Accueil / Www.alofatuvalu.tv / FACEBOOK / You Tube / Flickr / Twitter / Me Contacter / Login
From Auckland Airport, early in the morning, Saturday ? I think, 26th or so, a 6 hour transit :

L’Opération « A l’eau, la Terre » de Papeete a pris fin hier soir. C’était la première reproduction dans le Pacifique de cette action multimédia d’éducation des plus jeunes aux changements climatiques et moyens d’y faire face à travers l’exemple de Tuvalu. Une opération montée avec Te mana o Te Moana pour le Jour de la Terre 2009 dans les jardins de l’hôtel de ville de Papeete . Trois jours pleins intégrés à la dernière minute par le gouvernement de Polynésie à sa première Semaine de l’Eau et des Changements climatiques et désintégrés à la première minute au terme de l’opération, puisque la Diren a décidé de ne pas honorer le paiement de sa subvention, trois fois qu’elle fait le coup à Te Mana, après la pub qu’ils se sont fait sur notre dos on a quelques difficultés à digérer le coup bas. On a proposé à Elena de faire une communication à ce sujet dans la presse… Bref ceci étant écrit, voici un petit aperçu de l’aventure que nous avons partagé avec Susie, Présidente du bureau local d’Alofa.

Entre Tahiti & Moorea, nous avons reçu millier d’enfants et 200 adultes dont une demi-douzaine de Ministres. A nos deux jours de chapiteau se sont ajoutées une intervention avec un centre aéré et une projection spéciale pour le gouvernement de Polynésie avec cocktail et danses marquisiennes ; une couverture média quotidienne, des interventions au journal télévisé, sur des radios locales et dans les quotidiens polynésiens… Ceci grâce à la mobilisation cumulée de Cécile, Présidente de Te Mana o Te Moana et Elena, membre superactif de cette asso.aux facettes multiples : labellisation Green Globe des hôtels, soin des tortues, des dauphins, actions de sensibilisation des jeunes sur la protection du milieu marin etc etc. Mais aussi la « promotion » inattendue de nos actions via la diffusion du film d’Hervé Corbières la semaine avant notre arrivée sur la télévision tahitienne. Notre ami Eugène nous a prévenus également d’une diffusion en Russie.

Ca s’est plutôt bien passé avec la Présidente locale, accueillie comme une sœur par les tahitiens, traduction simultanée non stop pour moi qui baragouine plus que je ne parle anglais, ça s’appelle du stage intensif. Je me suis fait un peu allumer sur la fidélité de mes traductions par un représentant du gouvernement polynésien qui ne pouvait qu’ignorer que Susie a dû louper à peu près toutes les réunions de bureau tuvaluen d’Alofa, aux demos biofuel de l’an dernier elle n’a fait qu’une apparition, en dépit du briefing du dimanche il y avait donc pas mal de précisions à apporter à son discours sur les actions d’Alofa à Tuvalu et plus encore overseas. Ceci étant le gars avait raison et j’ai pris soin par la suite de signaler les ajouts, tandis que Susie faisait sien le discours avec de plus en plus de pertinence.

J’ai compris que la mayonnaise avait pris lorsqu’elle a pour la première fois sorti ses cinq gestes pour les polynésiens :
- Utiliser un panier traditionnel pour faire ses courses plutôt qu’un sac plastique
- Acheter des produits locaux et cultiver son propre jardin, soulignant combien la terre est riche à Tahiti comparé à Tuvalu où faire un jardin demande beaucoup de travail et d’entretien.
- Eteindre les appareils électriques la nuit et quand on ne les utilise pas, couper la clim autant que possible, le freezer (avec précaution : ceci n’est valable que s’il est plein, que ses parois sont épaisses et qu’il s’ouvre par le haut)
- Faire les trajets courts à pieds ou en vélo
- Valoriser la biomasse locale pour produire de l’énergie

Petit diary quotidien
Vendredi soir / arrivée à l’hotel Intercontinental

Il faisait nuit noire quand l’avion d’Air Tahiti Nui a atterri à l’aéroport de Papeete. Moiteur singulière de l’air, une impression proche de celle qu’on a en arrivant à Funafuti, en très atténuée, il fait beaucoup plus doux, c’est très agréable.

Dans l’avion, discussion avec une hôtesse d’Air Tahiti Nui qui avait vu le reportage de France 5. Elle et son stewart de mari déménagent dans une maison qu’ils font construire, elle disait combien il y a à faire à Tahiti et sur les îles de Polynésie Française en général sur l’éducation des gens qui en sont encore à jeter les cannettes vides par la fenêtre de la voiture.. Elle est partie avec BD et plaquette et passera pê une tête aux jardins de l’hôtel de ville.

A l’atterrissage, accueil en musique, yukulele et tenues traditionnelles. Une tahitienne distribuait une fleur de tiaré à chaque passager. 300 ou 500 …, autant de fleurs distribuées... Le seul dossier lu dans l’avion portait sur la disparition du Tiaré du fait d’une trop grande exploitation pour le tourisme. « Ce n’est pas une espèce menacée ? « Vous en voulez une autre ? » « Heu.. non au contraire.» Jugement hâtif: les fleurs de tiaré menacées sont d’un type particulier, celles qui sont mises au cou des touristes poussent comme du chiendent. Autant pour moi.

Accueillie à l’aéroport par Elena et son mari qui portait le tshirt Alofa, tandis qu’elle brandissait la BD en tahitien en guise de panneau. Un collier de fleurs de tiaré autour du coup, la BD imprimée ces derniers jours en tahitien, très réussie, dans une main et le planning de la semaine qui démarre vraiment lundi dans l’autre.

Arrivée à l’hôtel intercontinental, cocktail de bienvenue. Chambre double, surclassée en plus grande encore à terrasse panoramique avec vue sur la mer… Coupage de clim, télé et toutes les lumières allumées pour plonger le touriste dans une ambiance de centre de repos et de luxe absolu. Piscine à débordement où on peut de toute évidence se baigner la nuit, puisque le staff de l’hôtel vient de s’y plonger.. Un hôtel du genre qui n’accueille que des touristes fortunés. Loin de l’envers du décor que j’espère avoir le temps de découvrir aussi.

Etrange impression que le soleil va se lever dans quelques minutes alors qu’il s’est couché y a pas si longtemps..

samedi 18

La nuit fut courte, mais bien bonne. Réveillée à 6h par le lever du soleil, les merles de toutes sortes et leur symphonie de sifflets, le doux bruit des vagues qui se brisent au loin sur la barrière de corail.

Au restaurant Tiaré, discuté avec l’une des serveuses attirée par ma casquette Tuvalu et le tshirt Alofa. Elle aussi a vu le reportage de France 5 qui parle de nos actions, diffusé par France O jeudi soir. Beaucoup l’ont vu ici. Elle disait combien les plages tuvaluennes de sable blanc la faisaient rêver. « Ici on n’a que du sable noir, c’est volcanique, le sable blanc que vous voyez ici »… « … c’est le décor pour les touristes » Elle a éclaté de rire « exactement ». Et une BD !

Pas de tourisme au programme du samedi, mais avancer sur la convention ADEME et caler avec Angie les expéditions de compresse sur l’opération à nos contacts.

Quelques échanges avec Elena en prévision de l’accueil de Susie par le Ministre de l’environnement du gouvernement de Polynésie le soir.. Ne sachant pas s’il serait maintenu ministre il n’a pas pu honorer son souhait d’accueillir not’ présidente. Il a depuis été maintenu dans ses fonctions et le gouvernement semble d’après les tahitiens s’engager vers un peu plus d’actions concrètes et un peu moins de remaniements stériles : 10 changements de gouvernement en 2 ans... Susie a eu droit à un accueil en musique, bien plus impressionnant que celui de la veille et ce pour une raison suffisante : dans son avion, Alfa Blondy qui venait faire une série de concerts en Polynésie Française.

Dimanche 19

Susie est bien arrivée donc. Elle ne m’a reconnue qu’une fois arrivées à l’hôtel. Ca a donc commencé par un fou rire, d’une douceur super ensuite, elle a demandé des mises à jour sur ce que « nous » faisons et blabla sur milliards de choses, dont le jardinage et la santé relative de la végétation du parc de l’hôtel : les feuilles jaunies d’avoir les pieds dans le béton... Très touchée du tshirt qui l’attendait sur son lit et de la BD en tahitien.

On a blablaté toute la journée et jusqu’à tard dans la nuit. Parmi nos engagements pour la planète : mettre un mot à l’intention du personnel de ménage de l’hôtel pour qu’ils laissent notre clim’ off. Le personnel est formé pour trier les déchets, les savons sont organiques, des petits mots expliquent comment disposer les serviettes pour qu’elles ne soient pas changées, mais la discrétion veut qu’on ne contraint pas le touriste à les respecter.. Quant à ceux qui ont envie de les respecter, ils sont si peu nombreux, que ces règles qui ont valu le label Green Globe à l’hôtel passent à l’as. Le personnel trie les déchets en cati mini et tout ça part dans la même benne ensuite : Papeete est la seule municipalité de Tahiti qui n’applique pas le tri sélectif, des bruits de couloirs disent que le maire s’y est opposé car la décision venait de son prédécesseur.. No comment.. Et nous on a passé notre temps à ramasser les gobelets plastiques abandonnés par les touristes où qu’ils se trouvent..

Lundi 20
9h30 reportage de TnTv la télé locale qui vient nous interviewer à l’hôtel. Ils ont demandé à pouvoir utiliser quelques images de Nuages pour illustrer. J’ai prévenu, moins de 30 secondes avec bandeau « Extrait de… » obligatoire et tout du long et fais signer un papier sur le conseil de Susie qui n’est pas juriste pour rien. Ils ont presque respecté sur le sujet diffusé au journal en français, en revanche point de mention sur la réplique tahitienne dudit sujet.. L’après-midi, tour au marché de Papeete et distribution de BD en tahitien aux exposants et passants. Un tabac, d’autant que presque tous avaient vu le reportage de France 5, Tous ne reconnaissaient pas Susie, mais tous mentionnaient Alofa, « une asso qui fait beaucoup pour Tuvalu ». Tous évoquaient les similitudes avec les Toamotu.

Mardi 21
Levées à 4h, itw à l’hôtel à 5h. A 6h, on était dans les locaux de TnTv pour une seconde intervention, en direct cette fois, illustrée de la rediffusion du reportage de la veille.
A 7h30 direction Moorea et visite des locaux de Ta Mana. Moorea c’est un peu la campagne de Tahiti, une végétation luxuriante faite en très grande majorité de cocotiers. Moorea produit du biodiesel de coprah mélangé au diesel, une infime proportion, mais contribution quand même. Des maisons traditionnelles, des barques de pêcheurs, le visage radieux de susie en disait long sur cette impression d’être chez soi/elle.

Au siège de Te mana, rencontre de Lee Rurua qui a traduit la BD en tahitien et itw avec un gros quotidien tahitien. A14h30 projection de Nuages dans un Centre aéré et distrib de bd en tahitien et français aux enfants et ados, un bon test pour les jours suivants. Petite récré devant une séance de jeu/dialogue avec les dauphins, des animaux récupérés à l’armée française et qui ne supportaient pas la présence de l’homme avant le formidable travail de rassurance réalisé par les équipes d’Ifrecor et Te Mana. Visite rapide de la clinique de tortue dont Cécile s’occupe bénévolement, ils en ont soigné et relâché près de 200. Retour en bateau en fin d’après-midi et sandwish au bar de l’hôtel.

Mercredi 22 avril, Jour de la Terre
Chaparti comme on dit : installation de la salle pour les projections et du stand en temps record, juste avant que n’arrivent les centaines d’enfants attendues pour la matinée. Cocktail spécial et spectacle de danses marquisiennes pour l’accueil de Ministres et soufflage de bougie d’anniversaire en ce Jour de la Terre pour le Ministre Handerson de l’Environnement. A la fin de la projection de Nuages, il s’est exclamé « ce film est fantastique ». Le débat fut passionnant, nous avons pu exposer en longueur les actions d’Alofa à Tuvalu, en particulier la valorisation énergétique de la biomasse locale et formations de la population. L’ancien Pdt de la Polynésie Française est resté longtemps discuter, exprimant tout son soutien à Alofa et nos actions. Le ministre de l’environnement était tout aussi dithyrambique. Le soir, dîner avec le représentant du fonds pacific qui a financé le voyage de Susie. Sa femme Neo Zelandaise est très sympathique. La première fois de ma vie que je mangeais un tartare de thon, quel délice..

Jeudi 23
Réception des écoles, cette fois toute la journée et projection débat grand public à 16h, suivie de la présentation des travaux de chercheurs de l’université de Berkeley sur le corail et les changements climatiques en Polynésie française,. Un projet d’audit ambitieux qui vise à faire un état des lieux des connaissances sur le thème pour aider le gouvernement à dessiner une politique environnementale et espérons-le énergétique, adaptée. Alofa a été intégrée d’office au groupe de travail initié quelques semaines plus tôt et galvanisé par cette première semaine des changements climatiques et échanges afférents. On a promis de fournir l’étude et toute assistance possible.

On a été un peu moins amènes avec deux gusses qui voulaient nous être présentés pour obtenir un rendez-vous avec le PM tuvaluen. « Nous avons la solution pour aider Tuvalu à survire aux changements climatiques » « Ah et quelles solutions ? » « C’est secret, nous ne les dirons qu’au PM » « qui risque de ne pas vous recevoir si vous n’êtes pas plus précis ». On n’en saura pas plus.. « Dites nous au moins qui vous êtes ?» « Nous représentons une association… de femmes du monde… qui a de gros moyens.. » « hmm, comment s’appelle-t’elle ? » n’a pas de nom.. « je suis responsable des RP » « hmm.. » Parce que nous insistions, ils nous ont laissé une vague adresse mail au dos d’une carte qui n’était pas la leur. On les a laissés et feint de ne rien entendre quand ils nous ont demandé une copie du film.

Et c’est sur des échanges de mercis en pagaille que nous avons quitté Papeete après un dernier verre à l’hôtel avec Cécile avec qui nul doute nous allons garder contact. Elena quitte Te Mana qui souffre de coupes franches dans son budget de fonctionnement. Un merci spécial à la Diren pour son manque de courtoisie…

10 / 05 / 09 - 18 : 00

Bonn, conférence Mondiale de la Décennie de l’Education au Développement Durable, du 29 mars au 2 avril 2009. Alofa Tuvalu y est invité à présenter, pour l’exemple, Small is Beautiful sélectionné parmi 25 projets labellisés dans le monde, à l’ensemble des participants de ce congrès-bilan à mi-parcours, de la décennie éponyme.

J-1) De la chambre d’hôtel :Bonne nouvelle pour le suivi des affaires en cours, internet dans la chambre.


Angeline et Yaily assurent à Paris deux journées d’animation à l’Aquarium de la Porte Dorée. Comme avec Tuvalu, c’est skype qui nous permet de garder le contact.

Skype aussi qui nous a permis d’échanger avec Elena à Tahiti pour l’organisation du Chapiteau « A l’eau, la terre » et ce jusque dans le Thalys. Avec une réactivité à toute épreuve, Elisabeth, notre graphiste de choc, a permis à Elena de recevoir les maquettes pour le T-shirt spécial de l’opération et la version tahitienne de la bd.

Retour à Bonn : Installation du stand sur le campus des Nations Unies à deux pas de l’hôtel. Angie a manqué pour la mise en forme.

Rencontré Bernard Combes, (rencontré en 2005 à Unesco-Paris quand lal toute jeune Alofa a présenté SiB). qui tient le stand Unesco en face du nôtre et est ravi qu'on ait rencontré Douglas Nakashima, responsable de l’initiative Links pour l’UNESCO pour le notre projet sur la vie marine tuvaluenne.

Croisé une fille rencontrée au cirque d'hiver au colloque Ashoka où Gilliane présentait Small is Beautiful. Elle regrettait de ne pas voir notre Présidente.

Partage d’une bière avec un groupe d'indiens qui donne dans l'environmental awareness. Ils sont venus à une bonne dizaine d’Inde et d’Australie, côté effet de serre c’est pas mal… Puis dîner grec avec deux adeptes des Ecovillages, l’une à côté de Berlin, l’autre en Ecosse. Très sympathique.

1er jour : Le jour des Officiels.

Lever 6h ! Dilemme pour choisir la tenue adéquate : chemise/T-shirt Alofa, enfilé l'une puis l'autre puis rel'une, opté pour le T shirt, le seul moyen d'être identifiée même si fallait ouvrir la veste pour voir un bout de logo. La belle affaire m'a fait descendre au petit déjeuner à l'heure de sauter dans le métro. Alors que j’avalais un café en 4e vitesse, une femme aux allures polynésiennes a entamé la conversation. Jane, conseiller scientifique auprès du gouvernement des îles Cook venue présenter leur programme Sandwatch. Elle était arrivée dans la nuit, directement de son île natale et n’avait pas encore installé son stand. J’ai bien sûr proposé de l’aider. Son flegme polynésien m'a vite débarrassée de ma nervosité occidentale, on a pris le temps d’un vrai petit déjeuner et sommes parties sans trop tarder quand même…

Tellement de rencontres qu’il est difficile de les lister, prise de notes indispensables au dos des cartes de visites. Juste après avoir raccroché skype avec Angie, le numéro deux de l’Education Nationale du Gouvernement Danois se présente au stand, un gars charmant au français parfait, ravi d’apprendre la traduction de la BD en danois pour la COP15 à Copenhague en décembre. Il a donné des adresses de sites internet dédiés pour la COP15 à usage des enseignants et est parti avec la bd en allemand.

Parmi les rencontres, un Inspecteur principal de l'Education au Maroc qui propose la traduction de la bd en arabe. (Il a depuis tenu sa promesse !! Plus qu’à faire la maquette). Peut-être un chapiteau en Israël aussi et la traduction de la bd en hongrois, échanges sur les Energies Renouvelables (ENR) avec une fille des Seychelles, beaucoup parlé fours solaires etc etc.

Après-midi, trois heures de workshop sur l'éducation au développement durable, groupe de travail sur le comment bien enseigner/faire passer le message. C'était super et les idées défendues en simili "anglais" (les francophones sont rares..), de l'exemple et la cohérence, en plus de l'utilité de faire appel à des intervenants de terrain extérieurs sont passées. Sympathisé avec un canadien, Nile. A la pause on a reparlé de cohérence. Il a montré son coeur en disant qu'il fallait de la passion aussi avec un regard adorable. Chez lui c'est son fils qui explique le tri à sa petite soeur. Il a demandé une BD dédicacée en disant qu'il voulait que ça devienne un livre de référence pour sa fille.

Des visites en pagaille au stand ensuite. Pas mal de demandes pour la BD en espagnol, si nous avons la traduction depuis un moment, la maquette tarde un peu (et le financement)... Le soir, diner protocolaire au Museum de l'Art Contemporain de Bonn. Apéro avec les représentants du Pacifique, Jane, un gars du Vanuatu qui travaille pour le Ministre de l'Education et la représentante Unesco de Tonga d'une drôlerie à faire rire 100 fois trop fort et un Pakistanais génial qui a monté avec l'Unesco un projet de green teachers : ils prennent des profs en main, les forment à la cohérence environnementale, leur collent un badge et ils sont tenus d'être cohérents du début à la fin de leur enseignement.

Dîner avec Jane et Giselle, une Camerounaise esseulée qui a posé plein de questions sur Sarkozy dont la réputation de gouverneur pour lui d’abord passe aisément les frontières.

Visite de l’une des expositions du musée avant de partir : des sculptures de bois à montrer à Sarah qui en fait de très belles.

Discuté dans le métro avec une Brésilienne très drôle, Julia qui fait des ateliers pédagogiques sur l’agriculture biologique.

J2) 1e avril, jour des blagues même en Allemagne

Matinée plus légère en visites que la veille : des serveurs sont venus chercher la bd en allemand, des jeunes profs aussi, un japonais très drôle a failli se prendre une porte en verre en saluant à la japonaise (se pliant 25 fois en reculant) et des filles de l’Unesco pour mettre la BD dans leurs centres de documentation !

Discussion avec les stands voisins, écovillages, bibliobus scolaires, ateliers de jardinage etc etc.

Réussi à glisser la bd dans les mains de la représentante de Tonga, plus drôle avec un coup dans le nez, là elle n’avait qu’une idée en tête ne pas rater le représentant de Kiribati qui devait arriver.

Grâce à skype et à la webcam, Angie a pu voir le site et le stand,

Déjeuné avec Jane toujours, qui à entendre parler du risque, même si c’est avec positivisme, accuse un peu le coup. Elle est là pour parler protection des plages et biodiversité, pas tellement climate change. Aujourd’hui, elle a vu des photos de nos actions à Tuvalu.

Déjeuner avec Bernard Combes à qui j’ai dit tout le bien que je pensais de ce colloque. Il nous invite à Paris au prochain congrès Unesco fin juillet sur éducation et climate change. Il veut présenter Jane aux autorités danoises du Ministère de l’Education avant la fin du colloque pour obtenir leur aval pour l’inviter aussi. Le billet pour Paris coute un peu plus cher qu’un ticket de métro.., or c’est eux qui financent.

Après midi, atelier dans une école privée de formation labellisée Associated School. Des écoles qui, de la maternelle au lycée, doivent respecter les critères Unesco de développement durable, étonnement modernes. C’est vrai qu’on est en Allemagne, ils ont un tout petit peu d’avance... Le directeur met du Développement Durable à toutes les sauces de son enseignement. S’il avait remercié l’envoi de photos et des différentes versions de la bande dessinée qu’il nous avait demandées pour que son staff de profs bosse dessus, il avait sa place dans la catégorie des gens vraiment bien.. Dommage !

On y est allé en bus. A l’arrivée après un rapide briefing en présence des étudiants, ils (les étudiants) nous ont présenté quelques projets. Des fours solaires et minigazogène à biomasse pour cuisiner,.. Une ONG allemande, œuvrant en Inde, les présentaient. Les étudiants apprentis cuisiniers nous ont servi un goûter et boissons chaudes chauffées au solaire. Ils sont initiés à ces nouveaux modes de cuisson en plus de leur cursus.

Exposé en anglais ensuite sur la culture durable des crevettes au Brésil, rien de très nouveau et dîner équitable à la cantine servis par les étudiants. Ils avaient tout cuisiné jusqu’au pain qui manquait de sel mais c’était trognon et surréaliste de se retrouver dans une école avec à la table une ambassadrice portugaise de l’Unesco, celle de Lituanie et une Espagnole qui vit à Londres et dont le copain français travaille en Belgique, très sympa.

Retour en bus collégial. Echangé quelques mots un Australien qui bosse pour le Ministère de l’Education Australien (BD itou). Et avec un grand patron de l’Unesco qui m’a dit après exposé du projet que nous devrions demander la labellisation de la décennie ☺ (pour ceux qui ne le savent pas encore, nous avons cette labellisation depuis 2005 ☺). Félicitations à lui pour le colloque. Blablaté aussi avec un Togolais qui a un projet d’usine pour recycler le plastique, giga fléau dans son pays où les gens l’enterrent dans la terre... Il se heurte aux « rien à péter de la planète » des politiques de son pays. Prof également il a réussi à mobiliser les élèves de son lycée qui ont récupéré beaucoup de plastique mais derrière ça suit pas.

Arrivée au pied de l’hotel, arrivant dans l’autre sens, une Jane toute contente de ne pas s’être perdue. Elle était à un workshop sur l’éducation sur la biodiversité au jardin botanique où elle espérait voir et photographier plein de fleurs, que dalle. Elle espérait aussi apprendre des choses, que dalle aussi. Comme souvent les insitutions axent sur le blabla, sur la nécessité de networking et d’awareness et de volonté politique déficiente, rarement concret.

J3)


Matinée calme . Discussions diverses, une jeune Ivoirienne installée en Allemagne depuis plusieurs années et faisant partie de l’organisation, puis un collaborateur de Bernard à Paris, un gars charmant à qui j’avais fait tout l’exposé en anglais la veille avant de l’entendre parler français. C’est arrivé plusieurs fois. Et puis l’ambassadrice Unesco de Lituanie, adorable et facile à comprendre sans brouhaha autour. BD qu’elle va peut-être traduire en lituanien.

Puis Interview d’une longueur infinie avec une jeune pigiste allemande pendant la pause déjeuner. Jane nous a rejointes pour partager son assiette sur le stand, pendant que la fille bombardait de questions. Elle a pu raconter un peu les îles Cook. Les plages sont inondées à marée haute, mais ils n’ont pas ce phénomène d’infiltration d’eau salée par le sol, certaines de leurs îles sont coralliennes, d’autres volcaniques, ils sont entre 18000 et 20000 habitants. Puis elle s’est écartée pour distribuer des BD avec un évident plaisir.

Séance plénière de clôture et démontage des stands. Bernard a récupéré les BD anglaises et françaises et j’ai laissé les quelques exemplaires allemands à l’équipe locale de l’Unesco. Jane, qui a plié son stand plus vite que moi, a rapatrié toutes ses affaires dans le nôtre et m’a aidée à finir.

Ensuite on a filé à l’hôtel pour petit break avant la soirée de clôture, fatal pour Jane, qui à l’heure du rendez-vous dans le hall de l’hôtel dormait à point fermé. Mai, l’écosso-brésilienne est arrivée très en retard dans le hall. « On y va ? » Dans le taxi, elle l’a pressée de questions sur les îles Cook disant que c’était la taille idéale pour en faire une nation soutenable. Jane faisait des réponses évasives. Nous avons passé la soirée toutes les deux échangeant avec les rencontrés des trois jours au gré de notre ballade. Apéro, plus que dîner, un peu de champagne et de vin blanc et concert de didgeridou et saxophones, étonnant.

Bernard, Jacqueline Denis Lempereur et la responsable Unesco des Ecoles associées dans le monde (qui m’a dit de prendre contact avec elle ces prochains mois) dansaient comme des gamins. Avec Jane, on dansait aussi mais assises dans un escalier surplombant la salle, avec un groupe d’Africains très drôles, les organisateurs avaient disposé des petits coussins, un point de vue fantastique pour apprécier le spectacle de 150 nationalités dansant ensemble.

Jane joue de la guitare et du yukulélé. Son mari bosse dans la compagnie pétrolière aux îles Cook où toutes les îles sont reliées par des vols domestiques, environ une heure d’avion d’une île à l’autre. Elle intègre bien le climate change dans son discours, mais la priorité pour elle c’est que les gens respectent la plage. Ce serait déjà énorme. Une Jamaïcaine est venue lui donner des boucles d’oreilles en bambou avant de repartir danser de plus belle. Très joyeuse cette soirée.
En partant, discussion avec un ingénieur Indo-Allemand qui a mis au point une voiture électrique, garée devant le musée pour accueillir la party. Il fait partie d’un réseau international de jeunes environnementaux. Lui, a proposé ce projet de construire une voiture électrique légère et peu chère, 20000 euros quand même pour le prototype, mais ils cherchent à améliorer. Il va descendre à Barcelone avec pour une réunion de voitures solaires et électriques.

Ouala.

09 / 05 / 09 - 18 : 00

Vendredi de Pâques 2009, le 10 Avril, Midi.

Après 2 semaines de tempête, le lagon s’est calmé, paisible il a retrouvé ses couleurs translucides et ses ondes sont à nouveau bienfaisantes. Elles m’ont rassérénée hier soir quand je suis sortie respirer un coup sur la terrasse après un brouillon de courrier à Eugène et Florence, Corinne et Jean François (ex ambassadeurs à Fidji) et Alain Nicolas, (ex attaché culturel, rencontré 2 fois et devenu un pote via les ondes internet). L’histoire dans son intégralité sera racontée plus tard ici et peut être ailleurs mais ce vendredi de Pâques n’est pas le jour pour s’étaler.

Hier soir devant un coucher de soleil dans les tons argentés, j’ai ressenti cette plénitude qui semble être le fondement de ce qui me retient ici.

Prête à envoyer le blog jusqu’à l’arrivée de Sarah… le retard se comble. Plus que 3 semaines. D’autres pages (toujours trop longues pardon) seront prêtes à poster dans quelques jours ce qui nous mènera à moins 2. Après… ben après ce sera celle-ci que je ne sais où remonter.. car ne notant plus quotidiennement ou même hebdomadairement nos aventures, elles se sont évanouies… Les prochaines pages seront donc sans doute moins longues ☺, peut-être..

Ce que je retiens d’hier :

La bonne nouvelle : c’est que les équipements expédiés des US et d’Europe sont au port, dans le cargo kiibitienn, le Maona Roy. Now… pourquoi alors que tout le circuit est DHL et que l’objectif était du porte à porte, la dernière bill of lading, les documents officiels de transport ne sont plus à entête DHL et indiquent de passer par TCS (la coopérative dont Monise est un pote), l’agent du cargo. Mais bon, y’a pas le feu. Gilles arrive le 30 et nous ne ferons rien sans lui avec le fuelpod et le gazogene sauf à le transporter à Amatuku (et encore… peut être qu’une présentation préalable au gouvernement et à ceux qui sont intéressés serait utile).

La presque bonne : Uale que j’ai couru voir hier en rentrant d’Amatuku m’a dit qu’il enverrait un email à Sopac pour leur demander le financement du voyage indispensable de Sikeli dès que l’internet le permettrait (partout sur l’île il décroche toutes les 2 mn maintenant et faut vraiment viser, avoir l’œil vissé sur le routeur, dès que la lumière verte se stabilise). Nos observations sur 2 voyages auprès du digesteur sont passées de « y a pas de moustique, donc l’eau est salée » à « y’a des larves de moustique, donc elle ne l’est pas ». Lee, un de nos vrais membres sur l’îlot, s’occupe désormais de nourrir le digesteur tous les jours et non plus tous les mois comme le faisait Utala, l’ingénieur parti en vacances… Il est temps que Sikeli, le spécialiste, fasse un vrai diagnostic et intervienne pour faire repartir la production.

Excellentes nouvelles sur le front biogaz : presque toutes les îles lointaines ont l’intention d’installer des digesteurs et Sarah a rencontré à plusieurs reprises des représentants des kaupule de 3 de ces îles et s’active du coup pour obtenir par un ami chinois des infos sur le digesteur en fibre de verre que Cyril nous avait signalé l’an dernier et qui n’avait jamais répondu à nos mails ou lettres…

Dans la même course j’suis allée payer le billet de Sarah pour le bateau qui part dimanche dans les îles du nord avant la fermeture imminente des guichets pour 4 jours.

Il m’avait bien semblé, y a quelques minutes, entendre une sirène. Je n’avais rien vu mais la seule utilisation de la sirène à Tuvalu, c’est pour annoncer l’arrivée et le départ d’un avion. Or, nous sommes vendredi, ce n’est pas un jour de vol. Un avion affrété ? Oui, je viens de le voir survoler en cercle le tour de l’île pour bien viser la piste d’atterrissage sur l’étroitesse de la longueur de l’île…. Un petit avion, disons 3 hublots… Par qui ? Peut être que Sarah qui vient de partir pour faire une petite lessive chez Alpha aura eu la curiosité de se rendre en 30 secondes à l’aéroport d’un coup de mob.

C’est peut-être pour la chanteuse Japonaise pour laquelle Suitchi prépare un concert à Funafala. Pour quelle audience me disent les potes tuvaluens ici ? Hmm c’est peut être pour un clip..

A propos d’audience parmi les réunions de la semaine qui se termine : à la demande des 3 groupes musicaux les plus populaires de l’île, je me suis un peu vite engagée à aider à la mise en place d’un festival de musique tuvaluenne, le premier du genre… Ils l’envisageaient la semaine de l’indépendance…. En gros j’ai dit un peu court pour avoir la sécurité des subventions indispensables (pour faire venir entre autre du matos de Fidji, un ingé son digne de ce son etc etc)… Nous nous sommes mis d’accord sur février prochain, pour lancer, (ils ne le savent pas encore, l’idée m’est venue après), le « tuvalu king tides day ». En sortant j’ai eu le sentiment pas tout à fait agréable qu’ils me prenaient pour le messie, capable de rendre leur idée réalisable. « Vous attendez quoi de moi au juste, je ne voudrais pas ne pas être à la hauteur de vos attentes… » « Tes compétences d’organisatrice mais surtout ce soir nous voulions avoir ton opinion sur un tel concert.. Tu crois que c’est faisable ? ». J’ai ressorti mon refrain « where there’s a will there’s a way ». Mais je m’en suis voulu, sur le chemin de retour de m’être déjà tant investie dans tous les domaines de la production… Nous avons déjà tant à faire. Il faut que j’apprenne à dire « non merci ».

Cette semaine j’ai aussi compris pourquoi j’ai choisi, comme stratégie spontanée la plus approprié, de disséminer les informations que j’apprenais au plus grand nombre. Depuis un mois et demi, dès que j’ai une info, je la transmets à tous ceux que je rencontre. Tant sur les plans déchets de Taiwan et EU que sur les observations de Semese lors de ses plongées sous le bateau de pêche coréen échoué sur un banc de corail du passage. (1 bateau mère est ancré depuis avant mon arrivée dans le lagon, et deux gros bateaux de pêche viennent y déposer leur pêche toute les semaines ou quelque chose comme ça).

Semese a réalisé qu’ils jetaient probablement tous leurs déchets dans des grands sacs plastiques au fond du lagon… Déchets, environnement, transports, à tous les niveaux, ils ont l’info… Je suis la concierge de service jamais dans l’escalier. La nécessité de communication interne, déjà criante les années précédentes, a atteint, pour moi, son paroxysme quand, participant à l’atelier de fermeture du PNUD-GEF sur certains des volets financés dans le plan d’adaptation, j’ai réalisé que la population consultée continuait de demander des water tanks alors que l’UE met plusieurs millions sur le sujet. En fin de réunion, je suis allée voir le représentant tuvaluen du PNUD-GEF pour lui poser la question « quid de l’EDF 9 et 10 ? Qui est au courant ? Seulement les fonctionnaires ? » Il semble bien que oui…

J’ai eu confirmation ce matin : Greg, l’australien qui travaille depuis un an à Public Works m’a expédié sa premiere newsletter sur l’eau et la sanitation dont il s’occupe. Je l’ai félicité de l’initiative et demandé s’il avait rencontré Jim et Chris représentant le GEF… Sa réponse est édifiante : Non. Il ignorait même leur visite. Il confirme que oui EDF couvre bien ce genre de demande et s’attriste de cette incapacité à coordonner les projets. Un peu décourageant certes mais il nous faut enfoncer encore plus dans la société pour parvenir à organiser ça. Il mentionne également dans son dernier mail que l’an dernier alors qu’il arrivait, 2 équipes différentes venaient faire une étude sur les énergies renouvelables. Leurs résultats étaient contradictoires (tu m’étonnes, après quelques jours sur place, les occasions de se gourrer sont légion !)… Sarah à qui j’en ai touché un mot ce matin a conclu « faut légiférer pour que les « candidats à plus d’études » fassent part de leur projet avant d’arriver sur l’île… » Comme le problème est identique avec les médias… Y’a de quoi faire… A commencer par expédier la newsletter de Greg au mec du PNUD qui m’a laissé son adresse email.

Sur le front biodiversité, j’ai pu expédier à Sandrine la lettre qu’elle attendait confirmant le support officiel de la part du gouvernement, Eliala parle d’un voyage inter îles sur le patrouilleur en mai désormais. Tentant mais je continue de penser que ce n’est pas encore le moment pour Sandrine, même si elle a déjà fait un travail remarquable de répertoriage à partir des infos recueillies, tant qu’elle n’a pas les dernières recherches NZAid et le pré rapport de Semese pour l’Unesco on est loin de pouvoir déterminer avec précision les trous qu’il lui faudra boucher en recherche. Ce thème fera l’objet d’un mail cet après-midi.. Si je parviens à faire tous les mails urgents prévus aujourd’hui vendredi au lieu de dimanche, avec un peu de chance je trouverai le temps de replanter quelques graines et de lire un peu..

« Le journaliste assassiné » terminé (mal… à mon grand dam !), j’ai ouvert la nuit dernière le bouquin que m’a remis Clemmie, une activisite britannique (de mère française) qui m’avait contactée de Fiji, elle avait eu mes coordonnées par Tafue. Elle est arrivée jeudi. On s’est rencontrées dans la rue et après un petit moment, elle est venue vers moi « Tu dois être Gilliane»... On a passé une bonne heure à discuter d’elle, des raisons de son séjour ici. Arrêtée dans une manifestation contre les camions de charbon qui symbolisent les 5 nouvelles centrales charbon prévues en angleterre, 23 d’entre eux ont été inculpés. Elle pensait qu’en venant à Tuvalu elle trouverait des preuves/témoignages. Elle travaille aussi pour Greenpeace, ils envisagent de stopper l’extension de l’aéroport d’Heathrow en construisant une ambassade de Tuvalu sur le futur aéroport. Elle voudrait que quelqu’un de Tuvalu soit l’un des trustees... Elle est assez désolée du temps depuis 3 jours et a bien peur de terminer en une semaine tous les livres qu’elle a emportés pour un mois.

Son activisme, sa chaleur, sa générosité me plaisent bien. L’autre jour, elle est venue m’apporter deux cadeaux à la maison, l’un de sa mère (dont elle m’avait parlé et je me demandais bien ce que c’était) : un cabas en coton recouvert de pages de notre BD... C’est super ! et de sa part à elle qui m’avait entendu dire que ma pile de bouquins baissaient : le bouquin qu’elle venait de terminer et qu’elle avait tellement adoré qu’elle voulait le partager... Je l’ai présentée à plusieurs personnages clé..

Tafue est rentré jeudi d’un voyage en Norvège pour défendre la cause climatique. Il m’a demandé de m’asseoir à la première réunion de debriefing de Clemmie.. Quand j’ai vu que ça roulait (et y’avait pas de raison ) j’ai dit « bon je vois que vous vous êtes mis d’accord, bravo, je peux vous laisser » Tafue m’a demandé de rester quelques minutes, le temps pour lui de me résumer la teneur de ses interventions en Norvège. 4 points principaux que je me suis empressée d’oublier mais qui font résonance logique avec notre communication même dans ceux qu’il pointe comme théologiques.

08 / 05 / 09 - 03 : 56

Dimanche 5 avril 2009

Ce dimanche ressemble aux 10 jours précédents. Vent et pluie. On sent que ças’améliore puisque maintenant c’est entrecoupé d’éclaircies fugaces, mais quand on pense que c’est bon, hop le vent repart venu d’on ne sait où, entraînant avec lui les pluies drues… Sarah, sur sa mob pour aller faire la lessive chez Alpha, a dû s’en prendre encore une bonne ! Hier même chose alors qu’elle allait faire un saut pour connaître l’heure de la messe. En 2 secondes, elle était trempée jusqu’aux os. Moi je suis passée entre les gouttes.. Ca m’a permis avant hier d’aller tranquillement à pied à la recherche de la femme qui fait des « crispies » fantastiques… Et hier à bicyclette pour trouver la maison d’Hilia.

Comme les autres jours, sauf que quand même c’est dimanche et que nous avions décidé de nous laisser convaincre par un des elders de la communauté de Funafuti, d’aller à la messe. Celle de ce dimanche de « palmes », avant Pâques, présentait l’avantage d’être orchestrée par les enfants. Et s’il doit y avoir un intermédiaire entre les cieux et moi, je préfère être représentée par des enfants encore innocents que par des pasteurs (ou des prêtres) qui ne le sont plus.

J’ai pu parler à Sam tout à l’heure. Ca nous a fait plaisir même si ça coupait toutes les 10 mn. Le manque de Mae lui tombe à nouveau sur les épaules avec cette fois le sentiment profond de la perte pour toujours… jamais plus. Mais dans la mesure où il l’exprime ça va plutôt bien. Et j’ai été contente de pouvoir être son oreille en lui répétant qu’elle restera dans nos cœurs pour toujours et sera toujours présente dans nos esprits. Et c’est tant mieux. Moi j’ai eu la larme à l’œil à plusieurs reprises hier soir et ce matin à la messe. Mais je suis contente qu’elle pop/toque ainsi en moi.


07 / 05 / 09 - 08 : 14

Mardi 31 mars 2009 – 22h

Demain c’est le 1er Avril 2009 et depuis 3 jours je me demande quel poisson se prépare. Le lagon est démonté, le vent d’ouest déchaîné depuis une semaine, pourtant ce ne sont pas les grandes marées. Il fait gris depuis 3 jours, il a plu hier toute la journée et ce soir c’est à nouveau le déluge après des accalmies malgré les menaces du ciel noir à l’horizon. Le noir s’est transformé en déluge just’au moment où nous partions pour la fiafianight hebdo de l’hôtel. En 5 semaines, c’est la première fois que je m’y rends cette année mais le buffet varié après des nouilles chinoises à l’eau hier soir et poisson et poulet frit, en soupe, au riz ou au taro tentait.

Ce soir, c‘est inoui, les vagues du lagon sont presqu’aussi hautes que celles que je connais de l’océan. En 2004, un jour de même tempête , nous avions, Laure et moi, couru, le vent dans le dos, vers l’océan pour filmer les vagues que nous pensions monstrueuses. Déception, le vent étant contraire, il repoussait la mer. Logique. En sortant à l’instant sur le balcon pour observer dans le noir ce remue ménage des éléments et les sons qu’il provoque, si l’air semblait chaud coté nord, je n’ai pas pu passer l’angle de la maison : il faisait froid sur la terrasse ! Envie d’écrire à Chris qui dans son dernier message rêvait de quelques jours à Tuvalu avec nous. Il y a 3 ans, dans la maison « ocean side », il se plaignait de ne pouvoir dormir à cause du bruit de l’océan : « tu ne perds rien, nous on ne peut pas dormir à cause du bruit du lagon ». Jusqu’à présent ce bruit là ne m’a pas dérangé au contraire. En revanche, la fenetre de ma chambre donnant sur les voisins, (la seule toutes les autres chambres donnent sur le lagon mais c’est là qu’est le grand lit ☺), ce qui me dérange le plus (mais c’est bien minime) ce sont les enfants des voisins, le matin ou la nuit selon l’âge). Ceci dit, Chris n’avait pas tort l’océan avait son bruit, lancinant et incessant. On s’y habitue, au mieux ça berce. De la maison coté lagon, l’an dernier au bout du balcon coté terre, j’ai eu du mal à identifier ce que j’entendais en autoroute… comme je savais que ce n’était pas possible, j’ai pensé à une au loin.. usine … Or il n’y en a pa à Tuvalus…. Y’a bien fallu que je me rendre à l’évidence : c’était l’océan de l’autre côté de l’ile…. Faut dire que Funafuti mesurant au max 500 m de largeur… il demeure à 2 pas.

5 semaines demain que j’ai débarqué…. Ce soir, je fatigue. Quand on a le temps, vivre au rythme tuvaluen (du pacifique sans doute dont je ne connais aucune autre île en dehors de l’Australie) dénoue le stress c’est sûr mais la multiplication de démarches pour s’assurer que les choses vont bien se passer ou se passer tout court amène aussi son lot de fatigue.

Habituellement, si je reste, comme à Paris, tard à mon Mac et maintenant à l’internet, « j’éteins » au plus tard à 2h et ces derniers jours plutôt plus tôt, le matin je n’ai pas le loisir de me laisser dormir. En ce moment c’est Sarah qui me réveille. Depuis son premier soir, elle me demande : « à quelle heure je te réveille ». Ce matin c’était prévu 8h pour un premier rendez vous à 10h30. Et encore, c’est nous qui l’avions plannifié*.

Sauf que ce matin et je n’ai pas compris pourquoi, j’étais debout avant son réveil, réveillée même avant que le soleil ne se soit frotté les yeux. Ptit déj à 6h30 au lever du jour sur la terrasse. Ca ne m’est jamais arrivée même en décalage horaire. J’ouvre tous les jours les yeux vers 6h30 quand le soleil pointe dans le coin de fenêtre sans rideau, mais je les referme aussitôt pour un cycle d’une heure et demi. Idem à Paris, je me réveille toutes les 1h30, jette un œil à l’heure, et me rendors. Bizarre. Je ne vois pas ce qui aurait pu me tracasser au point de me jeter hors du lit si tôt. A moins que je ne prenne par télépathie les heures de sommeil dont est capable Sarah. Depuis hier c’est presque caricatural. Nous avons toutes les deux subi un léger dysfonctionnements intestinal, sans doute dû à une eau non bouillie dans les glaçons remis par Elena après m’avoir demandé si elle pouvait en prendre pour son fils… J’ai insisté : « oui mais tu remets de l’eau.. bouillie »… Oui, oui… Ce pourrait aussi être passé par les postillons du chef du Halavai le restaurant, il a éternué 3 fois. Et comme il était en train de cuire notre riz cantonais, on l’entendait le remuer sur le feu, derrière le mur on a bien « vu » qu’il ne protégeait en rien notre riz de ses crachats. On a souri jaune, genre « tant pis »… Le lendemain matin, j’ai pu voir dans la lumière du petit soleil, Ana, des Iles cooks éternuer à la table d’à coté. Le jet que j’ai vu sortir de sa bouche sur son assiette était puissant. Une vraie douche à microbes. Ou les rats de l’autre resto ou de chez nous. J’en ai vu 3 différents. Pendant des semaines, avant l’arrivée de Sarah, je ne pouvais pas ignorer qu’après la mort au rat, il restait une présence qui marquait son passage de petites crottes ici ou là. Rien de comparable avec avant, ni en taille, ni en quantité. J’ai pensé à un petit qui ne pourrait pas sortir… La maison est pleine de trous, les moustiquaires aux fenêtres aussi… Un soir je l’ai vu, c’était bien un petit rat ou une grosse souris… Ca m’a rassurée… peut être moins sale ?.. Quelques jours plus tard pourtant j’ai aperçu un autre rat de meilleure taille et trouvé ses crottes moins petites ici ou la aussi… Nous ne laissons aucune bouffe à l’extérieur, les comptoirs sont débarrassés de tout débris de nourriture et désinfectés le matin.. Ils n’ont donc pas d’accès direct à la nourriture. Il y a une quinzaine de jours, j’avais oublié le sac plastique des restes pour le chat dans mon cabas en coton. Le lendemain, ces cons au lieu d’entrer par la poche béante, ont préféré bouffer le coton et le plastique pour accéder direct aux nouilles au poulet. Bizarrement, ils n’en ont que très peu mangé et surtout ils en ont laissé sur le « sofa ». C’est comme ça qu’on s’est aperçu que j’avais oublié le souris bag dans mon sac…. Depuis, c’est clair ils (ou plutot elle ?) font/ fait le tour. On ne sait jamais. Sarah, un matin, a noté plus de crottes que les jours précédents autour de notre faitout à compost. Qui doit bien les intriguer d’autant que le couvercle est en verre… Ce matin lever aux aurores et découverte d’un tas de pépins de melon décortiqués près de la chambre de Sarah… En fait des graines… celles qui attendaient que nous trouvions le temps et l’énergie de les planter.. Faut dire que les 10 mètres de gouttières transformées en jardinières ne montrent guère de signe motivant. A priori pas de laitue encore, ni de tomates, ni même de basilique… Je m’attendais à une pousse miraculeuse. Tous nos jardiniers nous vantaient leur plante et à ma question « en combien de temps » me donnaient des délais qui m’époustouflaient… Chez nous, c’est pas probant… Il pleut sans doute trop depuis qu’on a planté. Il est possible que coté nord-est y’ait du soleil uniquement le matin et encore pas toute la matinée.. Bref, les rats ont fait un festin des graines de melon, de poivron (les dernières graines que nous ayons) de concombres (la aussi les derniers de cette sorte).. Ce sachet plastique pleins d’autres sacs plastiques eux-mêmes pleins de graines, a traîné là depuis 10 jours. Hier je l’ai un peu déplacé pour le mettre dans l’énorme coquille qui nous sert de vide poche.. Et là, tout à coup, les rats ont trouvé ça intéressant.

Tout ca pour dire que des raisons d’avoir la courante, on en a des dizaines par jour… Et c’était gérable. Hier, Sarah a préféré garder la chambre et en a profité pour dormir tout l’après midi. Jusqu’à 17h30…. Et se recoucher à 20h30 après le départ de kalisi avec qui elle échangeait quelques notes sur son Ukelele à lui, tandis qu’il s’essayait sur son violon à elle. Sarah dort ou somnole 12h à 13h par jour plus souvent que la moyenne. Ce matin elle a été prête après moi et a fait la sieste l’après midi. Au retour de la soirée fiafia, où on a vu deux têtes très blondes, peut être celles rencontrées ce matin à bicyclette, qui n’avaient pas l’air très souriants.. En tout cas ça fait un paquet de nordiques depuis que je suis là. Y’avait aussi deux tables de japonais ou plutôt de japonaises. Dîner décevant, je bavais en songeant à un coleslaw « traditionnel » ou des crevettes grillées ou du dessert au fruit de l’arbre à pain. Rien de tout cela mais sympathique quand même.

Donc ce matin, d’abord Uale que nous allions voir ne savait pas que nous étions là…. Il m’avait dit l’avant-veille de passer quand je voulais… Ce matin et ça arrive une fois par an, c’était jour de règlement annuel des loyers dûs par le gouvernement aux landowners pour la location des terrains sur lesquels sont bâtis ou installés les bâtiments du gouvernement…. Ca on ne l’a su qu’après être allées boire un café au bar des femmes, juste en face je suis allé changer un traveller check pour pouvoir prendre l’éventail magnifique repéré et mis de côté depuis des semaines… Tango pour vérifier à quelle heure avait lieu la réunion Tucan appelée par Semese pour ce mercredi… Annie n’était pas au courant mais m’a fait m’asseoir et signer le livre des visiteurs. Semese était en field work et reviendrait l’après-midi. Uale lui nous a expliqué ce rendez-vous annuel et on a repris rendez vous pour demain matin.

Parmi les visites du jour, l’hôpital avec une bien triste nouvelle, puisque la petite fille de Fong y a été acceptée en urgence… Et une plus gaie : le dépôt des sacs de sodium et je ne sais quoi et apparatus de perfusion,… médocs dont nous avons moins besoin à la maison funafutienne que l’hôpital qui en manque.
Sur le chemin de Tango pour revérifier cette histoire d’heure, stop à l’hôtel pour exprimer à Risasi ma tristesse et ma miséricorde pour cette petite fille et pour Fong qui allait la perdre.

Entre rats, courante et tempête, les choses parviennent à se préciser :

Si DHL Tuvalu n’est toujours pas au courant, DHL Suva m’a informée que le gasifier arrivait la semaine prochaine. Que le fuelpod venait d’arriver et qu’à priori tous les deux devraient être dans le cargo kiribatien arrivant avant le 15/4… Chris lui de son côté a déposé la crate avec mob électrique et fours solaire et ca part le 5/4, ça devrait arriver en mai, plutôt fin je dirais. Le méthanol, lui, sera embarqué en deux fois : du grade lab, très cher mais le seul disponible à Suva pour le moment… 2x200 litres partent de Sydney et devraient arriver avant l’avion de Gilles qui nous a prévenu ce jour qu’il arrivait finalement le 30/4. Comme on ne sait jamais mieux vaut assurer une petite quantité même chère. Ca sera sur le Nivaga tualuen en fin de semaine et à Funafuti la semaine prochaine.. Je croise encore les doigts tant que ce n’est pas à quai… pas ouvert et vérifié.

Demain re-Uale pour faire un résumé rapide de tout et repartir avec la lettre pour Sandrine et une demande officielle à Sopac pour Sikeli. Ca c’est le matin.. A 13h30 : bateau Amatuku voir on en est le digesteur et apporter des graines pour leur jardin.. Entre temps réserver le billet de Gilles de Suva à Funafuti, immigration pour vérifier si on avance avec l’histoire de l’attestation pour le passeport de Susie et quelques mails.

Sinon, le petit panneau solaire qui permettait d’éclairer la terrasse l’an dernier fonctionne toujours malgré la pluie et le fait que le vent l’ait emporté hier et qu’il ait passé la nuit dans l’eau… Ne manquent que les piles pour que la lumière soit. On n’a pas encore installé la 2e lampe solaire apportée par Chris l’an dernier.. Une sensor.. idéale pour la porte d’entrée mais en bas trop d’ombre.. on n’a pas su/vu comment l’installer encore…

OK quelques pages de lecture avant d’éteindre. J’ai terminé Ocean Songs.. Je vois ma pile de livres fondrent. Heureusement Fanny arrive dans 4 semaines avec une cargaison de 2 mois de canards… de quoi occuper quelques petit déj aussi..

07 / 05 / 09 - 08 : 11

Mardi 31 Mars 2009

Il pleut des cordes depuis que l’avion a atterri… On sentait bien que la pluie allait arriver : le lagon était démonté depuis plusieurs jours, le vent de plus en plus fort.

En fin d’après-midi hier, alors que nous prenions un verre avec notre voisin (et ami depuis 2003) Kalisi, nous nous réjouissions de cette température idéale, rare ici… Ce matin, il faisait « froid » et je me suis demandée si j’avais emporté des manches longues. Elles n’ont pas été utiles, mais plusieurs tuvaluens en avaient enfilé.

Sarah m’a réveillée à 7h30. Je voulais passer tôt et rapidement à l’immeuble du gouvernement pour confirmer mes visites d’hier au service de l’immigration et au service des transports. Immigration pour résoudre le problème de Susie, notre présidente locale, actuellement à Fidji et qui doit se rendre à Tahiti pour l’opération A l’Eau la Terre avec Fanny. Je me disais bien qu’il y aurait un hic avec Susie sans imaginer qu’il s’agirait de son passeport. Un message sybillin de notre correspodant à Fidji, David, m’informait qu’il prenait les choses en main pour l’aider avec son visa mais qu’il me fallait les assister pour obtenir une attestation de l’immigration tuvaluenne indiquant que son ancien passeport avait été détruit et était en possession des services tuvaluens… Hier, la responsable qui comprenait encore moins que moi puisqu’elle avait remis un tout nouveau passeport la semaine précédente au mari de Susie, a décidé de prendre contact avec elle directement… Ce matin, j’y repassais pour lui donner les quelques explications reçues de David : elle était sortie du pays et entrée à Fidji avec un passeport et allait quitter le pays pour entrer dans un autre (la France) avec un autre passeport et ce n’est semble-t’il pas possible….

Au service des transports, je voulais m’assurer que Dan avait bien prévenu leur agent de freight à Fidji, comme il me l’avait dit, pour que notre fournisseur de méthanol puisse embarquer les 40 litres qu’il a en stock sur le bateau national qui doit quitter Suva en fin de semaine. A priori c’est bon mais pas coulé dans le bronze car aujourd’hui pas de confirmation de notre fournisseur…

A la boutique de l’aéroport, les femmes avaient réparé mes 2 chemises déjà rapiécées mille fois à Paris. Elles ont près de 30 ans pour l’une, une bonne quinzaine pour l’autre… je les adore et applique avec passion mon principe d’essayer de consommer moins, surtout en matière de fringues et de mettre l’argent que j’aurais dépensé à acheter du neuf à réparer le vieux… La boss, Pula était là et nous avons partagé un café tandis qu’à la table voisine, prête au départ, Ana la fille du sprep qui s’est montrée beaucoup plus affable une fois l’atelier terminé. Peut être parce que depuis vendredi elle était en vacances, mais aussi sans doute parce qu’elle avait entendu parler d’Alofa toute la semaine et fait le rapprochement avec moi.… Elle ne m’avait vue que filmant.. et quand au pique-nique elle m’a demandé ce que je faisais, j’ai réussi, sans que ce soit conscient, à ne pas mentionner Alofa mais en décrivant nos activités (enfin, une partie). On s’est même embrassé et elle m’a donné son email, qu’elle venait aussi de donner à Lasalo, le fou du village qui lui venait me proposer une cigarette… Avec elle, deux autres palagis en partance.

Retour à la maison pour faire quelques paperasseries et autre rangement pour une heure puis revoyage à l’aéroport pour donner un médoc anti rhume à une femme qui fait des colliers, leur parler à toutes de ce petit coquillage qui détruit le corail et sur lequel elles devraient concentrer leur collecte d’après Semese… Et tant que j’étais dans le coin, j’ai jeté un œil rapide à qui descendait de l’avion… Parmi les palagis : le mari et l’enfant d’une femme que j’avais vue sans lui parler. Ce fut fait en attendant la sortie des passagers : canadienne (parlant le français mais pas québécoise) elle travaille pour l’Unicef et ils repartent dans 10 jours. Et puis est descendue la silhouette un peu voutée, d’Emilie, qui avait fait un stage chez nous l’an dernier et préparait ce voyage depuis près d’un an. Je me suis enquis de savoir si quelqu’un de la lodge où elle avait fini par réserver venait la chercher. « Non, mais j’ai été en contact avec une étudiante belge qui devrait être là »… Oui on m’en avait parlée, je l’avais vue un peu perdue la semaine dernière entourée d’Eti et de 2 autres officiels. Impression qu’elle était soit tombée là par erreur, soit qu’elle n’avait nulle part où aller.. Elle était dehors, je suis allée lui demander si elle était au même endroit qu’Emily . « non, je suis chez l’habitant » m’a t’elle répondu d’un air pincé. J’ai recommandé à Emily de ne pas lésiner sur la crème solaire « oh moi je suis là depuis une semaine, sans crème et je n’ai pas pris un coup.. ». « Il faut dire qu’il n’a pas fait très beau ces jours ci ». Et le ciel a commencé à pisser quand je les ai quittées.

Je n’ai jamais vu une journée pareille à Tuvalu. Il pleut depuis plus de 5 heures. D’habitude, dans la journée, il pleut dru quelques minutes et ça s’arrête aussi soudainement que ça avait démarré. La nuit, c’est autre chose… et ça peut durer plusieurs heures.

Nous avions prévu, Sarah et moi, d’aller voir Uale, le secrétaire permanent à l’environnement pour lui parler de tout et en particulier de la demande à Sopac pour faire venir Sikeli et de la lettre officielle pour Sandrine sur la biodiversité… J’avais abordé rapidement tous les sujets avec lui quand je suis allée me présenter (il était absent de Tuvalu ces dernières années) mais lui avais promis de repasser tout ça plus en détail avec Sarah. Sarah est là depuis bientôt 2 semaines et la semaine dernière déjà, à l’atelier biodiv il m’avait dit « tu n’es pas revenue me voir… »… Je suis passée hier, lundi, à son bureau pour m’excuser et lui demander s’il était là toute la semaine.. No problem… « et comment tu dis ‘désolée’ en tuvaluen ? » « Euh… je ne sais pas.. peut etre fakamole fakamole… » « s’il vous plait »…. Ah bon on ne dit pas « sorry » en tuvaluen ?

Il est mainenant 17h30, sarah vient de se réveiller. Nous irons donc demain.

Entre temps j’ai enfin acheté les conteneurs plastiques idéaux ou presque pour organiser notre armoire à pharmacie, et quelques bananes.. Le couple scandinave (à la couleur de leurs cheveux) repéré depuis quelques jours vérifiaient les rayons de chez Sue. Je les ai approchés. Ils sont sur un des deux bateaux de plaisance ancrés dans le lagon : un yacht magnifique pas loin d’un trimaran (ou un catamaran, j’ai oublié) amoché par une grosse mer et échoué dans le lagon. Eux sont sur le yacht. Par contrat (avec je ne sais qui, pour faire je ne sais quoi) il a deux ans pour faire l’aller retour Thailande… Ils m’ont arrêtée un peu plus loin, un gros sac postal sur le dos, ils étaient à la recherche de la « laundry ».. « Euh, la seule que j’aie jamais utilisée, est au Filamona… mais peut être que la lodge, à deux pas, le fait aussi.. »… la lodge d’Emilie.. Devant la maison, discuté quelques minutes avec l’ambassadeur de Taiwan qui venait voir les bateaux coréens en rade dans le lagon. J’ai aussi installé un rideau…. Ca fait du bien de n’avoir pas à se prendre plus la tête avec des gros dossiers comme Fanny a eu à gérer ces dernières semaines. Bien sûr je suivais ça de loin et partiellement, mais quand il s’agit de vérifier écrits et calculs ça demande plus de concentration… Elle a pris le train lundi matin pour Bonn et miracle de la technologie, nous avons correspondu presqu’en direct, elle du Thalis, moi de la péninsule funafutienne… car OUI, le modem fonctionne à la maison.. oh, pas comme dans nos pays développés mais pas loin et tellement mieux que les années précédentes et même que les dernières semaines… Bon, ça coupe assez souvent mais rien de comparable aux 20 mn et plus qui étaient nécessaires les années précédentes pour ouvrir une page . Plus la peine non plus comme l’an dernier d’utiliser une carte téléphone, limitée à 20 dollars pour essayer de surfer internet…

Seule petite ombre au tableau : il ne semble pas possible de dédoubler la ligne pour qu’on puisse avoir accès du rez de chaussée et le salon du haut, encore praticable à deux, n’est pas installé pour devenir le bureau de 4 personnes comme nous le serons bientôt. Je recommencerai mes visites quotidiennes aux telecom… Peut-être dans un mois auront ils trouvé la solution. En attendant, je vais essayer de réorganiser les lieux pour que ce soit plus praticable pour le moment. D’autant que depuis samedi, nous mettons notre nez dans la vidéo.

Earth hour, samedi dernier, fut en effet l’occasion pour l’équipe de TuCAN de faire ensemble, y compris quelques images. J’ai dû raconter cette soirée mémorable dans un ou deux mails.

Une réunion où nous étions 5 la semaine précédente, un accord du conseil des ministres le jeudi, l’autorisation de tourner sur le patrouilleur et d’allumer l’immeuble du gouvernement obtenue le vendredi soir, histoire de filmer les lumières de la ville s’éteindre… Les annonces radio réalisées par Semese diffusées le vendredi et dont je me suis assurée le soir d’un coup de mob à TMC qu’elles seraient rediffusées le samedi matin, les posters que WWF avaient oubliés de déposer à la Haute commission de Suva pour l’avion du jeudi, réalisés par Tataua en tuvaluen et modifiés par nous pour inclure la notion oubliée du climat, imprimés dans la nuit du vendredi au samedi et postés le matin même par Sarah et Tataua. Solomona avait été rapidement formé à la petite cam une heure avant l’événement et proposait de faire des travellings sur l’ile, Sarah avec sa cam HD avait eu, en dernière minute, la bonne idée d’aller filmer dans les locaux de Tuvalu Electricity et Melton rencontré vers 8h à l’hotel allait lui aussi filmer mais partie sud. J’étais un peu anxieuse mais sans excès. Quelque chose allait bien se passer ou plutot ne pas se passer. Le zodiac du patrouilleur serait il à l’heure prévue sur la jetée ? Pour m’en assurer je suis passée deux fois voir la police comme me l’avait conseillé un marin.. Le patrouilleur dépend de la police nationale. Solofa allait-il faire allumer l’immeuble du gouvernement comme promis ? La caméra n’allait elle pas tomber dans la flotte en montant l’échelle du patrouilleur ? Je sentais bien qu’il allait se passer quelque chose qui ferait foirer le truc... Mais quoi ?

A l’hôtel, j’ai dit : « Ce serait pas mal de vérifier si on peut entrer à TEC »… Sarah y a fait un saut pour revenir dépitée mais hilare.. Si tout avait été prévu, si le conseil des ministres avait autorisé l’opération qui consistait à couper l’électricité de toutes les îles, il semblait que personne à TEC n’ait été prévenu ! Mais… nous sommes à Tuvalu et tout est possible. Sarah avait croisé Tataua, l’en avait prévenu. Melton devait coordonner les heures et m’en prévenir… Je ne sais pas à quoi ça m’aurait servi puisque je n’avais pas de montre… Il y avait encore une demi-heure.. A Semese qui arrivait et s’est assombri en apprenant la nouvelle, j’ai remonté le moral « on est à Tuvalu, on pourra le faire lundi ou mardi… personne ne saura que c’était pas le même jour… » et je me suis rendue sur la jetée en me disant on verra bien.

Non seulement le zodiac était là mais le capitaine aussi ! L’immeuble du gouvernement était allumé… Et La caméra n’est pas tombée dans la flotte. Mais d’une part en grand angle et au plus large même si on voit une grande partie de Funafuti, les lumières sont tellement rares qu’à part l’immeuble du gouvernement et le port au loin qui restera allumé pour cause de travaux, on ne voit pas grand chose…

J’ai filmé dès mon arrivée pour voir ce que ça donnait.. Certainement si je prenais la peine d’entrer dans les settings de la caméra, mon 3e œil aurait pu mieux voir. Sans heure sur moi, j’ai filmé tout du long, y compris et avec grand plaisir pour rompre la monotonie des 3 lumières vues de loi, un vieux pêcheur sur son canot outrigger. Jusqu’au moment où je me suis dit qu’on devait arriver bientôt à l’heure fatidique et qu’il serait plus pratique, pour ajuster mon œil au viseur, si j’enlevais la lampe frontale que je portais sur la bicyclette et que j’avais encore, vissée au front… …

Le temps de me retourner et, quand j’ai reposé l’œil sur la côte, toutes les lumières étaient coupées. J’avais loupé le passage au noir ! Donc c’était moi qui avait fucked up ! Bon d’accord on passait tout simplement d’un peu de lumière à tout black… donc pas grand intérêt. Un peu upset mais pas trop comme l’ensemble depuis le début me fait l’effet d’une comédie qui ne pourrait se passer qu’à Tuvalu et c’est moi la palagi qui foire. Doublement….

Amusée mais tout de même un peu honteuse, je suis allée voir le Capitaine pour lui dire ma petite déception… Petite parce que dans le montage, il « made sense » de mettre au moment de la coupure la main de l’électricien que ne manquerait pas de filmer Sarah puisque c’était l’objectif… Pour compenser je lui ai demandé de nous dire ce que nous faisions là… Et il me l’a bien fait !

Au retour, en descendant du zodiac, j’ai glissé sur un tas de poissons… Un groupe est arrivé pour les ramasser armé de lampes de poches…. J’avais laissé mon vélo contre une barque. Il ne s’y trouvait plus. 2 mecs et le gardien du building des telecoms l’avaient déplacé pour le mettre à l’abri et se disputait la faculté d’y avoir pensé.

A l’hôtel, une jolie bougie à l’entrée et 4 palagis trouduc rencontrés une petite heure plus tôt et qui avaient refusé de jouer le jeu, abattaient des cartes sur le balcon, une lampe de camping sur la table.. Le faisceau des phares d’une camionnette a éclairé un moment l’immeuble du gouvernement. Dans les rais de lumière du phare d’une mobylette , un enfant dansait dans une maison. Ici une rangée de petites bougies le long de la fenêtre, là des torches bleues et vertes sous la hutte… « ça vous fait quoi ce earth hour ? » « rien » « Vous savez pourquoi ? » « Non »… J’ai expliqué et ça s’est terminé sur un « we get the message »..

Un peu plus loin un groupe de jeunes autour d’une bougie au coin où l’on parle du fusi.. « vous pouvez continuer à parler, je ne vois que la bougie et je ne comprends pas le tuvaluen.. » « vous êtes alofa tuvalu ? »… Comme il ne devait pas tarder à sonner les 9h30, j’ai décidé de stationner là, à filmer en attendant que le fusi se rallume… « il est quelle heure ? » « 9h30. » Ca n’allait donc vraiment pas tarder.. J’ai filmé un bon quart avant d’arrêter les frais et j’ai franchi les 100 mètres qui me menaient à la maison en espérant arriver avant qu’ils ne remettent en route, histoire de filmer au moins la alofa house se rallumant…

Manque de bol, c’est au moment où j’appuyais sur la clenche que la lumière fut… En rentrant j’ai voulu quand même voir ce que j’avais à l’image de la coupure. Alors que pendant ½ heure c’est on ne peut plus stable, au moment de la coupure bien sûr et juste à ce moment là, l’immeuble du gouvernement est en plan très large et mal cadré ! En rembobinant, je me suis dit qu’il manquait quelque chose. Bon dieu mais c’est bien sûr, l’interview du capitaine n’y était pas. C’était le pompon… Un peu perturbée par mon premier manqué, j’ai allumé la cam au lieu de l’éteindre et arrivée devant le captain, je l’ai éteinte au lieu de l’allumer.. Damned ! Alors pourquoi tout ça m’a mise d’extrême bonne humeur ? Skype joyeux avec Fanny qui préparait son sac pour Bonn pui travaillé une partie de la nuit sur je ne sais quoi.

Ce samedi, au réveil mon 3e œil est allé enregistrer quelques images supplémentaires de l’équipe du Fagogo transformés en ouvriers de chantier pour la construction de la clinique. Ils y étaient tous et plus… Même Melton s’y met.

Evidemment, je me suis laissée dormir le dimanche puis quelques mails, les plus longs réservés au dimanche. Pour digitaliser mes images et celles de sarah (tournées en HD panasonic) j’ai fait le ménage des disks durs… mais avant il me fallait assurer une vraie sécurité de mes datas.. Ni l’un ni l’autre des disks n’avaient assez d’espace pour la sauvegarde automatique. Après 5 heures d’enregistrement de la sauvegarde (une soixantaine de gigas) l’ordi moulinait toujours…. J’ai abandonné… avec le sentiment qu’on m’avait volé mon dimanche… Juste eu le temps de lire 2 pages du Ocean’s song de Kersauzon au petit déj sous quelques gouttes de pluie.

Lundi petit tour en vélo : chez Tupha pour trouver des posters, chez Uale pour m’excuser, voir plus haut, chez Tec pour payer notre note électrique (celle de mi janvier/mi février : 50 dollars), chez Tango où se trouvait Sarah en réunion avec Semese et 2 représentants de 2 îles du nord pour déposer un Tshirt Obama à Semese, aux affaires étrangères pour voir qui était ce français de l’ambassade qui s’annonçait. La fille s’était trompée : c’était un couple d’allemands qui seraient déjà arrivés. Pas vus.

L’après midi beaucoup de temps perdu à essayer de comprendre et régler le problème de son entre la cam HD à carte de sarah, son ordi et le mien… Elle a exporté en MPEG2, peut lire la carte et le fichier image et son avec Adobe mais pas avec Windows media player. Moi idem, même à partir du mpeg je n’ai pas de son et final cut n’y peut rien. Même le dvd qu’elle a réussi à graver avec son nouveau PC n’a plus de son quand je le lis sur mon Mac. On a abandonné provisoirement et j’ai fait une time line sans son en laissant en longueur la discussion silencieuse sur les économies d’énergie réalisées pendant earth hour au cas où Mafalu et les électriciens retrouvent la voix.

18h45 ce mardi : Concert improvisé Banjo/violon. Surprise du soir pour une sérénade : Kalisi avec qui nous avions pris un verre la veille sur la terrasse, vient d’arriver avec un Ukelele en forme de Banjo des Iles Cook. Il sait que Sarah a ici un petit violon en plastique et hier elle lui a donné quelques cordes. Super ! « are we disturbing » me demande le monsieur… « not at all it is a pleasure… really ». EADG je ne sais pas quoi… racontent leurs cordes… « why not ABC ? ». Je les ai laissés s’expliquer sur les tonalités pour finir d’installer les rideaux, couper les cordons et visser les crochets. Il revient demain avec sa guitare cette fois. Chantonner sur un violon qu’on ne maîtrise pas c’est pas top quand on veut se mettre en valeur.

07 / 05 / 09 - 07 : 48

Samedi 28 mars 2009

Quel plaisir d’être à ce point intégrée à la communauté : des workshops sur la biodiversité avec Eliala et Semese, aux réunions du Fagogo et leur construction de clinique pour bébés, en passant par les réunions de TuCan, donne du tonus mais aussi bien sûr beaucoup plus de taf que prévu. Pour l’instant, je le fais avec plaisir. Là j’attends Solomona (de la direction de l’environnement), frère d’Eli et fils de Loto et Penni pour un début de formation à la petite caméra… pour qu’il puisse filmer, lui aussi, ce soir pour Earth Hour. Pour moi : patrouilleur, Sarah cherche encore, lui veut faire des sreet shoot-by

Pique-nique à tepuka la veille : là aussi intégration maxi… avec l’ensemble du Kaupule entre autre… Ca me fait toujours chaud de les entendre m’appeler Gilliane même quand je ne les connais pas… et la nuit dernière quand de passage à la radio, pour assurer une dernière série d’annonces sur earth hour le samedi matin, entendre mon prénom dans les news sans savoir de quoi l’apprenti journaliste parlait, ça fait drôle aussi… Je lui demanderai à l’occasion, mais y’avait pas moyen de relire l’enregistrement…

Tataua était passé montrer leur poster en tuvaluan.. Le pauvre a été obligé de le reprendre pour inclure la notion de climat (quand même !) et est revenu avec son paquet vers 22h… Sarah en a déposé une vingtaine ce matin avec pour mission d’expliquer aux gens et non pas seulement de poster.. tout ça pendant que je dormais.. J’ai ouvert les yeux en me disant « s’il est moins de 9h je continue.. » Il était 10h30 !

Comme prévu, je suis retourné voir les travaux du fagogo au réveil. Et quand ils ont coupé pour le déj en m’offrant une assiette, j’ai été obligée de confesser ma grasse mat en disant que je ne méritais pas de partager avec eux qui travaillaient depuis l’aube… Grand plaisir, quand ça me traverse l’esprit (rarement) de me retrouver seule femme et seule palagi dans toutes ces réunions.

Aujourd’hui tous et toutes sont tellement habitués à la caméra qu’ils me parlent à travers elle en regardant direct dans l’objectif… Je leur ai expliqué qu’ils attendent que le rouge soit « on »… Du coup ils recommencent sans problème… quand ils n’ont pas attendu.. C’est vraiment incroyable.

WWF pousse sérieux semese. Ils veulent savoir quand ils auront des images de l’Earthhour… D’abord j’espère qu’il y ’en aura (pour ça faut que Solofa et Risasi allument bien le building du gouvernement et l’hôtel ☺ et que le bateau vienne me chercher)… ensuite juste pour le principe, je suis tentée de dire qu’on pourrait leur envoyer en mai quand Fanny sera là… Peut être que je ferais un effort pour leur fournir avant, avec nos moyens du bord… Avec John, on s’est demandé ce que cette coupure allait provoquer comme changement chez nous : couper internet, nous qui y sommes, en une poignée de jours tellement habitués déjà..

01 / 05 / 09 - 12 : 11

Jeudi 26 mars 2009

Brièvement d’abord la journée pour ne pas l’oublier… faite de petits riens comme on les aime.. de reconnaissance de notre action.


A l’atelier où je ne suis allée filmer que l’après-midi, Semese m’a engueulée de n’être pas venue le matin… « on a beaucoup parlé d’Alofa, les représentants des îles lointaines ont demandé des infos sur le biogaz… » Comment j’aurais pu imaginer que dans un atelier biodiversité où il n’avait même pas parlé de la pollution des cochons, quelqu’un poserait la question du biogaz… Hmm peut être est-ce parce que j’ai demandé hier à quelques participants si cette pollution avait été abordée, qu’ils ont soulevé le problème aujourd’hui…

Cet aprem, juste au moment où je décide de couper ma caméra, après un long tunnel d’explication de tous les organismes à impliquer, Eliala re-cite Alofa. je rallume et puis encore, bien sûr en Tuvaluen… A la fin de la workshop quand je les félicitais de cette cohésion, de ce nouvel investissement que je sentais en général et particulièrement chez un groupe de jeunes femmes (la plupart des adhérentes d’Alofa), Sania a répondu « Voir combien vous vous donnez pour notre pays nous pousse à agir aussi, on est les premiers intéressés et on ne faisait rien.. ». Ce petit bout de reconnaissance m’a particulièrement fait plaisir.

Discussion avec Semese à la fin « ça m’agace, dit-il que ces gens d’institutions régionales arrivent et nous imposent des formats qui ne fonctionnent pas, ils ne s’informent pas avant, ils ne connaissent pas la culture tuvaluenne, c’est pas comme toi ou moi… ».., et rendez vous pris avec lui et Sarah et les représentants des îles lointaines lundi.

Mais avant, vendredi, y’a pique-nique à Tepuka pour clore la workshop. J’avais décidé de ne pas y aller.. mais l’idée d’une virée en patrouilleur m’a fait changer d’avis d’autant que je dois voir le capitaine pour pouvoir filmer du lagon et un peu de haut le Earth hour du lendemain…

Aussitôt après j’avais prévu d’aller filmer quelques minutes les membres du Fagogo tous investis dans la construction de la clinique pour bébés.. Sur le chemin blabla avec Tito et Sarah devant le fusi, à propos du nouveau bouquin sur Tuvalu .. Sont passés la jeune allemande et son mari de sud africain. Les ai présentés et les ai laissés. Impressionnée par la taille de la « petite » clinique… Y’avait pas tout le fagogo et en particulier pas celui qui m’avait parlé du projet le premier.. mais ils étaient déjà pas mal nombreux et l’accueil a été étonnant là aussi.

Le Fagogo est une communauté en soi, composée d’individus aux occupations diverses : y’avait là par exemple, Sam des fisheries que je n’y avais jamais vu…. Avec lui, il aura fallu plusieurs années pour le faire sortir de sa coquille mais je pense que ça y est… We joke a lot… Malo, lui, voulait me parler « quand j’aurais fini de filmer » pour me tenir informée des réunions au sein du gouvernement sur les déchets et d’un projet de biogaz à Funafuti (dont j’avais entendu parler par le secrétaire permanent des Home Affairs), Amosa qui tient à ce qu’on se voit pour monter un club de musique, Karl qui me demande 10 mn d’images pour qu’ils puissent montrer au cours de son prochain voyage à Samoa, « mais pas pour rien, hein.. »… ajoute t’il… Je verrai avec Fanny ce qu’on a avec logo.

Quand j’ai passé à Malo la BD en tuvaluen il a été très touché… Il n’était pas là l’an dernier et ignorait son existence.. Du coup j’ai raconté la dizaine de versions. En fait très peu de gens sont au courant de ce qu’on fait hors Tuvalu, le conseil des ministres et nos proches, mais on ne fait pas de campagne radio sur nos autres actions.. Je ne les avais jamais vus l’air aussi surpris et… fiers. Sam l’a lue tout de suite. J’en apporte une poignée samedi quand je retourne filmer la progression des travaux (ils me l’ont demandé : ils seront encore plus nombreux, tous en tshirt rouge et fo sur la tête). Heureusement qu’il y a un dimanche !

Au retour, une bonne heure plus tard, Sarah et Tito discutaient toujours devant le Fusi. J’allais me mêler à la conversation quand deux autres femmes que je ne connaissais pas m’ont appelée par mon prénom, j’ai fait comme si je les reconnaissais, et demandé comment elles allaient depuis l’an dernier..

Sinon, a priori le modem sera installé demain matin (faut qu’on briefe Elena qui connaît à peine le mot internet au cas où ils arrivent après notre départ) en revanche je doute que le matos biodiesel et gazogene soit dans le cargo qui arrive après demain.. La bonne nouvelle du jour c’est que Gilles arriverait plutôt le 24 Avril que le 17… à peu près en même temps que le cargo du mois prochain…


01 / 05 / 09 - 12 : 09


Mercredi 25 mars 2009

Ce qui m’a frappée alors que je filmais la workshop d’Eliala, c’est l’attitude un peu méprisante des gens du Sprep face à la cohésion, la communion presque qui ressortait de l’équipe autour d’Eliala : Semese, le frère d’Eliala et le petit mignon de la direction de l’environnement, les fisheries, le Kaupule, nos adhérentes, maintenant aussi membres d’Island Care… En une semaine, ils ont le temps d’apprendre à connaître les gens… La participation du public a été incroyable, joyeuse, sérieuse, active.. Super sauf que je ne me vois pas porter la caméra à bout de bras pendant 4 jours de huit heures. En plus pas le temps… J’ai négocié une demi journée par jour… aux moments clés… Par chance, la grippe s’estompe rapidement.

Sem m’a montré brièvement aujourd’hui une partie de son travail d’inventaire. Il m’avait appelée dans un break de la workshop Je suis impressionnée mais c’est vrai qu’il peut se demander ce que Sandrine va apporter (il ne l’a pas dit mais son refus exprimé de lui donner ses données, signifie sans doute ça. Il a déjà intégré, en tout cas dans le peu que j’ai vu, la plupart des paramètres que je lui avais décrit pour notre bouquin : les noms « savants », anglais et tuvaluens, les contes… Et un tas d’autres paramètres dans un excel des familles. Je n’ai pas demandé combien restent à répertorier ni combien de temps encore, mais je suis ravie de voir que ça avance et de réaliser qu’il en a fait « son » livre. Donc on lui montrera le bouquin de l’Unesco sur la biodiversité des îles Salomon, remis par Douglas Nakashima à Fanny à Paris. Et bien sûr quand je le vois plus spécifiquement pour lui parler de ça (ou peut être que ça attendra ton arrivée) je lui traduirai ton compte-rendu.

Kelesoma : l’ancien assistant personnel du Premier Ministre, un de nos adhérents de la première heure, devrait rentrer de NZ un de ces jours. Hier son frère m’a dit n’avoir pas de nouvelle depuis décembre et un responsable de je ne sais quoi mais très sympathique m’a dit que Solofa l’avait informé que Soma attendait une extension de son passeport… Je n’ai pas tout à fait compris mais ce n’était pas l’endroit pour me faire préciser, j’ai préféré lancer mon refrain « si tout les gens éduqués s’en vont, je ne vois pas comment on va s’en sortir. It is sad. » Frères et vieux monsieur m’ont fait la même sortie que Semese : « seuls les courageux, les vrais, resteront. C’est là qu’on est né c’est là qu’on veut mourir.. » Depuis j’ai appris que le gouvernement lui a coupé ses salaires depuis quelques temps. We will see s’il résistera à la tentation d’un futur plus certain ailleurs.

Modem/téléphone : J’attends de le voir et l’entendre marcher pour me réjouir. L’appel à Fidji n’était pas de la meilleure qualité… Et quand je suis passés voir les services techniques après le déjeuner, ils m’ont proposé de passer à 15h…. C’était plutôt une bonne nouvelle, sauf que quand je suis rentrée à 15h30, il n’y avait personne à la maison (rarissime). Je ne saurais donc que demain s’ils ont trouvé porte close ou s’ils ont zappé le rendez-vous qu’ils proposaient…

Mes douceurs du soir sont plus soft qu’overseas. Mes réserves de ferrero, choco noir aux amandes et autrs gourmandises américaines tiennent bien le choc.. Le lait est tellement moins bon qu’en France que ce n’est pas pareil.. En revanche, comme je ne peux pas m’endormir sans une touche sucrée, j’ai terminé deux petites boites des ricola citron.. Commande est faite à Fanny pour une boite ou deux.


01 / 05 / 09 - 12 : 03

Mardi 24 mars 2009

Je réalise que depuis l’arrivée de Sarah, je n’ai plus guère le temps de me remémorer la journée. Les blogs d’à partir de maintenant risquent d’être moins longs mais décousus. A ceux qui suivront jusqu’au bout, nous tirons d’ores et déjà un grand chapeau.

Ce matin, je filmais l’atelier biodiv d’Eliala… mais fallait aussi entre deux bandes trouver une fenêtre pour la banque et le département de l’agriculture pour obtenir le document de quarantaine pour les éventails à plumes qu’emporte Polao à Susie son épouse, pour l’opération de Fanny à Papeete.. Solomona du bureau de l’environnement m’avait dit un jour qu’il aimerait bien que je lui apprenne à filmer… « qu’est ce que tu dirais d’essayer là maintenant, si je te montre les bases ? »… En fait, il n’a pas eu à filmer car je me suis échappée au moment du tea brake… mais il m’a dit « euh, elle est lourde cette caméra… tu dois être habituée ». J’ai montré mes biceps.

Sopac se lance dans un projet de repérage des noix de coco par GPS. Ca les repère, mais ne permet pas de les compter. Mafalu lui fait faire des études à qui mieux mieux, à croire qu’il touche au passage, sinon c’est incompréhensible…

Les difficultés d’acheminement de notre commande de méthanol et les unités biofuels toujours en chemin commencent à m’inquiéter un peu. La grippe m’inquiète moins, parce que ça m’a jamais empêché de bosser, mais heureusement quand même que Sarah a débarqué avec ses médicaments miracles.

Parmi les bonnes nouvelles du jour : Telecom vient d’installer le téléphone… Demain je fonce à l’autre service pour brancher le modem…

Et Polao s’est envolé avec le papier de quarantaine dont l’obtention m’a demandé au moins 10 voyages à l’aéroport… Les mecs n’étaient jamais là..

Toujours pas de petits points verts dans la gouttière qui nous sert de jardin. Demain peut être..

01 / 05 / 09 - 12 : 01

Dimanche 22 mars 2009

Il est 10h30 ce dimanche. Sarah s’est donc levée à ses aurores. « A quelle heure tu veux que je te réveille » m’avait elle demandé en se retirant dans sa chambre hier soir. « Pas ».

Moi donc d’abord à 6h30 comme tous les matins ici puis à 9h30.. plus urbain.. Petit dej et shower pris, nous voilà prêtes à démarrer notre journée ensemble. Elle a réparé son violon et maintenant elle l’accorde après avoir jeté un œil aux graines plantées hier soir à la lampe électrique. J’y reviendrai.

Mais d’abord assurer que je ne perde pas pied dans les réponses que je dois à Fanny en essayant de garder le rythme d’un message par jour.

Et faut que je trouve le temps aujourd’hui de résumer les dernières pêches biodiv. Avant faut aussi que j’extrais quelques photos de la video réalisée pendant la première réunion biodiversité/communauté mise en place par Eliala. Elle démarre demain 3 jours d’atelier avec les représentants de l’UNDP et GEF qu’elle m’a présentée. Et bien sûr, elle m’a invitée mais… demain aussi réunion et déjeuner ambassade de Taiwan et mardi/mercredi réunions Sopac/Tec… Les heures se bousculent… et ça ne fait que commencer. Parmi les demandes diverses, Amosa, l’un des compositeurs du Fagogo, qui accueille le groupe tous les soirs chez lui ou plutôt sous la grande hutte derrière chez lui, m’a demandé si j’aurais du temps pour une réunion avec Albert, un des compositeurs qui ont démarré Fagogo, pour discuter de la création d’un club de musiciens qui réunirait les quelques autres groupes du coin… Je n’ai pas vraiment compris pourquoi moi mais je suis touchée de la confiance.

01 / 05 / 09 - 11 : 59

Hello du vendredi soir, 20 mars

Sarah vient de se coucher : elle se lève à 4h pour aller pêcher avec Nala dans le lagon devant la résidence… J’ai dit que je prendrai la ligne au coucher du soleil puisque c’est l’autre bonne condition de pêche.

Petites nuits, longues journées depuis son arrivée hier. Matinée à Amatuku où on a attendu plus qu’on n’a fait.. Mais on a une autre piste, et pas des moindres, pour expliquer l’absence de gaz depuis quelques mois : en fouillant un peu sur la méthode d’utilisation et surtout de remplissage du digesteur, elle a compris qu’Utala n’alimentait le digesteur qu’une ou deux fois par mois au lieu de 2 à 3 fois par semaine… depuis qu’on a mis un système de blocage des eaux de pluies l’an dernier ET surtout depuis la visite de Sopac en Octobre qui les a tellement déstabilisés (tout le monde y allait de son conseil, souvent contradictoire avec la formation de Sikeli – comme boucher le tuyau qui alimente le digesteur pour que le gaz ne s’échappe pas !) qu’Utala semble avoir compris l’inverse de ce qu’ils avaient préconisé : poursuivre l’alimentation… D’après Sarah, dans la mesure où il laisse la merde et l’eau plusieurs semaines dans le bassin « provisoire », le gaz se forme là et ce qui s’introduit dans le digesteur n’est plus qu’un sous produit, le slury. Utala part un mois en vacances, Lee le responsable administratif s’est proposé pour prendre la relève et est allé s’acheter une paire de bottes cet après-midi… tandis que je prenais toutes les brosses dures de chez Jacks pour la porcherie.. Croisons encore une fois les doigts, peut être que cette rectification permettra d’éviter la vidange et d’avoir à re-sceller. Si ce n’est pas ça, il ne reste plus que le pire diagnostic : infiltration d’eau salée…

Au retour Elena était occupée à l’ombre du jardin à fabriquer son premier collier… Un de ceux que Polao emportera pour que Susie les emportent à Tahiti.

Déjeuner rapide à l’hôtel, rencontré Eliala, Saini et Sania… 2 adhérentes et une pote, Eliala, qui veut devenir membre et pourra nous représenter, en notre absence, en alternance avec Fong, aux réunions diverses … TuCAN et autres.

Payer, en 3 étapes, (caissier du gouvernement, puis caissier telecom puis repasser par la case départ pour donner le reçu aux services techniques) la facture telecom pour l’abonnement adsl alors que nous n’avons toujours pas le téléphone.. mais ça ne saurait tarder…

En achetant les brosses, rencontré Loia qui travaille depuis au moins 18 mois sur un des plans Eau et espère bien pouvoir mettre en place le digesteur à déchets humains. Au sortir de la boutique, arrêtée par Minute (ex-mission à l’Onu) et son épouse de retour de leur île Nanumanga… Parlé de solaire… Faut que j’arrête d’estomper les enthousiasmes sur le solaire..

Arrêté ensuite par Kalisi.. « Tu vas où ? » « A la maison et je repars faire mes mails ».. « Sarah est où » « J’sais pas très bien » « Je peux passer vous voir ? » « oui bien sûr Sarah sera sans doute là au coucher du soleil.. » Il n’est pas venu au coucher du soleil ou n’a pas osé entrer. Nous étions sur la terrasse. Elena n’était pas là, mais son fils dormait en bas..

En repartant de chez Alpha où les ordi faisaient des leurs bizarres.. surprise incroyable, 2 flics ou plutôt 1 flic et une fliquette arrêtaient bikes and cars.. La fliquette m’a demandé à qui appartenait la mob « à Grace et Leota » …. Avec un sourire : « dites leurs qu’il faut mettre une plaque devant »… A 50 metres, à l’embranchement de notre chemin, 2 autres. J’ai poursuivi ma route directement chez Grace où ils ont mis la plaque (un bout de foam cracra).

Tenté de négocier une bike plus grosse… Sarah ne se sent pas en sécurité sur celle-ci, du coup pour aller chez Nala, dans l’après midi, elle a pris la bicyclette, qui ne lui convient guère plus…

Devant chez Sulani, des paquetages de biscuit en genre alu, belles, grandes boîtes, (dans lesquelles on pourrait planter un citronnier) nous en avons pris 2 et espérons bien en trouver d’autres.. Demain nous mettons le jardin suspendu sur pied.

Ce soir écouté avec Sarah, Osez Joséphine en lui parlant d’Alain B.

Plein de trous dans l’histoire du jour mais c’est mieux qu’hier et avant-hier où j’ai surtout listé pour ne pas oublier.. Je commence à prendre du retard et je ne vois pas comment ça peut s’arranger puisque maintenant le soir nous discutons biogas, survey todi, replantation pour biofuel, solar ovens demo et de plein d’autres choses plus personnelles.


01 / 05 / 09 - 11 : 57

Tuvalu Earth Hour 2009 : The only country where the power was cut from the source !

Tuvalu, the tiniest nation on earth and the most vulnerable to Climate Change, was the only country, on March 28 2009th, to take into account Earth Hour, nationally, by powering down the whole country. Saving 284 kg Co2 on the main island.

In 2009, following up on last year’s first shot at Earth Hour, the Tuvalu Climate Action Network (TUCAN) chose to have the activity pass cabinet and to make Earth Hour a national event : the power was cut from the Tuvalu Electricity Corporation on the 9 islands of the archipelago.

This year only one preparation meeting was necessary to coordinate the event. Members of TUCAN, the organization coordinating Earth Hour in Tuvalu. One week before the planned members met : Semese Alefaio (TANGO, a marine life specialist, acting in the absence of President Tafaue Lusama defending the cause abroad), Tataua Pese (Red Cross), Hilia Vavae (Met Office), Gilliane Le Gallic (Alofa Tuvalu), It is to be noted that all are founding members of the Alofa Tuvalu NGO. Solomona Metia represented the Environment Office.

Was decided to reproduce last year strategy by updating the paper to be presented to Cabinet meeting 2 days prior to the event. It was also decided to communicate to the population prior to the event and internationally after it took place with a press release and a video to be posted .

A few days before March 28th, Semese organized radio interviews and announcements, while Tataua was translating the e-poster received by the international coordinators (who had failed to drop some printed documents at the high commission in Suva). For the video, Gilliane was to film the coast and government building from the Australian Navy patrol boat in Funafuti Lagoon. Solomona to shoot drive by sequences along the 13rd km of tar sealed road on the Fongafale atoll. Sarah Hemstock (Alofa Tuvalu’s biomass scientist) and Melton Tauetia (Climate Change officer and Alofa Tuvalu’s general secretary) who arrived the day before, offered to to be at Tuvalu Electricity Cooporation, and at the south end of the island.

A survey the Friday before the planned Earth Hour Day revealed that if the GoT building was not lit prior to the cut, there would not be anything to see. Stepping out of the boat, Solofa Uota, Secretary of Government, was reached to get the authorization to turn on the bulding’s lights 5 mins before the cut. Solofa immediately offered to come himself to make sure it would be done. Agreement was made with the Patrol boat captain too.

Friday night, Tataua printed his draft of poster for submitting to Semese, Sarah and Gilliane. Few small changes and Tataua rush to print them and pass them around to Semese, Solomona and Sarah for them to go around Saturday morning to post them in public places with explanations as to why the event was taking place and its relevance to Tuvalu.

On Saturday night everyone was getting ready and kind of met by chance at the hotel, at around 7.30. Sarah went to check at TEC how she could get in to film and realized there was no one there and no one knew that the electricity had to be shut down. On her way back she met Tataua who had had the same info and was looking for Solofa to resolve this issue as clearly TEC had not been warned by GoT. Solofa made himself immediately available and went, with Tataua, to inform Mafalu who gathered his team in less than 15 mins. At the said hour, the power was cut. Only in Tuvalu can this happen ! And only in Tuvalu did Earth Hour lasted 90 mins !

People dealt with the lack of electricity in a variety of ways : candles mostly but also torch lights and vehicles lights and everyone we had a chance to interview were quite pleased about participating in the event and not bothered about the inconvenience.

In the rush, though, the hospital was turned off too for something like 1/2h. Power was turned back on, luckily without incident.

Apart from making sure this does not happen anymore, another obvious lesson learned is to make sure more than once that TEC is informed. Among other abnormalities pointed out by Tataua and seen on video, one store, JY , seemed to have done « business as usual » and run generators.

Thanks all the Tuvaluans who took up the challenge to make of the tiniest nation on earth,
the most threatened by Climate Change, the only state to cut its power from the source : the Electricity provider ! And to save around 300 kg of Co2 nationally.

In Tuvalu, in many aspects of life, things can happen faster than anywhere else in the world. In Tuvalu time has another value and in Tuvalu, the video edited for immediate release is awaiting being screened by the Tucan members who did participate before being released.

A short press release extracted from this report will be sent to international media.

A video was edited by Alofa Tuvalu for TUCAN from segments shot by : Melton Taueia, Patsi & Solomona Metia, Sarah Hemstock, Gilliane Le Gallic. All rights are reserved and copyright belong to ©ALOFATUVALU/TUCAN 2009. The video will be posted on Youtube and forwarded to the organizers of Earth Hour, WWF.

We take the opportunity of this to allow ourselves to correct WWF’s mistake in reporting the event : locating Tuvalu in Fiji and calling Tuvalu’s capital “Suva” !!!!! TUVALU and FIJI are 2 different sovereign nations. Suva is Fiji’s capital while TUVALU’s capital is FUNAFUTI.

14 / 04 / 09 - 18 : 00

Le Jeudi 19 a démarré sur les chapeaux de roue...

... pour récupérer mes emails et expédier ceux du jour… avant de jouer les « looking desesperatly for Temu » dans l’immeuble du gouvernement… A 10h, 10h30, 11h, j’ai pointé mon nez au bureau de l’éducation. Elle pas. Je l’ai croisée dans les couloirs alors que je courais à la banque pour sortir un peu de liquide pour Sarah. Nous sommes remontées à son bureau et je lui ai expliqué que ces documents n’étaient pas adaptés en tant que tels pour les enfants et que si son événement n’avait pas lieu dans la journée, il serait sans doute mieux si Sarah et/ou moi étions présents pour les expliquer… J’ai parlé de Small is Beautiful, du chapiteau à Tahiti et ça l’a bien tenté. Comme tous les autres tuvaluens, elle a emporté chez elle le dvd Trouble. Elle a refusé celui de Gore… Elle devait me le rendre le lendemain… Rencontré dimanche, elle s’est arrêtée pour saluer Sarah et nous recontacte quand elle met en place son opération. Le film ? Pas eu le temps de le voir encore.. Soon.

A l’aéroport, passé des colliers au cou des Danish guys. Eux m’ont donné une bouteille de vin qu’ils avaient apportée avec eux. Félicité Tavau pour son nouvel haircut… A raz.. Goodbye à John. Et Sarah est sortie.. On a vite déposé ses valises dans le coffre de Tala qui était au rendez vous fixé la veille et en courant, elle et les 2 danois sont allés s’asseoir au Filamona pour une interview, convenue à l’avance. Puis, enfin, elle a pu vider ses valises de la caisse à outils, caisses de pharmacie, matériel de pêche et autres cadeaux.

Moi je suis allée montrer aux telecom que, oui, enfin, nous avions un modem et payer notre abonnement bien que nous n’ayons toujours pas de ligne téléphonique. Récupéré au passage le son de l’interview réalisée par TMC, et à l’hôtel, deux employés ont sauté dans leur camion pour récupérer la grosse branche que je convoitais depuis un moment. Ils l’ont déposée à la maison et moi je me suis installée pour lire les mails enregistrés le matin.

Tentative de déposer les infos sur le marché du Nonu à Fiji au secrétaire général de l’eglise et son accolyte, un membre du parlement, qui tentent d’en monter un commerce. Personne. Enfin si, mais pas eux. Je repasserai.

Et la soirée s’est terminée sur un blabla de plusieurs heures après une soupe de lentille (dal) avec Sarah. Depuis mon départ nous n’avions pas communiqué sauf pour lurgence méthanol qu’elle devait transporter. Une mise à jour des petites histoires de Tuvalu indispensable.
Et exceptionnellement pas de session internet ce soir là.



13 / 04 / 09 - 09 : 56

Mercredi 18 mars 2009

Bientôt un mois que j’ai repris ma vie tuvaluenne et toujours un mois de décalage dans le postage des blogs. Ce n’est pas que je n’ai pas fourni au quotidien, c’est juste que ni Fanny ni moi n’avons le temps de relire pour élaguer mes notes toujours trop longues. Je ne sais donc pas quand ces pages seront postées… Pour moi elles sont des pages rattrapées sur une chronologie au quotidien de plus en plus difficile à tenir, depuis que Sarah est arrivée. J’avais posé des mots clefs pour éviter l’oubli inévitable après une semaine.. Déjà en fin de journée je ne sais plus ce que j’ai fait ni qui j’ai vu alors si je n’avais pas jeté ces mots clefs je serais aujourd’hui totalement paumée..

C’est sans doute parce que je commençais à culpabiliser d’avoir envoyé un peu promener Sandrine sur la recherche des documents qui lui manquent pour boucler l’étape 1 du Tuvalu Marine Life (étape 1 si on fait abstraction des 3 ans passés à développer le projet biodiversité) que ce mercredi 18 Mars j’ai eu l’impulsion soudaine d’y consacrer ma matinée en essayant « to kill 2 birds with one stone » à chaque étape.

Premier stop : la « UPS library » om je devais déposer la BD en tuvaluen et en Anglais et aussi bien sûr voir s’ils disposaient de documentation sur les poissons … Au moins un objectif atteint : le dépôt des BD. La fille semblait un peu déçue. Sa demande d’il y a quelques semaines portait en fait plutôt sur le film mails 1-Elle avait mal exprimé et 2-On a distribué assez de films à Tuvalu, ils ont fait assez de copies pour les marins, leur famille un peu partout dans le pacifique pour que nous distributions avec discernement désormais. Car quand il s’agit du film, il est évident que la copie se retrouve à la maison et n’appartient plus aux archives. C’est ce que j’ai pu remarquer, un peu plus tard, aux Archives Nationales où nous avions remis, pour archivage plusieurs copies du film et des extraits presse qui allaient avec.. Pas de copie, nulle part.. J’allais dire que les documents sur les fisheries étaient « répertoriée » mais à Tuvalu , le mot à mon avis n’existe pas. Il y a eu sans doute de la part d’un palagi de passage, tentative d’organiser les bouquins et rapports divers. Dans la catégorie « fish » un dossier d’archives presque plein et quelques dossiers qui traînaient autour, posés là comme par hasard. Une quinzaine de rapports et autres survey, principalement sur la pêche, dont 3, bien différents et émanant de 3 organismes différents de la région, portaient le même numéro d’archivage, tandis que d’autres volumes n’étaient pas numérotés…

Sur le chemin des fisheries, vu Leota pour prévenir de notre voyage à Amatuku prévu le vendredi.

Comme d’habitude, près du port, en remodelage par une équipe de japonais, j’ai eu du mal à trouver le bon bâtiment. Dans un bureau, une jeune femme et 2 mecs, dont les visages ne me disaient rien. Ce n’était pas ma copine Frida, une bénévole de la Croix Rouge, partie, comme une bonne douzaine d’autres, étudier overseas. Dans son cas, c’est à Fidji, mais ils sont nombreux à parachever leurs études en Australie et en Nouvelle Zélande aussi… C’est peut être ce qui fait penser à quelques journalistes qui ne vérifient pas plus loin que la première information reçue que la communauté de New Zealand compte 4 à 5000 personnes !!! Alors qu’ils sont moins de la moitié.

Au retour, un saut à la coopérative où j’espérais qu’ils me livreraient mes 2 vieux futs coupés en deux pour notre potager, mais, s’ils avaient les futs (vendus 1 dollar) ils n’avaient plus de gaz pour alimenter la machine qui pourrait les découper… Au prochain cargo..

Un petit coucou à Father camillo, pour vérifier l’état de sa main, toujours très gonflée après l’attaque des sucettes à la noix de coco… J’ai dû l’expliquer déjà mais en deux mots : il est victime d’une allergie à la noix de coco depuis 31 ans et a réussi à ne s’alimenter d’aucun produit à base de noix de coco (un exploit à Tuvalu) mais n’a pas eu cette vigilance pour prendre dans sa main ces sucettes. Cette seule action a déclenché une crise qui dure depuis bientôt 3 mois ! Il avait réussi cependant à dactylographier la 2e lettre en Français qu’il lui fallait écrire. Je ne sais pas trop quoi faire pour lui. Et bien sur ce ne sont pas les antibiotiques que les toubibs d’ici donnent à tout bout de champ qui ont aidé… Sarah va demander à un de ses potes toubibs.

Visite désormais quotidienne à Sue et Semu, to sort out an optional way to bring freight in Tuvalu than DHL. Silia leur fille se mettait sur le coup et allait nous trouver une compagnie avec laquelle travaille le transitaire à Fidji… La mob électrique et les fours solaires devraient être emballés en fin de semaine… par bonheur, là aussi, petit délai de la part de Zane (le distributeur de moto et scooters électriques.

Déjeuner sur le pouce mitonné par john. Et j’étais la première, avec Semese, à la réunion prévue par TuCan, le Rac Tuvaluen, pour le Earth Hour. Eu le temps de tailler une bavette avec Utala puis Lee et le Captain de TMTI qui passaient par là. Puis sont arrivés Tataua (red cross),Solomona (department de l’environnement) et Hilia rencontrée la veille.

Petite virée chez Nala pour récupérer les rideaux ourlés par sa copine puisque sa machine à elle ne marchait plus… Sur le chemin du retour, vérifié chez TMC quel était exactement le problème qui les empêchait désormais de poster des infos sur tuvalunews.tv. Le site avait été mis à disposition par Tuvalu Overview qui s’est agacé de la fréquence plus qu’aléatoire des infos et a prétexté le coût occasionné par cette page pour l’arrêter. Depuis, les media attendent patiemment que le service informatique du gouvernement leur crée un site.. Ca fait presqu’un an. J’ai proposé d’ouvrir une page blog sur notre site. J’espère que c’est possible… Mais y’a de toute évidence pas d’urgence..

Pause à la coopérative, Fusi, pour une poignée de victuailles pour l’arrivée de Sarah le lendemain. Croisé James chargé des demandes de fond UE et donc de EDF 10 sur les déchets dont le plan et celui de Taiwan n’arrivent pas à s’intégrer. L’un a une vision mais peu pensée, l’autre un programme pensé mais a l’envers… sans aucun début d’apprentissage du tri sélectif. Ils avaient eu une réunion et UE estimait que le programme des taiwanais allait se planter et que UE prendrait la suite.. ou plutôt réduirait le plan taiwanais à la seule récolte de déchets organiques (ce qu’ils font déjà non officiellement avec le waste management chargé du ramassage).

Just’en face, devant la maison où habitait notre amie Teu avant d’être nommée au Kaupule de son île, Nanumea, j’ai abordée une femme dont le visage me disait quelque chose : « vous êtes la sœur de Teu »… « Non, je suis Lorraine »… Un peu confuse , je l’ai alors reconnue. A ma décharge nous ne nous étions rencontrées qu’une fois, aux funérailles de son mari, Filipo, en 2007. Je lui avais promis alors une copie de son mari s’éclatant au Fagogo. Il adorait chanter et s’en sortait bien. Mais aussi une copie de la video mise bout à bout en gros blocs par Fanny la même année.

De retour à la maison, la surprise de la soirée fut Temu, la directrice d’école, à la recherche de posters et documentation sur le climat et les énergies.. Pour les enfants. A part la BD sur laquelle ils ont déjà travaillé, je n’avais pas grand chose et certainement pas des posters mais j’ai promis de voir ce que je pouvais lui trouver… « Tu en as besoin quand ? » « Demain matin »… Ca m’a bouffé un bout de la soirée mais j’étais prête, le lendemain, entre 10 et 11h, comme elle me l’avait demandé au bureau du ministère de l’éducation. 2 DVD, Trouble et Gore, des photos de nos trucs de biomasse ici, le power point de Gilles… et quelques autres documents.

Apéro sympathique avec John and Kat(y, la prof marrante mariée à un tuvaluen, puis dîner assez beurk avec John qui prenait l’avion le lendemain pour un mois. Je voulais le sortir de chez lui et a priori, le restaurant chinois, réouvert depuis une semaine, est le meilleur du coin… Ce ne fut pas le cas ce soir là mais ça nous a bien amusés. Il avait comme à son habitude apporté bouteille de rouge et verres à pied. Il a d’ailleurs transformé 2 bouteilles plus bellles que bonnes bues ces derniers jours en carafes « aqua alofa » avec son eau purifiée.



13 / 04 / 09 - 09 : 54

Mardi 17 Mars 16h30

De retour à la maison pour rédiger plus de mails encore… et revoir le rapport réalisé par Fanny pour la finalisation de notre convention avec le Conseil Régional d’IdF. Je n’ai pas osé imprimer ces 16 pages chez Alpha… C’est pourtant la méthode que je préfère pour lire et corriger quoi que ce soit de plus long qu’une page. J’aurais dû mais je ne peux pas m’empêcher de culpabiliser de profiter autant de l’hospitalité de John, Eti et Sina…

Hier matin encore… Enfin… il était plus proche de midi que du petit déjeuner que j’avais pris assez tardivement, sur la terrasse, comme d’hab.

Quand je suis arrivée ma pile de mails à envoyer sur ma clé, John préparait des œufs au bacon pour Eti et lui. Bien sûr ils m’ont conviée et… bien sûr, j’ai accepté avec plaisir. Il y avait longtemps que je n’avais pas dégusté de vrai bacon cuisiné par un connaisseur !

A 14h pétantes, j’ai commencé mon tour des bureaux, jusqu’à 18h et pour la plupart de mes visites, ce fut à refaire aujourd’hui, pour une raison ou une autre :

Telecom dont l’un des deux techniciens n’avait pas remis à l’autre le numéro que j’avais laissé vendredi… Normal.. On n’a perdu que 3 jours encore… La bonne nouvelle d’aujourd’hui, alors que j’allais relancer notre fournisseur de modem à Fiji, John m’a appris que David, (son second à Fiji qui a, entre autres responsabilités, la signature sur notre compte) avait récupéré les modems et les déposaient à l’hotel où Sarah va se poser (le seul souci c’est que personne à l’hotel n’est au courant de son arrivée.. pas grave, ils nous connaissent tous et en particulier John qui a vécu dans cet hotel plus d’un an)… A Telecom je retourne jeudi après midi, notre modem en main…

Ressources humaines pour voir où ils en étaient de la sélection des candidatures au poste de responsable video des affairs sociales du ministère des Home Affairs qu’ils devaient faire il y a 15 jours… et reportée à une dizaine de jours. Je pense que je serai du comité de sélection et ils sont demandeurs d’un peu de training.

Solomai, Sue & Semu, un des rares importateurs locaux pour vérifier s’ils avaient un nom de compagnie, de bateau qui fait le trajet US/Suva pour que Chris puisse y déposer notre caisse avec la moto et les fours solaires…. Pas encore. Ils ne m’ont toujours pas donné de noms mais demandé les dimensions et le port d’embarquement… ce que j’ai été en mesure de leur confirmer aujourd’hui (en deux voyages, le premier pour donner les dimensions à Sue, le second après avoir reçu la réponse de Chris, au mari pour confirmer que San Pedro ou Long Beach étaient les ports d’embarquement les plus proches… Je me demande quand tout ça va arriver. Avant mon départ en Juin, j’espère…

Grace et Leota : comme ailleurs je n’en ai vu qu’un a la fois. Merci à Grace pour le prêt « forfait séjour » de sa bike.. et je voulais prévenir Leota (chef ingénieur à Amatuku) que Sarah et moi nous rendrions à Amatuku vendredi… Il ne reprend son taf que la semaine prochaine mais tient à participer avec nous à toutes les étapes. Leurs mécanos en ont profité pour redresser un peu la mob qui était tombée deux fois… mais pas assez solidement pour que le clignotant ne repende pas lamentablement le long de la mob après 10 mètres.. Repassée ce mardi. Là, y’avait personne..

Pula, directrice des associations de femmes, ex première dame, avec laquelle la relation n’était pas des plus cordiale depuis qu’elle n’était plus la première… et surtout depuis notre émission de radio où Nala, la nouvelle première dame, expliquait qu’en coupant la climat de la chambre de sa résidence, elle avait économisé un paquet de dollars par mois… Je l’avais croisée à plusieurs reprises, demandant à ce qu’on se voit et elle semblait plus amène.

Rendez vous fut donc pris pour ce matin… Le sujet principal du rendez vous : lui parler de l’idée de laverie de couches que je pensais pas développer à ce voyage mais les circonstances s’y prêtant, battons le fer tant qu’il est chaud… Elle est enthousiaste sur l’idée (autant qu’elle peut le montrer)… sur les fours solaires (dont l’association de femmes n’avaient pas entendu parler de la démonstration Sopac, c’est dire de l’utilité de ce dernier atelier…) En fin de conversation, je lui ai expliqué qu’il était important dans un si petit pays que tout le monde travaille avec tout le monde… Nala avec elle… « Elle ne m’aime pas… Elle ne me regarde même pas quand elle me voit » « Tu sais Pula, fin 2006, tu étais tellement déçue de n’être plus sur le trône que ça se voyait, tu avais l’air en colère, et je me suis demandée si tu ne m’en voulais pas de quelque chose… Aujourd’hui tu as l’air mieux… » « Oui, je m’en fiche maintenant de ce que les gens peuvent dire ou penser.. tout le monde dit du mal de tout le monde à Tuvalu.. » « C’est partout pareil, Pula, l’humain est humain… Super de ne plus s’en faire… » Elle a amené le sujet radio… « oui ce truc, je ne sais pas si tu l’interviewais… mais elle disait du mal de nous… « « pas du tout, rien n’était dirigé contre toi… Tu avais tout à fait le droit d’utiliser l’aircon… Nala avait aussi le droit de ne pas l’utiliser.. L’important c’est qu’aujourd’hui tu sois plus zen et qu’on essaie de tous travailler ensemble… »… Nouveau rendez vous vendredi next week, au retour de Monika (qui m’oblige a aller un peu vite sur ce projet en proposant de se mettre immédiatement sur une demande de fonds) au snack bar des femmes.

Parmi les mails d’hier : une convocation à une réunion de TuCan demain, expédié par un Semese qui, après ses airs de fuite que je comprends maintenant, s’emballe à nouveau pour Alofa. Ce matin, il me voyait à toutes les réunions qu’il organise jusqu’à mon départ… et rêve déjà de tout ce qu’on pourra faire.. Je suis même invitée à un week end de 4 jours pour Pâques à Funafala, un îlot occupé par une poignée de familles, où nous avions passé une nuit avec la Croix Rouge l’an dernier, Quand je lui ai demandé d’envoyer le rapport poisson (toujours pas terminé…., là où il en était) à Sandrine*, il m’a répondu « Je te l’enverrai à toi ».. « Et pourquoi pas à Sandrine ? « « je n’aime pas les scientifiques »… « C’est une chouette fille tu sais » il a souri… Et alors que je me fais toujours une petite parano quant à l’estime dans laquelle me porte la responsable de Tango, quand j’ai demandé « est ce que je suis bienvenu cette année dans les bureaux de Tango… » « bien sûr, viens quand tu veux et si tu veux louer des bureaux dans le nouveau building, ce sera avec plaisir.. ». Donc j’irai, de toute façon, en toute honnêteté je leur dois une visite et une réunion pour confirmer nos dires (confirmés par email quand même) de l’an dernier sur leur étude et leur rapport pour le bouquin. Quand j’ai voulu mettre tout au clair par email, Taukiei m’avait répondu on voit ça quand tu viens.. J’ai aussi réalisé que pour beaucoup de gens (y compris les palagis comme la femme de l’ingénieur environnemental) que nous n’avons prévenu personne sauf les amis proches des reports, cette année comme la précédente, de mon arrivée. Semese lui m’avait relancé vers septembre sans mentionner bien sûr que j’avais promis de revenir dans ces eaux-là pour lui porter les quelques photos prises ce jour volé où l’avion en panne avait décidé de m’octroyer une journée de rab. J’ai envoyé quelques photos plusieurs semaines plus tard… en m’excusant et en espérant que c’était toujours d’actualité… Pas de réponse. Bien sûr, j’ai lancé le sujet avant de clore la conversation du jour : « t’as bien reçu les photos, tu les as utilisées » « oui, merci » « euh, tu pouvais pas me prévenir.. dire merci alors.. » en me marrant et lui proposant un « hi5 ». Mais ce qui me semble le plus important de tout c’est qu’il est revenu à Tuvalu parce qu’il ne veut pas migrer en NZ comme toute sa famille qu’il avait rejointe aux Iles Marshall s’apprête à le faire. « Ne resteront que les plus forts ».

*Ce que Semese détient, c’est la base de notre projet Biodiv puisque celui ci a été écrit avec lui, pour eux… Si Sandrine ne l’obtient pas dans les semaines qui viennent, elle ne pourra pas au prochain voyage prévu début mai, faire sa « restitution » aux communautés comme prévu..

Quoi encore hier et aujourd’hui ?

Ah oui : Monise , le directeur général de TCS, la coopérative, principal importateur… pour lui déposer le parfum qu’il m’avait demandé de leur rapporter, Terre d’Hermès.. Je lui ai raconté notre visite à la boutique Hermès, rue St Honoré.. Je lui ai demandé des barils..découpés. Ils en ont des entiers, tout rouillés, mais après j’en fais quoi… Faut que j’y retourne..

Avant et après Monise, transport de seau de terre tamisé du jardin de Patipati qu’il m’a fait tellement plaisir de revoir… fait des graines Kokopeli et Ferme Ste Marthe…. A notre péninsule totalement dépourvue de ce qu’on peut appeler terre… au mieux une fine poussière sableuse, balayée donc consciencieusement, religieusement tous les matins… Le premier voyage fut un peu scrablleux, le seau déséquilibrait la mob et je faisais peine même aux enfants qui me voyaient passer « ca va ? »… Encore quelques seaux empruntés (avec sa permission) dans le jardin d’Eti et tout sera fin prêt pour que Sarah et moi préparions nos plantations… Me reste à trouver aussi des vieux containers plastiques du diamètre des gouttières pour éviter à la terre de s’écouler à la moindre pluie.

TMC pour demander enregistrement itw+postage sur tuvalu ;news.. comme d’hab rien obtenu sur le coup… en revanche, merci à la productrice Tiani que j’aime beaucoup… j’ai retrouvé mon cahier de notes, perdu y’a plus de 15 jours, j’étais tellement sûre que c’était paumé à Amatuku que j’en avais fait mon deuil. Bien sûr je n’ai pas pu le récupérer immédiatement car les garçons avaient vidé 2 bureaux pour la party du soir organisée par une équipe de japonais venue pour refaire les locaux et la tour d’émission de TMC.. Comme j’y étais invitée, ce n’était donc que partie remise pour remettre mon notebook dans mon sac… Le chef de l’équipe japonaise parlait un peu français, sympathique mais dur à la négociation m’ont dit les filles de TMC qui tenaient à ce qu’ils reviennent à leur proposition d’origine, faire un bâtiment à un étage… alors qu’ils proposent maintenant de garder la même surface de locaux… ce qui est un peu idiot… Finances.. Finances répondaient-ils à la réunion… J’y suis allée de mon « et si vous pouvez pensez à un panneau solaire ou 2 » « je n’ai rien entendu », a plaisanté le responsable…

John m’ayant dit qu’il cherchait l’équipe néozélandaise de toubibs des yeux pour voir si c’étaient les mêmes que l’an dernier.. je suis passée voir à l’hôtel. Au bar, Eti et un autre tuvaluen dont j’ai oublié nom et fonction, l’australien du département des finances qui vient régulièrement et un jeune homme, un très beau garçon je dois dire, qui m’interpelle : « you must be Gilliane le Gallic » avec un accent parfait… « euh.. oui.. » « Tony Kortegast – un pote qui avait fait l’étude sur les déchets – qui travaille dans la même boite que moi m’a dit de voir si vous étiez sur l’île.. » « ah sympa, vous vous occupez des déchets… vous êtes dans l’équipe UE ? » « Non, je suis ingénieur geo ».

Le couple de mariés… allemands. Venus à Tuvalu pour se marier. Je me suis présentée car je savais qu’ils repartaient le lendemain…. « I’m Gilliane » « you are the one with the film Trouble in Paradise. How can we see it ? » « There’s 15mm streaming somewhere on the web » Je ne dis plus que j’ai une copie surtout à la veille d’un départ, faut aller la chercher, la récupérer… tout ça c’est du temps… que je n’ai vraiment pas. Risasi m’a dit aujourd’hui qu’elle avait essayé de me joindre pour que je sois présente à la petite cérémonie que l’hôtel avait préparée pour eux… J’aurais bien aimé mais bon, je ne peux pas être partout non plus..

Le visiteur du soir : J’aurais aimé me filmer à l’affût, les coudes sur le comptoir de la cuisine, attendant que le rat caché dans le four et sans doute auteur de la plupart des bruits des dernières semaines et surtout de la dernière, veuille bien montrer sa tronche… Y’avait pas de doute, c’était bien un rat : en rentrant hier fin d’aprèm (avant de repartir pour TMC), j’avais juste vu la queue rentrer dans la cuisine…. Ce rat aime l’eau… Il n’y a rien à manger et le dernier sachet de mort à rat n’a pas été ouvert depuis une bonne semaine… Je m’étais donc dit que j’étais venue à bout de l’invasion… Sauf que tous les jours je découvrais ici une petite crotte, là un truc qui était tombé, principalement dans la salle de bain.. Et je n’oublierai jamais surtout ma frayeur de la nuit où entrant dans la salle d’eau, un animal m’a couru sur le pied… Je m’étais fait la réflexion que c’était plutôt doux, je n’avais pas senti de griffes… ca semblait aussi plutôt léger…au point que je me demandais si ce n’était pas un gecko. Hier soir, avec un peu de patience j’ai compris : c’est un petit rat, plutôt mignon à peine plus gros que deux petites souris mises bout à bout… Je lui ai fait peur de temps en temps, en remuant la cuisinière, ou en tapant dans les portes de placards mais sauf à être prête à une vraie chasse, en ouvrant la porte pour qu’il puisse trouver une sortie facile, à 1h du mat, ce n’était plus le moment. J’ai juste prié que, vue sa taille, il ne puisse pas passer sous la porte de ma chambre..

Parmi les autres rencontres du mardi : Pusileni que j’avais prévu de voir hier puisqu’il avait dit qu’il organiserait une réunion pour parler des bateaux à vent. « I owe you an apology… I have not organized it… What about Friday.. » « But Friday John is gone, you know he is a captain, I’m not… » « It is just to introduce our guys to the technology not to enter into details.. » « OK, I’ll come…euh maybe not… I ought to go to Amatuku »… On verra avec Sarah : peut être réunion voile le matin et amatuku l’après midi.

Et le gardien de PWD qui me laisse passer sans m’interroger et repartir avec du matos sans problème. Les ouvriers que je remerciaient d’avoir livré les gouttières. Non, ils n’ont pas de « fitting » pour ces gouttières.. En jetant un œil, j’ai vu des cercles en je ne sais quelle matière qui pourraient servir… Je n’ai pu en attraper que 3 sur les 5 en vue. Et passer de l’autre côté est une aventure, un piège à rats où je ne mettrai plus les pieds après les avoir vus courir (les rats) à chaque fois que je me suis rendue sur le site de PWD, les premières années. C’est le seul endroit où j’en voyais, avec la décharge..

A 11h30, une bonne douzaine de japonais est descendus de l’avion tandis que la vingtaine de scientifiques du même pays arrivés jeudi dernier à la recherche de la créature qui produit le sable de Funafuti y remontaient pour remplir les ¾ de l’avion… Même chassé croisé de palagis : il en descendu plus qu’il n’en est monté… Et Seulement 2 tuvaluens ont pu embarquer à Suva ce jour là… Je n’ai pas fait attention à combien de tuvaluens ont pu partir… mais sans doute pas plus de 2. Parmi les Palagis qui repartaient, le sympathique néozélandais, le newly married couple et une paire d’autres que j’ai pas eu l’occasion de croiser, qui dormaient au Filamona..

Premier sashimi du séjour : délicieux…, après 3 semaines quand même alors que j’ai vu des poissons s’échanger dans les rues presque tous les jours, dont, samedi, sur un étal 3 yellow fins de plus d’un mètre… Les pêcheurs étaient passés prévenir patipati cheffe de la cuisine quand elle me montrait son jardin. Elle leur avait dit d’en déposer deux à l’hôtel… Ca devait donc être l’un d’entre eux…) Nous avons savouré chaque petits bouts, John et moi, sur la terrasse de l’hôtel où déjeunaient aussi, de curry chicken, 2 paires de palagis débarquées du jour..

Parmi les 36 mails reçus et expédiés aujourd’hui : un Nième collectionneur de cartes postales timbrées… Il décrit sa collection et en PS insiste : il est à la recherche de cette carte depuis longtemps, ajoutant « je me demande ce que je peux faire de plus » . J’ai failli répondre sur le champ « hey dude, what about proposing to pay for the expense or at least acknowledging it ? »

Enfin pu répondre à une proposition d’amis sur Hi5, de la patronne d’air pacific, avec qui j’avais été en contact en 2003 et 2004 quand elle manageait Air Fiji. Elle avait pris contact en Aout 2008 et je n’avais pas répondu. Ceci dit, j’ai ainsi répondu (par mail perso pas sur les sites de rencontres) à des propositions de Corinne Bouffandeau, épouse de l’ancien ambassadeur de France à Fidji.. Idem d’alain Nicolas, sur un autre site. Ts les deux m’ont répondu n’avoir jamais ouvert de compte chez ces fournisseurs internet. Ce sont donc pour la plupart des scam comme les mails nigerians.

Répondu aussi aux vœux « gorilles » de la belle Rachel de Sciences et Avenir.. Je sais qu’elle ne m’en voudra pas du retard… Et long mail à Sandrine, sur le projet biodiversité… Nous échangeons relativement beaucoup, étant sur place avant elle j’essaie de l’aider à récupérer les données dont elle a besoin, mais bien sûr je manque de temps et n’avais pas prévu ça dans mon planning. Si j’ai obtenu sans problème l’accord pour la lettre de soutien du GoT dont elle a besoin, il faut que je fasse un brouillon. Ses mails aux responsables des fisheries qu’elle a pourtant rencontrés ici et aussi à Nouméa, sont restés lettres mortes. En revanche dès qu’elle a écrit à Eliala, Eliala a fait suivre à Semese qui s’active.. J’essaierai de passer demain aux archives nationales où j’ai promis de déposer les BD à je ne sais plus qui.

Il a fait plutôt gris toute la journée, ce soir tout est noir et le vent se lève. « rain is coming ».
J’espère qu’elle ne tombera pas pendant que je suis sur la route pour aller poster mon mail bi-quotidien à Fanny. La vie sera quand même plus simple quand nous aurons… enfin… internet à la maison.. C’est une organisation différente… et hier par exemple, j’avais oublié ma clé usb à la maison… obligée d’y retourner. Inversement quelques heures plus tôt j’avais laissé mes notes de la semaine chez Alpha..

Je n’y ai rien oublié quand j’y suis retournée ce soir, expédier mes pages. John cassait la croûte d’un de ses petits plats décongelés devant son grand écran où étaient répertoriées les plus riches jeunes héritières de la Planète.. J’allais repartir et restais debout à discuter et à commenter ce que nous voyons. J’aurais dû refuser quand il m’a proposé de m’asseoir pour regarder la fin « Ce programme devrait bientôt se terminer ».. OK.. Je n’ai finalement pas regretté : dans le compte à rebours des plus riches héritières, en tout dernier : la « princesse » Mittal qui vaut 97 milliards de dollars… J’ai raconté à John Arcilor (c’est ça ?), en 2e place, la « princesse » Arnaud… J’ai dit à John mon scepticisme que de telles fortunes (et de nombreuses plus petites mais toujours indécentes par rapport à la moyenne planétaire) puissent être accumulées en une génération en restant honnêtes, humains.



13 / 04 / 09 - 09 : 51

Dimanche 15 mars

14h : C’est d’un calme… Debout à près de 11h après avoir lorgné de l’œil le réveil toutes les heures pour m’assurer qu’elles ne frisaient pas l’indécence.

Sur la terrasse surplombant notre petite péninsule sur le lagon. quelques pages du bouquin de Pierre P. où tout me ramène au côté belliqueux du personnage qu’il décrit et que j’avais senti si profondément un de ces soirs à la télé, en prenant mes 2 tranches de pain grillé avec du beurre à tartiner (y’a plus de beurre sur l’ile pour le moment, sauf dans le frigo de John) et du peanut butter croquant (ça ne fait jamais défaut).. en dernière couche, sur l’une de la confiture d’abricot, sur l’autre de la marmelade d’orange… Chaque jour j’alterne. Car ici je breakfaste, contrairement à Paris ou j’avale un gros bol de café au lait dans la matinée (ou ce qu’il en reste).

A peine terminé le café que j’ai retrouvé 2 heures plus tard là où je l’avais laissé avant d’engloutir une bonne paire d’heures à quelques travaux. Les mails à préparer bien sûr, le pseudo blog mais aussi vérifier une dernière fois les prévisions bancaires sur les maintenant 4 comptes, un ou dans chacun de nos ports d’escale. 6 avec les miens qui servent souvent d’escale aussi. Gérer nos petits budgets pour grandes ambitions est un challenge cette année encore qui demande une attention régulière et des prévisions précises. J’ai l’habitude depuis mes débuts dans la gestion d’entreprise de prévoir larges les dépenses et de réduire les rentrées potentielles. Ca permet d’avoir souvent des bonnes surprises et aussi de pouvoir palier à la plupart des imprévus. Une des difficultés ici est de déterminer avec certitude sur quel compte chaque item seront payés (comme le voyage de Susie à Papeete pour le Chapiteau que prépare Fanny avec l’assoc Te mana o Te moana avec qui Corinne Bouffandeau nous avaient mises en contact.

Dans le cas d’aujourd’hui, ces dernières mises à jour permettront à Fanny de demander les divers virements prévus en mars et avril pour les US (pour payer entre autre l’expédition de la mob et des fours solaires). Ca rassurera aussi sans doute Angie d’avoir confirmation qu’elle n’aura pas trop de détails comptables et administratifs à gérer en l’absence de Fanny…

Il est bientôt 15 h il est temps que je repose le mac brûlant. Les batteries des Mac Book (comme les portables Apple qui l’ont précédé) chauffent au point de devenir brûlantes. C’est au moins supportable sur les derniers modèles, mais pas utile dans un pays où la température ambiante est déjà de l’ordre de 35°.

A défaut de faire une sieste (malgré toutes mes tentatives, si j’apprécie le repos d’une plage de temps comme celle ci, je n’ai jamais pu m’endormir l’après midi. En Sierra Leone par exemple quand tout le monde dormait l’après midi je dessinais un programme de construction de l’école du village à qui j’avais fait expédier des bouquins par des éditeurs scolaires britanniques et us), je vais lire à l’ombre, comme Elena lisait sa bible tout à l’heure sur le mat posé sur le rectangle de béton dans le jardin. Profiter du silence puisque je n’ai « plus de mots » comme dit mon petit fils.

A 4mn de 4h un sacristain se démène sur la cloche de l’église voisine faisant exploser en éclats métalliques le silence immaculé pour réveiller les ouailles de la sieste j’imagine ! Et quand on pense que c’est terminé, ça reprend de plus belle. Et le coq s’emmêle..

Vers 17h30 j’irai chez Alpha expédier mails et attachements, on ira sans doute diner au Halavai qui a rouvert ses portes d’un poisson frit à l’ail.. et après diner : skyper Fanny sans faute.

Finalement y’a pas eu lecture à l’ombre. Visite non annoncée de Stephy, Ryan et lili leur fille, pour essayer de parler de leur bouquin.. encore un peu flou… Je leur ai conseillé de lister leurs thèmes avant de s’affoler « on n’aura pas le temps »… En 3 mois, si… « Mais comment vous avez fait pour votre film en 3 semaines… ». On a rencontré beaucoup de gens, beaucoup discuté, beaucoup filmé et beaucoup négocié pour obtenir de filmer les musiciens et d’utiliser leur musique, pour filmer à l’église etc etc. Comme ils veulent des personnages à suivre (comme tout le monde) qui auraient deux activités (comme tous, entre job et hobby et occupations traditionnelles, ils en ont souvent 3 ou 4), je leur ai suggéré de choisir un des musiciens du Fagogo, et pourquoi pas notre copine météo qui se démarque aujourd’hui avec son fichu musulman… En plus du sujet adoption que je leur avais conseillé de traiter la première fois que nous nous sommes vus, aujourd’hui j’ai ajouté les petits jardins de survie… Notre copine de l’hôtel sera un bon personnage aussi..


13 / 04 / 09 - 09 : 48

Samedi 14 mars

Je pourrais dire à Fanny avec qui j’ai complètement zapé le rendez-vous skype du jour que l’internet ne marchait pas, mais je ne peux même pas. J’ai zappé… avec la visite surprise des journalistes danois qui voulaient, cette fois, regarder et recopier une bande d’un de leurs interviewés, just’avant diner ou plutot just’avant le pastis prévu avec John.. Ils sont partis à 8 heures, john est resté jusqu’à 9h peut être mais je n’ai eu notion de l’heure que là maintenant, l’esprit un peu partout avec le pastis entre autres…

Et puis comme on a décidé de ne pas dîner, vu la salade copieuse qu’il avait préparé pour le lunch. (John avait entendu mes furieuses envies de salades légères comme à Paris, laitue ou chêne tendre etc. et a fait avec ce qu’il a trouvé ce matin en allant repérer les rares rayons fruits et légumes de Tuvalu. Céleri, oignons, chou fleur (rare) et asperges et champignons en boite. J’avais apporté la première papaye cadeau, offerte par Polao, le mari de Susie notre Présidente, quand je lui avais demandé s’il avait un pieu pour découper la bourre de la noix de coco ramassée chez Monika.. Au premier coup d’œil, il a vu que ma noix n’était pas bonne, et me l’a échangé contre 2… Et une papaye !

Ce matin, à peine réveillée et attablée devant mon café, j’ai entendu qu’on appelait. C’était la petite fille de mon copain Kalisi que j’ai pas encore vu depuis mon arrivée. Elle non plus je ne l’avais pas croisée. Accompagnée de son cousin, elle m’a tendu fièrement le sac plastique avec une papaye… La 3e de la journée ! On a discuté comme on pouvait, car si je pense qu’elle comprend tout ce que je lui dis ou presque elle ne parle pas encore l’anglais. Son cousin plus âgé saisissait mieux. Lui j’ai compris que ça n’allait pas fort à l’école… Quelques mots sur l’importance de la connaissance et je leur ai expliqué que j’étais en train de prendre mon petit dej et que j’allais y retourner…

Avant une voiture qui pue s’était arrêtée presqu’en bas des marches avec un boom box comme dans les années 90 dans les rues de Los Angeles… Pour Elena… La première fois en 3 ans et sans doute la dernière !

Pendant que je n’étais pas à Tuvalu tout le monde a pris l’habitude de passer voir Elena, de dormir là, de venir voir son fils et s’ajoute maintenant la curiosité du « palagi » que je suis. Elle a moins de gens la nuit mais le jour ça défile. Globalement si cette promiscuité m’a un peu surprise au début, now it is OK. Je me demande seulement si j’aurai le cœur de dire à Elena d’aller dormir avec sa mère, comme avant, quand nous serons 4 palagis dans la maison à utiliser la chambre où son fils et elle ont entreposé leurs affaires, préférant dormir sur les tapis dans le salon qui nous servira de bureau..

Une fois prête, j’ai filé direct sur les claviers d’Alpha expédier les mails préparés la nuit. Et lancer la machine à laver. Les mails ont pris un moment, l’internet se coupe quelques minutes et repart à peu près toutes les 5 minutes. Un peu déstabilisant.

Vers 14 h, arrêt salade puis remails et direction maison pour étendre le linge sur la terrasse. John, lui, a glissé le sien dans le séchoir « je sais je sais j’utilise trop d’énergie… »

A la recherche d’un genre tringle souple, rencontré James Conway au Fusi. Blabla déchets. Réunion hier entre RoC et EU representatives locaux… Si j’ai bien compris RoC ne démord pas de faire ce qu’ils ont prévu de faire malgré les réticences de beaucoup et EU itou… avec l’espoir de tout chapeauter quand le projet RoC se sera cassé la figure faute de véritable analyse de la part des équipes taiwanaises qui ne font que dupliquer ce qu’ils connaissent chez eux… Bennes et camions pas adaptés, incinération des bois et bien sûr, « confétisation » du plastique… sans savoir qu’en faire. EU n’est pas mieux comme je l’ai déjà raconté et manque sérieusement de vision. Au moins RoC en a une ! Le côté positif c’est que pour une fois, il y a un semblant de coordination entre les donneurs même si ça ne mène à rien. Au moins, ils sont au courant des projets des autres ce qui fut rarement le cas dans le passé..

Rencontré aussi Pati Pati dans son jardin qui s’agrandit d’années en années. Elle a compris le système de replanter les graines d’une récolte. « pas avec les papayes F1 qui viennent de la ferme taiwanaise », j’ai été obligé de lui expliquer.. Quelle surprise de voir 2 énormes plans de basilic et surtout d’apprendre que les femmes viennent lui en demander et comme l’an dernier Pati l’utilise à la cuisine de l’hôtel… Ses poivrons sont un peu petits mais ça fait 3 ans que son plan donne des fruits… et les tomates plantées y’a 15 jours sont hautes de 10 cm. Je suis repartie avec… une papaye. J’y retourne demain car elle avait un peu de terre qu’elle est prête à partager pour mélanger à mon compost (qui en fait n’en est pas c’est plus des bouts de bois découpés), je suis sûre qu’il n’a pas mûri ni chauffé comme nous l’avait montré Vavao…

C’est chez Sue que j’ai trouvé la tringle à rideaux… Pris aussi une boite de tomates entières (ma phobie que sarah ne trouve pas « ses » tomates pelées pour ses curry, comme l’an dernier) Discuté aussi du problème de shipment… puisque ni UPS ni TNT ne font la liaison US/SUVA/TUVALU en bateau contrairement à ce qu’ils m’avaient laissé entendre et comme en a été informé Chris en appelant l’un et l’autre. J’en suis repartie avec un demi grappe de petites bananes, cadeaux de la maison.

Stop brosse pour la porcherie chez Jacks le magasin fidjien… La aussi ils avaient des tomates pelées… et m’ont assurée n’avoir subi aucune rupture de stock l’an dernier !

J’étais en train de changer une des tringles quand les Danois sont arrivés. Je n’avais reconnu ni leurs voix, ni leur ombre au bas de l’escalier… Ils ont regardé, sur notre caméra, les bandes filées par Seti sans y trouver les king tides. L’idée était de digitaliser direct sur son ordi. Un Mac avec Final Cut… qu’ils ne savaient pas utiliser. Le journaliste a demandé si les bandes dv s’enregistraient sur 2 faces ! Faute de King tides, j’ai digitalisé 1mn de là où on pensait qu’elles avaient été enregistrées (y’avait un plan avec de l’eau), effacées, remplacées par des prises de vues d’anniversaire… afin qu’ils s’en assurent en montrant l’extrait à Seti… Rasmus m’a aussi remis la trad BD, faite dans la nuit.

Et voilà comment j’ai zappé ce soir la partie de Skype prévue avec Fanny. Impulsion de sortir de ma torpeur et d’y aller mais il était vraiment trop tard pour déranger John.

Petite pause pour un mot à mon fils. Ca me manque de moins pouvoir communiquer, à lui aussi sans doute.

13 / 04 / 09 - 09 : 46

Vendredi 13 mars 2009

La petite lampe de lecture que Fanny m’a trouvée avant de partir et la frontale (toutes les deux aux led) sont très pratiques. En revanche les quelques lampes achetées par Chris l’an dernier à L.A. me semblent kapout…

Il est bientôt 2 heures… J’ai déjà oublié le déroulé de mes ballades. Rendez vous sur le plan de déchet taiwanais… En fait Taiwan et l’UE financent 2 programmes déchets qu’il faut consolider… Taiwan fonce un peu vite mais met en place du recyclage.. En revanche, quand j’ai demandé quel était le plan pour EDF 10, Greg (l’ingénieur australien de Pulbic Works) a été un peu étonné comme si l’idée de la réunion c’était seulement de trasher le plan Taiwanais… Et moi horrifiée en réalisant que dans ce plan, à part les déchets organiques qu’ils laissent à Taiwan, ils sont opposés à toute tentative de collecte sélective… OK, le verre à la rigueur, ils ont compris que ça pouvait se concasser et se réutiliser sur place, mais tout le reste, y compris le plastique, ils veulent améliorer la décharge et pouvoir y compacter tous les déchets qui s’y trouvent (sauf les pops et autres déchets médicaux incinérés dans l’incinérateur de l’hôpital). J’ai exprimé un peu vivement ma déception, expliquant qu’il faudrait 10 ans, comme ailleurs, pour que les tuvaluens prennent le pli... Même si EU ne voit pas de débouchés, même si ça n’est pas rentable pour le moment, ils devraient envisager un minimum de tri. Taiwan veut faire venir des bins, OK discutons sur la solidité, sur la forme des bins, mais avec 3 bins ou sacs, déchets ménagers, recyclables et organiques ça peut le faire.. Un peu trop entendu aussi « des entreprises privées peuvent s’en charger »… Comme si quiconque pouvait vivre d’une opération dont eux-mêmes disent que ce n’est pas rentable. J’ai parlé de spirale, de cercle vicieux.. « Vous avez des millions dans ce fonds, vous ne pouvez pas par exemple, provisionner le salaire d’une ou deux personnes pour trier les déchets du 3e sac une fois à la décharge, c’est pas la mer à boire de les stocker à part… ». Un peu obtus, ils préférent la solution où on ne commence à faire que quand on saura où recycler… « mais c’est le même volume… et une fois que vous saurez où et comment recycler, il vous faudra 10 ans pour obtenir assez de recyclables.. ».. J’imagine que les équipes de Taiwan et de l’UE vont finir par s’entendre sur un plan médian, mais y’a du pain sur la planche et des kms à bicyclette à prévoir.

Une assiette rapide à l’hôtel où se trouvait un couple d’allemands arrivé en yacht.. Stephy, l’autre allemande arrivée la semaine précédente pointe son nez et m’informe qu’un autre couple d’Allemands a débarqué jeudi pour se marier à Tuvalu et repartir mardi… Ca m’a permis d’enfoncer le clou « tu vois que tu n’es pas la seule en Allemagne à connaître Tuvalu »… Puis quelques mails chez John, et petit saut à la maison pour vérifier si PWD a effectué la livraison promise d’une gouttière pour nos plantations. Non. foncé au waste management pour acheter du compost « vous devez venir avec vos sacs » en général trouvables à la coopérative, y’en avait plus… Une cliente m’indique que j’en trouverai à la coopérative de copra (qui ne fait plus de copra depuis longtemps). Ca tombait bien c’est là où j’avais rendez-vous avec Pasivao qui m’a effectivement confirmé qu’on aurait toute l’huile qu’on voulait et a incendié les politiques coupables/auteurs pour lui de la chute du copra… Pour se faire élire dans leurs îles, les candidats membres du parlement n’hésitent pas à promettre monts et merveilles et ont promis des taux d’achat du coprah à 2 $ le kg alors que le prix de la région oscillaient entre 0,35 et 0,50.

Refoncé avant la fermeture devant le tas de compost avec mes deux sacs… 2 employés les ont remplis (pour 8 dollars que je paierai à susan au bureau la semaine prochaine). Resaut à la maison. PWD avait bien déposé le gros pneu mais pas le bon bout de gouttière… Je resaute sur ma mob (aujourd’hui heureusement que j’ai abandonné le vélo) pour prévenir PWD.. Sur le chemin, je vois mes deux sacs au cul d’un camion… Super me dis-je.. A PWD je préviens les gars de leur erreur… A la maison toujours pas de compost… J’y retourne… Ils avaient tiré le rideau mais le responsable était encore là… Ils avaient bien livré mais à la maison d’à côté.. « OK, pas de problème, je vais les traîner.. ». « non, non c’est trop lourd je viens avec vous… » Il enfourche aussitôt sa mob, en portant le bucket de nourriture pour les cochons et avant d’aller les nourrir, m’a aidé à déplacer les sacs qu’en fait j’aurais pu traîner toute seul…. Entre temps, les gouttières, où j’espère pousseront nos tomates, étaient bien arrivées…

Chez Nala j’ai avalé 3 verres de Kaleve (todi frais à l’eau glacée) et récupéré mes bouts de tissu/rideaux ourlés, blabla une petite heure sur nos capacités respectives à faire des rêves prémonitoires. Elle, alors qu’elle ne joue jamais au loto, a rêvé les 6 chiffres… et les a annoncées à ses copines juste avant le tirage…. Mails.. avec l’urgente surprise d’Emma qui avait quitté la veille Tuvalu où elle était venue avec sa caméra filmer Tafue (un pasteur qui non seulement croit au changement climatique mais œuvre en tant que président de TuVan- tuvalu climate action network)… me demandant d’urgence des videos des king tides pour un montage du lendemain !!!!!! Tout ce que j’ai pu proposer ce sont des photos pas assez définies pour la télé… ou celles de chris où j’exige copyright et autorisation avant reproduction… Ca lui a semblé impossible ! Alors que quand nous nous sommes rencontrées, un des sujets principaux de notre conversation fut qu’au minimum les gens qui utilisent rendent à césar ce qui est à lui en inscrivant l’origine…. Nos deux échanges m’ont agacée au point qu’à chaque fois j’ai du sortir fumer une clope… John était outré. (pas de la cigarette, de l’incapacité à identifier, à reconnaître les droits des auteurs… même et surtout sans échange de sous…)

Pour me détendre, John m’a à nouveau proposé un délicieux repas avec quelques-unes des barquettes mitonnées ce week end : agneau au curry, petits pois/champignons et riz. Il ferait fortune s’il ouvrait un restaurant. Les Danois l’autre jour m’ont demandé, d’un air gourmand, si je pouvais recommander un autre resto que l’hôtel. Malheureusement à part le chinois crade qu’ils avaient, bien sûr, trouvé tout seuls, les 3 autres chinois passables sont fermés et devraient rouvrir next week. Quant au Filamona, les expériences des années précédentes n’ont pas été probantes. Peut être nous faudra-t’il quand même ressayer…

Il est maintenant 2h15.. Il faut vraiment que j’éteigne, pas mal à faire demain matin dont la lessive… et je commence à me décaler vraiment dangereusement vers le milieu de la nuit.

08 / 04 / 09 - 12 : 12

Jeudi 12 mars 2009

Sur fond des « 25 titres les plus écoutés ces dernières années ». Starting with « Le Coup de Soleil » puis Aubert, right now, Alter ego. Puis Fagogo.

Enfin seule !

La journée s’est terminée avec un visionnage pour une équipe Danoise des 4mn de King tides 2006… Ils sont sympathiques, semblent genuinely crédibles quand ils disent qu’ils enverront leurs articles, video etc, quand ils disent aussi traduire en danois la BD, quand ils donnent l’impression d’être sincèrement outrés par l’histoire Paris Match (qui a, je le rappelle utilisé des photos remises naïvement par un membre tuvaluen d’Alofa, de la météo, informé de leur passage et de leur promesse de faire un encadré sur Alofa, Ils croyaient les donner à un ami d’Alofa « ils avaient l’air si gentils ».... Non seulement les photos ont été publiés en pleine page mais elles ont aussi fait l’objet d’une expo.. Le tout sans le moindre centime bien sûr. Sans encadré d’Alofa, et sans le nom du photographe tuvaluen. Toutes les photos du reportage publié sont attribuées au photographe Paris Match. Et je pourrai en rajouter sur l’élégance des manœuvres qui m’ont donné envie de dépenser quelques sous dans une action judiciaire. Mais on sait ce que coûte ce type d’actions même menées par des avocats amis.. Et ça s’éternise.. Pas la peine donc. Je me suis défoulée en une lettre de 2 pages… Nous étions pourtant tout à fait sur nos gardes, ayant été refaits pas mal de fois par les médias… Et encore plus pendant la presqu’année qu’a durée la saga assistance Paris Match….Nous avions raison de nous méfier mais étions encore trop crédules…. Anyway, ce n’était pas le sujet, juste une digression, un accident de parcours, mais une chose est sure je ne tiens pas à renouveler nos bourdes du passé avec les paire de Danois sympathiques.

Bon eux s’étaient engagés avant de demander quoi que ce soit. Ils n’avaient pas besoin d’assistance et se débrouillaient bien tous seuls. Et en 15 jours, et pas en 3 ou 4 pour la plupart, ils se font accepter et c’est ce qu’il faut. Ils avaient juste demandé à venir voir les King Tides (montées en 4 mn) au coucher de soleil un soir… C’était donc ce soir, le soleil était couché depuis un moment quand je suis revenue de ma randonnée du jour…

A la fin, bien sûr, ils m’ont demandée s’ils pouvaient en utiliser un bout. Fanny et les filles au bureau connaissent la réponse. « non ». Et j’ai raconté.. que c’était un de nos moyens de vivre que de valoriser ce que nous possédons.. raconté les déboires précédents..Que nous donnions sans problème tout ce qui pouvait participer à une reproduction, les images de nos actions pour inspirer les gens à agir, mais plus désormais les images de Tuvalu, liée seulement aux effets du climat. Autant il était nécessaire de faire prendre conscience, de l’amplifier avec le symbole de Tuvalu, autant aujourd’hui on le sait tous : FAUT FAIRE !

Aubert à nouveau : « comme un atoll » enfin c’est ce que je comprenais, il y a quelques années quand nous nous le passions en boucle, avec Fanny, en 2005 sur l’atoll de Funafuti… En fait bien sur « commun accord »..

A nos amis Danois, j’ai proposé de donner 2 ou 3 photos contre la traduction. Avec bien sur la mention Alofa qu’ils avaient d’emblée proposée. Ils sont free lance et ont proposé et proposeront articles, photos et TV une fois rentrés. J’ai proposé que Fanny (comme si elle avait pas assez à faire ☺) leur envoie une sélection d’une demi douzaine en basse déf. Ils font leur sélection pour 2 ou 3 et on expédie en meilleur format. On a encore le temps d’en parler. Faut que je leur demande mais je peux aisément imaginer que leur série idéalement devrait démarrer en diffusion avant la COP et pendant. Avec l’ambition de faire une série de 13 émissions sur le climat, ils suivront sûrement la COP. A ma connaissance aucune équipe de cette région n’avait mis les pieds à Tuvalu. Ils m’ont dit « si, une, en 2003 ».. Ils ont donc de bonnes chances de vendre leurs reportages.

Ce jeudi avait commencé par un réveil tardif et un premier arrêt chez Alpha pour appeler Pasivao, le responsable du copra inter-iles , parti le jour de mon arrivée et de retour depuis la veille . Je commençais à m’inquiéter un chouillah sur la disponibilité d’assez d’huile. On me disait que la plupart des presseuses installées sur les îles lointaines ne fonctionnaient plus, que seulement 2 îles pressaient encore de l’huile. (J’avais préparé un mail au cas où je ne parvienne pas à le joindre par téléphone (tous ceux qui avaient le téléphone ont été coupés il y a quelques mois et certains seulement ont retrouvé des lignes…). Non seulement son bureau était encore relié, et non seulement il s’y trouvait, mais en plus il m’a totalement rassurée et nous trouvera ce qu’on veut. Lui me dit avoir des approvisionnements de toutes les îles sauf de celles du sud.

Clapton-Layla

Faudra que pendant sa survey todi et replantation, en plus des demo fours solaires, Sarah jette un œil aux presses dans son tour des îles. Et puis qu’elle emporte The Al Gore film et Trouble… Il lui faudrait 10 jours sur chaque île. Alors qu’on ne sait pas encore du tout quel sera le planning ni l’itinéraire des bateaux… et qu’elle n’a prévu de rester « que » 6 semaines en tout dont, obligatoire, au moins 2 au début et 2 à la fin sur Funafuti. Des réunions qu’il faut qu’on fasse ensemble : DCC, cabinet, commuities, amatuku.. On verra ça quand elle aura atterri. Pour le moment elle est quelque part dans les airs ou déjà arrivée en NZ où elle passe toujours soit à l’aller, soit au retour…

Après Pasivao, séances de mails, et déjeuner avec Suitchi de Tuvalu Overview… D’abord j’étais curieuse de savoir s’il avait pu apprendre d’Apisai pourquoi il n’était pas nommé Consul, lui qui œuvre depuis plus longtemps que moi/nous à Tuvalu. Parmi les choses que je voulais discuter avec eux deux : l’idée de Suitchi (background architecte j’ai appris) de renflouer l’anse dont une partie est habitée par 2 ou 3 familles. Panapasi nous en a touché un mot en proposant un rapprochement d’autant que via Cyril, notre secrétaire Général qui travaille en Belgique, il a été mis en contact avec des entreprises de pompage qui ont fait des ouvrages de ce genre en Hollande et à Dubai. Ca répond parfaitement à la recherche de lieux que nous avions commencé à entreprendre en pensant à une île artificielle (idée du bureau local d’Alofa) ou réhaussement d’une partie de l’île capitale. Un peu sur ses gardes « c’est mon idée »…. « J’ai commencé par ça, Suitchi. Panapasi nous a fait part de ton idée »… Il a compris qu’il valait mieux unir nos forces et a été tout à fait ravi d’apprendre que Chris est diplômé en Architecture environnementale.
Le deuxième sujet bien sûr c’était la traduction de la BD en Japonais. C’est bon, il a confirmé qu’il avait une fille parfaitement bilingue qui la fera. Pour l’impression, je n’ai pas essayé de le charger des coûts, donc pour la premiere série d’impression, ce sera soit à Paris plus exped, soit à Tokyo si ça revient moins cher.

Elton John-Sacrifice

Discuté aussi du programme de gestion des déchets avec eux, ils ont la même opinion mais sont moins informés. Je les invité à se joindre à nous à la réunion proposée par Gregg, l’Australien qui, depuis un an et pour encore un autre, travaille sur les problèmes d’eau et d’assainissement à PWD (Public Works Department)… Quand je suis passée caller avec lui l’heure du lendemain, nous avons parlé un peu bien sûr, des qualités que pourraient avoir le plastique compressé dans le bâtiment ou pour renforcer les berges… de biogas pour les écoles et j’en passe…

En sortant de son bureau, Ampelosa que j’appelle Ampex son pseudo-adresse mail, est venu à ma rencontre très jovial, comme si nous avions été amis toutes ces années… A lui il en fallu plusieurs pour qu’il me donne sa confiance et ses sourires… 5 ans… Il s’est ouvert l’an dernier. Aujourd’hui (nous verrons bien si ça se concrétise) quand je lui demandais s’il avait des vieux bouts de gouttières qui pourraient me servir de jardinières à mettre sur le balcon pour quelques plantations, il m’a montré où se trouvait leur tas et comme je le remerciais en lui disant que je repasserais avec un véhicule, il m’a proposé de me faire déposer ça à la maison Alofa… « Et des vieux pneus, à part la décharge tu sais pas où ? » « Vas voir Tapia en bas.. » Tapia avait déjà emporté les vieux pneus de PWD pas loin de la décharge où il pense qu’ils ont sans doute tous étaient récupérés pour en faire ci ou ca… Super ! J’ai déposé le vieux pneu près des mecs qu’Ampex m’avait pointé du doigt en leur expliquant.

Ce que je sais, ce que j’ai ressenti profond en moi tous les jours qui ont composé cette quinzaine passée (comme ceux qui composeront les prochaines et composaient les années précédentes) à prêcher la parole verte à tous les niveaux, dans tous les domaines continuellement, c’est « lobby individuel »… Je m’arrête, on m’arrête une vingtaine de fois par jour dans la rue et je vois, plus officiellement, une dizaine de personnes par jour (on n’en est pas encore aux ateliers…) et à chacun un mot sur un des multiples sujets qui font tourner un pays et ceux qui peuvent permettre de prétendre à la sustainability…Ce soir en allant voir si la machine de Nala lui permettait de faire l’ourlet des rideaux, en face du Fusi (l’encore plus grand magasin de l’île capitale, malgré les coups de canifs du privé, chinois principalement) était posé, Pusinelli, le secrétaire permanent aux transports.. à qui j’avais touché un mot des bateaux à vent et solaire pour qu’il puisse faire passer le message à l’architecte japonais chargé de dessiner le prochain bateau tuvaluen.. Je lui ai filé les photos que John m’avait imprimées et que j’avais par chance sur moi… « Si tu veux en parler un peu plus, John est à disposition, il a un peu étudié le sujet… On peut prendre un verre chez Alpha.. » « Pas ce soir, disons Mardi, j’organise une réunion.. » OK… juste oublié de passer le message ce soir à John. Pas grave on se voit demain… Diner sur le pouce d’un partage de « meatpie » de la bakery d’à coté avec Elena… Un peu salé.

Et voilà… Il était neuf heures.

La nouvelle porte m’inquiète. Ce matin, quand je me suis levée, ça m’a fait plaisir de voir le soleil dans la maison mais il m’a fallu une seconde pour réaliser que c’était pas normal : la porte de la terrasse, que j’avais verrouillée avant de me coucher, était grande ouverte… Pour entendre si quelqu’un essaie vraiment de rentrer, ce soir, j’ai posé devant le ventilateur sur pied, et en rempart devant la porte de ma chambre, la valise en simili alu à roulettes de chez Brookstone. Si on pousse la porte, elle roule et tombe d’une marche.. Ca devrait le faire pour me réveiller en sursaut… Mais ça ne servira à rien pour me réveiller à 8h demain matin pour la réunion « anti-plan des déchets Taiwanais » ☺

08 / 04 / 09 - 12 : 09


Précédent Suivant

powered by pppBLOG v 0.3.6