Accueil / Www.alofatuvalu.tv / You Tube / Flickr / Twitter / Me Contacter / Login
Tuvalu Earth Hour 2009 : The only country where the power was cut from the source !

Tuvalu, the tiniest nation on earth and the most vulnerable to Climate Change, was the only country, on March 28 2009th, to take into account Earth Hour, nationally, by powering down the whole country. Saving 284 kg Co2 on the main island.

In 2009, following up on last year’s first shot at Earth Hour, the Tuvalu Climate Action Network (TUCAN) chose to have the activity pass cabinet and to make Earth Hour a national event : the power was cut from the Tuvalu Electricity Corporation on the 9 islands of the archipelago.

This year only one preparation meeting was necessary to coordinate the event. Members of TUCAN, the organization coordinating Earth Hour in Tuvalu. One week before the planned members met : Semese Alefaio (TANGO, a marine life specialist, acting in the absence of President Tafaue Lusama defending the cause abroad), Tataua Pese (Red Cross), Hilia Vavae (Met Office), Gilliane Le Gallic (Alofa Tuvalu), It is to be noted that all are founding members of the Alofa Tuvalu NGO. Solomona Metia represented the Environment Office.

Was decided to reproduce last year strategy by updating the paper to be presented to Cabinet meeting 2 days prior to the event. It was also decided to communicate to the population prior to the event and internationally after it took place with a press release and a video to be posted .

A few days before March 28th, Semese organized radio interviews and announcements, while Tataua was translating the e-poster received by the international coordinators (who had failed to drop some printed documents at the high commission in Suva). For the video, Gilliane was to film the coast and government building from the Australian Navy patrol boat in Funafuti Lagoon. Solomona to shoot drive by sequences along the 13rd km of tar sealed road on the Fongafale atoll. Sarah Hemstock (Alofa Tuvalu’s biomass scientist) and Melton Tauetia (Climate Change officer and Alofa Tuvalu’s general secretary) who arrived the day before, offered to to be at Tuvalu Electricity Cooporation, and at the south end of the island.

A survey the Friday before the planned Earth Hour Day revealed that if the GoT building was not lit prior to the cut, there would not be anything to see. Stepping out of the boat, Solofa Uota, Secretary of Government, was reached to get the authorization to turn on the bulding’s lights 5 mins before the cut. Solofa immediately offered to come himself to make sure it would be done. Agreement was made with the Patrol boat captain too.

Friday night, Tataua printed his draft of poster for submitting to Semese, Sarah and Gilliane. Few small changes and Tataua rush to print them and pass them around to Semese, Solomona and Sarah for them to go around Saturday morning to post them in public places with explanations as to why the event was taking place and its relevance to Tuvalu.

On Saturday night everyone was getting ready and kind of met by chance at the hotel, at around 7.30. Sarah went to check at TEC how she could get in to film and realized there was no one there and no one knew that the electricity had to be shut down. On her way back she met Tataua who had had the same info and was looking for Solofa to resolve this issue as clearly TEC had not been warned by GoT. Solofa made himself immediately available and went, with Tataua, to inform Mafalu who gathered his team in less than 15 mins. At the said hour, the power was cut. Only in Tuvalu can this happen ! And only in Tuvalu did Earth Hour lasted 90 mins !

People dealt with the lack of electricity in a variety of ways : candles mostly but also torch lights and vehicles lights and everyone we had a chance to interview were quite pleased about participating in the event and not bothered about the inconvenience.

In the rush, though, the hospital was turned off too for something like 1/2h. Power was turned back on, luckily without incident.

Apart from making sure this does not happen anymore, another obvious lesson learned is to make sure more than once that TEC is informed. Among other abnormalities pointed out by Tataua and seen on video, one store, JY , seemed to have done « business as usual » and run generators.

Thanks all the Tuvaluans who took up the challenge to make of the tiniest nation on earth,
the most threatened by Climate Change, the only state to cut its power from the source : the Electricity provider ! And to save around 300 kg of Co2 nationally.

In Tuvalu, in many aspects of life, things can happen faster than anywhere else in the world. In Tuvalu time has another value and in Tuvalu, the video edited for immediate release is awaiting being screened by the Tucan members who did participate before being released.

A short press release extracted from this report will be sent to international media.

A video was edited by Alofa Tuvalu for TUCAN from segments shot by : Melton Taueia, Patsi & Solomona Metia, Sarah Hemstock, Gilliane Le Gallic. All rights are reserved and copyright belong to ©ALOFATUVALU/TUCAN 2009. The video will be posted on Youtube and forwarded to the organizers of Earth Hour, WWF.

We take the opportunity of this to allow ourselves to correct WWF’s mistake in reporting the event : locating Tuvalu in Fiji and calling Tuvalu’s capital “Suva” !!!!! TUVALU and FIJI are 2 different sovereign nations. Suva is Fiji’s capital while TUVALU’s capital is FUNAFUTI.

14 / 04 / 09 - 18 : 00

Le Jeudi 19 a démarré sur les chapeaux de roue...

... pour récupérer mes emails et expédier ceux du jour… avant de jouer les « looking desesperatly for Temu » dans l’immeuble du gouvernement… A 10h, 10h30, 11h, j’ai pointé mon nez au bureau de l’éducation. Elle pas. Je l’ai croisée dans les couloirs alors que je courais à la banque pour sortir un peu de liquide pour Sarah. Nous sommes remontées à son bureau et je lui ai expliqué que ces documents n’étaient pas adaptés en tant que tels pour les enfants et que si son événement n’avait pas lieu dans la journée, il serait sans doute mieux si Sarah et/ou moi étions présents pour les expliquer… J’ai parlé de Small is Beautiful, du chapiteau à Tahiti et ça l’a bien tenté. Comme tous les autres tuvaluens, elle a emporté chez elle le dvd Trouble. Elle a refusé celui de Gore… Elle devait me le rendre le lendemain… Rencontré dimanche, elle s’est arrêtée pour saluer Sarah et nous recontacte quand elle met en place son opération. Le film ? Pas eu le temps de le voir encore.. Soon.

A l’aéroport, passé des colliers au cou des Danish guys. Eux m’ont donné une bouteille de vin qu’ils avaient apportée avec eux. Félicité Tavau pour son nouvel haircut… A raz.. Goodbye à John. Et Sarah est sortie.. On a vite déposé ses valises dans le coffre de Tala qui était au rendez vous fixé la veille et en courant, elle et les 2 danois sont allés s’asseoir au Filamona pour une interview, convenue à l’avance. Puis, enfin, elle a pu vider ses valises de la caisse à outils, caisses de pharmacie, matériel de pêche et autres cadeaux.

Moi je suis allée montrer aux telecom que, oui, enfin, nous avions un modem et payer notre abonnement bien que nous n’ayons toujours pas de ligne téléphonique. Récupéré au passage le son de l’interview réalisée par TMC, et à l’hôtel, deux employés ont sauté dans leur camion pour récupérer la grosse branche que je convoitais depuis un moment. Ils l’ont déposée à la maison et moi je me suis installée pour lire les mails enregistrés le matin.

Tentative de déposer les infos sur le marché du Nonu à Fiji au secrétaire général de l’eglise et son accolyte, un membre du parlement, qui tentent d’en monter un commerce. Personne. Enfin si, mais pas eux. Je repasserai.

Et la soirée s’est terminée sur un blabla de plusieurs heures après une soupe de lentille (dal) avec Sarah. Depuis mon départ nous n’avions pas communiqué sauf pour lurgence méthanol qu’elle devait transporter. Une mise à jour des petites histoires de Tuvalu indispensable.
Et exceptionnellement pas de session internet ce soir là.



13 / 04 / 09 - 09 : 56

Mercredi 18 mars 2009

Bientôt un mois que j’ai repris ma vie tuvaluenne et toujours un mois de décalage dans le postage des blogs. Ce n’est pas que je n’ai pas fourni au quotidien, c’est juste que ni Fanny ni moi n’avons le temps de relire pour élaguer mes notes toujours trop longues. Je ne sais donc pas quand ces pages seront postées… Pour moi elles sont des pages rattrapées sur une chronologie au quotidien de plus en plus difficile à tenir, depuis que Sarah est arrivée. J’avais posé des mots clefs pour éviter l’oubli inévitable après une semaine.. Déjà en fin de journée je ne sais plus ce que j’ai fait ni qui j’ai vu alors si je n’avais pas jeté ces mots clefs je serais aujourd’hui totalement paumée..

C’est sans doute parce que je commençais à culpabiliser d’avoir envoyé un peu promener Sandrine sur la recherche des documents qui lui manquent pour boucler l’étape 1 du Tuvalu Marine Life (étape 1 si on fait abstraction des 3 ans passés à développer le projet biodiversité) que ce mercredi 18 Mars j’ai eu l’impulsion soudaine d’y consacrer ma matinée en essayant « to kill 2 birds with one stone » à chaque étape.

Premier stop : la « UPS library » om je devais déposer la BD en tuvaluen et en Anglais et aussi bien sûr voir s’ils disposaient de documentation sur les poissons … Au moins un objectif atteint : le dépôt des BD. La fille semblait un peu déçue. Sa demande d’il y a quelques semaines portait en fait plutôt sur le film mails 1-Elle avait mal exprimé et 2-On a distribué assez de films à Tuvalu, ils ont fait assez de copies pour les marins, leur famille un peu partout dans le pacifique pour que nous distributions avec discernement désormais. Car quand il s’agit du film, il est évident que la copie se retrouve à la maison et n’appartient plus aux archives. C’est ce que j’ai pu remarquer, un peu plus tard, aux Archives Nationales où nous avions remis, pour archivage plusieurs copies du film et des extraits presse qui allaient avec.. Pas de copie, nulle part.. J’allais dire que les documents sur les fisheries étaient « répertoriée » mais à Tuvalu , le mot à mon avis n’existe pas. Il y a eu sans doute de la part d’un palagi de passage, tentative d’organiser les bouquins et rapports divers. Dans la catégorie « fish » un dossier d’archives presque plein et quelques dossiers qui traînaient autour, posés là comme par hasard. Une quinzaine de rapports et autres survey, principalement sur la pêche, dont 3, bien différents et émanant de 3 organismes différents de la région, portaient le même numéro d’archivage, tandis que d’autres volumes n’étaient pas numérotés…

Sur le chemin des fisheries, vu Leota pour prévenir de notre voyage à Amatuku prévu le vendredi.

Comme d’habitude, près du port, en remodelage par une équipe de japonais, j’ai eu du mal à trouver le bon bâtiment. Dans un bureau, une jeune femme et 2 mecs, dont les visages ne me disaient rien. Ce n’était pas ma copine Frida, une bénévole de la Croix Rouge, partie, comme une bonne douzaine d’autres, étudier overseas. Dans son cas, c’est à Fidji, mais ils sont nombreux à parachever leurs études en Australie et en Nouvelle Zélande aussi… C’est peut être ce qui fait penser à quelques journalistes qui ne vérifient pas plus loin que la première information reçue que la communauté de New Zealand compte 4 à 5000 personnes !!! Alors qu’ils sont moins de la moitié.

Au retour, un saut à la coopérative où j’espérais qu’ils me livreraient mes 2 vieux futs coupés en deux pour notre potager, mais, s’ils avaient les futs (vendus 1 dollar) ils n’avaient plus de gaz pour alimenter la machine qui pourrait les découper… Au prochain cargo..

Un petit coucou à Father camillo, pour vérifier l’état de sa main, toujours très gonflée après l’attaque des sucettes à la noix de coco… J’ai dû l’expliquer déjà mais en deux mots : il est victime d’une allergie à la noix de coco depuis 31 ans et a réussi à ne s’alimenter d’aucun produit à base de noix de coco (un exploit à Tuvalu) mais n’a pas eu cette vigilance pour prendre dans sa main ces sucettes. Cette seule action a déclenché une crise qui dure depuis bientôt 3 mois ! Il avait réussi cependant à dactylographier la 2e lettre en Français qu’il lui fallait écrire. Je ne sais pas trop quoi faire pour lui. Et bien sur ce ne sont pas les antibiotiques que les toubibs d’ici donnent à tout bout de champ qui ont aidé… Sarah va demander à un de ses potes toubibs.

Visite désormais quotidienne à Sue et Semu, to sort out an optional way to bring freight in Tuvalu than DHL. Silia leur fille se mettait sur le coup et allait nous trouver une compagnie avec laquelle travaille le transitaire à Fidji… La mob électrique et les fours solaires devraient être emballés en fin de semaine… par bonheur, là aussi, petit délai de la part de Zane (le distributeur de moto et scooters électriques.

Déjeuner sur le pouce mitonné par john. Et j’étais la première, avec Semese, à la réunion prévue par TuCan, le Rac Tuvaluen, pour le Earth Hour. Eu le temps de tailler une bavette avec Utala puis Lee et le Captain de TMTI qui passaient par là. Puis sont arrivés Tataua (red cross),Solomona (department de l’environnement) et Hilia rencontrée la veille.

Petite virée chez Nala pour récupérer les rideaux ourlés par sa copine puisque sa machine à elle ne marchait plus… Sur le chemin du retour, vérifié chez TMC quel était exactement le problème qui les empêchait désormais de poster des infos sur tuvalunews.tv. Le site avait été mis à disposition par Tuvalu Overview qui s’est agacé de la fréquence plus qu’aléatoire des infos et a prétexté le coût occasionné par cette page pour l’arrêter. Depuis, les media attendent patiemment que le service informatique du gouvernement leur crée un site.. Ca fait presqu’un an. J’ai proposé d’ouvrir une page blog sur notre site. J’espère que c’est possible… Mais y’a de toute évidence pas d’urgence..

Pause à la coopérative, Fusi, pour une poignée de victuailles pour l’arrivée de Sarah le lendemain. Croisé James chargé des demandes de fond UE et donc de EDF 10 sur les déchets dont le plan et celui de Taiwan n’arrivent pas à s’intégrer. L’un a une vision mais peu pensée, l’autre un programme pensé mais a l’envers… sans aucun début d’apprentissage du tri sélectif. Ils avaient eu une réunion et UE estimait que le programme des taiwanais allait se planter et que UE prendrait la suite.. ou plutôt réduirait le plan taiwanais à la seule récolte de déchets organiques (ce qu’ils font déjà non officiellement avec le waste management chargé du ramassage).

Just’en face, devant la maison où habitait notre amie Teu avant d’être nommée au Kaupule de son île, Nanumea, j’ai abordée une femme dont le visage me disait quelque chose : « vous êtes la sœur de Teu »… « Non, je suis Lorraine »… Un peu confuse , je l’ai alors reconnue. A ma décharge nous ne nous étions rencontrées qu’une fois, aux funérailles de son mari, Filipo, en 2007. Je lui avais promis alors une copie de son mari s’éclatant au Fagogo. Il adorait chanter et s’en sortait bien. Mais aussi une copie de la video mise bout à bout en gros blocs par Fanny la même année.

De retour à la maison, la surprise de la soirée fut Temu, la directrice d’école, à la recherche de posters et documentation sur le climat et les énergies.. Pour les enfants. A part la BD sur laquelle ils ont déjà travaillé, je n’avais pas grand chose et certainement pas des posters mais j’ai promis de voir ce que je pouvais lui trouver… « Tu en as besoin quand ? » « Demain matin »… Ca m’a bouffé un bout de la soirée mais j’étais prête, le lendemain, entre 10 et 11h, comme elle me l’avait demandé au bureau du ministère de l’éducation. 2 DVD, Trouble et Gore, des photos de nos trucs de biomasse ici, le power point de Gilles… et quelques autres documents.

Apéro sympathique avec John and Kat(y, la prof marrante mariée à un tuvaluen, puis dîner assez beurk avec John qui prenait l’avion le lendemain pour un mois. Je voulais le sortir de chez lui et a priori, le restaurant chinois, réouvert depuis une semaine, est le meilleur du coin… Ce ne fut pas le cas ce soir là mais ça nous a bien amusés. Il avait comme à son habitude apporté bouteille de rouge et verres à pied. Il a d’ailleurs transformé 2 bouteilles plus bellles que bonnes bues ces derniers jours en carafes « aqua alofa » avec son eau purifiée.



13 / 04 / 09 - 09 : 54

Mardi 17 Mars 16h30

De retour à la maison pour rédiger plus de mails encore… et revoir le rapport réalisé par Fanny pour la finalisation de notre convention avec le Conseil Régional d’IdF. Je n’ai pas osé imprimer ces 16 pages chez Alpha… C’est pourtant la méthode que je préfère pour lire et corriger quoi que ce soit de plus long qu’une page. J’aurais dû mais je ne peux pas m’empêcher de culpabiliser de profiter autant de l’hospitalité de John, Eti et Sina…

Hier matin encore… Enfin… il était plus proche de midi que du petit déjeuner que j’avais pris assez tardivement, sur la terrasse, comme d’hab.

Quand je suis arrivée ma pile de mails à envoyer sur ma clé, John préparait des œufs au bacon pour Eti et lui. Bien sûr ils m’ont conviée et… bien sûr, j’ai accepté avec plaisir. Il y avait longtemps que je n’avais pas dégusté de vrai bacon cuisiné par un connaisseur !

A 14h pétantes, j’ai commencé mon tour des bureaux, jusqu’à 18h et pour la plupart de mes visites, ce fut à refaire aujourd’hui, pour une raison ou une autre :

Telecom dont l’un des deux techniciens n’avait pas remis à l’autre le numéro que j’avais laissé vendredi… Normal.. On n’a perdu que 3 jours encore… La bonne nouvelle d’aujourd’hui, alors que j’allais relancer notre fournisseur de modem à Fiji, John m’a appris que David, (son second à Fiji qui a, entre autres responsabilités, la signature sur notre compte) avait récupéré les modems et les déposaient à l’hotel où Sarah va se poser (le seul souci c’est que personne à l’hotel n’est au courant de son arrivée.. pas grave, ils nous connaissent tous et en particulier John qui a vécu dans cet hotel plus d’un an)… A Telecom je retourne jeudi après midi, notre modem en main…

Ressources humaines pour voir où ils en étaient de la sélection des candidatures au poste de responsable video des affairs sociales du ministère des Home Affairs qu’ils devaient faire il y a 15 jours… et reportée à une dizaine de jours. Je pense que je serai du comité de sélection et ils sont demandeurs d’un peu de training.

Solomai, Sue & Semu, un des rares importateurs locaux pour vérifier s’ils avaient un nom de compagnie, de bateau qui fait le trajet US/Suva pour que Chris puisse y déposer notre caisse avec la moto et les fours solaires…. Pas encore. Ils ne m’ont toujours pas donné de noms mais demandé les dimensions et le port d’embarquement… ce que j’ai été en mesure de leur confirmer aujourd’hui (en deux voyages, le premier pour donner les dimensions à Sue, le second après avoir reçu la réponse de Chris, au mari pour confirmer que San Pedro ou Long Beach étaient les ports d’embarquement les plus proches… Je me demande quand tout ça va arriver. Avant mon départ en Juin, j’espère…

Grace et Leota : comme ailleurs je n’en ai vu qu’un a la fois. Merci à Grace pour le prêt « forfait séjour » de sa bike.. et je voulais prévenir Leota (chef ingénieur à Amatuku) que Sarah et moi nous rendrions à Amatuku vendredi… Il ne reprend son taf que la semaine prochaine mais tient à participer avec nous à toutes les étapes. Leurs mécanos en ont profité pour redresser un peu la mob qui était tombée deux fois… mais pas assez solidement pour que le clignotant ne repende pas lamentablement le long de la mob après 10 mètres.. Repassée ce mardi. Là, y’avait personne..

Pula, directrice des associations de femmes, ex première dame, avec laquelle la relation n’était pas des plus cordiale depuis qu’elle n’était plus la première… et surtout depuis notre émission de radio où Nala, la nouvelle première dame, expliquait qu’en coupant la climat de la chambre de sa résidence, elle avait économisé un paquet de dollars par mois… Je l’avais croisée à plusieurs reprises, demandant à ce qu’on se voit et elle semblait plus amène.

Rendez vous fut donc pris pour ce matin… Le sujet principal du rendez vous : lui parler de l’idée de laverie de couches que je pensais pas développer à ce voyage mais les circonstances s’y prêtant, battons le fer tant qu’il est chaud… Elle est enthousiaste sur l’idée (autant qu’elle peut le montrer)… sur les fours solaires (dont l’association de femmes n’avaient pas entendu parler de la démonstration Sopac, c’est dire de l’utilité de ce dernier atelier…) En fin de conversation, je lui ai expliqué qu’il était important dans un si petit pays que tout le monde travaille avec tout le monde… Nala avec elle… « Elle ne m’aime pas… Elle ne me regarde même pas quand elle me voit » « Tu sais Pula, fin 2006, tu étais tellement déçue de n’être plus sur le trône que ça se voyait, tu avais l’air en colère, et je me suis demandée si tu ne m’en voulais pas de quelque chose… Aujourd’hui tu as l’air mieux… » « Oui, je m’en fiche maintenant de ce que les gens peuvent dire ou penser.. tout le monde dit du mal de tout le monde à Tuvalu.. » « C’est partout pareil, Pula, l’humain est humain… Super de ne plus s’en faire… » Elle a amené le sujet radio… « oui ce truc, je ne sais pas si tu l’interviewais… mais elle disait du mal de nous… « « pas du tout, rien n’était dirigé contre toi… Tu avais tout à fait le droit d’utiliser l’aircon… Nala avait aussi le droit de ne pas l’utiliser.. L’important c’est qu’aujourd’hui tu sois plus zen et qu’on essaie de tous travailler ensemble… »… Nouveau rendez vous vendredi next week, au retour de Monika (qui m’oblige a aller un peu vite sur ce projet en proposant de se mettre immédiatement sur une demande de fonds) au snack bar des femmes.

Parmi les mails d’hier : une convocation à une réunion de TuCan demain, expédié par un Semese qui, après ses airs de fuite que je comprends maintenant, s’emballe à nouveau pour Alofa. Ce matin, il me voyait à toutes les réunions qu’il organise jusqu’à mon départ… et rêve déjà de tout ce qu’on pourra faire.. Je suis même invitée à un week end de 4 jours pour Pâques à Funafala, un îlot occupé par une poignée de familles, où nous avions passé une nuit avec la Croix Rouge l’an dernier, Quand je lui ai demandé d’envoyer le rapport poisson (toujours pas terminé…., là où il en était) à Sandrine*, il m’a répondu « Je te l’enverrai à toi ».. « Et pourquoi pas à Sandrine ? « « je n’aime pas les scientifiques »… « C’est une chouette fille tu sais » il a souri… Et alors que je me fais toujours une petite parano quant à l’estime dans laquelle me porte la responsable de Tango, quand j’ai demandé « est ce que je suis bienvenu cette année dans les bureaux de Tango… » « bien sûr, viens quand tu veux et si tu veux louer des bureaux dans le nouveau building, ce sera avec plaisir.. ». Donc j’irai, de toute façon, en toute honnêteté je leur dois une visite et une réunion pour confirmer nos dires (confirmés par email quand même) de l’an dernier sur leur étude et leur rapport pour le bouquin. Quand j’ai voulu mettre tout au clair par email, Taukiei m’avait répondu on voit ça quand tu viens.. J’ai aussi réalisé que pour beaucoup de gens (y compris les palagis comme la femme de l’ingénieur environnemental) que nous n’avons prévenu personne sauf les amis proches des reports, cette année comme la précédente, de mon arrivée. Semese lui m’avait relancé vers septembre sans mentionner bien sûr que j’avais promis de revenir dans ces eaux-là pour lui porter les quelques photos prises ce jour volé où l’avion en panne avait décidé de m’octroyer une journée de rab. J’ai envoyé quelques photos plusieurs semaines plus tard… en m’excusant et en espérant que c’était toujours d’actualité… Pas de réponse. Bien sûr, j’ai lancé le sujet avant de clore la conversation du jour : « t’as bien reçu les photos, tu les as utilisées » « oui, merci » « euh, tu pouvais pas me prévenir.. dire merci alors.. » en me marrant et lui proposant un « hi5 ». Mais ce qui me semble le plus important de tout c’est qu’il est revenu à Tuvalu parce qu’il ne veut pas migrer en NZ comme toute sa famille qu’il avait rejointe aux Iles Marshall s’apprête à le faire. « Ne resteront que les plus forts ».

*Ce que Semese détient, c’est la base de notre projet Biodiv puisque celui ci a été écrit avec lui, pour eux… Si Sandrine ne l’obtient pas dans les semaines qui viennent, elle ne pourra pas au prochain voyage prévu début mai, faire sa « restitution » aux communautés comme prévu..

Quoi encore hier et aujourd’hui ?

Ah oui : Monise , le directeur général de TCS, la coopérative, principal importateur… pour lui déposer le parfum qu’il m’avait demandé de leur rapporter, Terre d’Hermès.. Je lui ai raconté notre visite à la boutique Hermès, rue St Honoré.. Je lui ai demandé des barils..découpés. Ils en ont des entiers, tout rouillés, mais après j’en fais quoi… Faut que j’y retourne..

Avant et après Monise, transport de seau de terre tamisé du jardin de Patipati qu’il m’a fait tellement plaisir de revoir… fait des graines Kokopeli et Ferme Ste Marthe…. A notre péninsule totalement dépourvue de ce qu’on peut appeler terre… au mieux une fine poussière sableuse, balayée donc consciencieusement, religieusement tous les matins… Le premier voyage fut un peu scrablleux, le seau déséquilibrait la mob et je faisais peine même aux enfants qui me voyaient passer « ca va ? »… Encore quelques seaux empruntés (avec sa permission) dans le jardin d’Eti et tout sera fin prêt pour que Sarah et moi préparions nos plantations… Me reste à trouver aussi des vieux containers plastiques du diamètre des gouttières pour éviter à la terre de s’écouler à la moindre pluie.

TMC pour demander enregistrement itw+postage sur tuvalu ;news.. comme d’hab rien obtenu sur le coup… en revanche, merci à la productrice Tiani que j’aime beaucoup… j’ai retrouvé mon cahier de notes, perdu y’a plus de 15 jours, j’étais tellement sûre que c’était paumé à Amatuku que j’en avais fait mon deuil. Bien sûr je n’ai pas pu le récupérer immédiatement car les garçons avaient vidé 2 bureaux pour la party du soir organisée par une équipe de japonais venue pour refaire les locaux et la tour d’émission de TMC.. Comme j’y étais invitée, ce n’était donc que partie remise pour remettre mon notebook dans mon sac… Le chef de l’équipe japonaise parlait un peu français, sympathique mais dur à la négociation m’ont dit les filles de TMC qui tenaient à ce qu’ils reviennent à leur proposition d’origine, faire un bâtiment à un étage… alors qu’ils proposent maintenant de garder la même surface de locaux… ce qui est un peu idiot… Finances.. Finances répondaient-ils à la réunion… J’y suis allée de mon « et si vous pouvez pensez à un panneau solaire ou 2 » « je n’ai rien entendu », a plaisanté le responsable…

John m’ayant dit qu’il cherchait l’équipe néozélandaise de toubibs des yeux pour voir si c’étaient les mêmes que l’an dernier.. je suis passée voir à l’hôtel. Au bar, Eti et un autre tuvaluen dont j’ai oublié nom et fonction, l’australien du département des finances qui vient régulièrement et un jeune homme, un très beau garçon je dois dire, qui m’interpelle : « you must be Gilliane le Gallic » avec un accent parfait… « euh.. oui.. » « Tony Kortegast – un pote qui avait fait l’étude sur les déchets – qui travaille dans la même boite que moi m’a dit de voir si vous étiez sur l’île.. » « ah sympa, vous vous occupez des déchets… vous êtes dans l’équipe UE ? » « Non, je suis ingénieur geo ».

Le couple de mariés… allemands. Venus à Tuvalu pour se marier. Je me suis présentée car je savais qu’ils repartaient le lendemain…. « I’m Gilliane » « you are the one with the film Trouble in Paradise. How can we see it ? » « There’s 15mm streaming somewhere on the web » Je ne dis plus que j’ai une copie surtout à la veille d’un départ, faut aller la chercher, la récupérer… tout ça c’est du temps… que je n’ai vraiment pas. Risasi m’a dit aujourd’hui qu’elle avait essayé de me joindre pour que je sois présente à la petite cérémonie que l’hôtel avait préparée pour eux… J’aurais bien aimé mais bon, je ne peux pas être partout non plus..

Le visiteur du soir : J’aurais aimé me filmer à l’affût, les coudes sur le comptoir de la cuisine, attendant que le rat caché dans le four et sans doute auteur de la plupart des bruits des dernières semaines et surtout de la dernière, veuille bien montrer sa tronche… Y’avait pas de doute, c’était bien un rat : en rentrant hier fin d’aprèm (avant de repartir pour TMC), j’avais juste vu la queue rentrer dans la cuisine…. Ce rat aime l’eau… Il n’y a rien à manger et le dernier sachet de mort à rat n’a pas été ouvert depuis une bonne semaine… Je m’étais donc dit que j’étais venue à bout de l’invasion… Sauf que tous les jours je découvrais ici une petite crotte, là un truc qui était tombé, principalement dans la salle de bain.. Et je n’oublierai jamais surtout ma frayeur de la nuit où entrant dans la salle d’eau, un animal m’a couru sur le pied… Je m’étais fait la réflexion que c’était plutôt doux, je n’avais pas senti de griffes… ca semblait aussi plutôt léger…au point que je me demandais si ce n’était pas un gecko. Hier soir, avec un peu de patience j’ai compris : c’est un petit rat, plutôt mignon à peine plus gros que deux petites souris mises bout à bout… Je lui ai fait peur de temps en temps, en remuant la cuisinière, ou en tapant dans les portes de placards mais sauf à être prête à une vraie chasse, en ouvrant la porte pour qu’il puisse trouver une sortie facile, à 1h du mat, ce n’était plus le moment. J’ai juste prié que, vue sa taille, il ne puisse pas passer sous la porte de ma chambre..

Parmi les autres rencontres du mardi : Pusileni que j’avais prévu de voir hier puisqu’il avait dit qu’il organiserait une réunion pour parler des bateaux à vent. « I owe you an apology… I have not organized it… What about Friday.. » « But Friday John is gone, you know he is a captain, I’m not… » « It is just to introduce our guys to the technology not to enter into details.. » « OK, I’ll come…euh maybe not… I ought to go to Amatuku »… On verra avec Sarah : peut être réunion voile le matin et amatuku l’après midi.

Et le gardien de PWD qui me laisse passer sans m’interroger et repartir avec du matos sans problème. Les ouvriers que je remerciaient d’avoir livré les gouttières. Non, ils n’ont pas de « fitting » pour ces gouttières.. En jetant un œil, j’ai vu des cercles en je ne sais quelle matière qui pourraient servir… Je n’ai pu en attraper que 3 sur les 5 en vue. Et passer de l’autre côté est une aventure, un piège à rats où je ne mettrai plus les pieds après les avoir vus courir (les rats) à chaque fois que je me suis rendue sur le site de PWD, les premières années. C’est le seul endroit où j’en voyais, avec la décharge..

A 11h30, une bonne douzaine de japonais est descendus de l’avion tandis que la vingtaine de scientifiques du même pays arrivés jeudi dernier à la recherche de la créature qui produit le sable de Funafuti y remontaient pour remplir les ¾ de l’avion… Même chassé croisé de palagis : il en descendu plus qu’il n’en est monté… Et Seulement 2 tuvaluens ont pu embarquer à Suva ce jour là… Je n’ai pas fait attention à combien de tuvaluens ont pu partir… mais sans doute pas plus de 2. Parmi les Palagis qui repartaient, le sympathique néozélandais, le newly married couple et une paire d’autres que j’ai pas eu l’occasion de croiser, qui dormaient au Filamona..

Premier sashimi du séjour : délicieux…, après 3 semaines quand même alors que j’ai vu des poissons s’échanger dans les rues presque tous les jours, dont, samedi, sur un étal 3 yellow fins de plus d’un mètre… Les pêcheurs étaient passés prévenir patipati cheffe de la cuisine quand elle me montrait son jardin. Elle leur avait dit d’en déposer deux à l’hôtel… Ca devait donc être l’un d’entre eux…) Nous avons savouré chaque petits bouts, John et moi, sur la terrasse de l’hôtel où déjeunaient aussi, de curry chicken, 2 paires de palagis débarquées du jour..

Parmi les 36 mails reçus et expédiés aujourd’hui : un Nième collectionneur de cartes postales timbrées… Il décrit sa collection et en PS insiste : il est à la recherche de cette carte depuis longtemps, ajoutant « je me demande ce que je peux faire de plus » . J’ai failli répondre sur le champ « hey dude, what about proposing to pay for the expense or at least acknowledging it ? »

Enfin pu répondre à une proposition d’amis sur Hi5, de la patronne d’air pacific, avec qui j’avais été en contact en 2003 et 2004 quand elle manageait Air Fiji. Elle avait pris contact en Aout 2008 et je n’avais pas répondu. Ceci dit, j’ai ainsi répondu (par mail perso pas sur les sites de rencontres) à des propositions de Corinne Bouffandeau, épouse de l’ancien ambassadeur de France à Fidji.. Idem d’alain Nicolas, sur un autre site. Ts les deux m’ont répondu n’avoir jamais ouvert de compte chez ces fournisseurs internet. Ce sont donc pour la plupart des scam comme les mails nigerians.

Répondu aussi aux vœux « gorilles » de la belle Rachel de Sciences et Avenir.. Je sais qu’elle ne m’en voudra pas du retard… Et long mail à Sandrine, sur le projet biodiversité… Nous échangeons relativement beaucoup, étant sur place avant elle j’essaie de l’aider à récupérer les données dont elle a besoin, mais bien sûr je manque de temps et n’avais pas prévu ça dans mon planning. Si j’ai obtenu sans problème l’accord pour la lettre de soutien du GoT dont elle a besoin, il faut que je fasse un brouillon. Ses mails aux responsables des fisheries qu’elle a pourtant rencontrés ici et aussi à Nouméa, sont restés lettres mortes. En revanche dès qu’elle a écrit à Eliala, Eliala a fait suivre à Semese qui s’active.. J’essaierai de passer demain aux archives nationales où j’ai promis de déposer les BD à je ne sais plus qui.

Il a fait plutôt gris toute la journée, ce soir tout est noir et le vent se lève. « rain is coming ».
J’espère qu’elle ne tombera pas pendant que je suis sur la route pour aller poster mon mail bi-quotidien à Fanny. La vie sera quand même plus simple quand nous aurons… enfin… internet à la maison.. C’est une organisation différente… et hier par exemple, j’avais oublié ma clé usb à la maison… obligée d’y retourner. Inversement quelques heures plus tôt j’avais laissé mes notes de la semaine chez Alpha..

Je n’y ai rien oublié quand j’y suis retournée ce soir, expédier mes pages. John cassait la croûte d’un de ses petits plats décongelés devant son grand écran où étaient répertoriées les plus riches jeunes héritières de la Planète.. J’allais repartir et restais debout à discuter et à commenter ce que nous voyons. J’aurais dû refuser quand il m’a proposé de m’asseoir pour regarder la fin « Ce programme devrait bientôt se terminer ».. OK.. Je n’ai finalement pas regretté : dans le compte à rebours des plus riches héritières, en tout dernier : la « princesse » Mittal qui vaut 97 milliards de dollars… J’ai raconté à John Arcilor (c’est ça ?), en 2e place, la « princesse » Arnaud… J’ai dit à John mon scepticisme que de telles fortunes (et de nombreuses plus petites mais toujours indécentes par rapport à la moyenne planétaire) puissent être accumulées en une génération en restant honnêtes, humains.



13 / 04 / 09 - 09 : 51

Dimanche 15 mars

14h : C’est d’un calme… Debout à près de 11h après avoir lorgné de l’œil le réveil toutes les heures pour m’assurer qu’elles ne frisaient pas l’indécence.

Sur la terrasse surplombant notre petite péninsule sur le lagon. quelques pages du bouquin de Pierre P. où tout me ramène au côté belliqueux du personnage qu’il décrit et que j’avais senti si profondément un de ces soirs à la télé, en prenant mes 2 tranches de pain grillé avec du beurre à tartiner (y’a plus de beurre sur l’ile pour le moment, sauf dans le frigo de John) et du peanut butter croquant (ça ne fait jamais défaut).. en dernière couche, sur l’une de la confiture d’abricot, sur l’autre de la marmelade d’orange… Chaque jour j’alterne. Car ici je breakfaste, contrairement à Paris ou j’avale un gros bol de café au lait dans la matinée (ou ce qu’il en reste).

A peine terminé le café que j’ai retrouvé 2 heures plus tard là où je l’avais laissé avant d’engloutir une bonne paire d’heures à quelques travaux. Les mails à préparer bien sûr, le pseudo blog mais aussi vérifier une dernière fois les prévisions bancaires sur les maintenant 4 comptes, un ou dans chacun de nos ports d’escale. 6 avec les miens qui servent souvent d’escale aussi. Gérer nos petits budgets pour grandes ambitions est un challenge cette année encore qui demande une attention régulière et des prévisions précises. J’ai l’habitude depuis mes débuts dans la gestion d’entreprise de prévoir larges les dépenses et de réduire les rentrées potentielles. Ca permet d’avoir souvent des bonnes surprises et aussi de pouvoir palier à la plupart des imprévus. Une des difficultés ici est de déterminer avec certitude sur quel compte chaque item seront payés (comme le voyage de Susie à Papeete pour le Chapiteau que prépare Fanny avec l’assoc Te mana o Te moana avec qui Corinne Bouffandeau nous avaient mises en contact.

Dans le cas d’aujourd’hui, ces dernières mises à jour permettront à Fanny de demander les divers virements prévus en mars et avril pour les US (pour payer entre autre l’expédition de la mob et des fours solaires). Ca rassurera aussi sans doute Angie d’avoir confirmation qu’elle n’aura pas trop de détails comptables et administratifs à gérer en l’absence de Fanny…

Il est bientôt 15 h il est temps que je repose le mac brûlant. Les batteries des Mac Book (comme les portables Apple qui l’ont précédé) chauffent au point de devenir brûlantes. C’est au moins supportable sur les derniers modèles, mais pas utile dans un pays où la température ambiante est déjà de l’ordre de 35°.

A défaut de faire une sieste (malgré toutes mes tentatives, si j’apprécie le repos d’une plage de temps comme celle ci, je n’ai jamais pu m’endormir l’après midi. En Sierra Leone par exemple quand tout le monde dormait l’après midi je dessinais un programme de construction de l’école du village à qui j’avais fait expédier des bouquins par des éditeurs scolaires britanniques et us), je vais lire à l’ombre, comme Elena lisait sa bible tout à l’heure sur le mat posé sur le rectangle de béton dans le jardin. Profiter du silence puisque je n’ai « plus de mots » comme dit mon petit fils.

A 4mn de 4h un sacristain se démène sur la cloche de l’église voisine faisant exploser en éclats métalliques le silence immaculé pour réveiller les ouailles de la sieste j’imagine ! Et quand on pense que c’est terminé, ça reprend de plus belle. Et le coq s’emmêle..

Vers 17h30 j’irai chez Alpha expédier mails et attachements, on ira sans doute diner au Halavai qui a rouvert ses portes d’un poisson frit à l’ail.. et après diner : skyper Fanny sans faute.

Finalement y’a pas eu lecture à l’ombre. Visite non annoncée de Stephy, Ryan et lili leur fille, pour essayer de parler de leur bouquin.. encore un peu flou… Je leur ai conseillé de lister leurs thèmes avant de s’affoler « on n’aura pas le temps »… En 3 mois, si… « Mais comment vous avez fait pour votre film en 3 semaines… ». On a rencontré beaucoup de gens, beaucoup discuté, beaucoup filmé et beaucoup négocié pour obtenir de filmer les musiciens et d’utiliser leur musique, pour filmer à l’église etc etc. Comme ils veulent des personnages à suivre (comme tout le monde) qui auraient deux activités (comme tous, entre job et hobby et occupations traditionnelles, ils en ont souvent 3 ou 4), je leur ai suggéré de choisir un des musiciens du Fagogo, et pourquoi pas notre copine météo qui se démarque aujourd’hui avec son fichu musulman… En plus du sujet adoption que je leur avais conseillé de traiter la première fois que nous nous sommes vus, aujourd’hui j’ai ajouté les petits jardins de survie… Notre copine de l’hôtel sera un bon personnage aussi..


13 / 04 / 09 - 09 : 48

Samedi 14 mars

Je pourrais dire à Fanny avec qui j’ai complètement zapé le rendez-vous skype du jour que l’internet ne marchait pas, mais je ne peux même pas. J’ai zappé… avec la visite surprise des journalistes danois qui voulaient, cette fois, regarder et recopier une bande d’un de leurs interviewés, just’avant diner ou plutot just’avant le pastis prévu avec John.. Ils sont partis à 8 heures, john est resté jusqu’à 9h peut être mais je n’ai eu notion de l’heure que là maintenant, l’esprit un peu partout avec le pastis entre autres…

Et puis comme on a décidé de ne pas dîner, vu la salade copieuse qu’il avait préparé pour le lunch. (John avait entendu mes furieuses envies de salades légères comme à Paris, laitue ou chêne tendre etc. et a fait avec ce qu’il a trouvé ce matin en allant repérer les rares rayons fruits et légumes de Tuvalu. Céleri, oignons, chou fleur (rare) et asperges et champignons en boite. J’avais apporté la première papaye cadeau, offerte par Polao, le mari de Susie notre Présidente, quand je lui avais demandé s’il avait un pieu pour découper la bourre de la noix de coco ramassée chez Monika.. Au premier coup d’œil, il a vu que ma noix n’était pas bonne, et me l’a échangé contre 2… Et une papaye !

Ce matin, à peine réveillée et attablée devant mon café, j’ai entendu qu’on appelait. C’était la petite fille de mon copain Kalisi que j’ai pas encore vu depuis mon arrivée. Elle non plus je ne l’avais pas croisée. Accompagnée de son cousin, elle m’a tendu fièrement le sac plastique avec une papaye… La 3e de la journée ! On a discuté comme on pouvait, car si je pense qu’elle comprend tout ce que je lui dis ou presque elle ne parle pas encore l’anglais. Son cousin plus âgé saisissait mieux. Lui j’ai compris que ça n’allait pas fort à l’école… Quelques mots sur l’importance de la connaissance et je leur ai expliqué que j’étais en train de prendre mon petit dej et que j’allais y retourner…

Avant une voiture qui pue s’était arrêtée presqu’en bas des marches avec un boom box comme dans les années 90 dans les rues de Los Angeles… Pour Elena… La première fois en 3 ans et sans doute la dernière !

Pendant que je n’étais pas à Tuvalu tout le monde a pris l’habitude de passer voir Elena, de dormir là, de venir voir son fils et s’ajoute maintenant la curiosité du « palagi » que je suis. Elle a moins de gens la nuit mais le jour ça défile. Globalement si cette promiscuité m’a un peu surprise au début, now it is OK. Je me demande seulement si j’aurai le cœur de dire à Elena d’aller dormir avec sa mère, comme avant, quand nous serons 4 palagis dans la maison à utiliser la chambre où son fils et elle ont entreposé leurs affaires, préférant dormir sur les tapis dans le salon qui nous servira de bureau..

Une fois prête, j’ai filé direct sur les claviers d’Alpha expédier les mails préparés la nuit. Et lancer la machine à laver. Les mails ont pris un moment, l’internet se coupe quelques minutes et repart à peu près toutes les 5 minutes. Un peu déstabilisant.

Vers 14 h, arrêt salade puis remails et direction maison pour étendre le linge sur la terrasse. John, lui, a glissé le sien dans le séchoir « je sais je sais j’utilise trop d’énergie… »

A la recherche d’un genre tringle souple, rencontré James Conway au Fusi. Blabla déchets. Réunion hier entre RoC et EU representatives locaux… Si j’ai bien compris RoC ne démord pas de faire ce qu’ils ont prévu de faire malgré les réticences de beaucoup et EU itou… avec l’espoir de tout chapeauter quand le projet RoC se sera cassé la figure faute de véritable analyse de la part des équipes taiwanaises qui ne font que dupliquer ce qu’ils connaissent chez eux… Bennes et camions pas adaptés, incinération des bois et bien sûr, « confétisation » du plastique… sans savoir qu’en faire. EU n’est pas mieux comme je l’ai déjà raconté et manque sérieusement de vision. Au moins RoC en a une ! Le côté positif c’est que pour une fois, il y a un semblant de coordination entre les donneurs même si ça ne mène à rien. Au moins, ils sont au courant des projets des autres ce qui fut rarement le cas dans le passé..

Rencontré aussi Pati Pati dans son jardin qui s’agrandit d’années en années. Elle a compris le système de replanter les graines d’une récolte. « pas avec les papayes F1 qui viennent de la ferme taiwanaise », j’ai été obligé de lui expliquer.. Quelle surprise de voir 2 énormes plans de basilic et surtout d’apprendre que les femmes viennent lui en demander et comme l’an dernier Pati l’utilise à la cuisine de l’hôtel… Ses poivrons sont un peu petits mais ça fait 3 ans que son plan donne des fruits… et les tomates plantées y’a 15 jours sont hautes de 10 cm. Je suis repartie avec… une papaye. J’y retourne demain car elle avait un peu de terre qu’elle est prête à partager pour mélanger à mon compost (qui en fait n’en est pas c’est plus des bouts de bois découpés), je suis sûre qu’il n’a pas mûri ni chauffé comme nous l’avait montré Vavao…

C’est chez Sue que j’ai trouvé la tringle à rideaux… Pris aussi une boite de tomates entières (ma phobie que sarah ne trouve pas « ses » tomates pelées pour ses curry, comme l’an dernier) Discuté aussi du problème de shipment… puisque ni UPS ni TNT ne font la liaison US/SUVA/TUVALU en bateau contrairement à ce qu’ils m’avaient laissé entendre et comme en a été informé Chris en appelant l’un et l’autre. J’en suis repartie avec un demi grappe de petites bananes, cadeaux de la maison.

Stop brosse pour la porcherie chez Jacks le magasin fidjien… La aussi ils avaient des tomates pelées… et m’ont assurée n’avoir subi aucune rupture de stock l’an dernier !

J’étais en train de changer une des tringles quand les Danois sont arrivés. Je n’avais reconnu ni leurs voix, ni leur ombre au bas de l’escalier… Ils ont regardé, sur notre caméra, les bandes filées par Seti sans y trouver les king tides. L’idée était de digitaliser direct sur son ordi. Un Mac avec Final Cut… qu’ils ne savaient pas utiliser. Le journaliste a demandé si les bandes dv s’enregistraient sur 2 faces ! Faute de King tides, j’ai digitalisé 1mn de là où on pensait qu’elles avaient été enregistrées (y’avait un plan avec de l’eau), effacées, remplacées par des prises de vues d’anniversaire… afin qu’ils s’en assurent en montrant l’extrait à Seti… Rasmus m’a aussi remis la trad BD, faite dans la nuit.

Et voilà comment j’ai zappé ce soir la partie de Skype prévue avec Fanny. Impulsion de sortir de ma torpeur et d’y aller mais il était vraiment trop tard pour déranger John.

Petite pause pour un mot à mon fils. Ca me manque de moins pouvoir communiquer, à lui aussi sans doute.

13 / 04 / 09 - 09 : 46

Vendredi 13 mars 2009

La petite lampe de lecture que Fanny m’a trouvée avant de partir et la frontale (toutes les deux aux led) sont très pratiques. En revanche les quelques lampes achetées par Chris l’an dernier à L.A. me semblent kapout…

Il est bientôt 2 heures… J’ai déjà oublié le déroulé de mes ballades. Rendez vous sur le plan de déchet taiwanais… En fait Taiwan et l’UE financent 2 programmes déchets qu’il faut consolider… Taiwan fonce un peu vite mais met en place du recyclage.. En revanche, quand j’ai demandé quel était le plan pour EDF 10, Greg (l’ingénieur australien de Pulbic Works) a été un peu étonné comme si l’idée de la réunion c’était seulement de trasher le plan Taiwanais… Et moi horrifiée en réalisant que dans ce plan, à part les déchets organiques qu’ils laissent à Taiwan, ils sont opposés à toute tentative de collecte sélective… OK, le verre à la rigueur, ils ont compris que ça pouvait se concasser et se réutiliser sur place, mais tout le reste, y compris le plastique, ils veulent améliorer la décharge et pouvoir y compacter tous les déchets qui s’y trouvent (sauf les pops et autres déchets médicaux incinérés dans l’incinérateur de l’hôpital). J’ai exprimé un peu vivement ma déception, expliquant qu’il faudrait 10 ans, comme ailleurs, pour que les tuvaluens prennent le pli... Même si EU ne voit pas de débouchés, même si ça n’est pas rentable pour le moment, ils devraient envisager un minimum de tri. Taiwan veut faire venir des bins, OK discutons sur la solidité, sur la forme des bins, mais avec 3 bins ou sacs, déchets ménagers, recyclables et organiques ça peut le faire.. Un peu trop entendu aussi « des entreprises privées peuvent s’en charger »… Comme si quiconque pouvait vivre d’une opération dont eux-mêmes disent que ce n’est pas rentable. J’ai parlé de spirale, de cercle vicieux.. « Vous avez des millions dans ce fonds, vous ne pouvez pas par exemple, provisionner le salaire d’une ou deux personnes pour trier les déchets du 3e sac une fois à la décharge, c’est pas la mer à boire de les stocker à part… ». Un peu obtus, ils préférent la solution où on ne commence à faire que quand on saura où recycler… « mais c’est le même volume… et une fois que vous saurez où et comment recycler, il vous faudra 10 ans pour obtenir assez de recyclables.. ».. J’imagine que les équipes de Taiwan et de l’UE vont finir par s’entendre sur un plan médian, mais y’a du pain sur la planche et des kms à bicyclette à prévoir.

Une assiette rapide à l’hôtel où se trouvait un couple d’allemands arrivé en yacht.. Stephy, l’autre allemande arrivée la semaine précédente pointe son nez et m’informe qu’un autre couple d’Allemands a débarqué jeudi pour se marier à Tuvalu et repartir mardi… Ca m’a permis d’enfoncer le clou « tu vois que tu n’es pas la seule en Allemagne à connaître Tuvalu »… Puis quelques mails chez John, et petit saut à la maison pour vérifier si PWD a effectué la livraison promise d’une gouttière pour nos plantations. Non. foncé au waste management pour acheter du compost « vous devez venir avec vos sacs » en général trouvables à la coopérative, y’en avait plus… Une cliente m’indique que j’en trouverai à la coopérative de copra (qui ne fait plus de copra depuis longtemps). Ca tombait bien c’est là où j’avais rendez-vous avec Pasivao qui m’a effectivement confirmé qu’on aurait toute l’huile qu’on voulait et a incendié les politiques coupables/auteurs pour lui de la chute du copra… Pour se faire élire dans leurs îles, les candidats membres du parlement n’hésitent pas à promettre monts et merveilles et ont promis des taux d’achat du coprah à 2 $ le kg alors que le prix de la région oscillaient entre 0,35 et 0,50.

Refoncé avant la fermeture devant le tas de compost avec mes deux sacs… 2 employés les ont remplis (pour 8 dollars que je paierai à susan au bureau la semaine prochaine). Resaut à la maison. PWD avait bien déposé le gros pneu mais pas le bon bout de gouttière… Je resaute sur ma mob (aujourd’hui heureusement que j’ai abandonné le vélo) pour prévenir PWD.. Sur le chemin, je vois mes deux sacs au cul d’un camion… Super me dis-je.. A PWD je préviens les gars de leur erreur… A la maison toujours pas de compost… J’y retourne… Ils avaient tiré le rideau mais le responsable était encore là… Ils avaient bien livré mais à la maison d’à côté.. « OK, pas de problème, je vais les traîner.. ». « non, non c’est trop lourd je viens avec vous… » Il enfourche aussitôt sa mob, en portant le bucket de nourriture pour les cochons et avant d’aller les nourrir, m’a aidé à déplacer les sacs qu’en fait j’aurais pu traîner toute seul…. Entre temps, les gouttières, où j’espère pousseront nos tomates, étaient bien arrivées…

Chez Nala j’ai avalé 3 verres de Kaleve (todi frais à l’eau glacée) et récupéré mes bouts de tissu/rideaux ourlés, blabla une petite heure sur nos capacités respectives à faire des rêves prémonitoires. Elle, alors qu’elle ne joue jamais au loto, a rêvé les 6 chiffres… et les a annoncées à ses copines juste avant le tirage…. Mails.. avec l’urgente surprise d’Emma qui avait quitté la veille Tuvalu où elle était venue avec sa caméra filmer Tafue (un pasteur qui non seulement croit au changement climatique mais œuvre en tant que président de TuVan- tuvalu climate action network)… me demandant d’urgence des videos des king tides pour un montage du lendemain !!!!!! Tout ce que j’ai pu proposer ce sont des photos pas assez définies pour la télé… ou celles de chris où j’exige copyright et autorisation avant reproduction… Ca lui a semblé impossible ! Alors que quand nous nous sommes rencontrées, un des sujets principaux de notre conversation fut qu’au minimum les gens qui utilisent rendent à césar ce qui est à lui en inscrivant l’origine…. Nos deux échanges m’ont agacée au point qu’à chaque fois j’ai du sortir fumer une clope… John était outré. (pas de la cigarette, de l’incapacité à identifier, à reconnaître les droits des auteurs… même et surtout sans échange de sous…)

Pour me détendre, John m’a à nouveau proposé un délicieux repas avec quelques-unes des barquettes mitonnées ce week end : agneau au curry, petits pois/champignons et riz. Il ferait fortune s’il ouvrait un restaurant. Les Danois l’autre jour m’ont demandé, d’un air gourmand, si je pouvais recommander un autre resto que l’hôtel. Malheureusement à part le chinois crade qu’ils avaient, bien sûr, trouvé tout seuls, les 3 autres chinois passables sont fermés et devraient rouvrir next week. Quant au Filamona, les expériences des années précédentes n’ont pas été probantes. Peut être nous faudra-t’il quand même ressayer…

Il est maintenant 2h15.. Il faut vraiment que j’éteigne, pas mal à faire demain matin dont la lessive… et je commence à me décaler vraiment dangereusement vers le milieu de la nuit.

08 / 04 / 09 - 12 : 12

Jeudi 12 mars 2009

Sur fond des « 25 titres les plus écoutés ces dernières années ». Starting with « Le Coup de Soleil » puis Aubert, right now, Alter ego. Puis Fagogo.

Enfin seule !

La journée s’est terminée avec un visionnage pour une équipe Danoise des 4mn de King tides 2006… Ils sont sympathiques, semblent genuinely crédibles quand ils disent qu’ils enverront leurs articles, video etc, quand ils disent aussi traduire en danois la BD, quand ils donnent l’impression d’être sincèrement outrés par l’histoire Paris Match (qui a, je le rappelle utilisé des photos remises naïvement par un membre tuvaluen d’Alofa, de la météo, informé de leur passage et de leur promesse de faire un encadré sur Alofa, Ils croyaient les donner à un ami d’Alofa « ils avaient l’air si gentils ».... Non seulement les photos ont été publiés en pleine page mais elles ont aussi fait l’objet d’une expo.. Le tout sans le moindre centime bien sûr. Sans encadré d’Alofa, et sans le nom du photographe tuvaluen. Toutes les photos du reportage publié sont attribuées au photographe Paris Match. Et je pourrai en rajouter sur l’élégance des manœuvres qui m’ont donné envie de dépenser quelques sous dans une action judiciaire. Mais on sait ce que coûte ce type d’actions même menées par des avocats amis.. Et ça s’éternise.. Pas la peine donc. Je me suis défoulée en une lettre de 2 pages… Nous étions pourtant tout à fait sur nos gardes, ayant été refaits pas mal de fois par les médias… Et encore plus pendant la presqu’année qu’a durée la saga assistance Paris Match….Nous avions raison de nous méfier mais étions encore trop crédules…. Anyway, ce n’était pas le sujet, juste une digression, un accident de parcours, mais une chose est sure je ne tiens pas à renouveler nos bourdes du passé avec les paire de Danois sympathiques.

Bon eux s’étaient engagés avant de demander quoi que ce soit. Ils n’avaient pas besoin d’assistance et se débrouillaient bien tous seuls. Et en 15 jours, et pas en 3 ou 4 pour la plupart, ils se font accepter et c’est ce qu’il faut. Ils avaient juste demandé à venir voir les King Tides (montées en 4 mn) au coucher de soleil un soir… C’était donc ce soir, le soleil était couché depuis un moment quand je suis revenue de ma randonnée du jour…

A la fin, bien sûr, ils m’ont demandée s’ils pouvaient en utiliser un bout. Fanny et les filles au bureau connaissent la réponse. « non ». Et j’ai raconté.. que c’était un de nos moyens de vivre que de valoriser ce que nous possédons.. raconté les déboires précédents..Que nous donnions sans problème tout ce qui pouvait participer à une reproduction, les images de nos actions pour inspirer les gens à agir, mais plus désormais les images de Tuvalu, liée seulement aux effets du climat. Autant il était nécessaire de faire prendre conscience, de l’amplifier avec le symbole de Tuvalu, autant aujourd’hui on le sait tous : FAUT FAIRE !

Aubert à nouveau : « comme un atoll » enfin c’est ce que je comprenais, il y a quelques années quand nous nous le passions en boucle, avec Fanny, en 2005 sur l’atoll de Funafuti… En fait bien sur « commun accord »..

A nos amis Danois, j’ai proposé de donner 2 ou 3 photos contre la traduction. Avec bien sur la mention Alofa qu’ils avaient d’emblée proposée. Ils sont free lance et ont proposé et proposeront articles, photos et TV une fois rentrés. J’ai proposé que Fanny (comme si elle avait pas assez à faire ☺) leur envoie une sélection d’une demi douzaine en basse déf. Ils font leur sélection pour 2 ou 3 et on expédie en meilleur format. On a encore le temps d’en parler. Faut que je leur demande mais je peux aisément imaginer que leur série idéalement devrait démarrer en diffusion avant la COP et pendant. Avec l’ambition de faire une série de 13 émissions sur le climat, ils suivront sûrement la COP. A ma connaissance aucune équipe de cette région n’avait mis les pieds à Tuvalu. Ils m’ont dit « si, une, en 2003 ».. Ils ont donc de bonnes chances de vendre leurs reportages.

Ce jeudi avait commencé par un réveil tardif et un premier arrêt chez Alpha pour appeler Pasivao, le responsable du copra inter-iles , parti le jour de mon arrivée et de retour depuis la veille . Je commençais à m’inquiéter un chouillah sur la disponibilité d’assez d’huile. On me disait que la plupart des presseuses installées sur les îles lointaines ne fonctionnaient plus, que seulement 2 îles pressaient encore de l’huile. (J’avais préparé un mail au cas où je ne parvienne pas à le joindre par téléphone (tous ceux qui avaient le téléphone ont été coupés il y a quelques mois et certains seulement ont retrouvé des lignes…). Non seulement son bureau était encore relié, et non seulement il s’y trouvait, mais en plus il m’a totalement rassurée et nous trouvera ce qu’on veut. Lui me dit avoir des approvisionnements de toutes les îles sauf de celles du sud.

Clapton-Layla

Faudra que pendant sa survey todi et replantation, en plus des demo fours solaires, Sarah jette un œil aux presses dans son tour des îles. Et puis qu’elle emporte The Al Gore film et Trouble… Il lui faudrait 10 jours sur chaque île. Alors qu’on ne sait pas encore du tout quel sera le planning ni l’itinéraire des bateaux… et qu’elle n’a prévu de rester « que » 6 semaines en tout dont, obligatoire, au moins 2 au début et 2 à la fin sur Funafuti. Des réunions qu’il faut qu’on fasse ensemble : DCC, cabinet, commuities, amatuku.. On verra ça quand elle aura atterri. Pour le moment elle est quelque part dans les airs ou déjà arrivée en NZ où elle passe toujours soit à l’aller, soit au retour…

Après Pasivao, séances de mails, et déjeuner avec Suitchi de Tuvalu Overview… D’abord j’étais curieuse de savoir s’il avait pu apprendre d’Apisai pourquoi il n’était pas nommé Consul, lui qui œuvre depuis plus longtemps que moi/nous à Tuvalu. Parmi les choses que je voulais discuter avec eux deux : l’idée de Suitchi (background architecte j’ai appris) de renflouer l’anse dont une partie est habitée par 2 ou 3 familles. Panapasi nous en a touché un mot en proposant un rapprochement d’autant que via Cyril, notre secrétaire Général qui travaille en Belgique, il a été mis en contact avec des entreprises de pompage qui ont fait des ouvrages de ce genre en Hollande et à Dubai. Ca répond parfaitement à la recherche de lieux que nous avions commencé à entreprendre en pensant à une île artificielle (idée du bureau local d’Alofa) ou réhaussement d’une partie de l’île capitale. Un peu sur ses gardes « c’est mon idée »…. « J’ai commencé par ça, Suitchi. Panapasi nous a fait part de ton idée »… Il a compris qu’il valait mieux unir nos forces et a été tout à fait ravi d’apprendre que Chris est diplômé en Architecture environnementale.
Le deuxième sujet bien sûr c’était la traduction de la BD en Japonais. C’est bon, il a confirmé qu’il avait une fille parfaitement bilingue qui la fera. Pour l’impression, je n’ai pas essayé de le charger des coûts, donc pour la premiere série d’impression, ce sera soit à Paris plus exped, soit à Tokyo si ça revient moins cher.

Elton John-Sacrifice

Discuté aussi du programme de gestion des déchets avec eux, ils ont la même opinion mais sont moins informés. Je les invité à se joindre à nous à la réunion proposée par Gregg, l’Australien qui, depuis un an et pour encore un autre, travaille sur les problèmes d’eau et d’assainissement à PWD (Public Works Department)… Quand je suis passée caller avec lui l’heure du lendemain, nous avons parlé un peu bien sûr, des qualités que pourraient avoir le plastique compressé dans le bâtiment ou pour renforcer les berges… de biogas pour les écoles et j’en passe…

En sortant de son bureau, Ampelosa que j’appelle Ampex son pseudo-adresse mail, est venu à ma rencontre très jovial, comme si nous avions été amis toutes ces années… A lui il en fallu plusieurs pour qu’il me donne sa confiance et ses sourires… 5 ans… Il s’est ouvert l’an dernier. Aujourd’hui (nous verrons bien si ça se concrétise) quand je lui demandais s’il avait des vieux bouts de gouttières qui pourraient me servir de jardinières à mettre sur le balcon pour quelques plantations, il m’a montré où se trouvait leur tas et comme je le remerciais en lui disant que je repasserais avec un véhicule, il m’a proposé de me faire déposer ça à la maison Alofa… « Et des vieux pneus, à part la décharge tu sais pas où ? » « Vas voir Tapia en bas.. » Tapia avait déjà emporté les vieux pneus de PWD pas loin de la décharge où il pense qu’ils ont sans doute tous étaient récupérés pour en faire ci ou ca… Super ! J’ai déposé le vieux pneu près des mecs qu’Ampex m’avait pointé du doigt en leur expliquant.

Ce que je sais, ce que j’ai ressenti profond en moi tous les jours qui ont composé cette quinzaine passée (comme ceux qui composeront les prochaines et composaient les années précédentes) à prêcher la parole verte à tous les niveaux, dans tous les domaines continuellement, c’est « lobby individuel »… Je m’arrête, on m’arrête une vingtaine de fois par jour dans la rue et je vois, plus officiellement, une dizaine de personnes par jour (on n’en est pas encore aux ateliers…) et à chacun un mot sur un des multiples sujets qui font tourner un pays et ceux qui peuvent permettre de prétendre à la sustainability…Ce soir en allant voir si la machine de Nala lui permettait de faire l’ourlet des rideaux, en face du Fusi (l’encore plus grand magasin de l’île capitale, malgré les coups de canifs du privé, chinois principalement) était posé, Pusinelli, le secrétaire permanent aux transports.. à qui j’avais touché un mot des bateaux à vent et solaire pour qu’il puisse faire passer le message à l’architecte japonais chargé de dessiner le prochain bateau tuvaluen.. Je lui ai filé les photos que John m’avait imprimées et que j’avais par chance sur moi… « Si tu veux en parler un peu plus, John est à disposition, il a un peu étudié le sujet… On peut prendre un verre chez Alpha.. » « Pas ce soir, disons Mardi, j’organise une réunion.. » OK… juste oublié de passer le message ce soir à John. Pas grave on se voit demain… Diner sur le pouce d’un partage de « meatpie » de la bakery d’à coté avec Elena… Un peu salé.

Et voilà… Il était neuf heures.

La nouvelle porte m’inquiète. Ce matin, quand je me suis levée, ça m’a fait plaisir de voir le soleil dans la maison mais il m’a fallu une seconde pour réaliser que c’était pas normal : la porte de la terrasse, que j’avais verrouillée avant de me coucher, était grande ouverte… Pour entendre si quelqu’un essaie vraiment de rentrer, ce soir, j’ai posé devant le ventilateur sur pied, et en rempart devant la porte de ma chambre, la valise en simili alu à roulettes de chez Brookstone. Si on pousse la porte, elle roule et tombe d’une marche.. Ca devrait le faire pour me réveiller en sursaut… Mais ça ne servira à rien pour me réveiller à 8h demain matin pour la réunion « anti-plan des déchets Taiwanais » ☺

08 / 04 / 09 - 12 : 09

Mercredi 11 Mars 2009

J’avais voulu vérifier en fin de mat avec Nala s’il était opportun de répondre à une interview sur ma nomination (l’info était arrivée par Fidji et TMC l’avait déjà diffusée le matin… J’en avais touché un mot quelques jours plus tôt aux filles de la radio en disant que je préférais demander à Apisai si on pouvait la diffuser ici tant que ce n’était pas confirmé par la France. Diana, une anti-Apisai déclarée, mais qui m’aime bien, avait tenu sa langue… Ce matin fièrement, elle m’a attrapée pour m’informer qu’une info était passée puisqu’ils l’avaient reçue de Fidji.

En fait j’allais chez Nala aussi pour vérifier qu’elle voulait toujours bien faire un ourlet pour y glisser un fil pour tendre la dizaine de bouts de tissus achetés et coupés pour des rideaux un peu plus joyeux que les tuvaluens blanc gris à fleur bleu, vert, rose le tout gris et moche… Quand je suis arrivée vers 3h30 pour lui déposer les panneaux… elle jouait au bingo avec les membres de sa famille qui vivent chez elle, comme les squatteurs chez Risasi, depuis plusieurs mois… Pour un fundraising quelconque. Elle a arrêté pour que nous taillions une bavette… Au bout d’une heure, les joueuses se sont retirées et est arrivé le fils de Nala (un cœur avec sa mère, difficile d’être plus attentionné. Je lui ai dit qu’elle avait dû être une bonne mère. Elle l’a élevé seule. Néo-Zélandais il travaillait depuis 4 ans à Dubai et après quelques déboires conjugaux, en pleine dépression, il est venue voir sa mère, son premier voyage à Tuvalu !…) et un Fidjien, celui par qui a démarré via Susie l’an dernier, la mode des jus de fruits et légumes à guérir de tout… mais surtout à maigrir. Elle leur avait préparé un déjeuner léger, fait de légumes à peine revenus dans l’huile, un poisson volant au court-bouillon curry, avec quand même des patates et du riz (il était 16h30)… Je n’avais pas déjeuné, bien que préférant les légumes (comme la viande d’ailleurs) crus ou alors bien cuits avec plein de beurre, j’ai accepté l’invitation… sans trop culpabiliser de n’avoir, en fait, rien fait de l’après-midi. Bon, on peut dire que j’ai déjeuné/dîné et c’était très bon. Et puis quand même parlé un peu d’une prochaine réunion avec l’ambassadeur. Elle va d’abord demander à l’assistant qui a projeté le diaporama déchets en 1mn 10 l’autre jour, de lui remontrer en s’arrêtant sur chaque phase. En tout cas, elle réfléchit à la stratégie.

J’ai dit à Nala que Fanny allait expédier des BD en anglais pour son prochain voyage. Faut que je vérifie, j’ai retenu fin mars à début avril mais comme nous regardions le calendrier (pour la fête qu’ils veulent faire en mon honneur, et je préfèrerais qu’ils repoussent jusqu’à ce que Fanny et Gilles soient là)… et on regardait mai… J’y retournerai pour être sûre.

Le matin expédié quelques mails puis passé aux Telecoms « Alors on en est où ? » « On se bat pour pouvoir vous brancher le téléphone. Euh, vous vous souvenez de votre ancien numéro ? ». Ce que j’avais bien sûr proposé de leur donner y’a 15 jours.. J’ai bien essayé de mémoire, mais c’était plus sure de rentrer vérifier… J’avais les bons numéros mais dans le désordre. Après l’heure de pause, ce n’était plus le même technicien… Il a pris le numéro… J’y repasserai demain. A la banque, en revanche les relevés de novembre et janvier m’attendaient. Croisé Greg, un australien installé depuis bientôt un an, et qui travaille à PWD sur les problèmes de l’eau. Il m’a arrêté. « Je pense qu’il faut qu’on parle de ce plan déchets de l’ambassade de Taiwan. « D’après John, nous avons vous et moi les mêmes préoccupations ». Comme moi, il pense qu’il faut empêcher l’expédition de matériel qui va pourrir la vie ici plus que l’améliorer…. Puis finir rouillé dans la décharge.

Passé à TMC pour récupérer les reçus pour les cartes de presse auprès de Melalie et Fong. Diana m’a alors interpellée pour me parler de l’article Consul… On peut faire une interview ? Elle m’a montré l’article que j’ai corrigé pour la prochaine diffusion. C’était notre communiqué dans Pacific News ou un truc comme ça. Mais remis à la sauce où en plus du titre de consul, Alofa devenait l’ambassadeur pour l’environnement.. Je lui ai expliqué la nuance. Le titre est la récompense pour le rôle d’ambassadeur joué par Alofa. Interview planifiée à 14h30. Je suis arrivée à 14h45… Diana « Semi has been waiting for you ». « You know I’m a tuvaluan now right ? I ought to be late ☺ ». Impossible de faire l’interview. Le « grand » studio a peu près insonorisé était occupé par un quizz inter ministère. Et les deux petits étaient inutilisables en enregistrement because le camion d’eau remplissait le réservoir de TMC qui avait une fuite avec une pompe à 1000 décibels. Elle a pris son enregistreur de poche datant de mathusalem et nous sommes allées sous la hutte de l’hôtel devant le lagon.

J’ai dit mon émotion de cette marque de confiance et remercié tout le monde y compris les précédents gouvernements qui nous avaient initialement soutenus… mais alors que je l’avais écrit, je n’ai pas insisté sur le fait que cette nomination ne serait officielle qu’une fois acceptée par les autorités françaises. Vues nos relations actuelles avec le personnel de l’ambassade à Fiji, je ne serais pas étonnée d’apprendre que le message tuvaluen n’a pas été transmis en France. Je suis retournée le préciser pour être sure que ce serait noté dans le lancement ou la chute de l’interview.

Repassé donc ensuite chez Nala pour ce thé dînatoire. Au retour maison direct avec juste un arrêt au Fusi pour voir ce qu’ils avaient de nouveau. Je suis à la recherche depuis mon arrivée du sirop de citron pour parfumer l’eau. Ce soir, sur une étagère, le citron avait réapparu. Quelques mails de relance pour faire avancer les exped de méthanol et savoir si les cargos en provenance de France et des US sont bien arrivés à Suva et ma réponse du jour à Fanny qui continue à briller par son organisation, sa capacité d’entreprendre et son énergie surprenante.

Dernier passage chez John vers 20h..Il s’est levé dès que j’ai posé le pied. Il savait, m’a-t’il dit en ayant vu arriver de loin comme une étoile évanescente qui venait de nulle part : la lumière du led frontal... L’internet aujourd’hui s’est conduit comme un jeune homme, tout en vigueur et sans faillir.

Parmi les découvertes du jour : des petits crackers locaux bien meilleurs que les chips dont les enfants s’empiffrent tous particulièrement pendant les anniversaires, comme un délice de chez Fauchon.. qui coûtent la peau des fesses et dont le paquet se retrouve souvent vous savez où…. dans la nature..

Internet tortue… et lapin des danois.. Encore une fois pastis en tête à tête avec John qui est reparti travailler en me proposant de faire à dîner. Je n’étais pas sûre, plus envie de céréales à la maison… Et puis l’urgence qui m’est apparue de renvoyer mes corrections sur la dernière version des bâches reçues le matin, m’a poussée à enfourcher a bicyclette, à enfiler la lampe frontale led sur le front… Mails envoyés, AOL relevé et libé virtuel feuilletté, why not une soupe délicieuse comme la veille ? En fait John avait mis les petits plats dans les grands : la soupe était différente, à la viande de bœuf cette fois, avec purée et chou… et dessert.. Je m’attendais à une glace vite faite, non il a sorti du four 2 pommes au sirop avec raisins et larme de Grand-Marnier !



08 / 04 / 09 - 12 : 08

Mardi 10 Mars

La matinée de ce mardi me parait digne d`une semaine. Parmi les bonnes nouvelles et rencontres, je ne me suis présentée aux deux journalistes que je croyais néerlandais. ``ah vous êtes Trouble in Paradise alors ? Vous faites un travail magnifique ici`` ` « Euh et ca vous en avez entendu parler en montrant la BD ». On a besoin d`une traduction danoise pour la COP`` `` oh ca va c`est pas trop long, je le ferais gratuitement``.. On verra s`ils tiennent leur promesse mais voila donc une piste... Ils sont la encore une semaine ceux la... donc on se revoit....

Blog du soir : j’ai rempli aujourd'hui ma mission du dépôt de la lettre du père Camille à la poste pour l’avion du jour. Vu Pusinelli, Secrétaire Permanent aux transports pour lui glisser dans l’oreille ce dont j’avais touché un mot avec les plus concernés, d’investiguer avec les japonais les « nouvelles » technologies liées au vent et bien sur un peu de solaire… J’ai tellement peur que l’architecte japonais qui est passé les voir pour leur dessiner un nouveau bateau soit de la même trempe que ceux qu l’ont précédés à l’énergie et qu’ils affublent Tuvalu d’un vaisseau qu’ils ne pourront plus utiliser dans 5 ans… Faut maintenant que je lui dépose des docs. John, notre capitaine, à qui j’avais envoyé les docs allemands remis par Laurent L, va rechercher des infos en anglais et propose une réunion avec Pusinelli, Eti et lui pour en parler plus avant.

Vu Uale, le secrétaire Permanent à l’Environnement qui tient à ce que Sopac paie pour Sikeli, et qui est d’accord pour faire la lettre biodiversité, très positif, très supportive… M’enfin, on ne sait jamais..

Vu le directeur des transports et des taxes pour le remboursement des frais payés en 2007. Banque à plusieurs reprises pour récupérer les relevés de septembre, novembre et février… et pour commander un nouveau chéquier. Si j’ai eu le chéquier tout de suite, manque encore le relevé de Novembre. Pas grave je m’en suis sortie de la réconciliation des comptes… Quand j’ai demandé à la fille « le compte alofa tuvalu ou quelquefois c’est à mon nom.. Gilliane.. » Elle a rougi et inscrit sur un bout de papier le nom de Vavao. L’ancien responsable des déchets (il a pris sa retraite ces derniers mois) qui intervient dans Trouble in Paradise. Je la regarde : oui je l’ai vu l’autre jour… Vous êtes sa fille ? »… Oui a t’elle répondu en rougissant à nouveau.

Aéroport pour saluer ceux qui avaient prévu de partir : Monika et sa famille pour 3 semaines, Emma, l’australienne de Fidji, le photographe néo-Zélandais et la française au châle. En quelques jours, lui, est passé d’arrogant à super content… et elle a gagné en humilité. Ils jetteront un œil à notre blog fleuve. Aude lui traduira.

Et ceux qui partaient sans avoir prévenu comme Seinati, notre proprio… dont le ministre de mari m’a fait un mot hier pour s’excuser de ne pas m’avoir revue avant son départ en NZ… Elle, s’envole pour les US. En fait elle doit repartir aux US tous les 3 mois. Je n’ai pas tout à fait compris pourquoi. Et ceux dont je croyais qu’ils partaient mais pas. Comme la paire de journalistes dont on m’avait dit qu’ils étaient néerlandais et que j’ai abordés comme tels…
Aperçu aussi Mafalu, le directeur de Tuvalu Electricity, avec qui rendez vous fut pris après l’avion… et un tas d’autres à qui j’ai serré la pince et souhaité bon voyage… Peu de mains serrées parmi les arrivants : une délégation d’une 20aines de japonais, des scientifiques venus étudier le climat à Tuvalu… blabla aussi avec Mataio, (le directeur de l’environnement venu accueillir la délégation et à qui j’ai proposé de filmer les réunions, plus pratique que de prendre des notes)…. ☺ et 2 palagis… Je n’ai pas vu descendre Pasivao de l’avion mais j’espère qu’il s’y trouvait car je compte sur lui pour nous approvisionner en huile de coco. Et ça n’a pas l’air d’être une mince affaire en ce moment à Tuvalu.

Avant déjeuner rapide à la cantine des femmes avec John.. Et blabla avec Pula, la directrice de l’assoc des femmes à qui j’irai parler du projet de laverie de couches coton.

RV Mafalu, pas tout retenu mais Tuvalu Electricity Corporation est sur beaucoup de dossiers de financement. Dont une unité de biodiesel à Nukufetau inspirée des démo de Gilles l’an dernier… analyse des données éolien… et du photovoltaique à Amatuku… « T’es OK ? » me demande t’il… .. On pourra faire le point Piggarep sur les 2 ans passés. Repris aussi mon credo de l’addition de plusieurs technologies et repris rendez vous à l’arrivée de Sarah. Puis de Gilles.

Si la matinée et la soirée furent productives, l’après midi fut plus familiale. Apisai, notre premier ministre, est reparti hier pour une dizaine de jours… accompagné de Pasuna qui actait pour Enele (foreign affairs) lui même en vacances sur son île lointaine… La maison Tuvalu est entre les seules mains de Solofa. C’est ce que je lui ai crié quand en passant en voiture il me faisait un sourire de 15 pouces.



08 / 04 / 09 - 11 : 58

Lundi 9 mars - commonwealth day

Ce lundi férié à commencé en fanfare, sur celle de l’école qui célébrait le commonwealth day dès 7h30.. Ca m’a permis d’être à l’heure pour Katy. Après une bonne heure de blabla, je suis partie.. en trombe, et en jupe… qui s’est immédiatement prise dans la chaine mais sans trop de dommages. Unn peu plus loin alors que nous avions l’info de là ou retrouver le cortège, la jupe s’est prise dans les freins arrières. Kat a gentiment proposé de porter le sac caméra pour que je puisse tenir les volants de la jupe tranquille...

Ce lundi n’aura ressemblé en rien à ce que j’aurais pu prévoir. Quand nous avons retrouvé les femmes, j’ai récupéré la cam, pédalé en tête de cortège pour avoir un plan de face.. un peu sophistiqué. Les femmes s’étaient spontanément arrêtées en me voyant devant elles. Je leur ai fait signe de continuer à marcher comme si je n’étais pas là, je me suis accroupie, et elles sont passées de part et d’autre.. J’sais pas ce que ça va donner comme plan… d’autant qu’elles n’étaient pas très nombreuses à marcher, l’autre moitié de la bonne centaine de femmes, suivait dans des camions.. Je les connaissais toutes ou presque et je me réjouissais de faire plus de plans avec elle, de lire leurs pancartes..

C’était sans compter sur Père Camille, le prêtre Catholique dévoué à ses ouailles. J’avais posé la bicyclette sur le bord de la route… devant son église,. Kat me propose d’aller le voir « juste pour l’inviter à un thé ces jours prochains » et on reprend le cortège quand il aura fait demi tour un peu plus loin… J’aurai du me méfier, je connais père camille, ca risquait de prendre plus de temps que ça…

Quand on a entendu les slogans des femmes, on s’est précipité pour voir passer un camion… Le dernier… Juste eu le temps de filmer le flic qui fermait la marche automobile en moto rutilante qui me dit « c’est fini »…

Nous sommes donc rentrées à nouveau tenir compagnie à Père Camille, handicapé par une allergie violente à la noix de coco… Je crois en avoir déjà parlé mais c’est encore impressionnant deux mois plus tard… Sa main droite est encore très gonflée et il ne peut pas la mouvoir. Il nous a raconté dieu et les autres, du purgatoire, du paradis.. comment y entrer.. pendant une bonne heure et demie.. S’adressant à Katy « vous avez lu la bible, tel extrait ? » elle a bafouillé un « oui »..Puis il se tourne vers moi.. « moi vous savez bien Père Camille que je suis une pêcheuse, je ne vais pas à la messe mais je fais ce que je peux au quotidien ». « il va te falloir te faire encore beaucoup.. »

Retrouvé les femmes sous la manéapa de Nanumea.. Elles n’y étaient plus toutes mais la cérémonie de blabla se poursuivait.. Seinati a bien fai rire les filles.. Y’avait des panneaux encore lisibles, la plupart en Tuvaluen, mais une des femmes voyant ma caméra se poser sur elle s’est emparée d’un panneau en anglais « on veut de l’amour pas de la violence ». Courte interview de l’organisatrice. Un mot à droite, un mot à gauche.. Dehors Monise, le directeur de la coopérative est venu me serrer la main. On a parlé du parfum Hermès qu’il m’avait demandé de lui rapporter, du nouveau kaupule qui se construit à coté et je passe le voir cette semaine, j’espère récupérer quelques futs coupés pour y démarrer notre jardin et les 2 containers pour le verre….

Je suis repassée chez Père Camille pour lui taper une de ses lettres qui doit partir à l’avion demain…. Ca a pris une bonne heure et il m’a remerciée d’un excellent bout de papaye… J’y retourne jeudi pour une autre lettre en Français et Kat y passera aussi pour une lettre en anglais….

Vers 15h30, j’ai espéré pouvoir me poser et faire quelques mails de réponse. Mais j’avais proposé un apéro la veille à John et aux autres s’ils avaient le temps à Sunset.. Rien n’était moins sûr (Emma terminerait sans doute plus tard et je préférais que Stephy reste avec sa famille si elle n’était pas rétablie… mais même si on n’était que 2, une noix de coco découpée en lamelle serait pas mal.

A la recherche de la noix, j’ai pensé au jardin de la maison où nous vivions en 2006, là ou vit maintenant Monica (et son mari avec leur paire de jumeaux totalement différents et depuis peu une petite Anastasia, adorable elle aussi).. Elle était attablée avec Tala, l’ancien voisin et son épouse, ex teacher à l’école primaire que je connais bien. La famille de Monika part demain pour 3 semaines (du coup Stephy et ryan qui cherchent une maison pour 3 mois s’y installent) donc café/biscuits d’au revoir… Le sujet des traditions et celui des couches culottes ont été amenés dans la discussion par Monika et son invitée (une des rares dont j’oublie le nom depuis 3 ans). J’ai parlé des projets de laveries de couches coton et du tout nouveau projet de bouquin général sur le pays, les communautés, les traditions où on pourrait aussi inclure ce dont parlait Monika : un document pour les femmes un peu comme la BD. Les deux projets ont enthousiasmé Monika qui se propose à son retour de faire une demande de fond pour la laverie. L’autre doit rechercher un terrain où on pourrait l’installer et on prévoit des réunions des communautés de femmes pour en parler.. On a aussi parlé d’huile de coco qui vient principalement ces jours-ci de Vaitupu. Je l’ai chargée de nous en trouver de bonne quantité au tarif de vente « en gros »..

Avant que je lève le siège, Monika est allée me chercher les bouquins tuvaluens qu’elle avait trouvés : Tuvalu a History et une introduction au tuvaluen que nous avons à Paris et un autre que je n’avais jamais vu : celui d’Ann et Keith Chambers, sur les traditions de Nanumea. un couple qui avait écrit un article dithyrambique sur « Trouble in Paradise » en le comparant avantageusement à quelques autres parus. Là, déclic : bien sûr c’est eux qui doivent coordonner le nouvel ouvrage ! On verra ce que vont donner ces lignes lancées et ces propositions spontanées.

En rentrant, Polao le mari de notre présidente locale était installé avec son ordi dans son jardin (une scène très rare à Tuvalu). Il m’a dit que la noix de coco ramassée chez Monika n’était pas bonne et m’en a donné 2 autres et une papaye. Nous avons discuté 2 mn de l’importation du méthanol comme me l’avait conseillé Panapasi, il importe des bouteilles de gaz et s’en chargera pour nous.

Tala (taxi) et son épouse sont allés chercher la caisse de bouteilles laissée chez Alpha(dont le litre et demi de vinaigre balsamique non utilisé l’an dernier). Ils ont visité la maison… et sont repartis avec quelques anti douleurs pour l’arthrite… sans certitude sur le résultat.

Le soleil se couchant et personne ne montrant son nez, j’ai filé copier les mails reçus, sans les lire, en donnant pour mission à Elena de faire monter si quelqu’un se présentait….. Le Pastis a été finalement été pris en tête à tête avec John puis l’heure du dîner sonnant nous nous sommes transportés chez lui où il proposait de sortir du congé des spaghettis bolognaises cuisinés ce weekend. Il fait ainsi des tas d’autres choses qu’il met en barquette.. dont une soupe encore dans une marmite de 20 litres… J’ai préféré la soupe aux spaghettis et je n’ai pas regretté. Faite d’un peu de tout, y compris haricots, lentilles, petits pois, gingembres, ail et bien sur papates, oignons et carottes. Un vrai délice.

Home a 22h et il est maintenant 1h du mat. Je n’ai donc pas arrêté d’écrire depuis 3 heures… Ouh la la… (Tapa ! en Tuvaluen)

02 / 04 / 09 - 10 : 30

Samedi 7 mars et dimanche 8, 2009 - Que du bonheur !

Pas réussi à revoir Nala après la réunion « cabas » pour confirmer ou non le pique-nique qu’elle avait prévue pour ce samedi... Mais ce matin, Elena m’a réveillée timidement à 6 h : Apisai, le PM, était en bas... pour me prévenir que le bateau était prévu à 7h30... J’ai failli dire non et puis finalement branlebas de combat et je suis arrivée à l’heure. Et j’ai passé une des journées les plus agréables depuis mon premier voyage à Tuvalu : Il y avait aussi l’ambassadeur et son épouse et le fils de Nala, un néo zélandais qui ne parle ni taukelauan (où a vécu Nala longtemps) ni tuvaluen et une bonne douzaine de « sherpas » qui nous avaient précédé une heure avant pour recueillir sur l’îlot la nourriture pour notre déjeuner : crabes des cocotiers, fruits de l’arbre à pain, laolu (un genre de fougère) et bien sûr noix de coco que les femmes ont râpée pendant des heures. J’ai pas pu m’empêcher de filmer mais j’ai aussi profité du lagon immaculé avec Nala et les « officiels ». Alors que la nuit dernière un orage avec tonnerre, éclairs et pluie drue m’a totalement surprise, toute la journée fut superbe.. Jusqu’à ce que nous décidions de rentrer.. Et la déluge à nouveau... Nous sommes arrivés trempés mais heureux.. Il faisait beau à l’arrivée mais pas assez pour que je sèche et j’ai traversé le village sur ma mob dans un état qui a dû en surprendre plus d’un.

Frustrant de ne pas pouvoir noter instantanément, enregistrer directement dans le cerveau pour y garder en mémoire, sans autre technologie, les images aperçues, les sensations, les sentiments spontanés. J’espère voir ça avant de n’en avoir plus besoin..

Samedi a ressemblé à un dimanche avec ce pique nique/festin organisé par notre PM et Nala son épouse - hummm la queue/système digestif des crabes de cocotiers si riche qu’on ne peut que pré-voir les méfaits sur le taux de cholesterol.. et sur les hanches. Les Tuvaluens, ceux que je n’ai pas encore rencontrés encore sur ceux que nous connaissons (la moitié de la population ? ) ou qui nous connaissent (la totalité ?) et auprès de qui je m’arrête quelques minutes, continuent à me saluer d’un « you’re getting big ! ». Je suis encore loin des standards d’ici que je lorgne du coin de l’oeil en me demandant si la bouboulitude me guette vraiment à me délecter de ces entrailles de crabes et autres délicieux lait, sauce, gratin de noix de coco.

Ce dimanche, j’aimerais en faire un joursaint/joursans avec aucune obligation de sortir de ma coquille et d’un bout à l’autre de la journée, n’en faire qu’a ma tête, dans ma tête, chez moi.

Ca a commencé par une petite grasse mat. 9h : ouverture en grand de la porte de la terrasse pour embrasser, en quelques pas, quelques secondes, un panoramique à 180° du lagon, des nuages et des instantanés de la vie alentour. C’est ce que j’aurais aimé pouvoir enregistrer ce matin.

Double frustration puisque je ne peux même pas inscrire ces visions fugitives (une scène ne revient forcément pas toujours devant l’objectif de nos yeux comme l’impriment quelquefois des professeurs de « filmage » à leurs élèves). Même à l’ombre, l’écran de mon ordinateur est illisible tellement la luminosité ambiante est importante. OK ça se pose aussi avec un stylo, mais tellement moins vite...

A droite de la péninsule, des enfants et leur (s) grands mères se baignent près des barques. Une grand sœur épouille son petit frère, mon œil n’est pas resté sur eux jusqu’au croquage du pou.. Au bout du petit jardin se dirigeant un peu en arrière, vers un autre coin du lagon, deux adolescents dont l’approche à l’eau diffère… l’intérêt de la description s’annule devant l’inintérêt du sujet : approche à l’eau..

Droit devant moi, en bas, la pointe de la péninsulette est tendue de cordes à linge qu’Elega occupe abondamment. 3 tapis sont posés, enroulés, sur le bout de béton surélevé qui a du être une fosse pas tout à fait septique un jour… Maintenant ? Et bien maintenant que j’y pense, je ne sais pas trop bien où sont évacuées les déchets liquides de la maison.

A gauche, un tuvaluen s’adonne à l’activité favorite du week end : manger le poisson cru dans le lagon avec la sauce de coco, à quelques pas la famille « crado » celle qui a dû éliminer le tas d’ordures accumulées avant mon arrivée, dans le cadre d’un campagne de nettoyage lancée par Willy, et qui en a démarré un autre de l’autre côté, a aussi installé une hutte vite fait mal fait au ras de la propriété. Ce dimanche matin, la maîtresse de maison est allongée comme un lion de mer, son mari assis en lotus regarde au loin, les yeux perdus ailleurs encore embués de l’alcool de la nuit dernière. Une femme plus mince mais à la voix plus aigre, l’air dur qui partage leur maison, cuisine dans un faitout posé sur une grille, elle même posée sur une grande cuvette dans laquelle brûle des charbons de bois faits de coquilles de noix de coco. Le tout installé conveniently à hauteur humaine sur un drum de 200 litres.

En bas, « chez » Elega, une mob s’est arrêtée, son fils sans doute, qui vit avec elle encore quelques semaines « chez nous » ou sa fille qui déserte quelquefois le logis familial pour venir tenir compagnie à sa mère. J’ai eu tendance au début quand j’entendais une mob à jeter un œil par le balcon. La plupart du temps c’était Elega’s family. Je suis maintenant habituée.

Puisque je suis assise à l’intérieur, je vais poursuivre sur quelques mails, à commencer par les réponses à Fanny dont l’activité à Paris me donne parfois le tournis. Difficile de ne pas mélanger les nouveaux noms de ceux et celles avec qui elle est en contact depuis mon départ. Je suis très fière d’elle et de l’équipe sur laquelle elle peut compter autour d’elle (d’Angie à Linda, en passant par Elizabeth ou Françoise qui oeuvrent avec elle dans des domaines spécifiques ou Liz qui la soutient moralement). Yaily rentre bientôt et Laurent se rend toujours disponible quand c’est nécessaire. Les nombreux messages de soutien à la suite des communiqués de presse l’ont sans doute aidée à passer à la vitesse supérieure en sachant qu’elle peut compter sur beaucoup de « fidèles ». Merci à Tous.

14h – le lagon s’est vidé et clapote au vent sur les rochers de corail or « man made ». Le soleil tape rafraîchi par un souffle de vent suffisant pour rendre merveilleuse la lecture du spécial Canard Enchaîné « ces dames qui nous gouvernent » que je sirote doucement, en faisant durer le plaisir pour que mon stock de livres et magazines dure jusqu’à la fin du séjour. Pas facile. Avec 3 ou 4 bouquins et les 3 spéciaux que je garde sans les lire à Paris pour pouvoir m’en délecter à Tuvalu (je n’en ai pas le temps en France, à peine celui de survoler le Canard hebdo).

16h30 : Je réalise qu’il va me falloir quand même lever mon désormais gros popotin pour rendre visite à John et expédier la douzaine de mails auxquels j’ai répondus cette nuit et cet après midi : de Corinne la femme de l’ex ambassadeurr à Fiji, à Malama et Seve, responsable au sprep de ne ne sais quel folio, en passant par Thomas d’ADB et une poignée d’autres amis ainsi que des représentants de pompe à eau et fours solaires. Demain c’est férié, je pourrai continuer et, on peut rêver, vider mon dossier « mails à répondre ».

Bien que plus sociale que prévue, la journée de dimanche s’est terminée sur des notes agréables. Avec une longue conversation avec Fanny par skype d’une part et la rencontre d’une jeune australienne, venue ici pour filmer Tafue TUCAN-Tuvalu Climate Action Network, notre pasteur réformiste qui a un bureau dans le bâtiment de l’Eglise, et quelques autres… Quand Kat, une prof d’anglais, Celtes/Wells, arrivée l’an dernier et mariée depuis à un tuvaluen, très affable, riant tout le temps, nous a présentée, la fille m’a accueillie « Gilliane… la vraie Gilliane ». John a immédiatement réagi waou, Gilliane, so it is not only in Tuvalu… ».

Bien sûr elle avait vu Trouble in Paradise, via un mec que je ne connais pas. Emma, c’est son nom, vit à Fiji, elle est «filmaker » comme elle dit, et a aussi monté une NGO to help with Climate Change et si j’ai tout compris de son australien cadencé, elle a aussi un lieu d’exposition dans un hôtel à Fiji « marine center », travaille avec des jeunes et est reparti la BD sous le bras en imaginant avec un enthousiasme certain, la traduire en Fidjien et l’inclure dans leur expo. Tafue nous a rejoint. Décidément avec lui, je suis très maladroite. Non seulement j’avais oublié plusieurs années de suite qu’il faisait partie de ceux interviewés en 2004, je n’avais jamais répondu à son mail de 2005 ou il demandait comment adhérer à Alofa mais en plus, alors que j’avais l’an dernier corrigé mes bévues d’origine en passant un long moment avec lui à discuter pour lui proposer d’être le « présentateur » du débat spécial climat de l’an dernier, j’ai réalisé ce soir là qu’il n’avait jamais vu la BD, ni en anglais ni en tuvaluen… ! Je me suis à nouveau platement excusée et lui en déposerai une poignée demain.

Un peu avant, je suis allée rendre deux bocaux d’ananas au sirop au goût d’essence…, après m’être assurée auprès de John et Lee que ça se faisait ici de rendre un truc avarié ou mauvais. Lee m’a dit qu’il avait eu le même problème avec le même bocal de chez Jimmy, (l’ex cuisinier d’un ex restaurant coté, au Filamona, l’endroit où on pouvait manger raisonnablement à Funafuti, et le 1er chinois à s’être installé à Tuvalu il y a au moins 7 ans.).. Après la séparation d’avec Penny, le restaurant du filamona a périclité, et quelques mois après, celui que Jimmy avait ouvert, moins bien placé pour les palagis de passage, est devenu un magasin de meubles et depuis il a ouvert 1 magasin à tout vendre. Avec une ou deux étagères de bouffe… « Tu ne trouves pas que ça a le gout d’essence ? » « Il a senti, goûté ». Pas vraiment de réponse, mais un « I’ll give you a refund ».. « Do you have more of these on the shelves ? Because it’s not only this one, I’m afraid it is your whole stock.. » Dans la minute qui suivait, il a fait enlever les 3 bocaux des étagères. A la sortie rencontré Hilia qui m’a informée d’une marche des femmes le lendemain. Elle allait m’envoyer un mail si elle en avait le temps (il était 20h). A l’hôtel après le dîner, quand nous étions avec Emma, Tafue (et Katy) nous a rejoint Stephanie, la jeune allemande mariée au Sud Aficain, parents de la petite Lili qui m’avait émue le jour de notre rencontre. La petite s’était cassée la figure, je lui ai dit « it’s nothing » et sa mère l’a prise dans ses bras. Là elle s’est mise à pleurer et m’a tendu les bras. C’était dans les miens qu’elle voulait être. Et nous sommes restées ensemble un bon ¼ d’heure…. Anyway sa mère hier soir nous a informés que la petite et son père avaient attrapé une fièvre de cheval après la douche en rentrant de Tepuka la veille et a confirmé avoir entendu parlé de la marche des femmes mais ne savait pas à quelle heure non plus. On s’est dit qu’à 9h elles seraient bien quelques part. Katy a proposé de venir prendre le café à 8h… J’ai négocié « 9h-1/4 ? » On s’est accordé sur 8h30……


02 / 04 / 09 - 10 : 25

Réveillée à nouveau par Elega pour être à 9h, caméra à l’épaule au « pocket meeting » biodiversité organisé par Eliala... Une dizaine de personnes pour parler des poissons, enfin, je crois puisque tout est en Tuvaluen.. Pause thé à 10h30 avec côte dagneau, saucisse, papaye, sandwichs, watermelon et j’en passe… Bien sûr, j’ai demandé à Eliala si elle a prévu une poubelle recyclage et suggéré qu’ils fassent du compost avec leurs déchets végétaux. J’ai remballé la caméra pour me rendre à la réunion des femmes de ministres organisée par l’Ambassade de Taiwan. Arrivée à l’hôtel, on me dit qu’un chauffeur est partie me chercher à la maison ☺.

L’objectif de la réunion : décider d’un type de cabas pour remplacer les sacs plastiques... 3mn aussi pour présenter le plan déchets proposé (et lancé aussitôt) par Daniel l’ancien ambassadeur de Taiwan après une visite éclair de 2 spécialistes l’an dernier. Nous leur avions donné notre étude énergie et celle de Tony spécifiquement sur les déchets et pas mal discuté avec l’ambassadeur... Mais comme leur véritable objectif est d’obtenir du compost, va falloir batailler pour les mener au biogaz et à la gazéification... Risasi a démarré ses commentaires sur les sacs... j’ai poussé Penny à réagir sur le cabas plastique proposé ... « c’est du plastique recyclé ? » comme elle confond recyclé et recyclable, c’est un peu tombé à côté... J’ai remis ça un peu plus tard... Seinati a mis son grain de sel, et Nala itou... Nada sur les déchets. Je veux dire aucune réaction. J’ai préféré prendre rv avec l’ambassadeur pour en parler tranquillement sans passer pour l’emmerdeuse du coin alors que j’étais la seule blanche. A ce point, je ne vois pas trop comment on peut interrompre le processus mais on peut peut-être adapter. Le matos part le 1er avril et arrive en juin, l’équipe fin juin pour mettre en place, former, awareness, tout ça en 15 jours... (c’est à dire impossible). Bien sûr, c’est juste après mon départ et je ne peux pas prolonger mon séjour davantage. Peut-être Sarah pourra-t’elle revenir, et ce soir j’ai demandé à John s’il pouvait jouer les mouches du coches pour éviter qu’ils nous découpent en petits morceaux le plastique pour l’entreposer, sacs ouverts on ne sait où.... Pour l’incinérateur : éviter de brûler les déchets genres feuilles sèches, bois divers comme prévu, en même temps que les couches et autres déchets « tout venant »... La aussi va falloir se battre... Mais tout n’est pas négatif. Et le schredder pour affiner le compost sera bien utile, tout comme les containers pour recyclables.. Je ne sais plus ce qu’ils entendent par faire du verre, mais je creuserai ça la semaine prochaine.

Ensuite une heure genre comédie à la Marx Brothers pour essayer de régler l’installation de notre adsl.. Passé d’un bureau à un autre building. Chez les responsables du téléphone qui m’avaient dit rétablir notre ligne cette semaine, on m’informe qu’il n’y a plus de lignes que leur nouveau « porteur » a moins de lignes que le précédent et qu’il faut attendre le nouveau matériel... Blablabla, rien n’y faisait. Le mot magique fut internet.. « ah si c’est pour internet, on peut peut-être faire quelque chose... mais il faut d’abord que vous alliez payer votre abonnement.. » « Mais Kula, la responsable internet m’a dit l’inverse l’autre jour, il faut d’abord avoir une ligne et ensuite seulement aller la voir... »... Il insiste, je saute sur ma bike pour avoir confirmation que oui il faut une ligne d’abord... « Euh, vous ne pouvez pas les appeler pour accorder vos violons »...Ce qu’elle fait devant moi, après s’être assurée que j’avais bien un modem, car eux n’en ont plus... Retourné au bureau téléphone « Alors ça y est, vous vous êtes mis d’accord c’est bon ? Elle vous a appelée. » « non... « eh les mecs j’étais avec elle, elle a parlé à quelqu’un... » Finalement ils me disent qu’ils sont en train de chatter avec elle et qu’ils vont mettre notre ligne en marche... Ca aura pris une bonne heure.. Faut dire que sur les 500 m qui séparent les deux bureaux, j’ai fait des pauses pour discuter avec Vavao ancien responsable de la collecte des déchets, qui vient de prendre sa retraite et Vete, l’ingénieur civil qui lui aussi à rendu son tablier aux département des travaux publics..

Un verre (ou plutôt une cigarette mais faut pas le dire) avec Risasi, notre trésorière, interrompues par Utala, notre ingénieur biogaz qui demandait s’il pouvait avoir son chèque un peu avant la date... Et par l’arrivée d’un jeune couple et d’un bébé de 15 mois. Lui est Sud Africain, elle Allemande et ils vivent à Munich. Coincidence, ils ont eux envie de venir après avoir vu « Trouble in Paradise » ... « Vous avez quelque chose à voir avec Alofa Tuvalu ? » Risasi éclate de rire.. « Oui, c’est nous... » de « Vous êtes
vraiment des pionniers et votre site a fini de nous convaincre de venir passer 3 mois ici ». Elle est étudiante photographe... Lui j’ai pas très bien compris. Elle souhaite « faire parler les gens, les contes qu’on raconte aux enfants, des recettes de cuisine et autres sujets qui m’ont semblé très bien pouvoir s’inscrire dans le livre général discuté rapidement avec Nala, la 1ère dame... « OK on vous aidera si vous nous cédez les droits pour un bouquin plus général sur Tuvalu ».. « Avec plaisir... On peut même sans doute trouver un éditeur ». Risasi était sur le cul car bien sur elle n’était pas encore au courant de cette idée qui avait germée la veille « Gilliane couvre tous les sujets ici... » et plus tard « tu manques pas d’a propos, toi ». Ca allait quand même de soi. ☺

Une trentaine de mails m’attendaient quand je suis passée chez John. Fanny et Angeline s’activent à Paris et ça donne des résultats super positifs. Le chapiteau de Papeete pour le Jour de la Terre prend forme, la BD traduite en allemand est fin prête pour sa sortie officielle à Bonn pour la conférence mondiale de la décennie de l’éducation au développement durable de l’Unesco, un chapiteau se profile pour la fin de l’année à Copenhague etc etc etc.

J’avais une folle envie de salade, genre laitue tendre, tomates, avocat. Bien sûr ce n’était pas possible. Ma 2e envie : du poisson. Ca c’est plus jouable. Direction l’hôtel où c’est quand même le seul endroit où on peut être presque sure d’en trouver au menu (enfin sur les 2 plats proposés). John m’avait dit qu’il avait rencontré une française. Un couple est effectivement arrivé, une française avec un australien... Après avoir avalé le poisson nous nous sommes attablés avec eux : il est journaliste photographe, un peu arrogant. Elle l’assiste, affublée d’un châle par 35*. Arrivés le jeudi pour repartir le mardi alors que lundi est férié (mais personne ne se souvient pourquoi, même pas le premier ministre à qui j’ai posé la question aujourd’hui) ils veulent faire un reportage... Ils sont allés voir l’école pour filmer des dessins d’enfants. La directrice a demandé 200 dollars ! Certes un peu cher le dessin mais j’ai expliqué en long et en large que les Tuvaluens en ont ras le bol des demandes répétés qui signifient du temps pour tout le monde et qu’en plus avec des escrocs type Paris Match, ils vont être de plus en plus sur leur garde.

« Vous nous conseillez quoi ? Vous pouvez nous aider ce week end ? » « Non, mais allez voir Temu la directrice mardi matin, proposez 100 dollars et surtout offrez aussi d’envoyer votre photo reportage... ». Si vous avez le moindre problême, allez voir l’ambassade de Taiwan... les dessins sont faits pour illustrer les cabas qu’ils vont fabriquer. Je leur en parlerai... » « En fait je suis prêt à payer les 200 »... «Pas la peine, le jeu c’est aussi de négocier.. » Ils sont partis très vite dans leur lodge à 88 dollars la nuit... Je n’en reviens pas des prix... A la tête du client sans doute... Ce motel de 3 chambres est au milieu du village sans aucun intérêt... alors que l’hôtel devant le lagon avec internet, grande chambre et restaurant est à 90 dollars (enfin 110 pour 2)... Je ne sais pas s’ils obtiendront ce qu’ils veulent mais je ne leur fais qu’une confiance limitée.

A la table à côté se sont installés deux mecs que j’avais vu filmer un peu plus tôt. Des hollandais. m’avait on dit. Décidément l’avion de jeudi a déchargé son lot de Palagis ...

Au retour, un nouveau bruit de la maison a été identifié : un énorme insecte volant, qui aurait pu être un papillon de nuit mais aux ailes dures comme du bois... Alors bien sûr quand il se cogne contre les murs, ça fait un bruit assez étrange.



02 / 04 / 09 - 10 : 18

Visite à Amatuku pour mettre en application les conseils de sikeli :

Elena m`a reveillée aux aurores... puis un apprenti marin est venu frapper à la porte pour s`assurer que j’étais bien réveillée pour le bateau. Là-bas, toute l`équipe est tellement enthousiaste que c`est un vrai plaisir. On a (enfin ils ont) ajouté de l`eau. Il leur a fallu une bonne demi-heure pour mettre en route la petite pompe à eau qu`ils ont là-bas... A priori, avec un peu d’eau et en remuant un peu, il y a eu des bulles et une odeur donc Leota en a conclu qu’il y avait bien du gaz... Ensuite Utala et 2 trainees se sont beaucoup donnés pour remplir la cuve comme l’avait indiqué Sikeli. On s’est arrêté quand les 2 chambres ont été au même niveau sans aller plus loin car ça me semblait trop liquide. J’envoie à mot à Sikeli pour vérifier s’il faut vraiment que ça déborde dans le département compost... Ce qui ne m’a pas rassurée (encore que je suis tout à fait prête depuis des mois à une ouverture, vidange, re-étanchéité donc pas si grave) c’est que Utala m’a montré jusqu’où étaient montées les dernières king tides et si ça ne recouvrait pas le digesteur c’était vraiment à raz. S’ils n’ont pas scellé les parois jusqu’en haut et au dessus, y’a un risque que l’eau ait réussi à s’infiltrer... J’ai dit à tous que ce prototype était là pour ça : apprendre à faire, solutionner les problèmes.

Autre bonne idée de Leota : acheter un bleu de travail (enfin un beige ou un vert clair comme on veut) pour Utala avec une impression “Alofa Tuvalu”. Faut aussi que j’achète de nouveaux balais pour nettoyer les pigpens, des gants et des bottes caoutchouc pour manipuler la merde... et marcher dedans… Utala qui est vraiment investi et qui réfléchit beaucoup va remplacer le trou fait en son absence pour réduire le débit à la seule évacuation de l’eau sans entrainer le lisier.... Pas con hein ?

L’équipe de TMTI voulait absolument que je check mes mails de leur bureau. ``Non merci, je préfère être avec vous, je peux regarder mes mails chez alpha où john et eti sont aussi de vrais soutiens...`` ils se sont sentis offenses... « et tmti ? »` J`ai ri bien sûr «hey guys, évidemment que vous êtes les premierssoutiens ! ». Et avant le bateau de retour, une assiette m`attendait sous la hutte pour le déjeuner... C`était trop mignon..

Hier, Le matin j’ai vu Eliala, la fille de Penny missionnée sur la biiodiversité, j’ai pas encore exactement compris sur quoi mais c’est un fonds GEF/UNEP (ou UNDP). Une fille super que j’avais vu une fois à Fidji où elle avait lancé et manageait à merveille avec son mari, le FaleTuvalu qu’avait souhaité John pour les marins en transit. Je l’ai revue aujourd’hui pour lui donner l’adaptation plan. Et je vais demain à ce qu’elle appelle “pocket meeting”, un genre de réunion communautaire où elle écoute les gens que je filmerai pour qu’elle puisse transcrire leurs idées/info etc. Entre autre similitude, elle me disait qu’elle avait envie de travailler avec les enfants et qu’elle ne pouvait pas s’empêcher, quand elle en voyait un jeter un truc par terre, de le rappeller pour lui faire ramasser en lui expliquant. Elle a une voix tellement douce que ça ne peut que passer. Je lui expliqué que moi ça me gonflait tellement que j’avais réussi à terrifier des mômes au retour du field trip.

Ensuite j’ai reçu une invitation officielle de l’ambassade de Taiwan pour assister à la réunion avec les femmes de ministres sur la fabrication de sacs coton qu’ils veulent lancer. Déjà l’invitation arrivée pendant que j’étais à Amatuku a impressionné Elega mais que le chauffeur de l’hôtel puis la secrétaire de l’ambassade repassent pour s’assurer que je serais là, l’a estomaquée..

Comme elle n’était pas très claire sur le message du chauffeur, j’ai cru que c’était Eliala qui confirmait que 9h c’était bien pour se voir avec Mataio, le directeur de l’environnement. Mataio a été l’un des premiers que je suis allée voir pour en fait lui dire que je le verrai quand Sarah serait là. Ca l’arrangeait bien, il avait des urgences avant.. Il suggère qu’on se rapproche aussi d’une bénévole (à laquelle beaucoup m’ont comparée y’a quelques années pour l’investissement et la motivation avec laquelle elle se consacrait à la biodiversité marine, son projet a en fait lancé la création parc marin de Funafuti... Cette femme, une plongeuse, est partie au bout d’une dizaine d’années, sans que personne ne sache trop pourquoi... A ceci près qu’à cette époque, c’était avant notre arrivée, une bénévole australienne a été violée et laissée pour morte, ça a refroidi les velléités d’assistance étrangères..

J’ai aussi parlé à Eliala de la journée internationale de l’Ocean quand elle me parlait de la journée de l’environnement... A priori donc, ils feront la semaine complète pour inclure l’océan.

Après Eliala, petit saut dans le bureau de Willy, notre proprio et ami, toujours aussi disponible, en short et chemisette jaune... je voulais juste lui dire que j’avais oublié de le remercier de ses mails qui nous faisaient du bien à Paris, Lui dire aussi que je paierai pour les aménagements demandés aux gars venus remplacer la porte, comme couper une étagère dans le dressing et une supplémentaire de l’autre coté pour avoir plus de place, remplacer les ampoules extérieures (pas des plus simples à trouver ), réparer la fuite de la gouttière etc. Décoration toujours : ce soir j’ai acheté du tissu jaune orange pour remplacer les rideaux moches qui ne servent même pas à cacher des regards des voyeurs...Nala fera une couture pour glisser le cordon.

Willy m’a raconté où il en est du plan déchet taiwanais. J’y reviendrai mais parmi les aberrations : une machine à transformer le plastique en confettis.... et un incinérateur… “T’en penses quoi toi” comme il avait l’air dubitatif : “et toi ? » . Nous ne sommes pas allés beaucoup plus loin puisque de toute façon le gouvernement avait signé et que le matos était déjà embarqué. J’en ai mal dormi la nuit ! Tavau lui me parlait de faire des briquettes de plastique, de papier... plus intelligent (et surtout c’est ce qu’on lui avait glissé l’an dernier, donc ça prouve que ça entre) mais clairement obsolète... Enfin peut être que je n’ai pas tous les éléments et que le shreddeur peut faire des briquettes...

Ensuite rv déjeuner avec Hilia un petit fichu musulman sur la tête. Sur le chemin, j’ai croisé son 2nd celui qui a donné ses photos à Paris Match. Je lui montre l’article. “ils avaient l’air si gentils”... Il était un peu défait des infos. Hilia elle était furieuse... Qu’est ce qu’on peut faire ?“Malheureusement les poursuivre coûterait trop cher mais peut être déjà faites un mail”...

Semese croisé pendant le blabla s’est arrêté pour me souhaiter la bienvenue.. Il a donc entendu la mésaventure Paris Match (des photos exposées en France comme leurs par l’équipe de ce grand journal français et primées sans que le photographe tuvaluen ne soit crédité…, entre autres, on va pas polluer ce blog mais on a un dossier de 40 pages sur les échanges avec l’équipe qui souhaitait réaliser la photo du siècle avec tous les tuvaluens réunis en bout d’île photographiés depuis e ciel). J’ai conseillé de faire passer le mot et surtout de nous consulter avant de donner quoi que ce soit à un média...

Après Hilia, j’ai retrouvé Risasi pour une séance de blabla où elle m’a beaucoup parlé de squatters qu’elle a chez elle depuis presqu’une année.. Elle est drôle et n’a bien évidemment pas la langue dans sa poche, mais ça leur glisse dessus comme de l’eau sur un canard… On va se pencher sur un bilan car elle sait que c’est nécessaire pour présenter une demande de fonds.

Et John nous a fait à diner. Un morceau de mozzarelle achetée à L.A. a fait office d’entrée...

Sur le chemin du retour sur la petite mob de Grace, les gens continuent de me souhaiter la bienvenue ou la bonne nuit. Bien sur, dans le noir, entre chiens et loups, surtout quand leur moto arrive de l’autre côté, je ne sais pas de qui il peut s’agir... mais je réponds à leur “ah Gilliane tu es là?” toujours très chaleureusement aussi sans savoir à qui je m’adresse...

J’ai posé mes affaires, mis la banque Alofa à jour et puis j’ai enfourché la bicyclette pour récupérer un chargeur du service social. Betty qui remplace Teu est vraiment un amour aussi. Je suis repartie avec leur deux chargeurs pour voir s’ils marchaient et leur unique batterie... Passé ensuite au service de recrutement et ressources humaines où à priori il y a des candidatures pour remplacer Nia qui a démissionné... pour leur proposer de les aider dans le recrutement en parlant de notre projet de preservation culturelle. On voit ça next week..

Puis eliala, voir plus haut et suitchi... emails jusqu’à 19h, retour à la maison pour charger les batteries... Super les deux chargeurs fonctionnent, ca va donc 2 fois plus vite. Et dîner dans le bouibouis où nous avions déjeuné avec Fanny et Pierre en 2005... Une première pour John... qui n’avait guère confiance mais il a aimé la soupe...

Allez j’arrête, il est minuit et demi, le mac est brûlant et je me lève tôt demain…

02 / 04 / 09 - 10 : 13

Le matin, visite à hôtel du gouvernement. Devant, blabla avec Lagi la responsable de la communauté de Niukelaelae puis Yuki, l’étudiant japonais… Bonne discussion, principalement sur les déchets et les idées de recyclages avec Tavau, ministre de l’environnement (qui ne détient plus les déchets justement), sur les bateaux de pêche, sur le projet de biodiversité…

Avec Willy, des home affairs (et qui a maintenant la responsabilité des déchets) ce fut un peu plus bâclé, l’avion du mardi arrivait et je voulais voir qui en descendait. Je retournerai le voir demain.

Pas d’inconnus palagis dans l’avion mais David Abbott et son adjoint venus pour 3 jours pour discuter de la crise financière internationale et peut être aussi celle de Tuvalu où il y a quelques mois y’avait plus de monnaie… Je n’ai pas encore eu l’occasion de discuter avec le Ministre des Finances mais ceux avec qui j’en ai parlé accusent les commerçants chinois et autres tuvaluens de sortir des liasses de billets du pays, ce qui n’est sans doute pas faux. Eliala, la responsable de la biodiversité n’était pas dans son bureau, j’ai filé chez Alpha relever mon courrier… puis « curry chicken » au snack des femmes avec lui, et blabla avec Hilia, Emily, Vasa que je retrouvais pour la première fois. Déjeuner prévu demain avec Hilia.

Filé à l’embarquement où tout le monde attendait déjà le bateau qui partait ¼ d’heure plus tard pour Amatuku… J’avais le temps d’aller chercher ma cam… Leota m’a demandé si le capitaine était prévenu de mes deux invités (le fils d’Apisai et Nala, et Yuki)… Non… je pensais qu’as long as the boat was going, ils pouvaient venir… Usu m’a pardonnée tout de suite quand je me suis excusée et nous a offert du lait de coco… dans la noix bien sûr. Tout le monde fut très chaleureux… J’ai raconté le biogas, le fuelpod, le gasifier kit, les fours solaires… Et alors que nous allions nous diriger vers le digesteur, Usu m’a demandé si j’avais des nouvelles de l’Ambassade de France à Fidji.. No comment ou plutôt si.. J’ai dit ce que j’avais sur le cœur et ce que nous avions subi avec ce duo de français puants. J’ai préféré et de loin mettre ma tête dans le caca de cochon pour voir à la torche le fond du digesteur… pas facile de distinguer quoi que ce soit. Leota a offert de revenir quand je voulais pour qu’on passe un peu plus de temps et qu’on rajoute l’eau comme préconisé par Sikeli… Jeudi…

Sur le chemin du retour, Luni un des profs passionnés par ce que nous faisons transportait un cochon rôti pour l’anniversaire de sa nièce, les « un an » bien sûr, toujours un événement pour les familles tuvaluennes. « C’est à l’hôtel, passes y faire un tour ».

Leota, lui, près de l’embarcadère, a montré pas peu fier : « la maison d’Alofa »… et m’a conseillée de planter un drapeau Alofa sur la terrasse.. Quelle bonne idée.

Au retour dans la maison, surprise, la porte de la terrasse avait été changée mais sans poignée, sans serrure… John est arrivée avec un loquet et des outils. La vraie serrure sera posée demain, mais alors que je commençais à me faire aux bruits divers, y compris celui des geckos qui se laissent tomber d’un bruit mat sur le lino, l’idée de dormir sans protection ne m’attirait pas du tout. Toutes les femmes de Tuvalu ont des histoires à raconter de mecs qui les observent derrière les carreaux, ou d’autres qui essaient d’ouvrir les portes.

Bien sûr tout étant toujours plus compliqué qu’il n’y paraît, John y a passé plus d’une heure…. Et nous avons fêté son accomplissement en sirotant un pastis.

Diner : sandwich à la sardine en boite comme hier.. Et fin de la transcription de mes notes de voyage.. en suant à grosses gouttes puisque j’oublie toujours de mettre en route le ventilateur.., tout ça au son d’un fatele à la maneapa de Funafuti. Et d’un autre, en l’honneur du bateau japonais et de sa centaine d’étudiants, dans la communauté de Vaitupu. Je me rends compte combien je fais partie de la vie : ces « fonctions » comme ils disent ne m’attirent plus. Je suis contente d’entendre de loin, de savoir que c’est là, mais pas envie de m’y rendre… Enfin peut être juste pour y faire un tour, mais je sais que je ne saurais pas m’y rendre sans prendre la caméra et là… cercle vicieux… Je filme de bout en bout… Et comme à Paris, tant que je n’ai pas fini de rayer mes listes (c’est à dire jamais) je n’ai pas trop envie de sortir…



02 / 04 / 09 - 10 : 07

10 h rv avec Yuki Suzuki, le jeune étudiant japonais. 11h30, pendant qu’il prenait quelques photos avec l’armée d’étudiants japonais frais descendus du bateau qui leur fait faire le tour du Pacifique, j’ai récupéré la petite bicyclette crevée chez le réparateur, un très vieux monsieur, qui ne voulait pas me faire payer parce qu’il y avait passé peu de temps… I cant accept… You have to give me a price… OK 3 dollars… puis déposé Yuki chez Maatia, l’ex premier Ministre à qui j’ai promis de repasser avant la prochaine session du parlement, fin mai…

12h : passé voir Leota le capitaine/ingénieur qui rentrait d’un voyage inter-îles, briefing rapide biogas, bike, biofuels etc… Il est en vacances, mais « tu me dis quand tu veux et je vais avec toi à Amatuku »… Demain bateau de 13h30. « le bateau normal, Leota. pas un spécial, pas de gaspillage, ok ? »… Il a confirmé que la mob que m’avait prêtée son épouse, Grace, était sa participation à Alofa et qu’il fallait que je la garde même si j’avais maintenant ma bicyclette.

12h15 : relevé de mails chez John et expédition compte rendu des réunions biogaz de suva.. Un peu tard pour visiter l’hôtel du gouvernement. Direction le snack bar des femmes, dévalisé par les jeunes japonais. Rencontré Marica, la consule de France à Tuvalu, qui a demandé comment elle pouvait devenir membre de l’assoc… « Mais tu l’es déjà ». Son mail ne fonctionnant pas très bien, elle n’avait pas reçu nos dernières communications et croyait avoir été rayée des listes… Repli déjeuner chez John qui avait préparé un mix curry, chutney, émincé de bœuf, purée en quelques minutes, le temps pour moi de récupérer à la maison quelques adresses oubliées et acheter 2 bières. Déjeuner délicieux comme toujours quand John cuisine.

Puis direction l’immeuble du gouvernement. Solofa d’abord.. secrétaire du gouvernement en l’absence de Panapasi.. son sourire et son hug fut sans doute le plus affectueux de tous. Un peu comme on reçoit sa fille. Blablabla… je lui ai demandé à qui m’adresser pour être entendue à la prochaine réunion du DCC (j’ignore la signification de l’acronyme mais je sais que c’est la réunion des secrétaires permanents et autres hauts fonctionnaires). C’est la voie hiérarchique que Molipi et d’autres l’an dernier m’ont reproché ne pas avoir suivie… Je mets donc cette année un point d’honneur à présenter nos plans de mission à ce DCC avant le conseil des ministres. « Just give me a paper, I’ll make sure you are in the meeting next Tuesday… » « Euh.. je préfèrerais que Sarah soit là aussi… C’est pas toutes les semaines ? » « Mensuel »… « Tu crois que je vais m’en sortir toute seule, l’anglais c’est pas ma langue.. » « c’est pas technique, c’est policy » (un mot que je considère comme institutionnel, allez savoir pourquoi, et que je vérifie toujours mille fois dans le dictionnaire pour en comprendre l’exacte signification…) Aujourd’hui j’ai compris régulation…

Direction département de l’énergie ensuite où j’ai vu tous les fonctionnaires. Ministre et Secrétaire permanent étaient en réunion. Tavau ensuite qui a écourté son meeting pour m’accueillir, rv pris demain matin.

Service social où Betty, la seconde de ma copine Teu, a du prendre en main l’ensemble du service. Teu ayant accepté le poste de responsable du Kaupule à Nanumea, y est partie pour deux ans la veille de mon arrivée… Super pour la survey et demo fours solaires là bas.. Betty aidera aussi ici comme d’habitude. Pas de problème pour utiliser leur chargeur de batteries (puisque, j’ai oublié le mien à Paris)… Le hic pour eux et aussi peut être pour notre projet « préservation culturelle », Nia l’apprenti cameraman a démissionné pour ouvrir une Nième petite boutique… Betty a passé une annonce pour le remplacer et pour le moment les quelques candidatures sont au service « training et ressources humaines », dirigé par le mec rencontré dans l’avion.

Apisai, le PM, n’était pas dans son bureau, mais je l’ai vu plus tard à la résidence, Nala m’a fait signe en me voyant passer sur le chemin de chez Penny où je voulais rencontrer sa fille, Eliala pour prendre rv pour la biodiversité dont elle s’occupe depuis peu… Elle allaitait son bébé sous la hutte… RV pris demain aussi.

Bien sûr je me suis arrêtée pour embrasser Nala au retour. Apisais était décontracté assis à ses genoux… Parlé de son prochain voyage en Europe et des précédents.. Il avait l’air fatigué.. Je ne sais pas comment ils tiennent… à voyager autant autour du monde. L’organisation des itinéraires n’est clairement pas la spécialité des fonctionnaires qui en sont chargés. Leur petit fils, Tony, 2 ans, lui, s’était transformé en superman malgré la chaleur. Le fils de Nala qui vit en NZ était de passage et n’a jamais vu encore le biodigesteur dont Nala lui parlait. Il est heureux de pouvoir faire le voyage demain avec Leota et moi à Amatuku. Nala elle organise un pique-nique à Tepuka, un îlot du lagon, pour ce week end, avec le couple d’ambassadeur de Taiwan. On sera une « demi dizaine ». En plus de la BD en Taiwanais (et en anglais) dont elle dit avoir besoin pendant leurs voyages officiels, elle m’a demandé si je connaissais un bouquin qui présenterait Tuvalu, je lui ai cité les deux vieux achetés y’a longtemps à leur bibliothèque nationale mais finalement, nous avons conclu qu’il fallait l’écrire ☺… En repassant chez John au moment magique du coucher de soleil, je n’ai pu m’empêcher de lui reparler de mon idée de bouquin photos spécial coucher de soleil pour le jour ou j’en aurais marre des énergies renouvelable.

Stop au bureau de l’environnement : vu Kilifi, Solomona (qui plus tard, m’a donné une des noix de coco qu’il préparait pour les cochons) et Mataio, le directeur… Prévu une réunion quand Sarah arrive.. En passant, j’ai donné le 2e dvd birthday des jumelles à Sinah, et blabla avec Melton puis avec un couple à qui je n’avais jamais parlé auparavant et qui m’a adressé la parole comme si nous nous connaissions bien. Ils sortaient d’un petit baraquement rapidement repeint dans le prolongement de ceux ou se trouve une partie du ministère de l’environnement, climat, biodiversité, gestion des déchets…

Déposé l’ouvre boite promis chez Sue et vérifié les indications à porter sur les formulaires que va remplir Chris pour l’expédition de la mob électrique et des fours solaires. Elle m’a appris qu’elle avait des sacs entiers de cannettes et qu’il semblait que cancare ait fermé ses portes. Ca m’a découragée car je sais que si on veut que ça reparte, il nous faut relancer l’affaire. Je vais aller voir le dernier responsable en date… Et quid de leur compacteur flambant neuf de l’UE qui n’entrait pas dans leur local et pour lequel il avait fallu en plus installer du triphasé quasi inconnu à Tuvalu ? Mystère…

Au retour, Elega qui ne bouge pas de la maison, comme la gardienne du feu, m’attendait. Je lui ai demandé pourquoi elle n’allait pas voir ses copines.. « je n’en ai pas »… Mais là où tu habitais avant ? « Il y a ma mère que je vais voir de temps en temps. » Toute la journée, elle fait des mats, des colliers. Je lui ai déjà commandé quelques mats Alofa Tuvalu et lui ai demandé ce soir si elle savait faire les tapis faits de restes de tissus… Elle n’avait pas l’air de voir de quoi je parlais… T’as mangé ? Oui… Quoi ? Du pain… C’est pas assez Elega… Tu sais cuisiner, right, ? Un jour on va se faire un vrai dîner. J’ai du cependant ce matin lui dire que je veux bien son fils pusiqu’elle m’a prévenue « mais c’était qui celui qui dormait là ce matin…. « mon neveu »… Bof, ça commence à faire beaucoup..

PS : une des confidences faite par Nala le premier jour où nous nous sommes retrouvées : la proposition d’Apisai concernant ma nomination a été acceptée à l’unanimité par le conseil des Ministres. Pour la 2e proposition, Suitchi je suppose, la moitié s’y est opposée. Des petites informations comme ça sont légion mais je les oublie dès que je les ai entendues. Trop reçu ces dernières heures et ma mémoire ne me revient que plus tard…



01 / 04 / 09 - 11 : 29

Dimanche 1er mars 2009

Ce matin ce fut merveilleux de prendre mon premier café sur la terrasse avec Elega à qui j’ai montré le newsweek special sur Obama… dont elle n’avait pas entendu parler… Quand je lui ai dit que 2 millions de personnes s’étaient déplacées, elle m’a demandé « y’a combien de gens à Tuvalu ? » « 11000 » et elle a éclaté de rire !

Il me faut toujours un temps d’adaptation aux bruits de la maison. Dans le salon depuis tout à l’heure, j’entends comme un chat qui serait tombé du comptoir de la cuisine en se raccrochant avec ses griffes... Peut-être un rat qui a mangé de l’anti… rat. Peut-être est-ce celui qui a réussi à bouffer le plastic du sac d’aéroport jusqu’à s’y glisser pour essayer d’ouvrir un des paquets de cigarettes duty free... Quand j’ai ouvert le sac, un peu répugnée, j’ai préféré penser que c’était un gecko... fumeur..

Autre adaptation nécessaire, accepter les voisins crados... Si la montagne de déchets qu’ils accumulent au fil des mois a disparu à l’entre de notre « propriété » -Je remercierai notre ministre pour cette réalisation-, ils ont installé une petite hutte qui déborde de l’autre coté de la maison just’en limite de notre jardin. Ils y jettent tout ce qui leur tombe sous les mains... Elaga avec son balai va jusqu’au coin de leur baraquement et jette ostensiblement dessous tout ce qu’ils ont laissé déborder chez nous. Bizarre ce rapport aux déchets : sur la colline à Paris, malgré l’excellence des services municipaux, les poubelles débordent plus que souvent sur le trottoir, dans les escaliers. Et combien sommes-nous à recycler ?

Le bruit du balai a été couvert par la cloche de l’église.. ça a duré plus d’un quart d’heure ! M’enfin bon c’était une heure raisonnable : 9h30...

Elaga a adopté un chat roux au poil rèche... Je lui ai expliqué la théorie d’Eti et des hommes de l’île : si on les nourrit trop et trop régulièrement, ils ne chassent plus... Mais du coup je ne sais pas si je vais aller chercher Alpha, la petite chatte que nous avons adoptée l’an dernier et que John a fini par refiler à Dinah tant il en avait marre de nettoyer ses excréments...

01 / 04 / 09 - 11 : 21

à Tuvalu, 22h
Debout avec le jour, café tristounet dans le salon sans soleil : l’accès à la terrasse a été sécurisé d’une planche sur la porte, à l’extérieur… Puis j’ai poussé la bicyclette laissée, crevée, par la nièce de Jocelyn, notre amie photographe, membre d’Alofa en Nouvelle Zélande, jusqu’à chez Grace, une autre de nos adhérentes, qui tient un garage de motos, pour voir s’ils pouvaient réparer le pneu en attendant de récupérer la nôtre disparue..

Ils m’ont indiqué le réparateur du coin, à 20 mètres… juste sous l’appartement de Mafalu, le directeur de Tuvalu Electricity Corporation. Sur les 20 m du retour ☺, le secrétaire général de l’église puis son président se sont arrêtés… Blabla.. Tous les deux étaient très contents de me voir malgré mon franc parler sur l’église (où ils savent que je ne mets les pieds que pour filmer les cérémonies) et sur leur désinformation passée sur le climat… Tous les deux avaient participé à nos débats et démonstrations l’an dernier et avaient demandé des graines organiques. J’espère que ça a bien poussé depuis…

Au retour, Grace était sortie de sa douche, et a été, comme d’habitude, adorable. A lieu de me louer une mob en attendant la réparation de la nôtre qui a rendu l’âme sous le poids de Sarah l’an dernier, elle a insisté pour me prêter son scooter, gratuitement et indéfiniment..

J’ai pu faire le tour de nos amies, membres du bureau tuvaluen, toute la matinée : Seinati d’abord, qui a dans les heures qui ont suivi a fait enlever la planche qui bloquait l’accès de la terrasse… et déposé un jeu de clés… Penny ensuite à qui j’ai remis son parfum préféré, au muguet, « contre » des invitations à dîner.. puis Nala, notre première dame, qui elle collectionne les petites bouteilles de parfum… J’ai toujours peur de me planter car elle en a déjà une bonne collection… Par bonheur (et pour le sien) elle n’avait pas encore les Nina Ricci. J’en suis repartie avec là encore une invitation à dîner après le départ de leurs invités du moment, et une bouteille de todi frais… Un saut rapide sur le chemin pour embrasser Vase, la femme à tout faire du Filamona, la lodge de Penny… dont les problèmes de santé l’an dernier nous avaient tous inquiétés… Puis Risasi, directrice de l’hôtel et notre trésorière qui se demandait quand j’allais passer. Elle était venue m’embrasser à l’aéroport avant le passage à la douane. Ca faisait quand même 24 heures que je m’étais posée sans que nous ayons eu le temps de converser. Blabla donc toute la matinée et compléments aux infos reçues au fil de mes rencontres tuvaluennes à Fidji et par John la veille.

A l’hôtel j’ai salué Mataio le directeur de l’environnement, en réunion, et Melton (climate change) qui me cherchait. Il était déjà 2h. Attrapé un sandwich au corned beef avant de rejoindre Melton, notre secrétaire général, qui voulait me confirmer que nous appartenions à TuCan, le RAC Tuvaluen.

Entre temps, pause chez John pour récupérer les mails et farcir mon dossier ‘à répondre’. Puis stop ici ou là pour acheter deux trois trucs pour la maison et bien sûr blablater… A 4h, je suis repartie chez Steve et Monica, où se trouvait notre bicyclette. S’y trouvait aussi Katy, une volontaire, prof au collège religieux et mariée depuis peu à un Tuvaluen. Monica, arménienne mariée à un australien, expert comptable volontaire pour 2 ans. Rendez-vous pris pour un pot dînatoire au snack bar des femmes habituellement ouvert seulement à l’heure du déjeuner mais dont elle ont le projet, avec Pula, la femme de l’ancien premier ministre et présidente d’un groupe de femmes, d’ouvrir aussi le soir, avec pastries salés ou sucrés et boissons non alcoolisées. Un coup d’essai… J’étais un peu inquiète de revoir Pula, ancienne première dame et directrice de l’asso des femmes, qui allait sans doute revenir sur sa tentative de censure du spot radio sur l’énergie où elle s’était sentie visée parce que Nala, qui lui a succédé, racontait qu’en prenant possession de la maison du Premier Ministre elle avait fait enlever les climatiseurs et réduit sa consommation de 800 dollars par mois. Mais tout c’est bien passé avec promesse de se revoir pour discuter plus avant.

Melton m’a accompagnée sur sa bike pour la première du Snack Bar. Où seuls ceux qui avaient eu l’idée étaient (les 2 filles puis un peu plus tard Pula et son mari etc.), puisque personne d’autres ne le savait… J’ai bien sûr conseillé des affichettes dans la ville et un peu de radio…

Se trouvait aussi un jeune étudiant japonais (né en 1988, un an avant que je tombe dans l’environnement) arrivé la veille, attiré par l’histoire de Tuvalu dans les médias japonais. En 24 heures, comme il ne voyait pas d’évidence, il en avait conclu qu’il n’y avait pas de problème à Tuvalu… Il croyait arriver pendant les king tides mais sans s’être renseigné sur les dates… et, naturellement comme les média japonais ont sans doute exagéré l’imminence de la disparition des îles, il a aussi entendu son contraire.. que Tuvalu n’avait rien à craindre et que leur seul problème c’était « le » trou laissé par les Américains.. A part ça que j’ai bien entendu rectifié, il était sympathique et curieux.. Il passe voir lundi matin un peu d’images, et la BD dont il a dit qu’il essaierait de la traduire et je l’accompagnerai chez Matia qui accepte aussi de lui en raconter un peu plus… Avec les filles, c’était sympa. Je suis juste restée sur ma faim, avec mes deux bouchées de quiches et trois cuillerées de gâteaux. Pendant ce temps-là, Kat a fini d’organiser le rapatriement de la bicyclette et quand je suis finalement rentrée à la maison après un dernier arrêt chez Alpha pour engranger les derniers mails de la journée, elle trônait, fière et pimpante, dans le salon du rez de chaussée où Elaga faisait une réussite.

Et moi, je m’étais promis de reprendre et répondre dans le détail aux mails qui gonflent mon dossier « à répondre ». Hmmm.. Je sais que peu à peu je vais me laisser prendre par le quotidien et oublierai au fur et à mesure ce que je vis pour ne penser qu’au lendemain…. Alors j’essaie de contrer l’évidence en créant une routine… Illusoire.



01 / 04 / 09 - 10 : 37

Ayé je suis posée dans la maison Alofa Tuvalu. On est jeudi le 26 février, je ne sais quelle heure de la nuit peut être bien qu’on est même le 27. Oublié réveil et radio quelque part entre le rez de chaussée et ma chambre. Pas encore tout vidé/consolidé mais je suis posée.

L’avion est parti et arrivé à l’heure. A l’aéroport ce fut un festival de welcome, de baisers sonnants de la part de tous ceux qui s’y trouvaient, et même ceux qui a priori ne me portent pas dans leur cœur comme Kilifi ou Annie extrêmement (trop peut être) enthousiastes. John m’attendait (et Eti bien sûr mais je ne vais pas commencer à les citer tous). Pauesi, le chauffeur de l’hôtel a pris mes bagages et une fois les 3 clients déposés, il m’a emmenée à la maison Alofa… Là m’attendait Elega qui avait occupée les lieux pendant notre absence et s’est installée en bas. Juste le temps d’apprécier une maison toute propre et Pauesi m’a ramenée à l’hôtel pour un déjeuner rapide avec John. Autour, des sourires partout et autre hug de notre Tito du Comité… Arrêt chez Alpha au bureau de John pour voir les mails. Beaucoup d’échanges encore avec les fournisseurs fidjiens puis retour à pied à la maison… Le voyage a duré un moment avec des arrêts tous les dix mètres… Petite manifestation de la croix rouge, bisous à Eseta la patronne avec qui sont prévues 2 projections des dvd de leur formation sur le petit îlot de Funafala, une sur la capitale pour les volontaires et leurs familles, une autre sur Funafala pour les quelques résidents. Chez Luisa j’ai bu un verre d’eau et blabla.. Je suis ensuite partie à la recherche de lait, pain et beurre pour le premier breakfast tuvaluen. 4 boutiques et à nouveau rencontres multiples… dans l’une y’avait le pain et le beurre, dans l’autre le lait… Pas de confiture… On m’avait prévenue que la coopérative nationale n’avait quasiment plus rien à vendre. En revanche, un nouveau commerce monté par un Kiribatien, est bien achalandé m’a t’on dit… Et les petits commerces continuent de pousser comme des champignons. Bientôt chacun aura son échoppe, comme dans une île lointaine tout au nord de l’hémisphère nord où chaque habitant devenait échoppier à tour de rôle… car bien sûr c’est commercialement invivable. (c’était pas un livre d’Orsenna ?)

Retour à la maison au milieu de l’après-midi pour vider les valises et commencer à ranger… et je suis repartie dîner chez John… Il est 13 heures 30 en France dit mon ordi + 11 = Minuit et demi ici. Je n’ai pas préparé la journée de demain. Le plus urgent : banque pour avoir un peu de liquide ce week-end et Seinati/Willy mes amis proprio qui ont sécurisé la maison en mettant une planche devant la porte qui donne à la terrasse.. Sortie terrasse à libérer d’urgence..

La pas très bonne nouvelle c’est que la bicyclette Alofa a été « empruntée »…, elle avait été prêtée par l’ex palagi national, emmanuel l’autrichien qui occupait la maison et faisait clairement siens ce qui s’y trouvait… Il a aussi arraché les fils du téléphone qui ne fonctionne donc plus, sans doute après un nouveau trop plein d’alcool, lui qui avait promis qu’il avait arrêté de boire. Voilà qui ne facilite pas mes efforts pour que la communication avec NY et Paris soit régulière, heureusement que John et Eti nous offrent toujours les bureaux d’Alpha. Par bonheur aussi, la nouvelle installation internet adsl est très performante. Les séances internet seront moins laborieuses que l’an dernier…

fetaui..

25 / 03 / 09 - 08 : 38

AIR PACIFIC SUN flight ATR 42 de Suva à Funafuti : Almost there.
Le coucou est moins agréable que le 50’s Convair d’Air Fiji mais pas mal quand même. D’autant que l’hôtesse vient de me proposer de m’installer au premier rang où, une fois encore, je peux étendre les jambes et prendre mes aises. J’ai vraiment eu de la chance sur tous mes vols cette fois. Et ça me permet de griffonner dans mon vieux filolax, rubrique pages jaunes.


3 nuits à Suva, 2 jours et demi bien remplis mais indolores et sympathiques. Appelé tout le monde en arrivant le lundi après midi pour préciser le planning des 2 jours suivants. Impasse sur beaucoup de nos contacts habituels, trop à régler concrètement cette fois pour laisser du temps à l’amical ou au public relation, à part l’ambassade par courtoisie, je n’avais prévenu personne comme je le faisais les années précédentes…

Saut en ville. « Talofa » au passage à Tine le haut commissaire, le frère de Laima, qui m’a mise au courant de certains développements, puis couru voir Air Pacific pour vérifier leurs conditions de transport de marchandises et leurs tarifs … J’ai peut-être trouvé un générateur pour gilles et les 20 litres de méthanol, qui ne peuvent pas être transportés par avion, seront sans doute sur le bateau de mi mars. J’y allais aussi pour rouspéter sur les tarifs qu’ils obligent Tuvalu Travel à pratiquer : 50% plus cher que sur Internet !

Dans la rue, (Fiji est toujours lieu de rencontres inattendues), j’ai croisé le jeune tuvaluen qui a remplacé Semese dont je parlais à Sandrine, notre scientifique chargée du survey scientifique du projet sur la vie marine tuvaluenne qu’on a démarré avec le soutien de l’AFD/CRIPS et de la Fondation Total pour la Biodiversité et la Mer.. Sandrine que j’ai rencontrée à Tuvalu l’an dernier se rendra à Tuvalu en mai pour la restitution des premières données récoltées. On s'était rencontré une fois, une seule. Il m’a hélée "gilliane"... Moi j'avais oublié son nom, lui ai redemandé, l'ai oublié sur le champ... Je lui ai dit qu'il fallait qu'on se voit et lui ai touché un mot du bouquin qui doit conclure l’inventaire.

J’ai embarqué quelques spécialités indiennes pour dîner dans la chambre à l’hôtel car, meilleure des nouvelles du jour : je suis tombée, sans chercher, sur un réseau wifi que je peux ouvrir de ma chambre... pas toujours très fiable, mais quand même... J’en ai profité entre autre pour retélécharger Skype paumé l’an dernier quand mon disk dur a rendu l’âme.

Le lendemain, debout 6h. Réunion à la SOPAC avec les spécialistes de l’eau qui étaient passés voir le digesteur pendant leur meeting annuel, à Tuvalu l’année dernière. Ils y sont tous allé de leur conseil pour améliorer le biogas et m’ont appris, entre autre chose, qu’ils ont fait des démo fours solaires avec Molipi et Cie de l’Energie.. d'où le fait qu'Hilia qui nous a demandé d’en apporter cette année, et les associations de femmes, n'aient pas été au courant ☺. Ils sont ravis qu’on prenne le relais et aimeraient bien du coup que Sarah fassent aussi des démo dans les îles lointaines.

Puis déjeuner avec Anare (ex Sopac, IUCN maintenant). Entre les deux, le chauffeur de taxi m’a posée chez David, le second de John pour Alpha Pacific à Suva qui devait nous trouver le modem recommandé par John pour faciliter les connexions depuis Tuvalu. Je voulais aussi voir Dinah, la fille d’Eti notre coordinateur à Tuvalu, transférée à Suva pour suivre son mari qui va y être dialysé sous peu. Son frère de 18 ans lui avait offert un rein, mais le père s’y est opposé pour raisons religieuses. Bien sûr je n'avais sur moi ni le dvd de l’anniversaire de leurs jumelles l’an dernier, ni les photos pour Dinah. Mal organisée la Gilliane ce matin... mais Dinah passera à l’hôtel dans l’après-midi.

David m’a raccompagnée à l’hôtel où Anare devait passer me prendre. Sur le chemin, je lui ai suggéré de me poser devant une boutique informatique dont Chris se souvenait... où, Alleluya, j'ai commandé le modem. David passera le prendre dans 15 jours et le remettra à un des marins d’Alpha Navigation. Déjeuner amical avec Anare qui va reparler de la biodiversité à Philippe dont c’est plus la partie et qui était malade.. Rendez-vous pris le lendemain avec Anare et Sikeli (notre spécialiste biogaz).

En rentrant, j'ai eu le sentiment agréable d'avoir 3 bureaux potentiels à Suva (sopac, apnl et uicn). Et dans ma boite déjà plusieurs messages de Paul avec des coordonnées de fournisseurs de pompes. Et deux messages à la réception: Thomas qui disait venir prendre un verre le lendemain. Il quitte ADB et prend sa retraite. Et Gremm chemical : nos litres de méthanol qui risquent de n’être disponibles que dans 3 semaines minimum. D'après david il y a maintenant 2 cargos par mois, si c'est vrai c'est génial et on gagnerait un peu de temps.

Dinah en bonne tuvaluenne a oublié dès qu’elle me l’a dit qu’elle passait à 15h et est arrivée à 18, avec Tevave, son mari.. On prenait un verre quand Paul est passé me rendre ma clé usb oubliée sur son ordi. En attendant, dizaine de coups de fil y compris à DHL pour vérifier nos expéditions en provenance des US et Europe… Je n’aurais jamais imaginé qu’un jour j’aurais à me spécialiser dans tous ces outils qu’il nous faut maintenant commander, des pompes à eau (à fuel ou électriques, 220 ou 12v, diamètres et longueurs des tuyaux, submersibles ou pas…) des générateurs (Gilles a besoin d’un tout petit générateur diesel, j’avais cru avoir trouvé la merveille, sauf que c’était un générateur essence arghh !)… Et faire transporter du méthanol considéré comme « dangerous goods », ça non plus je n’aurais jamais pu imaginer devoir m’investir là dedans..

Ce soir-là j’ai dîné d’une soupe de potiron à la noix de coco à l’hôtel. Délicieuse.

Le mercredi, dernier jour de la halte fidjienne avant de m’envoler aux aurores jeudi pour Funafuti, la matinée a commencé chez DHL, accompagnée par un chauffeur de taxi qui en 10 mn voulait m’épouser après s’être renseignée sur ma situation maritale. Il m’a attendue une heure sur le parking alors que je lui avais évidemment dit que ce n’était pas là peine.. Y’a des centaines de taxis qui sillonnent Suva… Vérifié avec DHL les divers documents d’expédition par bateau de France et de Californie et essayé de me rassurer : nos équipements seraient bien dans le bateau du mois de mars, et les expéditions suivantes se passeraient bien. Pour la récupération de nos « dangerous goods » à Tuvalu, Panapasi m’a conseillée de voir avec les importateurs de gaz comme le mari de Susie.

Mon amoureux transi m’a reconduite à l’hôtel à temps pour le rendez vous avec un représentant de pompes. Il a refusé le paiement pour la course et a insisté pour me déposer à l’aéroport le lendemain matin. OK. Ca m’évitera d’en appeler un. Merci Atu.

Déçue que Sikeli reporte notre réunion à l’après midi, il aurait tout de suite vu quel type de pompe à eau il avait besoin… Car bien sûr, l’après midi j’ai compris que je m’étais plantée sur les options (pas du tout submersible, pas du tout électrique, au fuel…), comme je m’étais plantée en rêvant avoir trouvé le générateur des rêves de Gilles, au prix qu’il avait annoncé… de moins de 1 KVA et surtout de moins de 20 kg donc transportable en avion… Le diesel est 3 fois plus cher, 3 fois plus puissant, 3 fois plus lourd.

J’ai fini les take out indiens de l’avant veille sur le pouce entre téléphone et emails en attendant la voiture de Total Fidji que m’envoyait son responsable, très sympathique…. Sincèrement soucieux de l’environnement semble-t’il, (c’est lui qui a ouvert la discussion sur les déchets, les émissions), objectif, simple, diplomate sans être langue de bois, drôle, efficace et gentleman. Comme il l’avait proposé, il m’a fait déposer ensuite à l’ambassade… pour un rendez vous dont je reparlerai j’en suis sûre car il mérite d’être narré.

Retour à l’hôtel pour discuter biogaz avec Sikeli. La production de gaz s’est arrêtée à Amatuku. Depuis qu’Utala nous en a avertis, on mène l’enquête… Il y avait d’abord trop d’eau. La mise en place des solutions préconisées par Sikeli, Sarah et Gilles ont été efficaces mais maintenant, c’est trop sec ! Le problème ne vient pas du nombre de cochons dans la porcherie, comme l’affirmait Sopac, Sikeli vient de terminer un biodigesteur qui marche très bien avec 14 porcs. On est au-dessus, sans compter qu’à la longue même deux cochons auraient produit assez de gaz pour que ça marche. « Il suffit de remettre la quantité idoine d’eau pour que ça reparte ». Si ça ne repart pas c’est, comme je le redoute, que pendant les grandes marées, de l’eau salée s’est infiltrée. Si c’est le cas, on reprendra l’étanchéité jusqu’en haut du col…

Finalement je ne verrais pas Thomas d’ADB. Avertie de son appel à 21h30, il me demandait de le rappeler à 17h… J’espère que nous aurons l’occasion de nous voir en juin. C’est un type sympathique, un suédois, qui amenait toujours à Tuvalu une bonne bouteille de vin à la partager autour d’un dîner souvent médiocre.

Après une heure à passer les mails les plus urgents avant de partir principalement aux fournisseurs fidjiens présumés, j’ai grignoté un mauvais dîner à l’hôtel.

Jeudi 26, ça y est j’y vais

Le chauffeur de taxi a regretté que le trajet jusqu’à l’aéroport de Suva ait été si court. Pas moi, c’est une petite heure quand même et je suis, pour la première fois, arrivée la dernière à l’aéroport.. Alors que d’habitude, les Tuvaluens arrivent à la dernière minute, ils étaient déjà tous là. A la sortie du taxi, attablés au petit café de l’aéroport, sur le trottoir, un employé de l’ambassade taiwanaise qui s’occupe du jardin/ferme F1 et ce que j’ai supposé immédiatement être le nouveau couple d’ambassadeurs taiwanais, puisque Tine, le Haut commissaire à Suva, m’avait appris que Daniel notre ami avait perdu sa femme et était rentré au pays. Le petit (par la taille) taiwanais dont j’ai oublié le nom a fait les présentations et rendez vous est prévu pour faire que je leur parle d’Alofa dès que je trouve un moment.

Sur un banc à 3 pas, 3 femmes, si j’avais reconnu l’épouse de Tito, un membre de notre comité et grand fonctionnaire auprès du premier ministre, il a fallu que j’avance un peu pour reconnaître celle au plus grand sourire : Susie notre présidente. Vraiment heureuses de nous revoir. Je me réjouissais de faire le voyage avec elle, mais elle m’a appris qu’elle terminait une formation de professeur à Fiji (où 2 de ses enfants viennent d’entrer au collège) jusqu’à Avril. Elle est partante pour prêter main forte à Fanny pour le chapiteau qu’Alofa organise avec Te mana o Te Moana à Papeete fin avril.

A l’enregistrement, Tau, le ministre des transports, m’a claqué un bécot de bienvenue. On pensait se revoir dans la salle d’embarquement. Sauf qu’il m’a fallu un peu plus de temps qu’eux. D’abord, Air Pacific ne m’avait fourni le ebillet que pour l’aller. Et puis même s’ils m’ont fait une fleur sur mes 60 kg de bagages, la surcharge coûtait près de 200 dollars fidjiens. L’an dernier j’avais fait le tour de la file pour me délester auprès d’autres passagers, là, bonne dernière, y avait plus personne. Et bam leur machine Visa ne marche pas, la fille part ¼ d’heures dans un bureau pour faire ça à la main pour finalement revenir et m’indiquer un tout nouveau distributeur de dollar. Elle aurait pu le dire avant.. Au duty free un mec est venu me serrer la main et m’a demandé si Sarah venait aussi. Je ne sais absolument pas qui il était, mais c’était gentil. Dans la salle d’embarquement un autre idem. Il ne se souvenait pas de mon nom (« I’m not Sarah »). Tous les deux lisent nos newsletters. Sans doute des membres, difficile de les connaître tous. A propos de membres, avant hier pendant mon meeting de plusieurs heures à la Sopac, Rhonda, qui s’occupe d’eau m’avait accueillie avec un « vous connaissez Alofa Tuvalu ? ». Elle m’a appris qu’une femme s’est revendiquée membre d’Alofa Tuvalu au cours d’un atelier Sopac. J’ai énuméré les noms les plus proches, ça ne lui disait rien. Donc je ne sais pas qui sait mais c’est sympa.

Dans l’avion, mon voisin m’a parlé de la BD, du film. Je lui ai raconté ce qu’on allait faire. Il va nous aider sur l’étude de replantation et todi. Il est lui de Nui (mais travaille à Funafuti, aux ressources humaines, auprès du PM) et les nuiens ont commencé à estimer les arbres à remplacer. Quand l’hôtesse m’a proposée de m’installer au premier rang, là où il y a plus de place, de l’autre coté de l’allée de Tau, le VIP quoi…, il m’a redit combien il était prêt à aider. « Voilà où j’habite, j’ai une voiture si vous avez besoin d’aller où que ce soit, je vous emmène ou je transporte ce que vous avez à déplacer ».

Tau m’a fait signe quand Niulakita a surgi des nuages, la plus petite des îles puis Niukelaelae une demi heure plus tard… Ce n’est qu’à l’arrivée que j’ai regretté de n’avoir pas sorti la caméra : le meilleur survol depuis 2003. Tant pis.

25 / 03 / 09 - 08 : 36


Précédent Suivant

powered by pppBLOG v 0.3.6