste dans les dispositions exprimées lors de notre entrevue (on a aussi les images !), il serait également possible d’utiliser les 60% non pour chauffer les beaux zozios de Tuvalu où le thermomètre ne descend jamais très en dessous de 30°c, mais pour désaliniser l’eau ! Le « combat » ne fait que commencer, d’autant que Pierre craint déjà que le surplus d’électricité qui compensera très très largement les régulières pannes de courant, ne suscite la tentation de consommer plus.

Raison de plus quand même pour obtenir pour Sib un contrat en bonne et due forme avec le gouvernement. Proposition que Panapassi a trouvé très judicieuse et dont il a promis de parler aux avocats pour que nous officialisions notre travail et ayons plus de poids auprès des donateurs internationaux qui seront bien entendu aussi essentiels qu’indispensables à la chose. Croisons les doigts pour que le monsieur n’ait pas simplement cherché à gagner notre confiance : Gilliane l’an dernier n’a jamais obtenu le soutien écrit qu’il lui avait promis…

Nous avons également eu l’occasion de visionner le bout à bout de n’importe quoi de Paul Lindsay dont nous avait parlé James Conway avec finalement beaucoup d’indulgence. Nous avons en effet largement de quoi alourdir ses critiques : à peine le générique façon film catastrophe à giga bidget, un constat s’impose : logique narrative zéro, structure inexistante, emotion nulle ! On ne sait rapidement plus quel est le sujet, ni où on se trouve ; le grain de l’image est inégal, alors qu’on pouvait imaginer que sur les quelques milliers d’heures qu’il a tournées, le monsieur aurait pu trouver une sorte d’harmonie ; la majorité des images est tournée en voiture (le chauffeur de taxi assure une partie des commentaires) et en ligne droite, si bien qu’on a l’impression que l’île fait 300 km de long ; trois personnages en fil rouge : une vieille dame dont les commentaires sélectionnés ne sont sans doute pas les meilleurs ; le scandinave que l’on voit effectivement en tenue traditionnelle dans un show tv clownesque, qui sert d’intervieweur et met dans la bouche des interwievés les mots que le réalisateur veut entendre ; et un monsieur obèse et antipathique que l’on voit pendant cinq minutes s’empifrer dans la cuisine du restaurant de l’hôtel (quel rapport avec la montée des eaux ?), se promener en tongues avec une démarche ridicule, quand il ne déborde pas de sa mobylette et lorsque le commentaire annonce qu’il est décédé, la séquence suivante est le sacrifice d’un cochon pour une fête traditionnelle ! ; dans le même ordre d’idées, un plan de cochons dormant allongés sur le sol est suivi d’une séquence filmée à l’identique d’hommes faisant la sieste parterre… ; s’enchainent des illustrations curieuses telle que celle d’un « voyez ces bouteilles et ces canettes par terre » sur une image de plage immaculée ! ; sans compter les jolis plans du lagon qui restent un seconde et demi pour justifier une « transition » brutale. J’en passe et des biens mûres…

Bon allez, comme d’hab’ on s’en garde un peu pour le 8 et excusez par avance la fréquence irrégulière des mises en ligne !

Tofa !

Fun

13 / 02 / 06 - 16 : 01
1 commentaire 1 commentaire ( ( 8993 vues ) )

2 août 2005

Ca se passe comme ça à Tuvalu !

Bein me v’la bien, ça fait plusieurs jours que je vous laisse sans nouvelles de la colo, et j’sais même pas par quel bout commencer. Un récit chronologique n’aurait pas de sens, à Tuvalu les choses se passent, s’enchainent, se croisent, se mélangent, c’est un tourbillon de rencontres, de couleurs, de saveurs (j’adooooore les sashimis !), de récits… et puis faut avouer qu’on bosse dur pour optimiser cette troisième phase de Small is Beautiful (l’étude) sur le temps imparti.

Le dépaysement total des deux premières heures a disparu pour faire place au sentiment curieux d’être là depuis des semaines, d’être chez soi, curieusement. Comme disait Chris (‘topher Horner, coauteur de Gilliane sur NAP, ou TIP pour la version anglaise) lorsque nous étions à LA, « à Tuvalu, tout est charmant ». C’est vrai ! Au passage, merci à lui pour le cours de son, dispensé patiemment avant de partir : so far so good ! Et puisqu’on en est aux congratulations : signalons et félicitons Raphaelle pour son intervention sur Direct 8, qui avait contacté Alofa trois jours après l’envoi par ses soins du communiqué du voyage ! et merci à Chris, « twice » again, qui lui s’est prêté quelques jours plus tôt au jeu de questions réponses d’une radio Californienne pour un package film et voyage, et et et nous a signalé l’invitation prochaine de Trouble in Paradise pour un festival à Téhéran ! On n’a pas l’air comme ça mais on suit ! Internet a relié le monde à Tuvalu et Tuvalu au monde…, sauf quand le courant saute ce qui arrive deux à trois fois par jours depuis que nous sommes là. J’voudrais pas dire mais 1+1+1 tuvaluens qui allument un néon, ça vaut pas les 350 kilowatts dont le gouvernement a besoin pour faire fonctionner son building de conception taiwanaise : à lui seul il pompe quand même un tiers de la production d’électricité de l’île ! Mais lui les coupures, il s’en fiche un peu, puisqu’un groupe électrogène de secours lui permet de ne jamais être plongé dans le noir… Pas comme Gilliane et moi, lorsque revenant du Fagogo Malipoulipo où nous étions un soir allées écouter les musiciens jouer du youkou’olé’olé, les pattes molles mais non coupées compte-tenu de la quantité acceptable de kawa que nous y avions bue, nous nous sommes trouvées à mi-chemin plongées dans l’oscurité la plus totale. Depuis les lampes de poches ne quittent plus nos sacs…

Bref, ici le supermarché vend autant de la lessive que « des » (une) 125 : bah oui pour arpenter les chemins, y a des motos, des taxis, des bus et pas mal de voitures – ça ne choque pas au début, mais quand on voit les flatulences d’un camion noircir l’air d’un si petit endroit où, en passant, tout est accessible à pieds, au pire à bicyclette, on est contents que le tanker ne soit pas arrivé comme prévu. Enfin, on est content 5 minutes, car quand on réalise qu’il faut chauffer l’eau de pluie pour la rendre potable, qu’on cuisine au kérosène ou que l’électricité fonctionne au fuel, bah on se dit qu’en attendant que Small is Beautiful n’atteigne sont objectif de diminuer la dépendance énergétique de Tuvalu, il vaut encore mieux que le tanker passe. Et il est passé… après une dizaine de jours de fermeture des pompes : « fuel empty » qu’elles affichaient !! Un tuvaluen nous a raconté être tombé rade près de l’aéroport, sa voiture y dormait depuis plusieurs jours. Pas moins de 5000 litres d’essence déversés dans les deux, trois pompes de Funafuti, ça vous décoince des véhicules en rade. M’enfin, quand même il commence à y avoir pas mal de traffic : la très grosse majorité des voitures qui circulent sur Funafuti est d’ailleurs propriété du gouvernement, ah la la, ils sont peut-être en short, mais quand même, est-ce bien nécessaire ?

Passée cette douloureuse question du pétrole pollueur-nourrisseur dont la substitution n’est malheureusement pas prévue d’ici la fin de notre mission (mais vous l’aurez compris elle s’incrit dans un plan décennal) nous reste l’envie de ne pas contribuer à épuiser cette île rompue à l’exercice de fonctionner au jour le jour. Il y a peu d’endroits dans le monde où l’on mesure à mon sens à ce point les limites de la ressource eau (comme dit Pierre j’ai pas traversé le périf’ !) : recueillie précieusement dans des containers à chaque fois qu’il pleut, ses réserves diminuent jusqu’à l’averse suivante. Au bout de trois semaines sans pluie, ça commence à hoqueter sévère dans le robinet !
Dans la chambre du Filamona, il est précisé qu’en cas de pénurie, il faut couper la « clim ». En fait de clim il s’agit d’un ventilateur fatigué et bruyant qui brasse de l’air chaud, que je ne branche que quelques heures lorsque la moiteur fait par trop ruisseler mon petit corps habitué aux climats plus tempérés. La clim, rarement neuve, y en a dans l’immeuble du gouvernement, à l’hôpital, à l’hôtel (16 chambres), au filamona qui reçoit lui aussi quelques visiteurs palagi (étrangers) et dans quelques bâtiments, comme la banque où l’air est aussi frais que dans un frigidaire du reste. Les maisons individuelles n’ont souvent pas de fenêtres, rarement une porte, alors la clim eux ils s’en passent. Et puis, même en bon occidental pourri gâté, on s’y fait à cet air, autrement plus supportable qu’un Paris au mois d’août. Et puis le vent est là. A certaines heures, les cheveux n’ont d’ailleurs qu’à bien se tenir : pour Gilliane c’est version rideau dans les yeux, pour moi c’est version houpette anarchique et pour Pierre c’est de sa chambre qu’il analyse les données du zéphyr local fournies par Hilia la responsable de la station météo. Elle a des relevés qui remontent à 1949, trois relevés par jour, 365 jours par an, ça fait plus de 320 000 lignes de chiffres à convertir en graphiques pour le pierrot ! Mais la bonne nouvelle pour notre ami SiB, c’est qu’avec une moyenne de 7,8 m/s (estimation est à affiner) l’installation d’éoliennes est envisageable ! Et comme l’électricité ne se stocke pas, Pierre, qui ingurgite les données (SOPAC, de l’ambassadeur, d’Hilia etc. etc.) à vitesse grand V, a même pensé utiliser le trop plein d’électricité que produirait l’éolienne en cas de forte poussée du vent, pour désaliniser l’eau, histoire d’augmenter les ressources d’eau douce de l’archipel qui ne dispose bien entendu pas de nappes phréatiques contrairement à ce qu’en disent les rapports du National Tidal Facilities (qui s’occupe des affaires de marées) australien cité dans la plupart des articles à charge contre les tuvaluens et leur soit disant mode de vie de dépravés qui ne sauraient ni cultiver ni épargner leur ressources…

Je vous sers tout ça dans le désordre mais c’est un peu comme ça que je le reçois.

Le petit déj au Filamona, c’est fais comme chez toi : ouvre les placards, prends une tasse, du café lyophilisé et de l’eau dans la bouilloire – surtout pas au robinet, même pour te brosser les dents, sinon c’est un grand moment en tête à tête avec tes intestins -, moi qui n’aime pas fouiller, j’ai mis trois jours à comprendre qu’ici c’était même recommandé de faire sa popote matinale, trois jours à aller chiper une tasse à l’hôtel en « louzdée ». Comme je suis souvent fourrée chez Gilliane (pour bosser et… le chocolat qui est dans le frigo), c’est passé ! Parait que mes allers et venues ont été repérées d’ailleurs, par Emmanuel, le linguiste autrichien (une encyclopédie vivante sur l’histoire de Tuvalu !), qui a dit à Gilliane avoir vu entrer un jeune homme dans sa piaule !
Ca va qu’il est sympa ! Ceci dit, si d’autres ont pensé ça, notre Seagull internationale va bientôt se retrouver avec une rimambelle de minets en pantacourt devant la 105 !

Dans la chambre 3 du filamona, j’ai eu droit à une visite d’un tout autre ordre et un moment de solitude qui n’eut rien d’intestinal : un animal rampant à carapace orange, de taille conséquente et se déplaçant avec une vivacité paniquante, que j’assimilais à une écrevisse en forme de scarabée lorsqu’en pleine crise de panique je tentais de décrire la chose à mes petits camarades. Je ne remercierai jamais assez Gilliane d’avoir interpellé ce qu’elle nomma très vite cafard (premier specimen du genre qu’elle voyait sur l’île) à l’aide d’un petit mouchoir. Je lui en veux à peine d’avoir souligné qu’il était vraiment petit comparé à ses cousins américains, plus d’avoir déposé délicatement la bête si près de l’entrée de la maison. Si on les traite comme ça, c’est évident qu’ils nous survivront !! Bref, à part ça, je mène une lutte déséquilibrée au spray et à la claque avec les moustiques qui se relaient dans ma chambrette, c’est pas parce que je dors seule que j’ai besoin de compagnie, mais allez leur faire entendre ça…

Pour le petit déj, c’est toi qui fais, pour téléphoner c’est une madame qui fait tout pour toi : au bureau des télécommunications, tu donnes ton numéro à la dame avec l’indicatif, elle tapote, attend que la personne décroche, lui annonce que tu veux lui parler en direct live de Tuvalu et te passe l’appel dans l’une des trois cabines. C’est tout juste si elle ne demande pas ce que tu veux dire à ton interlocuteur. Y a pas de lumière, du moins j’ai pas trouvé, la pièce fait à peine 1m2 et il y a deux téléphones (dans celle où j’ai aterri en tout cas) : un vieux « pour la déco » que j’ai quand même décroché en disant « allo » et un second plus moderne, c’est lui qui marche ! A deux dollars australiens par minute, tu apprends à optimiser les « ça va ? » « tu vas bien ? » « bon j’peux pas rester longtemps ? », échangés avec l’autre côté de la Terre. C’est frustrant mais ça fait bien plaisir.

A Tuvalu, et ce d’autant plus que tu traînes avec Gilliane, tu peux rentrer dans le bâtiment du gouvernement, monter sans croiser personne jusqu’aux bureaux des ministres et aller serrer la pince, sans avoir pris rendez-vous, au Conseiller des finances, James Conway par exemple. C’est en tout cas par lui que nous avons commencé. Tu peux discuter une heure avec lui, qui te reçoit en chemisette et bermuda, te voir remettre la dernière étude en date sur les énergies renouvelables dans le Pacifique et Gilliane se voir sollicitée pour pauffiner un document officiel sur « les objectifs du millénaire » pour Tuvalu qu’il doit présenter au prochain conseil ! Gilliane Le Gallic, Ministre de l’environnement à Tuvalu, pendant que vous y êtes. Ils vont nous la piquer, c’est moi qui vous le dis !
James a également de nouveau ciré les tongues de Gilliane et, par procuration, celles de Chris pour leur film, faisant par comparaison avec l’incomparable (!) une analyse filmique très détaillée de Before the Flood, un documentaire sur Tuvalu réalisé par Paul Lindsay diffusé par la BBC en 2005 et dont James doit incessemment sous peu nous remettre une copie. Il semble que le réalisateur du documentaire (7000 heures de rushs et 5 voyages pour le monsieur quand même !) ait fait quelques erreurs de chiffres et d’angulation du récit par rapport à ce qu’il annonçait au départ, qui ont passablement énervé les tuvaluens qui ont eu la chance de le voir : James regrette notamment que ce documentaire parle moins des habitants de l’archipel que des générations de tuvaluens expatriés notamment à Fidji sur un îlot acheté par quelques familles de Vaitupu dans les années 40. En passant, Emmanuel nous a aussi raconté que les gentils américains avaient, pendant la seconde guerre mondiale, déplacé les habitants de Funafuti vers un îlot au sud du lagon de Funafuti, tandis que son adversaire japonais était, lui, perché lui sur Kiribati avec un mépris similaire pour les autochtones. – La visite prochaine à Tito « la mémoire de Tuvalu », complètera la richesse des informations déjà confiées par Emmanuel sur l’histoire de Tuvalu ! - Pour Conway, la montée des eaux compliquera surtout l’existence de ceux qui y sont encore. Il souligne aussi goguenard que le fil rouge dudit documentaire est un suédois ( !) qui a quitté l’archipel depuis fort longtemps et que l’on voit se trémoussant en habit traditionnel tuvaluen sur un plateau de la télévision nordique, ce qui semble un peu loin des réalités de l’archipel encore une fois. Enfin, la baseline dudit film est exclusivement axée sur le dot tv, qui aurait été d’après l’auteur, et de nombreux journalistes qui auraient oublié d’enquêter, vendu par les tuvaluens et leur rapporterait 50 millions de dollars US par an !!! Pour vous situer un peu la taille de l’erreur : le dot tv (ou .tv) a été acheté par une boite de com américaine en 1999 pour environ 20 millions de dollars US, moyennant quoi Tuvalu touche un pourcentage à chaque ouverture ou renouvellement de l’abonnement d’un site en .tv Le dot tv leur rapporte aujourd’hui environ 2 millions de dollars US par an, ce qui est sensiblement différent des 50 millions du Polo ! Le gros des ressources de Tuvalu ce sont les intérêts du Trust Fund, un fonds ouvert à l’indépendance avec le soutien d’un certain nombre de donateurs étrangers, au capital duquel ils n’ont pas touché encore.

On s’en garde un peu pour le 7 si vous le voulez bien : mon stage caméra continue pendant l’élection de Gilliane au Parlement ?, demain c’est le jour de la fête des enfants, on sait quand ça commence (suffisamment tôt pour avoir des yeux de poisson au réveil), pas quand ça fini. Le moustique du soir a déjà succombé.
Bonne nuit à tous !

Fun

13 / 02 / 06 - 16 : 00
3 commentaires 3 commentaires ( ( 2479 vues ) )

30 juillet 2005

Ok, je vous entends pester d’ici : je vous fais patienter depuis deux jours avec des récits périmés alors que vous savez bien par la rumeur publique que nous sommes déjà arrivés à Funafuti, l’île capitale de Tuvalu ! Eh oui nous avons effectivement pris le petit coucou des airs hier matin : je ne l’avoue que maintenant mais j’avais un peu les pétoches de m’embarquer dans ledit coucou. Allait-ce bouger ? trembler ? ou bien serait-ce moi ? faire un bruit infernal ? parvenir à destination sans encombre ?… La dernière fois, sur un vol aller ou retour je ne sais plus Gilliane avait tellement de bagages que certains passagers ont été peses pour ne pas déséquilibrer l’engin, vous imaginez ! Eh bien puisque je suis en capacité d’écrire, que je puis vous assurer ne pas avoir perdu une once de capacité auditive et que tout le monde a pu monter à bord, la réponse est que ça s’est bien passé. Enfin bien, si on omet qu’au petit déj avant de partir j’ai craché une pleine gorgée de café sur la chemise de Gilliane qui venait de me faire exploser de rire, qu’il n’était pas super facile d’avaler un sandwich au poulet et une gigantesque part de gateau dans l’avion à 10h du matin, en pleine digestion dudit petit déj, et que j’ai malencontreusement déversé la totalité de ma tasse de café avionesque sur mes genoux – Gilliane a dû penser que je ne l’avais pas volé -, mon sac à dos et la sacoche de mon ordinateur portable. Je dis « mes », « mon », « mon », non pour faire la fille autocentrée mais pour vous prouver que cette fois-ci personne n’a été blessé ! (sauf les epreuves du bouquin que Pierre m`a demande de relire…)
Passé l’épongeage des choses épongeables et la vérification du non esquintage des objets qui ne pouvaient pas me lacher si près du but, j’ai pu profiter de la vue magnifique offerte par le hublot : ça va très vite, un atoll se profile au loin, puis disparaît à la pointe de l’avion, vous procédez à une descente droit vers la mer et d’un coup vous voyez qu’en fait de mer, il y a des arbres et… déjà vous touchez terre !!!
Et là bah forcément ça dépayse : le miniplane avait l’air climatisé s’il vous plait, de sorte qu’en en sortant vous êtes saisi comme un nem qu’on voudrait cuire à la vapeur, les objectifs de caméras se couvrent instantanément d’une épaisse buée et là un peu sonné vous vous dirigez comme tout le monde vers le batiment du TUVALU AIRPORT. Douane formelle mais sérieuse, c’est pas là qu’on va nous mettre en quarantaine pour transport illicite de graines biologiques, fromages qui puent, chocolats, more than one liter of alcool et over over 20 x 20 cigarettes ! Ici les douaniers, comme les agents des derniers « points » de « contrôles » vous offrent des sourires francs et chaleureux – remarquez il fait 60° sous les chemises ! -. La plupart connaît notre Gigi nationale comme la mouette blanche. D’ailleurs en la voyant passer de bras en bras, Pierre se dit qu’il faut dare dare prendre les bagages en mains, parce que l’enfant adoptive du pays semble déjà avoir oublié qu’elle vient d’arriver, et nous avec ou devrais-je dire avec nous. Y en a du monde partout, l’arrivée de l’avion c’est quelque chose ! On récupère les 543 kgs de bagages de notre guide au milieu des « GILLIANE !!! » « WELCOME BACK !!! » « SO, YOU’RE HERE AGAIN » « FOR HOW LONG ? » ici la réponse se donne en jours «FIFTY DAYS ! ». Aujourd’hui elle a encore répété fifty days, si ça continue je lui dirais qu’elle s’est bloquée en position repeat et que ça va finir par manquer de crédibilité ! Gigi nous retrouve finalement dégoulinants de sueur et un brin d’organisation semble naitre : je me glisse dans la voiture de l’hôtel qui se trouve à 20 mètres de là, ouais mais on a plein de bagages et puis j’sais pas où c’est. Au départ je ne dois pas y rester, à l’hotel, je suis annoncée au Filamona chez Penni. Mais à l’hotel ils n’ont réservé qu’une chambre. « Bon bah Fanny on va partager la chambre et Pierre ira au Filamona ». « Heu ouais » que je dis, ravie que le café du matin n’ait pas laissé plus de traces que sur la chemise. J’aide à descendre les bagages de la voiture et… « alors ? » « C’est arrangé tu vas au Filamona » « Heui ouais d’accord », que j’dis. Je rencarde le chauffeur, on remet mes petites affaires dans la voiture et partons à 10,5m de là pour poser le nem bien cuit dans la chambre n°3 aménagée par Penni qui tient outre cette, comment dire, chambre d’hôte, la numéro un, la deux et le resto chinois. A vol de mouette 10,5 m c’est pas loin, à saut de puce non plus, mais ces cochonneries nous ont finalement laché les gambettes – forcément y avait plus rien à bécqueter dessus ! -, la voilà donc qui se pointe pour faire les présentations. « GILLIANE !!! » « WELCOME BACK !!! » « SO, YOU’RE HERE AGAIN » « FOR HOW LONG ? » «FIFTY DAYS ! » « LET ME INTRODUCE FANNY » « HEY FANNY » « TALOFA » que j’réponds c’est un bonjour sésame à sourires ! Je pose mes petites affaires, délivre le PC de la sacoche humide, j’empeste le café, et nous repartons vers l’hotel (40,5m) pour boire une bière face à la mer. Waou ! Là je dis juste waou ! « GILLIANE !!! » « WELCOME BACK !!! » « SO, YOU’RE HERE AGAIN » « FOR HOW LONG ? » «FIFTY DAYS ! ». Moi, plus bouger, la bouche ouverte et les yeux qui refusent de cligner de peur de perdre une miète de ce paradis sans nuages dont j’ai peine à imaginer qu’il soit bien réel. « GILLIANE !!! » « WELCOME BACK !!! » « SO, YOU’RE HERE AGAIN » « FOR HOW LONG ? » «FIFTY DAYS ! ». J’ai déjà entendu ça quelque part. Cette fois c’est John, le responsable de l’une des deux compagnies maritimes de Tuvalu. Moi poser fesses sur banc et regarder lagon. Polie j’arrive quand même à ne pas trop décrocher de la conversation : John emploie 150 tuvaluens, il est, avec l’autre compagnie maritime, le second plus gros employeur de l’archipel après le gouvernement. Il loue les services de ses marins aux bateaux allemands et à chaque fois qu’il y a une demande. « Sorry to leave you, but I’ve a family emergency » Ok John, moi m’en faut pas plus, je sais qu’ici ton maillot de bain c’est le pantalon que tu portes, pudeur oblige, alors, ni une ni deux, j’abandonne mes petits camarades et plonge dans le lagon ! Et là si je vous dis comment c’était vous allez me détester pour l’éternité : c’était pas bien, l’eau était trop bonne, trop claire, trop bleue, le soleil trop jaune, l’horreur quoi !

Fun

13 / 02 / 06 - 15 : 57

Mardi 26 juillet : la sauterie chez l’ambassadeur !

Lorsque nous arrivons devant l’impressionnante demeure de l’ambassadeur de France à Fidji, aucun des convives, ambassadeur compris n’est encore arrivé. Un poil empruntés nous finissons par souscrire à l’invitation d’un bel hindou en costume blanc immaculé de pénétrer la demeure et d’apposer nos signatures sur le livre d’or. Nous trouvons ledit cahier à demi-rempli – faut dire qu’il y a quand même pas mal de pages -, le carnet d’adresses de Gilliane, qui, à peu de choses près, a composé la liste des invités du soir, devrait lui permettre de couvrir quelques pages de plus. L’ambassadeur, Eugène Berg, arrive tout juste en voiture. Décontracté, malette à la main, en pantalon de toile et chemise, il nous confie à sa femme Florence, une belle européenne, qui nous invite à nous installer dans le salon. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, ledit salon se remplit du reste des conviés : il y a Diane Mcfadzien, coordinatrice des changements climatiques de la région pacifique au WWF, trois mètres quatre-vingt sans lever les bras ! et une collègue hindou, de taille plus standart - nous apprendrons qu’elles mènent une étude sur le climat et l’adaptabilité à Tuvalu depuis… à peu près deux jours si l’on en juge par l’avancée des travaux, en gros leur projet c’est Sib les énergies renouvelables, l’adhésion de l’ensemble de la population tuvaluenne et un certain nombre d’autres actions et précautions en moins (forget my lack of partiality, mais il y avait chez elles une vraie propension à la rétention d’informations, alors qu’a priori ce sont des thématiques où il est bon de fédérer) – ; Christophe Grandcolas, un genre de dandy du Pacifique, expatrié français un poil blasé qui travaille sur la constitution de systèmes fiscaux adaptés aux petites îles pour le FMI ; Garry Wiseman, coordinateur du PNUD Pacifique Centre, un grand gars à l’humour détonnant qui nous recevra le lendemain dans son bureau pour nous présenter un associé pour le GEF (Global Environment Fund) et l’énergie en racontant qu’il a une vue sur les toilettes publiques de Suva, quand les autres donnent sur la mer ! ; Aren Baoa du South Pacific Community, dont Gilliane disait l’an dernier qu’il avait le sang « kawaté »*, a priori ledit sang ne s’est pas dilué depuis, il est aussi le frère d’Atabi, le musicien que nous avons rencontré la veille ; Julie Sutherland de l'Union Européenne, que nous rencontrerons également le lendemain en privé dans son bureau : une grande dame blonde adorable qui fait beaucoup de bateau et de plongée. Elle nous a raconté avoir effectué un voyage en qualité de spécialiste de la navigation en compagnie d’un australien, de sa femme et de la petite amie de sa femme – une femme moderne pourait-on dire ! ; Yogita, responsable de l'éducation à la Sopac, une institution financée par des subventions internationales qui joue un rôle d’expertise et de communication sur le climat dans la région pacifique ; Léon Zann de l’Université du Pacifique Sud que nous aurons tout le mal du monde à séparer de Pierre en partant tant les deux chercheurs s’étaient engagés loin dans une conversation politico-climato-pleinsdetrucs ; et Taukelina Finikaso, le Haut Commissaire de Tuvalu, que nous croiserons le surlendemain à l’aéroport.
Le dîner fut très bon, même s’il nous fit sourire de déguster une soupe en entrée étant donnée la chaleur qui régnait sur la terrasse et une omelette norvégienne flambée en dessert alors que nous baignons dans le Pacifique (ok c’est l’hiver !). A 23 heures, chacun avait fait le plein de cartes de visites. Après avoir salué l’ambassadeur et sa femme, nous prenons congé pour être gentiment raccompagnés en 4x4 par Christophe Grandcolas. Savoir que nous lui allongeons à peine la route nous permet de déculpabiliser un peu de l’usage de cet engin sur lequel nous avons coutume de déverser notre fiel.
Le lendemain, vous l’aurez compris nous revoyons quelques-uns des conviés à la sauterie, en solo, et Gilliane se verra proposer une visite à l’ambassade ; Eugène Berg porte en effet une jolie confiance à notre chef-mouette et s’intéresse beaucoup au projet : il lui remettra tout un tas de documents à transmettre à Pierre pour compléter les éléments dont il dispose déjà pour l’étude des énergies renouvelables.

Bon et puis avant de nous cuiter !, je tiens à dissiper un malentendu, dû à une malheureuse faute de frappe : dans un paragraphe du blog 3 il était écrit « Après des aux revoirs chaleureux et une invitation pour une nuité chez eux pour Pierre en moi en cas de galère au retour (…) ». Il fallait bien entendu lire “et” et non pas “en” : si le courant passe très très bien dans le trio que nous formons en attendant l’arrivée de Sarah et que le rire fait partie du voyage, nous n’avons pas procédé à, ni n’envisageons du reste, le type de rapprochement corporel suggéré, au sein de la colo. Mille excuses donc à nos moitiés respectives ! Pour celles et/ou ceux que ça intéresse, un cœur (sans faute de frappe !) semble etre malgré tout à prendre parmi nous, just try and figurate who i am talking about ;-) Enfin j’dis ça mais la donne peut changer une fois à Tuvalu… Vous pouvez compter sur moi pour vous raconter tout dans les moindres détails…

Le blog 5 arrive très vite avec son lot de « Talofa ! »
Portez-vous bien !
Fun

* le kawa est une plante : séché, puis broyé en poudre, il se consomme sous la forme d’un mélange liquide épais. Les effets psychotropes ne seraient pas ce qui prédomine, on garde toute sa tête, mais les connexions au système nerveux central sont affectées, de sorte qu’à en consommer en grande quantité les jambes n’hésitent pas à se dérober…



13 / 02 / 06 - 15 : 55
1 commentaire 1 commentaire ( ( 2238 vues ) )

Lundi 25, 13h, les choses sérieuses commencent !

Le Forum du Secrétariat pour le Pacifique où nous avons rendez-vous avec Chalapan Kaluwin, responsable du programme AusAid pour l’étude du climat et de l’élévation du niveau de l’océan pour la zone pacifique, est une sorte de résidence au milieu des cocôtiers et grands arbres en tous genres, paradis pour les oiseaux autant que pour les yeux. Ayant pour mission de filmer l’intégralité de l’entretien mené par Gilliane et Pierre, j’ai pris soin de vérifier tous les réglages de la caméra. L’entretien commence sur les chapeaux de roues, pas le temps d’enfiler le casque pour m’assurer que le son est ok, je prie pour que ce soit le cas. « Des plans larges, moyens et serrés », m’avait dit Gilliane, « et à la fin tu prends des plans de coupe sur les mains, des détails du bureau etc. » Je m’applique, m’efforçant de respirer le moins possible pour surtout… ne pas bouger, tant pis pour les crampes si la position est mauvaise et la tirade longue, c’est que j’ai affaire à une professionnelle ! Chalapan nous explique qu’il a bien constaté une augmentation du niveau de l’océan de 6 mm ( !) sur la dernière année sur Tuvalu – nous avions 4 mm dans nos tablettes -, mais qu’il est difficile de l’attribuer au réchauffement, car d’autres paramètres entrent en compte, tels que le vent qui pousse l’eau depuis Kiribati par exemple. Nous nous étonnons de ses arguments visant à relativiser l’impact du réchauffement puisque le vent qui souffle de Kiribati par exemple, ça ne date pas d’hier. Nous comprenons aussi que le monsieur est plutôt muselé par son financeur : le gouvernement australien ! que son rôle est de ne pas trop en dire tout en précisant bien que ce sont ses informations qui font loi et que le gouvernement australien n’aime pas trop les expertises qui ne passeraient pas par le crible de son dévoué Chalapan. L’homme ceci dit est charmant, il nous propose trois tonnes de documents « made for » Australia qu’il viendra le soir même nous apporter lui-même à l’hôtel, histoire qu’on n’oublie ni notre entrevue, ni les infos qui font loi.
Quelques plans de coupe supplémentaires et nous repartons pour Suva centre. Là c’est récré ! Après un rapide et légumineux léchage de vitrines (nous sommes encore lundi, jour de notre arrivée à 3h à Nadi, je ne vais pas vous le refaire) et une dégustation de spécialités indiennes qui ont bien falli coûter sa langue à Gilliane, qui s’est débarrassé in extremis d’un énorme morceau de piment, suivi d’un capuccino top bon, nous rentrons à l’hôtel. Un coup de fil nous averti que les casquettes que nous avons oubliées dans l’avion d’Air New-Zealand ont été retrouvées. Elles sont à Auckland, terminus du vol, et nous pouvons envoyer un coursier les chercher. Réaliser le prix de revient final des dites casquettes nous déclanche un bon fou rire ! Moi j’aurais bien laché l’affaire, mais c’est mal connaître Gilliane de croire que c’est son cas. Balance, peut-être, pour choisir la couleur des tongues, mais pour le reste l’ascendant que j’ignore doit avoir « têtue » parmi ses qualificatifs. L’affaire des casquettes oubliées n’est donc pas encore classée, des pistes sont déjà lancées pour leur rapatriement vers Tuvalu à moindre coût.
Mes paupières commencent à s’alourdir sévère mais l’infatigable Gigi parvient encore à m’enrôler pour aller boire une bière fidjienne, histoire de débriefer l’inter de l’après-midi, avant l’extinction définitive des feux. Je passe sur les problèmes de transits liés au voyage… oui vaut mieux passer, mais quand même… Pierre, totalement cuit, nous fausse compagnie, faut dire qu’il coupe ses nuits en deux pour terminer un bouquin !
Pour votre information, l’animal rampant qui l’a attaqué au Pacific Hôtel de Los Angeles est enfin identifié ! C’est une puce ! Un insecte qui pourrait bien mettre un peu de distance entre les membres de la colonie, s’il s’avérait qu’elle a pondu des œufs depuis son raid, la saleté ! Jusqu’ici tout va bien, même s’il faut avouer que désormais tout grattage est source de suspission.

Mardi 26 : shopping et internet avant le diner en grandes pompes chez l’ambassadeur
Pierre a bien dormi, ses piqûres le lancent moins et il espère que la puce s’est noyée dans le bain dans lequel il s’est plongé tout entier et ses vêtements ensuite, ne souhaitant pas rester dans l’histoire « comme celui qui a amené des puces à Tuvalu ! ». Après le petit déj’ où Gilliane retrouve par le plus grand des hasards une fille de l’aide nouvelle zélandaise de retour d’une semaine de vacances/travail avec ses enfants à Tuvalu puisqu’elle vient d’y boucler un programme de soutien, nous partons faire quelques emplettes en ville : paréos, chemises, chemises, paréos, chemises, chacun fait sa provision de cadeaux pour le retour. Puis nous passons au café internet pour rassurer tout le monde et désengorger nos boîtes. Gigi nous quitte en cours de route pour retrouver Atabi, l’un des musiciens du groupe de Tuvalu et sa femme Puanita, au bar de l’hôtel. Nous les rejoignons Pierre et moi les mains dégoulinantes de hotdog. Un avant goût de Tuvalu qui fait monter un peu plus encore l’excitation d’y aller (pas le hotdog, la rencontre évidemment). Nous discutons un bon moment et leur montrons notre magnifique Bande dessinée Alofademokentoise, les partitions des chants tuvaluens retranscrites pour la SACEM etc. Le couple est charmant, tous deux étudient à Fidji où ils se sont du reste rencontrés et mariés. Entre autres choses, nous parlons de la violence à Fidji : Atabi nous raconte que l’an dernier une prostituée a été assassinée par son macro chinois qui l’a découpée en morceaux et mise dans une valise. Moi qui me demandais pourquoi ils scannent les bagages de soute à Fidji, j’ai la réponse !
Après des aux revoirs chaleureux et une invitation pour une nuité chez eux pour Pierre en moi en cas de galère au retour, - après l’histoire de la valise, nous acceptons avec plaisir l’hospitalité de ses deux représentants du peuple le moins violent de la planète - ils nous quittent pour aller en cours et nous montons travailler un peu parce qu’on est quand même là pour ça !

Pour ne pas vous accabler, je réserve la sauterie chez l’ambassadeur pour le blog n°4

Vinaka de m’avoir lue !
Fun

13 / 02 / 06 - 15 : 54
329 commentaires 329 commentaires ( ( 8882 vues ) )

Hello, bonjour et pas encore Talofa, mais Bula quand même !

Dans l’avion d’Air New Zealand qui nous conduit à Fidji, réveillée par une odeur de pieds, peu forte, car nous sommes à peine 50 passagers (un blâme du côté des émissions de gaz à effet de serre !), mais soutenue, car malfré tout collective : il est 13h45 à Paris, 4h du mat à Los Angeles que nous avons quitté à 20h30 ce samedi pour les îles Fidji où nous arriverons dans trois heures : il y sera 3h du mat et on sera lundi ! Où est passé dimanche ? Bah il s’est coincé dans un fuseau qu’est-ce que vous voulez, et croyez moi ça fait tout bizarre. Gilliane, elle, est rodée avec ces affaires de décalage horaire, ça fait trois fois qu’elle fait le voyage. Maintenant elle rafle d’entrée les journaux disponibles et repère dès l’embarquement les séries de trois places consécutives où elle pourra pioncer tranquillement, avant de s’en emparer dare dare d’ici à ce que d’autres n’aient la même idée. J’ai fait ma maline en pensant que deux sièges de rang m’iraient tout aussi bien : à condition de tourner le rôti toutes les demi-heures, on va dire que oui. En tout cas j’ai eu plus de chances que Pierre qui, sur deux sièges de rang lui aussi, semble avoir été piqué sur les avants-bras par une bête mystérieuse. Nous résoudrons ce mystère le jour revenu*. Le commandant de bord nous a invité à dîner avant de piquer du nez : la collation ne vallait pas les bons repas d’Air France, mais là au moins on nous a resservi deux fois du vin... australien. Gilliane a d’ailleurs profité du second service pour s’enquérir du recyclage des déchets et autres ustensiles de dinette auprès des stewarts. La réponse n’est pas « génén’ » : « on a peu de place pour les stocker et puis il y a les risques de contamination avec les gobelets, alors seuls les barquettes, tasses et couverts sont réutilisés ». C’est déjà ça, chez Air France tout passe à la poubelle !
Puis la Mouette a volé vers son nid trois places, tandis que Pierre et moi nous pliions en chien de fusil chacun sur une version double siège. Six heures plus tard, je refais donc surface plutôt en forme, Pierre, lui, s’est déjà plongé dans la lecture de l’Encyclopédia Universalis, chapitre Pacifique, dont il nous resservira un résumé circonstancié au petit déjeuner de l’hôtel de Suva un paquet d’heures d’avion, puis de taxi plus tard. Déjà l’odeur du café s’approche depuis le fond de l’appareil au point de menacer la sympathique fermentation d’orteils collective de disparaître tout à fait ! Un café, ça sera pas du luxe ! Le principe de ces vols de nuit, c’est qu’on vous laisse dormir : passé la collation dinatoire, vous n’avez plus de moyen d’hydratation jusqu’au petit matin (enfin j’dis matin pour dire quelque chose) et l’air conditionné ça assèche pas mal ! Y a bien une hotesse qui passe avec une bouteille d’eau, mais ça on peut pas vraiment prévoir quand.
Nous atterrissons à Nadi, capitale du surf de Fidji, sans encombres, passons les contrôles de douanes avec nos fromages, cigarettes, gateaux, chocolats et autres graines au transport moyennement toléré, on ne peut plus facilement, et cherchons un gentil taxi qui acceptera de nous conduire jusqu’à Suva à trois heures de là, d’où nous rejoindrons Tuvalu par un coucou des airs jeudi.
Le chauffeur est un indien que Gilliane n’a pas grande difficulté à faire parler de la situation de sa communauté dans les îles Fidji. Bien qu’ayant fait de longues études, Chitra s’est retrouvé taxi, parce que les fidjiens ne laissent guère les postes à responsabilités aux indiens. Il roule nuit et jour pour subvenir aux besoins de sa famille, les we ou les vacances connaît pas, et parfois il attend avec ses collègues six heures d’affilée avant de voir l’ombre d’un client ! Il ne gagne que 50 dollars fidjiens par semaine (25 euros environ, le prix des casquettes achetées à LA que nous avons oubliées dans l’avion…), l’essentiel des courses est versé à son patron indien « qui doit dormir bien tranquillement à cette heure là » nous dit-il. Il nous raconte aussi que l’une de ses filles a été immolée par son mari. Les violences conjugales à Fidji c’est courant, de même que les viols en rase campagne. Nous prenant en amitié, il nous donne son numéro pour le transit Suva Nadi de la fin août. Le long de la route, ça crapahute sec : nous croisons des chevaux, des chiens, et quelques spécimens de forme applatie sur la route, et, à mesure que le jour se lève, des hommes marchant ou attendant le bus pour aller travailler. « Les accidents ça arrive ». Pas à nous par chance, qui arrivons sans problème vers 6h au Suva Motor Inn, un très mignon petit hôtel bordé d’une végétation luxuriante. Les affaires posées dans les chambres, nous prenons un petit déjeuner sur la terrasse au bord d’une piscine à l’architecture alambiquée : fruits, œufs pochés, bliniz, café à volonté, ça requinque ! Et y a intérêt, vu que l’infatigable Gigi nous a collé un rendez-vous à 13h avec un membre de l’aide australienne pour l’élevation du niveau de la mer. J’vous laisse là, ça fait un siècle que j’ai pas pris de douche, la Mouette avec laquelle je partage la chambre vient de me demander si je comptais en prendre une. Je comprends par là que ça ne serait pas une mauvaise idée. Je lui suggère d’en faire de même. I’m joking of course ! et je vous dis à plus tard !

Fun
* Pierre a en réalité fait l’objet d’une attaque en règle d’insectes rampant, qui l’attendait probablement dans les draps, compte tenu de la localisation des piqûres, au Pacifique Hotel de LA !


13 / 02 / 06 - 15 : 52
1 commentaire 1 commentaire ( ( 2978 vues ) )

28 juillet 2005

Vendredi, le jour sans fin

Casquette rouge, casquette rouge ! tel était le seul moyen pour Pierre Radanne de me repérer à l’aéroport, car nous ne nous étions jamais vus. Les attentats de Londres avaient eu pour conséquence de densifier les contrôles sur la capitale en général et les lieux de transit en particulier, j’avais donc prévenu le retard qui riquait d’être occasionné, en arrivant très très en avance. Pierre, lui, à une demi heure près, c’est ballot !, a eu moins de chance : bouchons sur le périf, puis gigantissime queue aux contrôles de police. Lorsqu’il est enfin arrivé dans la salle d’embarquement, j’avais depuis longtemps décampé avec le bus-navette conduisant jusqu’à l’avion. La fille un chouille stressée que je suis n’a pas imaginé une seconde l’attendre devant les boutiques de duty free ! Je me tenais néanmoins bien droite pour isoler la casquette rouge de la foule de vacanciers et faciliter mon repérage. Mais, d’un : je ne suis pas très grande, et de deux : Pierre était décidément loin derrière. J’ai eu le temps de lui prêter tous les physiques, de faire des sourires droits dans les yeux à des hommes à moustaches dont je pensais qu’il pouvait s’agir de lui, pour m’apercevoir qu’ils étaient accompagnés d’une blonde, d’une rousse ou d’une brune qui me regardait d’un œil moyen confiant. Arrivée dans l’avion, je m’installe, tandis que les navettes continuent de déverser dans l’appareil leur lot de touristes américains et français, pour l’essentiel. Toujours pas de Pierre. Je commence à me demander s’il n’a pas raté l’avion et regrête d’avoir laissé mon portable à Laet, puisque je ne pourrais donner l’alerte qu’arrivée à LA, première étape du voyage. Un couple demande à s’installer à mes côtés. Persuadée que Pierre y avait une place réservée, l’idée que je me suis plantée d’avion me traverse l’esprit, quand un monsieur à moustache me livre un grand sourire. Ça y est, le début de la « colo », comme il le dira après, est réuni : Pierre s’installe sur le siège devant moi, ce qui ne facilitera pas l’interview filmée que j’avais projetée de faire. Nous ne la réaliserons effectivement pas, mais feront abondamment connaissance au risque de se payer le torticolis du siècle, enfin surtout lui. A la première occasion, on a trinqué au champagne dans des gobelets en plastique et sommes passés au tutoiement à une vitesse record. J’ai ensuite essayé de regarder quelques-uns des films proposés, mais je ne crois pas en avoir suivi un en entier : Pierre commentait régulièrement l’étude de la Banque asiatique que je lui avais remise sur Tuvalu et émettait toutes les théories possibles pour diminuer l’impact du décalage horaire sur nos petits organismes : départ de Paris à 13h, arrivée à 16h à LA après 11 heures de vol, soit une journée de 33 h (d’après Pierre, moi j’en comptais 24), puis nous repartons à 20h30 pour arriver à 3h du matin après 11h de vol. Après avoir cherché la solution miracle, y compris auprès d’une jolie hôtesse (ah les hommes !), il admet qu’ « on sera de toutes façons bien tassés » en arrivant à Fidji, priant pour que Gilliane ne nous ait pas concocté un emploi du temps de fous. Je passe une partie du voyage à discuter avec mes voisins, un couple de touristes américains fort sympathiques, dont la rencontre soulignera l’urgence de réchauffer quelque peu mon anglais. « Comment dit-on bateau déjà ? » Je leur ai tout de même parlé, évidemment, de Tuvalu, montré des photos prises par Jocelyne et glissé qu’un DVD d’une qualité exceptionnelle, « Trouble in paradise » existait et qu’ils pouvaient se le procurer auprès d’Alofa, adresse email et site à l’appui. Pierre a fermé l’œil une heure, impossible de le prendre en flag avec la caméra, et moi, ne me suis pas assoupie une seconde toute excitée par ce premier voyage long courrier de ma vie ou presque, et c’est dans un état un peu curieux d’ébriété non éthylique, qu’avec des visages de cartons, des yeux d’asiatiques et le sourire rieur, nous attérissons à LA. Je note en passant sur les écrans de contrôle qui permettaient de suivre le vol en train de se faire que le désert frappe aux portes de San Francisco et que DisneyLand, San Francisco, Las Vegas et Malibu sont sur la côte Est des Etats-Unis et pas trop loin les uns des autres… à vol d’avion !
Nous passons la douane avec une facilité déconcertante : les agents aux mines presque patibulaires prennent quand même les empreintes, photographies d’iris ou du visage entier, difficile de savoir et puis dans ces cas là on n’a que peu envie de demander…, mais ils n’arrêtent vraiment que les gens qui ont coché les cases « oui je suis un terroriste » ou « oui j’ai un passé de très grand bandit et je vais te manger tout crû petit agent » ou encore « oui j’ai acheté des fromages qui puent pleins de bactéries au pays de l’oncle Jacques pour provoquer des maladies chez toi oncle Georges, parce que tu refuses de signer Kyoto », sur le formulaire distribué dans l’avion.
Les bagages récupérés, nouveau contrôle pour la forme et nous sortons de l’aéroport en quête d’un taxi que nous trouvons très vite. Nous nous retrouvons assis très enfoncés à l’arrière, l’horizon bouché jusqu’au-dessus du nez par une sorte de barrière de protection pour le chauffeur, dans un taxi surchauffé. Lui trône un peu en hauteur et se moque gentiment de nos difficultés à préciser l’adresse – j’avais juste oublié un « a » au nom de la rue… -. Un coup de fil à Gilliane pour préciser nos indications et nous faisons route vers Venice via Lincoln Boulevard. Des 4x4 pour les uns, la plupart, des grosses berlines pour les autres, je me demande comment les américains parviendront à changer leurs habitudes au bénéfice de la planète. Pierre me dit qu’ils le feront, contraints, et seront sans doute les dernier de la chaine à réagir.
Gilliane et Chris (Christopher Horner son co-auteur sur « Trouble in paradise), qui a partagé une partie de sa trépidante vie de Mère la Terre, nous acueillent avec un soda bien frais. Nous discutons un peu, Pierre se fait préciser l’objet de sa mission et nous l’accompagnons à l’Hôtel Pacifique (of course), un établissement rempli de surfeurs. Y en a qui auraient été ravies d’être à sa place, moi j’avais déjà donné avec les hommes à moustache ! Pendant que Pierre vérifie la validité de ses théories sur le décalage horaire en piquant un joyeux roupillon, nous prenons avec Gilliane et Chris (que je remercie de parler français dans l’état de décomposition cérébrale avancé dans lequel je me trouve) une petite collation en bord de mer, non loin de l’endroit où Pamela cachait, à peine, jadis, sa melonesque poitrine sous un maillot rouge. Une Budweiser (histoire d’être certaine qu’au prochain contrôle de police lorsqu’on me demandera d’oter la ceinture, le pantalon tiendra bien tout seul) et une gigantesque salade et l’heure de mettre un terme à ce vendredi, qui semble pouvoir encore durer indéfiniment, approche.
Fin du premier épisode.
Fun

13 / 02 / 06 - 15 : 50
1 commentaire 1 commentaire ( ( 2781 vues ) )

le 17 juillet 2005

LOS ANGELES 11h, (paris 20h)
Si j'avais la plume de Fanny qui alimentera une bonne partie de ce blog ou de Laure qui a réalisé celui de 2004, je me sentirais bien plus à l'aise pour ouvrir cette première page
L'impulsion de décrire mes premières sensations et d'inscrire quelques uns des faits marquants de ces dernières 24 heures s'est imprimée en moi en arrivant à Roissy, samedi matin aux aurores.
Envie de partager avec ceux que j'aime et qui savent combien je déteste me lever avec le soleil, ceux qui savent que je me couche souvent juste avant qu'il ne pointe son nez.
Ce samedi matin, il le fallait puisque mon avion pour Los Angeles, première étape sur le chemin de tuvalu, décollait à 10h15... La paranoia des attentats aidant, cela signifie, arriver à l'aéroport a peu près 3 heures avant... J'avais calculé à 5 mn près les derniers gestes, les ultimes choses à faire avant mon départ pour écrire à l'aise. C'est ainsi que couchée à 4 heures, après avoir tenté en vain (presque) de graver le dvd du film de notre ambassa-bird à Tuvalu hiver 2004, je me suis expulsée du lit, comme un ressort, à 5h50 pour arriver à Charles de Gaulle à 7h30.
Une file non négligeable; mais tout se passa bien jusqu'au guichet, mes valises ne furent pas fouillées et on ne m'obligea pas à jeter mon briquet à enregistrement. Le choc à 8h, fut de m'entendre annoncer que j'embarquais à 12h30. L'avion était il retard ? Non ! Je n'étais tout simplement pas bookée sur le 10h15 mais sur le 13h15. Bien sûr j'avais demandé à Georges, notre agent, d'essayer de me mettre sur ce 13h15 mon vol habituel.... mais m'étais basée sur un préitinéraire imprimé par Raphaelle, notre dynamique stagiaire (4e miracle d'Alofa Tuvalu), pour faire mon retro planning du matin.... oubliant que Georges avait réussi à me caser sur mon vol !
La très bonne nouvelle c'est que c'est vraiment top de m'être plantée dans ce sens plutôt que dans l'autre ! L'annonce de la durée de l'attente a provoqué une succession d'images fugitives. Les premières: celle de mon lit que j'avais, par un acte manqué incroyable, quitté 3h trop tôt , celle d'un fauteuil confortable de salon d'attente avec prise électrique pour ranger quelques dossiers électroniques... L'agent lors de l'embarquement m'a clairement indiqué que sans billet business et sans carte frequent flyer gold (la mienne est du niveau en dessous), c'était impossible, pourtant, après avoir fait toutes mes courses (dont des bouquins supplémentaires pour cette attente) je me suis mise en quête du salon Air France... où on m'a gentiment mise dehors : it was rush hour et j'aurais dû venir plus tôt. La bonne nouvelle : un des 2 cafés de l'ère d'enregistrement du 2C, avait une présentation de décor estival avec quelques chaises longues... Je les avais remarquées lors d'un premier passage, ce n'est qu'au deuxième que j'ai vu une voyageuse installée avec son PC branché au mur. Il y avait donc un plug.. Je lui ai demandé dans combien de temps était son avion.... 20 mn... C'est ainsi que j'ai passé 3 heures très rapides, dans une chaise longue avec Ordi et telephone portable.... Parmi les relations entreprises dans ce bureau improvisé : un jeune homme en partance pour Washington, un très bel apprenti diplomate, et une jeune italienne se dirigeant, elle, vers Boston.. et à qui je refilerai la chaise longue en partant, car elle aussi avait quelques heures à attendre.... Autre saynette sans parole cette fois de mon interlocuteur : un jeune qui s'était glissé sur ma chaise les quelques minutes ou je l'ai abandonnée à mon jeune diplomate.... et refusait, sans un mot, juste un regard stubornned... de me la rendre
En écrivant ces mots, je regrette un peu de n'avoir pas filmé, comme j'en prends peu à peu l'habitude au fil de mes séjours ici ; un point que Laure interprète/intitule/analyse comme mon 3e oeil... Apres courte réflexion, outre les différentes scènes toujours plus parlantes en images qu'en mot, le seul personnage que j'aurais voulu imprimer, c'est le jeune diplomate... Une beauté assez classique d'acteur américain, un entre Christopher reeves, le mec d'Alerte a Malibu et de plein d'autres... en intelligent.
Ensuite quoi... Pas de surclassement mais le voyage en économie surbondé de vacances, ne fut pas pénible du tout. J'imaginais que j'allais, dans l'état d'épuisement où je me trouvais avec une semaine de pas plus de 4 heures de sommeil par nuit, m'écrouler et dormir.... Ce que je ne suis jamais capable de faire.. Et bien cette fois non plus... entre les magazines sur lesquels je me jette en entrant dansl'avion, la bande son ou j'ai toujours plaisir à réécouter quelques classiques comme, cette fois, supertramp ou Bob Dylan pour les plus vieux et quelques valeurs actuelles dont je connais le son mais pas l'image et les quelques pas mauvais films, je ne me suis laissée snoozer qu'une heure... Et nous avons atterri dans un Los Angeles smogué.
Les graines emportées pour les Tuvaluens sont passées sans avoir à parlementer au controle, tout comme le saucisson commandé par Chris qui m'attendait dehors.
Pour la première fois, en pres de 20 ans que je fais régulièrement le voyage Paris Los Angels (ou je partage un bungalow avec Chris), dans le Parking, une subaru noire au lieu de la Mustang blanche mythique... celle de la première série de California Visions. C'est aussi la première fois que j'entre dans ma vie californienne, dans ma co-maison, pour ne pas y rester... et sans émotion. Et je n'ai pas pu entrer dans le hot tub traditionnel au dela des genoux : trop chaud !
Après une nuit quasi ininterrompue d'une dizaine d'heures, me revoici venicienne, dans le petit bureau qui fut mon quotidien pendant près de 20 ans et qui m'hebergera une semaine avant l'arrivée de Fanny (Héros) et Pierre (Radanne) vendredi prochain, et avant notre départ, tous ensemble, samedi 23 Juillet, pour Fidji.
Un paquet de choses à faire avant de partir, as usual : derniers achats pour Tuvalu comme des petits accessoires video ou pharmaceuticaux comme de l'aspirine ou du B1 pour les moustiques, et autres préparatifs Fidji et Tuvalu... Comme accepter et préparer la proposition de notre ambassadeur d'organiser un cocktail ou buffet lors de notre passage ?
Meanwhile, c'est fantastique de pouvoir prendre le temps de taper ces lignes imparfaites, d'être en mesure de vivre à mon rythme en oubliant les urgences pour la journée.
Glg

13 / 02 / 06 - 15 : 36
1 commentaire 1 commentaire ( ( 2596 vues ) )



01 / 01 / 00 - 00 : 00
1 commentaire 1 commentaire ( ( 3080 vues ) )



01 / 01 / 00 - 00 : 00
1 commentaire 1 commentaire ( ( 2287 vues ) )



01 / 01 / 00 - 00 : 00


Précédent Suivant

powered by pppBLOG v 0.3.6